En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 50 min 13 sec
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 1 heure 24 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 58 min 22 sec
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 1 heure 42 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 3 heures 45 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 4 heures 29 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 18 heures 45 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 19 heures 45 min
© http://m.ceip.org/
L’État-nation rempart contre l’islam politique.
© http://m.ceip.org/
L’État-nation rempart contre l’islam politique.
Danse des couteaux

L’État-nation rempart contre l’islam politique

Publié le 18 novembre 2015
L’implosion de l’Irak et de la Syrie, les deux États-nations arabes les plus développés et partiellement laïques, a permis l’émergence d’une puissance comme l’ÉI qui revendique la restauration du califat aboli en 1924.
Nestor Lacourry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nestor Lacourry est est Professeur des Universités en droit.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’implosion de l’Irak et de la Syrie, les deux États-nations arabes les plus développés et partiellement laïques, a permis l’émergence d’une puissance comme l’ÉI qui revendique la restauration du califat aboli en 1924.

Depuis plusieurs mois les chrétiens d’Orient – sans parler des Kurdes yézidis – sont en train d’être massacrés en Irak et en Syrie. Une présence deux fois millénaire va définitivement disparaître victime de la barbarie de l’État islamique (ÉI). 

L’implosion de l’Irak et de la Syrie, les deux États-nations arabes les plus développés et partiellement laïques – mais aussi de la Libye, tandis que l’Égypte et la Tunisie touchées par les pseudos "printemps arabes" sont fragilisées – survenue dans un contexte de renouveau de l’islam dit politique a permis l’émergence d’une puissance comme l’ÉI qui revendique la restauration du califat aboli en 1924. Une telle évolution n’est en rien illogique au regard de la doctrine politique classique musulmane.

La communauté musulmane (umma) fondée par Muhammadà Médine constituait la société idéale qui était dirigée par le calife, "successeur" – sur le plan politique – de ce dernier. En dépit de son prestige, le califat a fini par être victime du triomphe au XIXe siècle du modèle occidental de l’État-nation qui cristallise le sentiment d’appartenance dans un cadre politique plutôt que religieux. Cependant, dès 1928 avec les Frères musulmans, et aujourd’hui avec l’ensemble des courants islamistes, la supériorité absolue de l’umma qui transcende le système imparfait et temporaire de l’État-nation n’a jamais cessé d’être proclamée. Avant d’être membre d’un État ou d’une nation, le musulman appartiendra toujours à l’umma, seule communauté véritablement légitime car totalement soumise à la loi de Dieu.

La déstabilisation des États-nations irakien et syrien a créé les conditions d’une restauration du califat – pour l’instant autoproclamé – par le plus fanatique des différents groupes islamistes sunnites qui sévissent au Proche-Orient, sachant que dans un contexte révolutionnaire, les franges les plus extrémistes triomphent toujours. L’ÉI mène méthodiquement le jihad, la "guerre légale" contre ceux qui refusent son autorité, suivant la doctrine classique musulmane qui divise le monde entre la "maison de l’islam" (dar al-islam), l’ensemble des territoires où la sharia s’applique, et la "maison de la guerre" (dar al-harb) soumise à la menace du jihad. La "maison de la trêve" (dar al-suhl) – dont les habitants ont la faculté d’acheter la paix – constitue une création tardive qui est généralement ignorée des traditionnalistes. De même, le choix donné par l’ÉI aux chrétiens capturés entre la conversion à l’islam, le paiement du tribut en tant que dhimmi ou la mort représente simplement l’application stricte de la prescription coranique : "Combattez-[les gens du Livre] jusqu’à ce qu’ils payent directement le tribut (jizya) après s’être humiliés" (s. 9, v. 29). De fait, la puissance militaro-financière et la sauvagerie de l’ÉI n’appellent qu’une seule réponse : son éradication totale par la force armée.

Ces évènements dramatiques ont des conséquences directes en France et dans tous les pays européens comprenant des populations musulmanes. Ainsi, plus d’un millier deFrançais se trouvent actuellement dans les rangs des jihadistes. À leur retour en France, à l’instar d’un MehdiNemmouche, ces terroristes aguerris seront prêts à passer à l’action pour continuer le jihad contre les infidèles.

Ces minorités agissantes parfaitement organisées sont largement à l’origine du développement spectaculaire de l’islam, qui se matérialise par l’accroissement de sa visibilité dans l’espace public et par la multiplication des revendications d’ordre confessionnel qui mettent en péril la cohésion d’une société française sécularisée, adossée à des principes fondamentaux auxquels elles sont viscéralement hostiles. Ces fondamentalistes mènent une véritable guerre contre l’État-nation français, son système démocratique "impie", et tout particulièrement le principe de laïcité. Mais au lieu de réagir avec la fermeté nécessaire, l’État recule et l’Observatoire de la laïcité estimait en mai dernier que la laïcité "n’est pas en cause dans ses principes".

Rien n’est plus faux. On oublie souvent que la laïcité – qui assure la liberté religieuse individuelle et collective, tout en prévenant les citoyens de toute discrimination fondée sur l’appartenance confessionnelle grâce à la neutralité de l’État – constitue un principe récent et nouveau dans l’histoire de l’humanité. Il a connu une naissance, souvent douloureuse, dans le cadre des États-nations occidentaux. En France, il triomphe à l’issue d’un long conflit débuté en 1789 et achevé sous la Troisième République, notamment grâce à la loi de 1905, avec l’expulsion définitive des religions, concrètement de l’Église catholique et de son clergé, du champ politique et de la sphère publique.

Plus encore que le christianisme qui théoriquement distingue les sphères spirituelle et temporelle – "Rendez à César…" –, l’islam est difficilement compatible avec la laïcité, même si des pistes de solutions pourraient exister comme l’avaient notamment suggéré dès 1925les analyses du penseur réformiste Ali Abderrraziq. Las, ses théories novatrices ont été ignorées et, dès lors, rien n’échappe à l’emprise directe de Dieu car l’islam est dîn, mot intraduisible en français qui signifie bien plus « loi » que « religion », une Loi totale tournée vers la soumission de l’homme à Allah. Ainsi, l’islam enserre dans la foi toutes les manifestations de la vie ; de fait l’intégralité de la société, du droit et des institutions musulmanes porte le sceau du religieux.

La France est une République à la fois indivisible et laïque, précise l’article 1er de la Constitution de 1958. Les pouvoirs publics doivent veiller au strict respect de ces grands principes et pourfendre toute forme de communautarisme, notamment religieux. L’heure n’est plus aux atermoiements ou aux "accommodements raisonnables" promus par certains auteurs bien-pensantsau nom d’un angélique "vivre-ensemble". Enfin, et même si des voix commencent à s’élever – notamment depuis la décapitation de Hervé Gourdel en Algérie –, l’action de la minorité islamiste doit être explicitement dénoncée par les autorités musulmanes, en particulier le CFCM, au nom de la majorité silencieuse qui elle-même subit les dérives de leurs coreligionnaires extrémistes.

À ce jour, l’État-nation demeure l’armature la plus adaptée pour mettre en œuvre cette politique salutaire qui permettra d’éviter que le chaos qui ravage aujourd’hui la région berceau de la civilisation humaine s’étende à l’Europe en général et à la France en particulier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires