En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 1 heure 59 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 19 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 34 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 11 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 30 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 8 heures 59 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 41 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 2 heures 45 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 3 heures 54 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 1 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 8 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 31 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 41 min
© Reuters
L’Etat devra trouver 6 milliards en 2015.
© Reuters
L’Etat devra trouver 6 milliards en 2015.
Fonds de tiroirs

Hausse des impôts : démenti ou pas de Christian Eckert, l’Etat devra trouver au moins 6 milliards en 2015 et voilà où il ira vraisemblablement les chercher

Publié le 14 novembre 2014
Après avoir mis en doute la promesse de stabilité fiscale en 2015 émise par François Hollande, le secrétaire d'Etat au budget est revenu sur ses propos. Il n'en reste pas moins que le gouvernement doit trouver les fonds nécessaires pour parvenir à boucler le budget de l'Etat évalués à au moins 6 milliards, contre les 3,6 officiellement annoncés.
Charles de Courson est député UDI de la 5e circonsription de la Marne, maire de Vanault-les-Dames et vice-président du Conseil général de la Marne.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles de Courson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles de Courson est député UDI de la 5e circonsription de la Marne, maire de Vanault-les-Dames et vice-président du Conseil général de la Marne.
Voir la bio
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir mis en doute la promesse de stabilité fiscale en 2015 émise par François Hollande, le secrétaire d'Etat au budget est revenu sur ses propos. Il n'en reste pas moins que le gouvernement doit trouver les fonds nécessaires pour parvenir à boucler le budget de l'Etat évalués à au moins 6 milliards, contre les 3,6 officiellement annoncés.

Atlantico : Face à des dépenses plus importantes que prévues, des rectifications budgétaires à hauteur de 3,6 milliards d'euros vont être effectuées, alors même que la fiscalité a été augmentée, et que le déficit reste important (4,4% du PIB). Tout n'a en outre pas été détaillé précisément. Combien manque-t-il concrètement aujourd'hui à l'Etat pour boucler un budget en "déficit acceptable" ?

Charles de Courson : Si nous voulions respecter le déficit initial du projet de loi de finances initial pour 2014, il faudrait 7,6 milliards ! Les 3,6 milliards annoncés ont pour seul objectif d’éviter que le déficit de 4% s’aggrave encore plus. Les recettes continuent à chuter pour l’impôt sur les sociétés, l’impôt sur les revenus et même un peu la TVA. On est à 11 milliards de pertes de recettes fiscales depuis le début de l’année par rapport aux prévisions. Les entreprises ne distribuent plus de dividende eu égard à la taxation, et les grands groupes font tous de l’optimisation fiscale pour ne plus payer d’impôts en France. L’excès des taux confiscatoires aboutit à ce résultat. Le gouvernement a fini par entendre le message de la nécessaire baisse des impôts, mais il repousse ça à plus tard…

La loi de finances rectificative va concerner une somme de 2,1 milliards d’euros, et on annule 1,8 milliards de crédits. Et les intérêts de la dette chutent car les taux sont au plus bas depuis plus de quarante ans. Voilà la présentation de la loi de finances ; en parallèle on créé de nouveaux impôts…

Pierre-François Gouiffès : Il faut séparer l’analyse de l’exercice budgétaire en cours (2014) de la construction du budget 2015.

Concernant le budget 2014 toutes administrations publiques confondues, on peut feuille tonner la glissade du déficit : 3,6% du PIB lors de la présentation du projet de loi de finances (25 septembre 2013), reprévision à 3,8% lors de la présentation du programme de stabilité (23 avril 2014) et du premier projet de loi de finances rectificative (6 juin), annonce par Michel Sapin d’un déficit beaucoup plus important à 4,4% (10 septembre) confirmé lors de la présentation du projet de loi de finances 2015 (1er octobre) puis de la présentation de la seconde loi de finances rectificative (12 novembre). La dernière prévision d’atterrissage présente donc un déficit rapporté au PIB 22% plus élevé que le solde initial, déficit en outre plus élevé que le déficit final 2013 (4,3%).

Concernant le budget 2015, le ministre des comptes publics a proposé le 27 octobre dans une lettre au commissaire européen un ensemble d’ajustements permettant une réduction complémentaire du déficit de 3,6 milliards d'euros partiellement documenté (baisse des charges d’intérêt, recettes complémentaires lié à la lutte contre la fraude fiscale).

Concernant la supervision européenne issue du traité budgétaire de 2012, il y a désormais un jeu politico-médiatique entre la France, la Commission et les autres pays membres de la zone euro. En mars dernier, la France était mise sous surveillance par la Commission européenne, mais fin octobre, la Commission n’a pas fait de remarques sur le projet de budget français, dans l’attente d’un avis plus détaillé mi-novembre. Tout cela joue toutefois un rôle majeur de sensibilisation de l’opinion publique 

Face à des déficits chroniques, combien pourrait-il manquer dans les caisses de l'Etat, si on considère que les budgets lors des lois de finances s'avèrent intenables, puisque fortement rectifiés, et que François Hollande a annoncé en principe que les impôts n'augmenteraient plus jusqu'à la fin de son quinquennat ? 

Charles de Courson : Le problème de fond, c’est que les déficits ne baissent plus. On sera à 4,4% cette année, alors que le gouvernement voulait à l’origine être à 3,7%. L’année prochaine on espère être à 4,3%, sachant que Bruxelles nous attend plutôt à 4,7%. Le gouvernement n’arrive plus à encadrer les dépenses, car il n’y a pas de réformes structurelles. On va atteindre 58% du PIB en dépense publique. On sera sans doute les premier en Europe dans un avenir proche.

Pierre-François Gouiffès : La France est effectivement le seul pays de l’OCDE à avoir connu une série ininterrompue de 40 budgets en déficit, série en cours. Quant à savoir ce qui "manque" dans les caisses, il faut bien avoir conscience que le déficit n’est pas en soi un problème tant que les administrations publiques, au premier rang desquelles l’Etat, arrivent à se financer ou se refinancer comme c’est le cas à ce jour même si cette situation est loin d’être garantie ad vitam aeternam, surtout dans la situation d’augmentation très forte de la dette publique que le pays connaît depuis la crise Lehman : la dette publique brute a ainsi augmenté de 700 milliards depuis mi 2008 et dépasse désormais les 2 trilliards d’euros.

Pour savoir ce qui manque dans les caisses de l’Etat, on peut par exemple analyser ce qu’il aurait fallu faire pour maintenir le déficit initial 2014 de l’Etat prévu l’an dernier à 82,2 milliards et réactualisé à 88,2 milliards. Comme les recettes semblent rigides et orientées à la baisse, il aurait fallu baisser les dépenses de 6 milliards pour préserver le solde initial.

Alors que François Hollande avait promis le 6 novembre que les impôts n'augmenteraient plus, le secrétaire d'Etat chargé du Budget Christian Eckert a laissé entendre l'inverse jeudi 13 novembre à la radio (avant de se raviser par la suite). La promesse présidentielle est-elle physiquement tenable ?

Charles de Courson : Absolument pas ! Et jour après jour on voit l’inverse. La loi de finances rectificative crée un impôt sur les résidences secondaires, ce qui est inepte. On rend non-déductibles des charges qui l’étaient, on lutte contre la fraude… Il n’y a plus vraiment de ligne, de cohérence, on cherche juste à améliorer comme on peut les recettes fiscales, sans cohésion entre le discours et les faits.

Pierre-François Gouiffès : Avant même les propos du secrétaire d’Etat au budget, les éléments de langage du président de la République avaient été démentis dès le 12 novembre d’une certaine manière avec le projet de loi de finances rectificatif qui incluait de fait plusieurs mesures de hausses d’impôt : majoration de taxe foncière des terrains constructibles sur les zones foncières tendues, possibilité pour les collectivités locales de majorer la taxe d’habitation sur les logements meublés non affectés à une résidence principale, non déductibilité de l’IS de certaines taxes sur les sociétés financières et les compagnies d’assurance.

Le caractère extrêmement général de la promesse du Président de la République rend sa mise en œuvre probablement périlleuse dans le détail. En plus, cet engagement fait suite à une hausse particulièrement forte des impôts : en 3 ans, de 2010 à 2013, les prélèvements obligatoires ont augmenté de plus de 120 milliards (+14%). Compte-tenu de la constatation récente de moins-values fiscales, il n’est pas exclu que la France teste à grandeur nature la théorie d’Arthur Laffer ou le principe selon lequel "les hauts taux tuent les totaux", sans même parler du recul du consentement à l’impôt d’une peuple pourtant habitué à une forte fiscalité.

Quels sont les impôts qui peuvent être augmentés "frontalement" alors que tout le discours politique de ces dernières semaines vise justement à assurer que rien ne sera fait en ce sens, et que même la première tranche de l'impôt sur le revenu sera supprimée ? Qu'est-ce qui est politiquement faisable ?

Charles de Courson : Il n’y en a plus. Si vous augmentez l’impôt sur les sociétés, l’optimisation fiscale va accélérer la chute des recettes. Idem pour l’impôt sur les revenus (6 milliards de moins de recettes par rapport à ce qui était attendu pour cet impôt). Les gens s’adaptent au système fiscal : s’ils doivent payer des taux marginaux de 70% si, par exemple, ils distribuent des dividendes, ils attendent des jours meilleurs. Et la TVA, elle, n’est pas loin d’aller trop loin aussi. Si on ne réduit pas les dépenses publiques d’un montant supérieur aux intérêts de la dette pour réduire le déficit, rien ne sera possible.

Pierre-François Gouiffès : Pour des raisons d’équilibre politique au sein de sa majorité, le gouvernement a couplé pour les budgets 2014 et 2015 les mesures favorables aux entreprises liées au pacte de responsabilité à différentes mesures de baisse d’impôt visant à faire sortir de l’impôt sur le revenu une proportion importante des premiers redevables. Il y a maintenant le nouvel engagement anti- hausses d’impôt du président de la République donc il ne semble pas y avoir beaucoup d’axes d’action.

Si l'Etat va sans doute peu toucher directement aux impôts, quelles seraient alors les dépenses dans lesquelles il pourrait le plus aisément couper ? Quels sont les désengagements auxquels on peut s'attendre ?

Charles de Courson : On commence à le voir, c’est la baisse des effectifs de la fonction publique. C’est ce que fait le gouvernement sans le dire. Ce dernier crée des postes qu’il ne pourvoie pas. On est actuellement sur une baisse de 6000 à 7000 postes annuels.

Pierre-François Gouiffès : Rappelons la structure par  nature des 57,1% du PIB de dépenses publiques consolidées en 2013 : 19% de frais de fonctionnement dont 13% de dépenses de rémunération des agents publics, 32% de transferts et prestations dont 26% de prestations sociales, 2,3% de charges d’intérêt profitant de taux historiquement faibles, 4,2% de dépenses d’investissement.

On voit bien que le sujet majeur concerne le couple prestations sociales-dépenses du personnel : 39% du PIB soit plus des deux tiers du total : aucune chance de maîtriser la dépense dans la durée si on ne traite pas la dynamique de ces segments. D'ailleurs, Manuel Valls les avait ciblés dans son discours de politique générale du printemps via le gel des augmentations générales des fonctionnaires et la désindexation des prestations. Mais on a vu aussi ensuite que cela semblait difficile à mettre en œuvre.

L'un des principaux désengagements auxquels on peut s'attendre (car étant déjà annoncé) concerne des missions dont l'Etat souhaite se décharger au profit des collectivités, elles-mêmes de moins en moins dotées par l'Etat. Même si l'Etat n'augmente pas les impôts, le contribuable ne va-t-il pas se retrouver mis à contribution par la fiscalité locale qui supportera le transfert ? A quoi peut-on s'attendre dans ce domaine ?

Charles de Courson : On est parti sur des baisses de 7% des dotations de l’Etat aux collectivités locales, pour trois ans. Comment vont-elles réagir ? Trois solutions sont possibles (et peuvent se combiner). Primo, augmenter les impôts, ce qui est devenu tellement impopulaire que peu le feront. Deuxio, différer les dépenses d’investissement, ce que font la plupart des collectivités. Tertio, c’est les économies de fonctionnement : non-remplacement de départs à la retraite, économies sur le chauffage ou l’éclairage public, augmentation des tarifs pour l’usager. On voit ces mesures se généraliser.

Pierre-François Gouiffès : Cette question impose de regarder les questions de finances publiques sous l’angle consolidé en intégrant toutes les politiques publiques dont les trois les plus lourdes sur le plan budgétaire (retraites, santé, éducation & enseignement supérieur) et toutes les administrations publiques : Etat, Sécurité sociale et collectivités territoriales. Depuis de nombreuses années, ce sont les dépenses sociales et celles des collectivités locales qui sont les plus dynamiques, sans toutefois qu’on puisse imputer l’intégralité de la responsabilité sur ces administrations puisque l’Etat a de fait gardé la haute main sur la production normative dans ces champs de dépenses.

Donc il faut sortir d’une forme de jeu de dupes ou de vases communicants où une administration publique maîtrise ses dépenses en passant le mistigri de certaines politiques publiques aux autres administrations qui en profitent pour se sentir déresponsabilisées, mistigri d’ailleurs à l’origine d’un jeu de postures devenu progressivement désuet voir sinistre au vu de la situation objectivement très préoccupante de nos comptes publiques et de notre dette passée de 15% à 95% du PIB en quatre décennies.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 15/11/2014 - 19:58
À assougoudrel
Vous avez parfaitement raison, Hollande est un menteur de première classe, pour 2015, il y a déjà dans les tuyaux 6 nouveaux impôts ou taxes,dont le diesel, de plus il faudra bien chercher ces 6 nouveaux milliards supplémentaires dans la poche des français car ce gouvernement est incapable de faire la moindre économie. Le pire c'est que le budget continue à se dégrader et la dette à augmenter.
assougoudrel
- 15/11/2014 - 09:00
Je ne partirai pas pour ne pas
payer d'impôt, puisque, comme par hasard, on peut les retenir à la source, alors que c'est, soit disant techniquement impossible, mais l'air du pays devient irrespirable et nous n'avons plus de liberté. J'allume la radio, pour l'éteindre aussitôt, à cause des journalistes collabos; pareil pour la télé; la presse écrite, des torche-culs. Pour revenir aux impôts, ma fille travaille dans une banque et les gens débloquent leur argent pour les payer. Beaucoup, dont des anciens, font un crédit pour les payer. Vous pensez qu'ils pourront le faire tous les ans. Payez d'abord vos impôts (sur le revenu, taxe foncière, taxe d'habitation et autres) et, s'il vous reste quelque chose, vous pourrez nourrir vos enfants. Pendant ce temps, on lit dans le livre de son ancienne poule, que FH déteste la viande sous vide et la balance à la poubelle. Nos élus se remplissent la panse à vomir et aux infos on nous dit qu'on peut manger sans crainte des produits périmés. Il y a de la frustration et c'est ce qui a conduit à la Révolution française, car les dirigeants et autres privilégiés sont sur leur nuage, au-dessus de tout et ne voient pas la détresse du peuple. Et on nous promet encore des augmentations.
assougoudrel
- 14/11/2014 - 22:19
Quand les français
n'auront plus d'argent pour nourrir leurs enfants, là, ça pêtera, ou du moins, j'espère, car on se bat pour eux. Ca viendra, car beaucoup font des crédits pour payer les impôts qu'on leur inflige et on parle de les augmenter. Ca viendra Texas. Ca viendra. Quand a moi, "paille en cul, le feu dedans", je m'enfuierai sous des cieux plus cléments, tout comme beaucoup d'autres.