En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

02.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

03.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 26 min 56 sec
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 2 heures 12 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 4 heures 39 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 5 heures 11 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 7 heures 4 min
décryptage > International
Il y a mis du temps

Et Macron osa (enfin) nommer le Hezbollah

il y a 7 heures 21 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 50 min 5 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 1 heure 52 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 4 heures 11 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 5 heures 24 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 5 heures 42 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 6 heures 29 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Environnement
Quel sale temps

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

il y a 7 heures 26 min
© Reuters
Le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2015 sera examiné à partir de lundi 10 novembre par le Sénat.
© Reuters
Le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2015 sera examiné à partir de lundi 10 novembre par le Sénat.
Benchmark

Comment la chasse aux "25% d'actes médicaux redondants ou inutiles " pourrait s'inspirer des assurances santé privées plutôt que d'investir à nouveau dans le Dossier médical personnalisé

Publié le 10 novembre 2014
Voté en première lecture à l’Assemblée nationale, le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2015 sera examiné à partir de lundi 10 novembre par le Sénat. Celui-ci entend notamment "‪détricoter le budget de la Sécu" et "relancer la chasse au gaspillage à l'assurance maladie", alors qu'il estime entre 25 et 30% les actes médicaux redondants ou inutiles.
Claude Le Pen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Le Pen est un économiste français, professeur à l'université Paris-Dauphine où il dirige le master d’économie de la santé. Il est président du Collège des économistes de la santé. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voté en première lecture à l’Assemblée nationale, le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2015 sera examiné à partir de lundi 10 novembre par le Sénat. Celui-ci entend notamment "‪détricoter le budget de la Sécu" et "relancer la chasse au gaspillage à l'assurance maladie", alors qu'il estime entre 25 et 30% les actes médicaux redondants ou inutiles.

Atlantico : Lundi 10 novembre, le Sénat se penchera sur le Projet de loi de la Sécurité sociale, et a déjà annoncé vouloir trouver des solutions pour rationnaliser ses dépenses. Dans le viseur, les "25 et 30% des actes médicaux (qui) sont redondants ou inutiles" via le dossier médical personnalisé. Mis en place il y a 10 ans, ce dernier a déjà couté près de 500 millions d'euros, mais a-t-il concrètement fait ses preuves ?

Claude Le Pen : Non, mais on ne peut pas dire qu’il ait été réellement mis en œuvre. C’est le paradoxe : il a coûté beaucoup d’argent mais il n’existe pas, du moins sous sa forme initiale ! Depuis le début le DMP souffre d’un défaut rédhibitoire. On n’a pas tranché entre les deux options possibles d’en faire soit un outil professionnel couvert par le secret médical et exclusivement destiné à la transmission d’informations techniques entre praticiens, soit un instrument de démocratie sanitaire ouvert aux patients qui en auraient la propriété et donc le droit d’y inscrire ou, plus vraisemblablement, d’en retirer les informations qu’ils souhaitent. Il est légitime que les patients aient accès à l’information qui les concernent. Mais il est légitime également que les professionnels s’échangent des informations confidentielles. Le même instrument peut-il répondre à cette double exigence ? J’en doute.

Par ailleurs, il n’est pas toujours facile de définir ce que sont des actes "inutiles" et encore moins de les comptabiliser. Je me méfie de ces chiffres qu’on se jette à la figure, 35-30% d’actes inutiles, sans avoir bien défini de ce dont on parle. A posteriori on peut toujours dire qu’un examen biologique ou radiologique, par exemple, n’était pas nécessaire, mais dans la situation d’incertitude où se trouve le praticien au moment de sa prescription c’est beaucoup plus délicat. Il n’est pas toujours nécessaire de prescrire une IRM là où une radiographie traditionnelle suffirait. Mais le praticien peut hésiter à ne pas utiliser une technique à sa disposition, ce qui pourrait lui être reproché par la suite. De même les praticiens pourraient éviter de re-prescire des actes diagnostics dont les résultats figurent dans un dossier informatisé, mais il leur faudrait pour cela une confiance dans la fiabilité de l’outil qui n’est pas acquise, du moins pour l’instant.

‪Ce dernier propose de regrouper en un seul document numérique toutes les informations concernant la santé d’un malade, les rendant du coup accessibles à toutes les professions médicales. Si l'idée est bonne sur le fond mais fait office de tonneau des danaïdes dans sa concrétisation, peut-elle encore être améliorée ou faut-il se tourner vers d'autres solutions pour partir à la chasse de 30 milliards d'économies que représentes les actes médicaux redondants ?

Si on veut que les informations du dossier médical soient effectivement utilisées par les praticiens, il faut en effet le "professionnaliser", le "dépassionner" et, en un mot, le "dépolitiser". Et s’inspirer de ce qui marche. Personne n’a jamais protesté contre le carnet médical des enfants et tout le monde l’utilise. C’est pourtant une forme de dossier médical partagé mais, c’est vrai, sa forme papier évite le fantasme du Big Brother numérique. Mais le "Dossier pharmaceutique" informatisé, que les pharmaciens ont organisé tous seuls – à l’initiative de l’Ordre – connait un réel succès. Il permet à chaque pharmacie adhérente –  il y en a de plus en plus – de connaître l’état des délivrances de médicaments faites à un  patient dans les autres officines. Cela évite bien des erreurs et même parfois des fraudes ! Et c’est utile pour le patient à une époque où se pose la question de la dématérialisation des ordonnances.

 A t’on réellement besoin d’un dossier général comportant tous les actes, tous les antécédents, toutes les analyses et toutes les radios de tous les français ? Je n’en suis pas sur et d’ailleurs cela n’existe nulle part. Pourquoi ne pas commencer par des banques de données partielles, à l’image du dossier pharmaceutique, concernant certains actes, par exemple les examens biologiques, ou certaines populations, par exemple les patients souffrant de pathologies chroniques pour lesquelles l’identification du parcours de soins est importante. On obtiendrait plus facilement l’adhésion des patients et la confiance des professionnels qu’avec des dispositifs mégalomaniaques qui, à tort ou à raison, font peur.

‪En ce sens, qu'ont à nous apprendre les assurances privées ou mutuelles complémentaires ? La sécurité sociale peut-elle s'en inspirer ?

En France, c’est presque l’inverse : les assureurs complémentaires privés  – qui comme leur nom l’indique ne jouent qu’un rôle secondaire dans la couverture maladie des Français – ont plutôt fonctionné jusqu’à présent sur le modèle du "payeur aveugle" qui a longtemps été celui de la Sécu !

C’est cette dernière qui a importé des Etats-Unis certaines des techniques de "managed care", développées par les assureurs privés américains dans les années 70, au cours de l’ère Nixon. Il s’agissait d’appliquer à la santé les techniques assurantielles de "gestion de risque" pour diminuer le coût des "sinistres". On a, pour cela, développé des réseaux de professionnels agréés, on a multiplié les analyses approfondies des pratiques médicales individuelles – précisément pour faire la chasse aux actes "inutiles" –, on a intéressé financièrement les médecins à la baisse des dépenses, etc. Certes, à ses débuts, ce mouvement est allé trop loin et a conduit à des abus et à des scandales quand l’intérêt financier des assureurs est entré en collision avec celui des patients. Mais il s’est amendé sous la pression des consommateurs et des pouvoirs publics et certaines de ces techniques ont été acclimatées en Europe et en France, en dehors de tout climat affairiste.

Une question essentielle est celle de la liberté qu’on laisse aux médecins et aux patients. Si on veut gagner en "efficience" et éliminer ces fameux actes "inutiles et redondants" – à supposer qu’on sache bien les définir – il faut réduire les marges de manœuvre des uns et des autres et instituer des contrôles et des incitations. Nous n’aimons pas beaucoup cela en France. Depuis une dizaine d’années, notre système de santé est à la recherche d’un équilibre entre la très grande liberté dont ont bénéficié médecins et patients durant des années mais qui est génératrice de gaspillages et la soumission des uns et des autres au contrôle des organismes payeurs, privés ou publics, qui, au nom des économies, risque de faire passer la finalité économique avant celle du soin. Ce n’est pas facile, mais je crois que nous avons quand même progressé dans ce domaine. 

‪Enfin, la solution la plus redoutée qu'est un déremboursement plus étendu des médicaments est-il à redouter ? Serait-il malgré tout efficace ou porte-t-il en lui l'effet pervers de la hausse des prix des médicaments, et donc d'un plus grand renoncement aux soins de la part des patients ?

Le cas des déremboursements illustre à merveille nos ambiguïtés sur ces questions. Durant des années on a réclamé à corps et à cri le déremboursement des médicaments "inutiles" au motif que les Français étaient les "champions du monde de la consommation pharmaceutique", au bénéfice exclusif des laboratoires pharmaceutiques. Et c’est Martine Aubry, alors ministre des affaires sociales, qui a initié en 1999 une révision générale de la pharmacopée qui abouti à sortir du remboursement, en plusieurs vagues dont la principale s’est située en 2006, plusieurs centaines de médicaments dits à "service médical rendu insuffisant". Mais aujourd’hui, ces déremboursements sont critiqués, notamment à gauche, au motif qu’ils créent une "médecine à deux vitesses" et augmentent le "renoncement aux soins" des plus modestes. Et Marisol Touraine présente l’arrêt des déremboursements comme une victoire sociale. Mais en toute logique, ces "renoncements aux soins" ne devraient n’avoir aucune importance s’agissant de médicaments "inutiles" ! Inversement si l’accès égalitaire à ces médicaments est important, c’est qu’ils ne sont peut-être pas si "inutiles" que ça ! Comme quoi il n’est pas si facile de distinguer ce qui est utile et ce qui ne l’est pas. Comme quoi en matière de politique de santé on n’est jamais à l’abri des contradictions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/11/2014 - 16:49
Erreur dans mon texte...
Passage du remboursement de 65% à 35%, puis à 15%...les spécialistes auront rectifié!
vangog
- 11/11/2014 - 16:46
"Il ne suffit pas de critiquer...il faut des solutions!"...
La pente fatale et régulière qui amène ces médicaments à bas SMR à être deremboursés est un passage de 65% à 45%, puis à 5%. Ne me dites pas que ces 5% de remboursement des veinotoniques et autres étaient susceptibles d'impacter gravement le budget de la SS! À l'inverse, ils étaient préjudiciables au budget des mutuelles privées et, surtout, instituts de prévoyance, qui ont, seul, profité de l'immense intérêt financier de ces deremboursements...de 95% de remboursement, leur part passe soudain à 0%, ce qui justifie que leur acti lobbying se soit détourné des médecins pour se tourner vers la mère nourricière, l'etat PS, plus soucieux de la santé des organismes de prévoyance que des citoyens. Selon moi, 95% ou la totalité de ce qui est deremboursé (y compris l'homéopathie) devrait continuer à être remboursé par ces fructueux instituts, fer de lance du "peuple de gauche". Pour le reste de votre intervention, de bonnes idées, excepté cette technocratique "Limitation de prescription de certains médicaments pour les spécialistes", qui est l'exemple type de ces mesures gauchistes qui appauvrissent la Santé d'un pays...
vangog
- 11/11/2014 - 16:32
@JG Personne ne vous obligeait à les recevoir ces fabricants
de veinotoniques dont vous, étudiant, vous moquiez avec une telle délicatesse!Peut-être y aviez-vous quelqu'autre intérêt caché?... Si vous êtes médecins, vous saurez-donc que le de remboursement des veino-toniques a affecté le remboursement (et donc, la thérapeutiques) de multiples autres affections pour lesquelles les veinotoniques continuent d'être prescrits par de nombreux médecins (ce qui atteste , quelque-part d'une efficacité certaine, même si elle est partielle ou insuffisante par rapport au bénéfice escompté...), dans les affections de l'oreille interne, dans les affections hémorroïdales, dans les œdèmes des membres inférieurs etc...cela peut vous paraître bénin par rapport à la haute image que vous vous faites de votre exercice, mais cela n'est pas bénin pour les nombreux Français qui ressentent ces troubles moins rares qu'il n'y paraît! je n'aurai pas une réponse aussi sectaire que vous et accorde un crédit important à votre second post moins polémique et plus constructif. Excepté pour les deremboursements, dont j'ai eu le tort de ne pas expliquer pourquoi c'était une erreur. Le deremboursement suit une pente fatale et régulière qui amène ces médicaments à bas SMR...