En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© REUTERS/Bertrand Langlois/Pool
François Hollande inaugure le Mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette, à Ablain-Saint-Nazaire, à proximité d’Arras
Un peu trop tôt
11 novembre : ces étranges choix français dans les commémorations du centenaire de la guerre 14-18
Publié le 14 novembre 2014
Les cérémonies de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale s'enchaînent depuis maintenant un an, et donnent lieu à quelques incongruités historiques. François Hollande a notamment cherché à faire de ce 96e anniversaire de la signature de l'Armistice un événement de portée internationale, alors qu'il aurait fallu attendre quatre ans pour conclure comme il se doit le cycle entamé.
Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014),...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimitri Casali
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014),...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les cérémonies de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale s'enchaînent depuis maintenant un an, et donnent lieu à quelques incongruités historiques. François Hollande a notamment cherché à faire de ce 96e anniversaire de la signature de l'Armistice un événement de portée internationale, alors qu'il aurait fallu attendre quatre ans pour conclure comme il se doit le cycle entamé.

Atlantico : En ce 96e anniversaire de la signature de l’Armistice, François Hollande inaugure le Mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette, à Ablain-Saint-Nazaire, à proximité d’Arras. Le président de la République compte se recueillir devant trois noms de soldats : un Français, un Britannique et un Allemand. Cette initiative correspond-elle au sens initialement donné à la commémoration de l’Armistice ?

Dimitri Casali : On voit bien que François Hollande cherche à célébrer l’idée européenne, ce qu’on ne peut lui reprocher. Ces rituels de commémoration sont ce qui permet de réconcilier la nation dans l’un des rares moments d’émotion et de rassemblement de tous les Français. De cette manière on s’inscrire dans une histoire longue, mais que chacun peut s’approprier, et en particulier la mémoire des "Poilus". Ce rare moment de communion peut contribuer à redonner un peu de fierté aux Français, et surtout leur donner du courage pour affronter l’avenir. C’est le sens même des commémorations historiques. Sauf qu’avec François Hollande, se présente un double problème :

  • C’est un président qui n’a pas de culture historique approfondie, au contraire de son prédécesseur socialiste François Mitterrand, qui lui, ne se complaisait pas dans la repentance.
  • Sur les questions historiques, il tient toujours un discours clivant, car idéologue et sectaire. Ne serait-ce que sa conception de l’histoire de France : pour lui cette dernière ne commence qu’avec la Révolution, faisant fi des racines chrétiennes et monarchiques de notre pays, pourtant bien réelles.

 

L’événement suivant de seulement deux jours les 25 ans de la chute du mur de Berlin, Angela Merkel n'est pas présente. David Cameron quant à lui, surpris de ne pas avoir été convié aux célébrations de la bataille de la Marne le 12 septembre, réserve sa venue pour juillet 2016, à l’occasion du centenaire de la bataille de la Somme. Ces problèmes de concordance des dates révèlent-ils un manque de sens de l’Histoire chez François Hollande ?

Bien sûr. Déjà, les célébrations du 11 novembre 2013 étaient anachroniques, la Première guerre n’avait même pas commencé, symboliquement : il faut célébrer les centenaires, les bicentenaires, mais pas le 99e anniversaire ! Je reproche au gouvernement de ne pas avoir organisé une cérémonie unique, comme savent si bien le faire les anglo-saxons, afin de réunir les Français dans une grande communion. Son camp et les historiens qui le servent ont voulu ce saupoudrage d’inaugurations de musées de province. C’est le président "normal" qui veut faire de l’histoire "normale", dénuée de vision et de grandeur. C’est tout de même le plus grand traumatisme de l’histoire de France ! Il ne saisit même pas le calendrier, c’est comme s’il inaugurait des MJC à travers tout le pays, alors qu’il faudrait avoir le courage de dire qu’il faut redonner confiance à la nation et à l’armée, montrer que nous sommes capables par les temps qui courent de nous défendre. Il faut avoir ce courage, et sortir de la vision victimaire de 1914 afin de donner un sens à la défense de la nation. Qui pourrait mourir aujourd’hui pour la France en 2014 ? Pas grand monde,  à par l’armée.

Qu'est-ce qui témoigne encore de ce manque de sens de l'histoire chez François Hollande ? 

En ordonnant en 2013 l’ouverture aux Invalides d’un espace consacré aux 639 soldats fusillés pour avoir déserté, François Hollande a non seulement humilié l’armée, mais aussi dénaturé les Invalides, cœur de notre Roman national, et haut lieu de pédagogie pour nombre d’écoles qui y viennent en visite. François Hollande donne la lâcheté et la désertion en exemple à nos enfants, alors qu’il faudrait insister sur le courage et l’honneur des 1 385 000 morts pour la France. A l’étranger, on ne voit pas les choses comme ça : les exemples héroïques son appris, inculqués aux enfants afin de donner confiance en l’avenir. Pourquoi la France est-elle la championne du monde du pessimisme ? A cause de ce genre d’attitude vis-à-vis de l’enseignement, et à cause de l’idéalisation des déserteurs.

 

François Hollande, au travers de cette célébration du 96e anniversaire de l’Armistice, parvient-il tout de même à fédérer les Français ?

Pas du tout, il est clivant. Nous avons bien le pire président de toute l’histoire de la politique française. Même sur un événement aussi fondamental que la commémoration du 11 novembre, nous avons affaire à un président idéologue et sectaire, qui met en avant la lâcheté et la désobéissance civile.

Propos reccueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 12/11/2014 - 10:03
A PROPOS DE L'ANNEAU MEMORIEL DE NOTRE-DAME DE LORETTE
Tels de faux monnayeurs, les historiens ont progressivement fait main basse sur une guerre qui ne pouvait être la leur. En hommage servile au veau d'or européen, ils y ont scellé le pacte illusoire et trompeur que la guerre peut faire naître l'amitié entre les peuples et qu'avec le souvenir elle peut faire oeuvre de rédemption, les torts n'existant plus, la barbarie étant oubliée. Se sont-ils jamais demandé quel sens donner encore à l'engagement de ceux qui, loin de toutes ces billevesées, vont chaque jour encore risquer leur vie pour la France sur des terrains périlleux et ennemis? Ces soldats courageux et leurs familles doivent-ils songer qu'au fil des décennies leur valeureux sacrifice ne servira tout au plus qu'à susciter dans quelques années une repentance dans l'air du temps? Avant quelques décennies plus tard de fournir aux historiens en Afrique et ailleurs le ferment d'une future amitié franco-terroriste qu'ils n'avaient pas vue venir?
vangog
- 11/11/2014 - 19:07
"Hier ennemis"..."aujourd'hui absents"...
son mauvais style télégraphique et pleurnichard, à l'image du style stéréotypique qui a envahi les médias depuis leur Filipettisation forcée, ne fera pas oublier que ceux dont il parle, Anglais, Allemands...sont absents, ne voulant plus être vus en compagnie d'un looser dont ils pressentent la chute prochaine...
phegp
- 11/11/2014 - 18:31
Et rebelote
Notre comique troupier manque peut-être de sens de l'Histoire mais il ne manque pas les occasions de se faire jouer la Marseillaise ni, comme aujourd'hui, d'essuyer une fin de non-recevoir de la part de nos amis anglais et allemands. Heureusement, il aura débarrassé le plancher en 2018, année du véritable centenaire du 11 Novembre.