En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
A la conquête du pouvoir et des richesses nationales : la captation des États par les ex-élites communistes
Publié le 16 novembre 2014
Un quart de siècle après la chute du mur de Berlin, les partis et groupes communistes, néo-communistes, ex-communistes et post-communistes de toutes obédiences sont toujours présents, par centaines, dans le paysage politique de l’espace européen. Extrait de "Communisme", sous la direction de Stéphane Courtois, publié aux éditions Vendémiaire (2/2).
Stéphane Courtois est directeur de recherche au CNRS (université Paris X) et professeur à l'Institut catholique d'études supérieures de La Roche-sur-Yon. Il s'est spécialisé dans l'histoire des régimes communistes.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Courtois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Courtois est directeur de recherche au CNRS (université Paris X) et professeur à l'Institut catholique d'études supérieures de La Roche-sur-Yon. Il s'est spécialisé dans l'histoire des régimes communistes.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un quart de siècle après la chute du mur de Berlin, les partis et groupes communistes, néo-communistes, ex-communistes et post-communistes de toutes obédiences sont toujours présents, par centaines, dans le paysage politique de l’espace européen. Extrait de "Communisme", sous la direction de Stéphane Courtois, publié aux éditions Vendémiaire (2/2).

L’analyse de la Banque mondiale montre que la corruption du monde postcommuniste s’est enracinée dans l’existence d’institutions publiques et de législations inadéquates, et avec des politiques empêchant ou minant le libreéchange et la concurrence. Elle montre aussi que malgré la nature monolithique apparente du communisme, les héritages institutionnels ont sensiblement différé d’un pays à l’autre à l’occasion de la transition et que ces derniers ont, sur le long terme, marqué les sociétés postcommunistes.

La situation d’avant 1989 est bien connue : l’économie du « socialisme réel » se fondait sur la possession collective des moyens de production dont la gestion était assurée de manière centralisée par l’appareil d’État. La fusion entre les structures administratives et de gestion économique avec le parti communiste faisait que l´économie n’était pas autonome, mais devait répondre aux objectifs politiques fixés par le parti. Les cadres économiques étaient un des segments de l’élite communiste et suivirent, malgré un scepticisme croissant, la ligne du parti. De fait, cette élite ne put que constater, malgré la publication de données statistiques enjolivées, que le système centralisé connaissait une crise de plus en plus évidente. La pénurie était devenue chronique, la monnaie se dévaluait car l’on ne pouvait rien acheter sans devises. Des mécanismes d’approvisionnement alternatifs s’étaient installés, le troc et les trafics venant couvrir une faible part des besoins économiques. Le système de clientélisme des apparatchiks était devenu la clé de l’obtention d’un appartement, d’une voiture, d’un meilleur poste, de médicaments, etc. À partir de la mi-1970, ces réseaux gangrenèrent cette économie, captant une part grandissante des ressources publiques et attirant dans leurs rangs un nombre croissant de cadres communistes qui, au moment où le système s’effondra, disposèrent ainsi de richesses personnelles et collectives : un savoir technique, mais aussi des fonds propres, et des réseaux de partenaires à tous les niveaux de l’administration, de l’économie et du système bancaire. À partir de 1985, cette évolution s’accéléra et le capital étatique se dilua avant même que la libéralisation du secteur privé soit entamée. Enfin, la zone grise de la corruption fut de plus en plus large et puissante et de mieux en mieux rompue à l’accaparement grandissant d’une quantité de biens et de services.

Lorsque le système s’est effondré, cette élite communiste a eu deux types de réaction : une frange minoritaire craignait d’être dépossédée de ses avantages et a lutté pour le maintien d’un vaste secteur étatique ; la grande majorité, qui avait compris que le système était à bout de souffle, a pris la tête de la transformation du système économique pour sauver, voire accroître, ses ressources au sein de l’économie de marché. Les économistes ont évoqué à ce propos une « consolidation légale », processus qui a souvent abouti à un découplage stratégique avec les « nostalgiques » de l’ordre économique ancien.

En 1989-1990, au moment même où le pouvoir communiste était balayé, les élites économiques communistes, restées aux commandes de l’économie, se sont imposées comme partenaires et acteurs de la transformation économique dans les démocraties naissantes, à la fois faute de cadres alternatifs et en raison de leur omniprésence et de leur savoir-faire. Elles ont passé un deal avec les démocraties, s’engageant à accompagner les transformations en échange d’une garantie d’impunité. Chacun y gagnait : les démocraties supprimaient une zone de possible résistance et les cadres post-communistes voyaient leurs réseaux de pouvoir et leurs sources d’enrichissement se perpétuer.

À partir de 1990, tout l’enjeu tourne autour de la propriété des moyens de production qu’ont perdue les travailleurs. Et aujourd’hui, au regard de la puissance économique de la nomenklatura ex-communiste, le scénario déjà évoqué de la manipulation peut apparaître crédible : l’appareil communiste aurait anticipé les changements et cédé le terrain politique pour sauvegarder ou renforcer sa puissance économique et financière. Entre 1990 et 1992, il aurait pris dans le monde post-communiste le contrôle du processus de privatisation, détourné les fonds et acquit la propriété de nombreuses entreprises industrielles ou de service et des sources de matières premières. L’argent ainsi gagné aurait été blanchi et les communistes auraient géré l’économie sur un mode capitaliste24. Pour y parvenir, ils auraient utilisé les partis héritiers, mais aussi toutes les autres formations politiques, les nombreux scandales politico-financiers du début des années 1990, l’enrichissement prodigieux des oligarques et d’autres clans laissant les jeunes démocraties dans un état d’inachèvement et de corruption généralisée.

Extrait de "Communisme", sous la direction de Stéphane Courtois, publié aux éditions Vendémiaire, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 16/11/2014 - 21:52
@Leucate les ex-apparatchiks socialistes devenus oligarques
ne sont pas des imbéciles, mais l'intelligence du pouvoir n'en est qu'une parmi d'autres. Il leur manque une intelligence globale, qui les aurait incité à réformer le processus d'accession au pouvoir de l'état socialiste d'avant-mur, fondé sur le clientélisme et la corruption. A défaut, ils sont pris dans le même cercle vicieux qui a provoqué la chute du mur, écart grandissant entre classe pauvre et classe privilégiée, spectacle de sa dépravation, et absence de structures stimulant recherche et créativité. Ceci oblige le KGBiste Poutine à exploiter les mêmes recettes que celles des socialistes de jadis: exacerbation du sentiment nationaliste et de la paranoïa anti-occidentale, mensonges stratégiques et manipulation de masse. On sait où cela les a menés...Dans une impasse politique! Car, objectivement, Poutine n'a aucun intérêt à avoir une base navale sur la mer noire et une région minière supplémentaire. Il possède déjà 20% des ressources mondiales et les seules menaces du monde d'aujourd'hui sont liées au terrorisme, certainement pas à une UE démilitarisée et à des USA non belliqueux et refusant l'impérialisme d'antan.
Leucate
- 16/11/2014 - 19:52
@vangog - quand il n'y a plus d'Etat suite
Pour en revenir au apparatchiks (gens de l'Appareil du Parti), pour accaparer ainsi les industries d'Etat lors de l'effondrement du régime, il ne suffit pas d'être malin, il faut également être dans les postes clés qui permettent ce type d'opération. Ce sont donc des gens d'un grade certain dans la Nomenklatura soviétique qui ont pu récupérer pour leur compte les services qu'ils dirigeaient.
Dans un pays communiste, pour accéder à ces postes nomenclaturés, il faut avoir écrasé pas mal de petits copains pour avoir sa villa de fonction avec domestiques, voiture et chauffeurs et accès aux magasins de luxe réservés à l'élite. Sous Staline, ceux de la génération précédente dénonçaient leurs camarades qui disparaissaient au goulag et veillaient ensuite à ne pas être dénoncés à leur tour. Sous Brejnev, les purges du parti n'existaient plus mais là c'est la dague empoisonnée, à la manière des italiens du XVI° siècle, qui fonctionnait pour passer devant les camarades. Cela existe aussi dans notre administration où il faut avoir des antennes partout pour ne pas se faire écraser.
Les oligarques ne sont donc pas des imbéciles et, avec Poutine, ils savent qui est le mâle alpha.
Leucate
- 16/11/2014 - 19:32
@vangog - quand il n'y a plus d'Etat
les pirates et les corsaires s'en donnent à coeur joie.
Aux USA il y a eu aussi une époque comme cela, c'était la "loi à l'ouest du Pecos" et la fin du XIX° siècle et le début du XX° n'étaient pas mal dans leur genre non plus.
A la Révolution Française aussi, ceux qui ont été suffisamment malins pour ne pas être guillotinés ont guillotiné les guillotineurs et se sont fait des c.... en or "Barras est roi Lange est sa reine ...".
Quand un Etat et un régime s'effondrent, c'est le "sauve qui peut" et quelques uns "peuvent" plus que les autres. Il faut être malin et surtout être là à la bonne place au bon moment.
Ensuite, un nouvel Etat apparaît qui fixe des règles et les choses se stabilisent tranquillement.
Pour en revenir aux nouveaux riches du Directoire, on connaît l'Histoire. Le consulat et l'empire sont arrivés et nos riches révolutionnaires (ceux qui ont sauvé leur tête, sont devenus de paisibles sénateurs impériaux jouissant de leurs biens acquis durant la révolution.
"Veillons au salut de l'Empire, veillons au maintien de nos lois .."
Les plus malins ont continué ensuite sous la Restauration - Vive Henri IV, vive ce roi vaillant "