En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
47 suicides dans la police en 2014 : levée de voile sur un sujet tabou.
Veilleur pour la Patrie
Record de suicides dans la police en 2014 : le tabou auquel le ministre de l’Intérieur doit enfin s’attaquer
Publié le 21 novembre 2014
Stressés, en permanence sous pression en raison de la politique du chiffre qui leur est imposée, se sentant souvent mal-aimés par la population, voire stigmatisés, les policiers traversent une crise sans précédent. En témoigne l’accroissement des suicides en 2013 et 2014. Pendant longtemps, ce sujet a été tabou. "Il est temps d’y mettre fin", déclare à Atlantico Philippe Capon, le secrétaire général de l’Unsa*-Police/ FASMI.
Philippe Capon est Secrétaire Général de l'UNSA Police.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Capon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Capon est Secrétaire Général de l'UNSA Police.
Voir la bio
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stressés, en permanence sous pression en raison de la politique du chiffre qui leur est imposée, se sentant souvent mal-aimés par la population, voire stigmatisés, les policiers traversent une crise sans précédent. En témoigne l’accroissement des suicides en 2013 et 2014. Pendant longtemps, ce sujet a été tabou. "Il est temps d’y mettre fin", déclare à Atlantico Philippe Capon, le secrétaire général de l’Unsa*-Police/ FASMI.

Gilles Gaetner : Comment expliquez-vous l’accélération du nombre de suicides dans la police ?

Philippe Capon : Si l’on regarde les statistiques de ces dernières années, on constate que le nombre de suicides s’est élevé à 42 en 2009, 30 en 2010, 43 en 2011 et 2012 et 40 en 2013. L’année 2014 voit une accélération du nombre de suicides puisque le chiffre atteint 47 au 10 novembre 2014 et que pour cette année, il apparait déjà nettement supérieur au chiffre à la date 31 décembre 2013.

A mes yeux, cette accélération est due à une accumulation d’un certain nombre de points avec une politique du chiffre toujours en place dans une volonté de performance exacerbée, liée à une intensification des missions et de la stigmatisation des policiers dans leur vie de tous les jours, aussi bien professionnelles que personnelles. Etre policier s’avère trop souvent un fardeau lourd à porter dans une société où il est souvent difficile de s’assumer comme policier.

Précisément, les pouvoirs publics, le ministre de l’Intérieur notamment, semblent n’avoir jamais pris la mesure de l’ampleur du phénomène…

Effectivement. L’ampleur du phénomène est connue depuis de nombreuses années. En effet, de nombreuses études ont été effectuées par l’administration et par divers organismes extérieurs tel que l’INSERM de Bordeaux. Cet organisme scientifique, totalement indépendant, dans une enquête menée entre 2005 et 2009, révélait que le risque de suicide dans la police était supérieur de 36% par rapport au reste de la population.

Je rappelle aussi que de 1998 à 2009, 559 policiers se sont volontairement donné la mort. Le constat est là. Incontestable. Mais maintenant, il faut sortir du tabou dans lequel le ministère de l’Intérieur s’est très longtemps réfugié, en niant  la réalité du suicide et en invoquant systématiquement des problèmes personnels à l’origine des suicides des policiers. On sait aujourd’hui que cela est loin d’être vrai…

Pourquoi y- a-t-il comme une chape de plomb notamment chez les familles, sur ce phénomène ?

Pour une raison qu’il est aisé de comprendre : les familles éprouvent énormément de difficultés à communiquer et ne parviennent que difficilement à faire savoir et dire l’état « moral » et psychologique dans lequel se trouvait le policier avant de se suicider. Précisément, pour savoir, c’est bien souvent un combat éprouvant que mènent les familles pendant des années pour connaître la vérité.

Je peux vous citer l’exemple de la veuve d’un policier de Poitiers, éloigné du travail de terrain, qui s’est suicidé en juillet 2004. Ce n’est qu’en mai 2014 que la justice a fini par reconnaître l’existence d’un lien entre son suicide et les conditions de travail anormales qui étaient les siennes au moment où il s’est donné la mort. Je dois vous préciser que ce cas est rare, car pour faire éclater la vérité, les embûches sont trop nombreuses et bon nombre de familles sont contraintes d’abandonner.

Alors, quelles mesures faudrait-il prendre pour éradiquer cette vague de suicides ?

Il faut abandonner la politique du chiffre liée à des primes injustes et inéquitables, qui ont des conséquences néfastes car elles engendrent des frustrations, des aigreurs, et de la jalousie au sein des services. Ce n’est pas tout :  il faut prendre le temps de s’écouter entre collègues et rendre obligatoire des entretiens après des interventions difficiles et particulièrement stressantes. Or malheureusement, c’est une pratique quasiment inexistante à l’heure actuelle dans la police nationale. Je dois préciser aussi que toutes las catégories de personnels sont touchées par le suicide.

Aussi bien les ADS, (adjoints de sécurité), gradés, gardiens, officiers, commissaires de police et personnels administratifs et techniques… Un mot encore : nous devrions prendre exemple sur la police canadienne qui a beaucoup travaillé sur les suicides après les « années noires » en prenant en charge l’aspect spécifique et particulier du métier de policier. Enfin, ne perdons pas de vue que très souvent, en raison du rythme effréné de travail des policiers, les collègues ne s’aperçoivent pas qu’un tel ou un tel est suicidaire ou ne s’en soucient guère. Aussi, quand survient un drame , la surprise est totale.

Il semble que sur le plan psychologique, on soit relativement démuni dans la police ou à tout le moins que la hiérarchie ne prenne pas suffisamment en compte les problèmes des policiers….

Pourtant, des réseaux de médecins, psychologues, assistantes sociales existent dans la police depuis plusieurs années sur le territoire national. La problématique est de savoir qui fait quoi, quand et comment, tout en respectant l’encadrement statutaire de chacun de ces intervenants.

Il est certain qu’une telle efficacité permettrait une meilleure coordination de ces réseaux et parviendrait à restaurer un climat de confiance avec les policiers en souffrance qui n’osent pas consulter ses réseaux. La raison, la voici : ils n’ont pas suffisamment confiance en ces derniers parce qu’ à leurs yeux, trop liés à l’institution policière. Aussi, bon nombre de policiers préfèrent-ils une prise en charge extérieure, plus discrète, plus confidentielle qui leur offre l’avantage de ne pas avoir le sentiment d’être montré du doigt et de n’être pas jugé suffisamment fort pour rester dans le groupe

Il arrive qu’un policier se plaigne d’être déprimé, ou en souffrance auprès de sa hiérarchie… Est-il écouté ? Quels conseils, dans un premier temps, lui donne-ton ?

Incontestablement, il y a une volonté manifeste de progresser sur ce sujet…Mais vous savez, le travail des policiers est tel, leurs missions très, trop nombreuses, que le rôle d’écoute à tous les échelons de la hiérarchie demeure insuffisant.

 

*L'Unsa-police est l'un des trois syndicats représentatifs des 110 000 gardiens de la paix, gradés et ADS ( Adjoints de sécurité) de la police nationale"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 18/11/2014 - 01:32
Les policiers français savent que, seule, Marine Le Pen
peut leur rendre le respect de la population qu'ils défendent et le goût de leur métier...par un travail de remise en cause des lois honteuses de Taubirat, des directives Valls pro-Roms, par la régénère science des fonctions nobles de l'état et par l'exclusion des associations communautaristes!
Benvoyons
- 17/11/2014 - 12:03
Le PS vait demandé la démission du Président de France Telecom
au moment d'une grande épidémie de suicide. Pourquoi il ne la demande pas aujourd'hui pour le Ministre de l'Intérieur alors qu'il y a la même problème!