En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

01.

Rugby: le désastre romain

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 4 heures 28 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 7 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 10 heures 4 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 10 heures 18 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 11 heures 26 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 10 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 7 heures 28 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 7 heures 46 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 14 heures 13 min
© REUTERS/khamenei.ir/Handout
L'Ayatollah Ali Khameini
© REUTERS/khamenei.ir/Handout
L'Ayatollah Ali Khameini
Courant alternatif

Accord sur le nucléaire : quel jeu joue joue vraiment Téhéran en soufflant le chaud et le froid ?

Publié le 14 novembre 2014
Alors que des négociations sont engagées avec les Occidentaux sur le nucléaire iranien, le Guide Kamenei a une fois de plus appelé à le destruction d'Israël, dont les Etats-Unis sont le premier allié. Un jeu trouble qui s'explique par des nécessités de politique intérieure.
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que des négociations sont engagées avec les Occidentaux sur le nucléaire iranien, le Guide Kamenei a une fois de plus appelé à le destruction d'Israël, dont les Etats-Unis sont le premier allié. Un jeu trouble qui s'explique par des nécessités de politique intérieure.

Atlantico : L'ayatollah Ali Khamenei appelle à la destruction d'Israël sur Twitter, alors même que des négociations sont engagées sur le nucléaire iranien et que les sanctions économiques pourraient être levées en cas d'accord. Barack Obama va même plus loin, il tend la main à l'Iran dans la lutte contre EIIL en cas d'accord sur le nucléaire selon le Wall street journal. Quel est le jeu (double) l'Iran ? Et pourquoi ?

Thierry Coville : Ce n'est pas un fait nouveau que les conservateurs les plus radicaux en Iran (dont Ali Khameini) fait partie, contestent la légitimité de l'Etat d'Israël. On peut noter par ailleurs qu'Ali Khameini propose un referendum pour régler cette question et non pas des moyens militaires. Le soutien à la résistance armée à Israël est également un leitmotiv fréquent chez les plus radicaux en Iran.

Je pense qu'il n'est pas très honnête de résumer la politique étrangère de l'Iran à un tweet du Guide. Il est vrai que le Guide a le dernier mot, notamment en matière de politique étrangère. Toutefois, le Guide essaie surtout à travers ses avis de prendre en compte l'ensemble des positions exprimées par les différents courants ainsi que par tous les groupes d'experts travaillant sur ces questions. En résumé, le Guide tire sa légitimité de sa capacité à faire la synthèse entre toutes ces positions (on peut lire à ce sujet l'excellent dossier de The Economist du 1 au 7 novembre 2014 "The Revolution is over"). Ceci signifie qu'il existe une certaine diversité des opinions en Iran sur tous les sujets et notamment sur la politique à adopter vis-à-vis d'Israël. La ligne directrice du régime est évidemment une opposition frontale à Israël depuis la révolution de 1979 mais cette ligne peut évoluer selon les rapports de force et les circonstances. En 2003, après l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis,  l'Iran a proposé à ces derniers de négocier sur tous les sujets, y compris sur la possible coexistence d'un Etat palestinien et d'un Etat israélien. Le gouvernement américain à l'époque n'a même pas daigné répondre... (les lecteurs intéressés peuvent voir à ce sujet sur Youtube le remarquable documentaire de la BBC Iran and the West - part 3). Depuis l'élection de Rohani, le gouvernement iranien a pris soin de se démarquer des déclarations antisémites de Mahmoud Ahmadinejad (en souhaitant par exemple le nouvel an juif). Par ailleurs, si les condamnations d'Israël ont été unanimes en Iran durant la dernière guerre à Gaza, on peut noter que l'Iran ne s'est pas lancé dans une diatribe radicale contre Israël (comme l'a fait Erdogan par exemple).

Il n'est également pas juste de mettre sur le même plan le tweet de Khameini et la lettre d'Obama. Il y a un consensus en Iran entre toutes les factions sur la dangerosité que représente l'Etat Islamique. Et l'Iran est le seul pays dans la région qui est effectivement engagé dans une lutte militaire contre l'Etat Islamique en Irak et en Syrie, où ils ont envoyé des conseillers militaires. On sait d'ailleurs que c'est notamment cette réalité qui a poussé l'Iran et les Etats-Unis à recommencer à discuter ensemble depuis mars 2013. Je suppose que l'Iran et les Etats-Unis qui ont tous les deux envoyé des conseillers militaires qui aident l'armée irakienne, ont pu commencer à échanger des informations sur l'Etat Islamique. La lettre d'Obama est dans cette logique.Tout le problème maintenant est d'arriver à officialiser cette relation ...On a l'impression que du côté américain, on privilégie pour l'instant des relations "secrètes" avec l'Iran plutôt qu'une alliance au grand jour (Les Etats-Unis ont ainsi refusé d'inviter l'Iran à la conférence de Paris visant à créer une coalition militaire contre l'Etat islamique). Le gouvernement américain doit gérer ce début de normalisation de ses relations avec l'Iran tout en évitant d'indisposer le camp républicain des faucons anti-Iran ainsi que ses alliés traditionnels comme l'Arabie Saoudite et lsraël. Le schéma est un peu semblable en Iran où un certain nombre de courants conservateurs restent opposés à une reprise des relations avec les Etats-Unis. Ces courant tirent à boulets rouges contre la politique étrangère d'ouverture menée par Rohani. Ceci signifie également que Khameini qui a forcément autorisé la reprise du dialogue avec la Maison Blanche, doit aussi tenir compte de cette opposition au Grand Satan. Il n'empêche qu'un débat est ouvert en Iran au sujet des relations avec les Etats-Unis, ce qui est en soi une évolution majeure après 30 ans d'anti-américanisme.

Pourquoi ne pas saisir l'opportunité offerte par les Etats-Unis, sachant que la levée des sanctions économiques représente une manne économique importante en termes d'exportation ?

Je le répète, il ne faut pas tirer de ce tweet la conclusion que l'Iran a arrêté de discuter avec les Etats-Unis. Par exemple, en ce qui concerne les négociations sur le nucléaire, l'Iran et les 5+1 (dont les Etats-Unis) sont dans une négociation intense depuis près d'un an. Ces négociations sont même actuellement très intenses car on approche de la date butoir (24 novembre 2014). Il faut d'ailleurs noter que depuis le début de ce processus, l'Iran a tenu ses engagements, en arrêtant d'enrichir l'uranium à un niveau supérieur à 5 %. Ceci signifie qu'il est encore possible qu'il y ait un accord sur le nucléaire entre l'Iran et les 5+1. On peut rajouter que c'est une erreur de voir ces négociations comme résultant simplement des sanctions. C'est d'abord la société iranienne qui, en élisant Rohani, a choisi la voie de la diplomatie pour régler la question du nucléaire. C'est d'ailleurs une erreur de croire que les autorités iraniennes cèderont sur tout car elles veulent la fin des sanctions. Les sanctions pèsent sur l'économie mais l'économie iranienne continue de fonctionner.

Mitt Romney a sévèrement critiqué la lettre d'Obama à Ali Khamenei. L'arrivée au Congrès des républicains et faucons pro israéliens peut-elle constituer une nouvelle embûche dans l'avancée des négociations ? 

C'est évident que ce changement de majorité dans les deux chambres peut peser sur la politique iranienne d'Obama.

Si il y a un accord sur le nucléaire avec l'Iran, les républicains peuvent décider de maintenir les sanctions en place ou même d'en voter des supplémentaires, en estimant qu'Obama est trop conciliant avec l'Iran. Dans ce cas, ils courent le risque, face à un accord qui apparaîtrait historique, d'apparaître comme ayant une stratégie de nuisance sans véritablement être capables d'apporter des solutions (les seules solutions étant proposées par ce groupe étant des sanctions supplémentaires ou la guerre ...). On peut penser que les républicains les plus "réalistes" en matière de politique étrangère se sentiraient gênés face à une telle éventualité. Dans tous les cas, il reste aussi la possibilité à Obama d'utiliser, en cas d'accord, la possibilité de  lui-même suspendre ces sanctions pour 2 ans (en utilisant le waiver). A terme, ce serait le nouveau président qui devrait gérer la suspension définitive des sanctions par le Congrès. Dans cette optique, si durant les deux prochaines années, l'Iran respecte les termes de l'accord, le Congrès pourrait accepter une levée définitive des sanctions.

Si il n'y a pas d'accord, ce groupe des faucons républicains pourrait se sentir renforcé dans sa volonté de mener une politique agressive et pro-israélienne vis-à-vis de l'Iran. Cependant, là encore, un certain nombre de républicains seraient à même de réaliser qu'une politique proposant des sanctions supplémentaires ou la menace d'une action armée serait sans issue. Une telle politique ne résoudrait pas les problèmes de fond (comme le nucléaire iranien) et ne ferait notamment que renforcer le camp des plus radicaux en Iran. Face à une politique agressive, ces groupes radicaux pourraient décider de répondre à l'agression américaine en utilisant la capacité de nuisance de l'Iran au Moyen-Orient. Dans ce cas, la région qui est déjà traversée par de multiples tensions, sombrerait dans l'instabilité totale. Un tel scénario serait également une catastrophe car il conduirait à la fin de tout espoir concernant une ouverture du système politique iranien, ce qui serait proprement désespérant pour la société civile iranienne ...

Quelles sont les marges de manoeuvre des Etats-Unis ? Sanctions, frappes aériennes ou accord diplomatique... Cela peut-il dissuader un régime iranien qui semble bien décidé à poursuivre son programme d'enrichissement et d'armement nucléaire (même si ce dernier aurait dernièrement été gelé) ?  

L'intelligence d'Obama (et de ses conseillers) a été de comprendre que les négociations sont la seule solution pour régler cette question du programme nucléaire iranien. Sur cette question du programme nucléaire iranien, on ne peut qu'être frappé par le courage politique et l'intelligence d'Obama. Quand on sait à quel point le régime iranien était, depuis l'affaire des otages américains, diabolisé dans la société et les milieux politiques américains, on peut percevoir à quel point il était difficile d'aller à contre-courant de ces tendances. En outre, en acceptant de négocier avec l'Iran, Obama prenait également le risque d'indisposer son allié israélien. Ce choix de la négociation avec l'Iran est un choix logique. Les autres options possibles telles que des sanctions ou des menaces de guerre ou une stratégie de regime change ont été essayés avec constance par tous les gouvernements américains depuis 30 ans et ont toujours échoué. Par ailleurs, le gouvernement américain a compris que le régime iranien était un acteur rationnel avec qui il était possible de négocier. Enfin, le gouvernement américain a également compris l'intérêt qu'il aurait de normaliser ses relations avec un acteur aussi influent que l'Iran dans la région pour régler un certain nombre de crises régionales (Irak, Syrie, Afghanistan) et lutter contre les groupes salafistes radicaux comme l'Etat islamique. Enfin, les autorités américaines visent également l'accès au marché iranien...

Dans le même temps, la société iranienne compte parmi les pays les moins religieux et anti-américains de la zone. Certes le régime conservateur reste hostile, mais pourrait-il céder à l'appel de son peuple qui aspire à jouir d'un Iran transformée en véritable société de consommation ?

La société iranienne est effectivement une société moderne qui aspire à une normalisation des relations de l'Iran avec les Etats-Unis. Cette société a joué un rôle important en votant pour Rohani qui était le seul candidat qui proposait de régler la question du nucléaire iranien à travers la négociation. D'autre part, on peut également penser que la guide Ali Khameini a pris en compte les aspirations de la société iranienne en "validant" l'élection de Rohani et en autorisant ce dernier à mener une politique étrangère d'ouverture. Il ne faut pas négliger également le fait que la modernisation de la société civile iranienne est un fait qui s'impose à tous les courants politiques en Iran et qu'ils doivent en tenir compte (cette société civile, c'est aussi leur famille, leurs proches, etc.).

Toute la difficulté pour Rohani est d'arriver à mettre en place les réformes politiques et économiques attendues par cette société en dépit d'une forte opposition de groupes conservateurs radicaux très influents dans un certain nombre d'institutions (parlement, justice, police, armée des pasdarans, etc.) et prêts à tout pour le faire échouer. On peut penser que Rohani s'est d'abord concentré surtout sur la question du nucléaire. Si il arrive à résoudre cette crise grâce à un accord avec les 5+1, ceci pourrait le renforcer politiquement, ce qui pourrait lui donner assez de marges de manœuvres pour lancer les réformes économiques et politiques qu'attend la société.

Propos recueillis par Franck Michel / sur Twitter

 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

01.

Rugby: le désastre romain

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 11/11/2014 - 20:58
tout à fait d'accord avec vous Amouyal
je n'énumérerai pas les actes criminels des ayatollahs, vous l'avez très bien fait. Comment croire le gouvernement iranien aujourd'hui après sa déclaration récente sur la "proposition de mettre fin au régime sioniste" ne disant rien sur l'avenir de la population juive qui sera soumise à la majorité arabe. Et ne parlons pas de tous les occidentaux attirés par la fin des sanctions qui accourent vers Téhéran. Obama n'est ni courageux ni intelligent, c'est un idéologue dont j'attends avec impatience la fin de mandat
Amouyal
- 11/11/2014 - 11:33
Pour ce cher mr coville
Un regime qui pends ses opposants, qui massacre et viole les etudiants, qui entretient des armees de terroristes , hamas , hezbollah, ou qui fait des attentats sur la planete entiere est finalement un regime comme un autre avec qui heureusement ce cher grand Obama , dieu de la paix mondiale, va nouer une grande et solide amitié ! Quelle epoque vivons nous pour assister a pareille soumission , ce texte est une honte pour la democratie et la liberté , mais il permet de comprendre le degré elevé de " pourrissement" de certaines theories , les defaitistes en 39 ecrivaient la meme chose et c est comme cela que notre armee s est couchee