En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

06.

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 8 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 11 heures 50 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 12 heures 45 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 13 heures 30 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 14 heures 28 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 16 heures 44 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 17 heures 31 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 18 heures 13 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 8 heures 11 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 8 heures 48 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 12 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 13 heures 6 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 13 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 14 heures 51 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 17 heures 57 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 19 heures 50 min
© Reuters
L'Arabie saoudite fait tout pour que le cour de l'or noir continue de chuter.
© Reuters
L'Arabie saoudite fait tout pour que le cour de l'or noir continue de chuter.
Stratego

Pétrole et financements troubles : la guerre invisible que mène l’Arabie saoudite contre l’Occident

Publié le 12 novembre 2014
En cette période de baisse continue des prix du pétrole, on aurait pu s'attendre à ce que que les Pays du Golfe diminuent leur production pour rééquilibrer les prix. Or surprise, l'Arabie saoudite fait tout pour que le cour de l'or noir continue de chuter.
Thomas Porcher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Voir la bio
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En cette période de baisse continue des prix du pétrole, on aurait pu s'attendre à ce que que les Pays du Golfe diminuent leur production pour rééquilibrer les prix. Or surprise, l'Arabie saoudite fait tout pour que le cour de l'or noir continue de chuter.

Atlantico : Alors qu'il est reconnu que les Pays du Golfe ont besoin que le baril se situe au-dessus des 100 dollars, le ministre du pétrole saoudien, Ali Al-Naimi, a effectué une tournée en Amérique latine pour convaincre les pays membres de l'OPEP de tirer les prix vers le bas (alors que le cours était déjà à 82,80 dollars lundi 3 novembre). Quelle stratégie l'Arabie saoudite poursuit-elle ?

Thomas Porcher : Lorsque l’on regarde les réactions passées de l’OPEP aux fluctuations des prix du pétrole, on se demande à quoi joue l’Arabie Saoudite en ce moment. En général, l’OPEP a toujours réduit sa production quand les prix du pétrole chutaient. Cela a été le cas en 2001 après la baisse de la demande suite aux attentats du 11 septembre ou en 2008 en pleine crise où les pays de l’OPEP ont retiré plus de 3,5 millions de barils par jour pour enrayer la chute des prix. Aujourd’hui, malgré la baisse des prix, l’Arabie Saoudite semble faire l’inverse en militant pour un maintien des quotas.

Deux scénarios circulent pour expliquer la réaction de l’Arabie Saoudite. Le premier est qu’elle veut faire baisser les prix du pétrole pour freiner les investissements dans les pétroles non-conventionnels notamment le pétrole de schiste américain et récupérer ses parts de marché. D’autres avancent qu’elle jouerait pour le compte des Etats-Unis qui visent à affaiblir l’Iran, le Venezuela et la Russie en baissant les prix du pétrole. Difficile à dire…

Mais on remarque également que l’Arabie Saoudite prend au sérieux le risque que d’autres énergies, plus rentables, viennent concurrencer le pétrole. Chaque fois que la demande n’a plus été au rendez-vous et que le marché a été excédentaire comme c’est le cas aujourd’hui, l’Arabie saoudite a veillé à ce que le prix du pétrole ne s’envole pas. Ce fut le cas dans la période 1986-2004, et même de manière officielle à partir de 2000 quand l’OPEP avait fixé une bande de fluctuation du baril entre 22 et 28$ et instauré un système de régulation automatique de la production. Par contre, dans la période 2004-2014 où le marché était sous tension à cause de la forte croissance de la demande des pays émergents, l’OPEP n’a pas hésité à laisser le prix s’envoler. La stratégie de l’Arabie Saoudite semble donc dépendre certes des tensions géopolitiques mais également de la structure du marché.

Mais rappelons que, même si l’extraction du pétrole saoudien reste largement rentable à un prix en dessous de 85 $, le prix nécessaire pour équilibrer son budget est autour de 90$ et que l’Arabie Saoudite, comme d’autres pays pétroliers de la région, ont des dépenses sociales croissantes.

A part les Etats-Unis, qui l'Arabie saoudite cherche-t-elle à déstabiliser ? Pour quelles raisons ?

Alain Rodier : Il faut replacer tout ce qui se déroule aujourd'hui au Proche-Orient dans la cadre de la lutte d'influence (pour ne pas dire la guerre par pays tiers) que se livrent l'Arabie Saoudite et l'Iran. Le faible cours du pétrole est une très mauvaise nouvelle pour l'économie iranienne qui est déjà frappée par les sanctions économiques imposées par les Nations Unies. Téhéran aurait perdu de 20 à 30% de ses revenus pétroliers en raison des faibles prix actuels. C'est donc à se demander si Riyad n'est pas encouragé par Washington dans cette voie pour que les négociations (5+1 : les membres du Conseil de sécurité plus l'Allemagne) qui ont lieu sur le nucléaire iranien, n'aboutissent enfin. D'ailleurs, des premiers signes de faiblesse sont émis par Téhéran qui aurait accepté de transférer son uranium enrichi en Russie -qui jouerait ainsi le "monsieur bons offices" comme cela a déjà été le cas avec les armes chimiques syriennes-. Nous sommes en face d'une partie de poker menteur où tous les moyens sont bons pour faire fléchir Téhéran. Si, d'aventure, les cours du pétrole repartaient à la hausse, l'économie iranienne pourrait être relancée et le mécontentement populaire qui est de plus en plus vif, calmé au moins pour un certain temps.

L'Arabie saoudite s'est depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale mise sous la protection des Etats-Unis. Dans quelle mesure est-ce aussi une manière pour le royaume de s'assurer que les Etats-Unis ne se désengagent pas de la région, surtout dans le contexte actuel ?

Thomas Porcher : Cela dépend a quel scénario on adhère ! Ceux qui prônent que l’Arabie Saoudite veut tuer la révolution américaine du pétrole de schiste en abaissant les prix, pensent qu’elle marque son désaccord avec les dernières prises de position des Etats-Unis notamment dans le dossier iranien. Ceux qui croient au deuxième scénario affirment que l’Arabie Saoudite en jouant le jeu des Etats-Unis cherche à s’assurer leur soutien. Honnêtement, très peu de gens connaissent la réponse. 

Alain Rodier : Les Etats-Unis ne se désengageront pas complètement de la région, car la protection d'Israël est considérée comme vitale par Washington. Le retour aux affaires des Républicains qui viennent de remporter les élections à mi-mandat du président Obama, vont encore accentuer ce facteur. En effet, l'Etat hébreu ne considère pas que les Démocrates sont leur plus solide soutien et d'ailleurs, il ne regrettera certainement pas la fin de la présidence Obama. En effet, Israël ne comprend pas que les Etats Unis défendent, même indirectement, les intérêts chiites en Syrie et en Irak.

La protection d'Israël passe par la bonne entente avec Riyad. En effet, l'Arabie saoudite a un rôle majeur dans la lutte contre les ennemis d'Israël qui sont : le pouvoir en place à Téhéran et les Frères musulmans.

Le fait d’exercer cette pression sur les prix du pétrole est-il aussi pour l’Arabie saoudite une manière de s’assurer de ne pas avoir un jour à rendre des comptes aux Etats-Unis - trop effrayés par son influence - pour son soutien apporté aux djihadistes de l’Etat islamique ?

Alain Rodier : je ne pense pas que la famille royale des Saoud craigne grand chose à ce sujet d'autant que l'Arabie saoudite n'est pas le seul pays à avoir soutenu les rebelles de l'opposition syrienne dont une partie a mué en Etat Islamique. A savoir la Turquie, les Etats-Unis et l'Europe, même si ce résultat n'était pas le but recherché initialement. C'est un peu l'histoire des moudjahidines afghans soutenus par l'Occident pendant la guerre contre les Soviétiques. Certains ont ensuite formé Al-Qaida.  

De quelle manière l’Etat islamique, qui se livre au trafic de pétrole, peut-il être affecté par des prix bas durables ?

Alain Rodier : beaucoup de choses ont été dites sur les gains faramineux faits par l'EI avec le trafic de pétrole. Je pense qu'ils ont été moins importants qu'annoncés car une partie des installations saisies ne pouvaient être exploitées au maximum de leurs capacités en raison de manque de personnels qualifiés dont une bonne partie avait pris la fuite. Ensuite, acheminer le pétrole en bidons, en camions citerne et grâce à des pipelines de fortune, limitait matériellement les transferts. Enfin, les frappes américaines ont considérablement réduit les capacités de production. Le souci majeur des insurgés est de continuer à s'approvisionner en carburant pour faire rouler leurs propres véhicules et pour faire vivre les huit millions de personnes qu'ils ont sous leur coupe. Maintenant, il est vrai que les prix bas du marché légal rendent moins attractifs ceux du pétrole trafiqué dont la qualité est souvent sujette à caution (les trafiquants n'hésitent pas à le couper avec de l'eau). Il est aussi surprenant que l'on ne se soit pas vraiment intéressé aux destinataires de ces trafics.  

Si l'Arabie saoudite et le Qatar ont des réserves financières qui leur permettent de tenir quelque temps avec des prix bas, il n'en va pas de même pour des pays comme l'Iran ou le Venezuela. Jusqu'où cette stratégie est-elle tenable ?

Thomas Porcher : Au sein même de l’OPEP, il y a un gros débat. La plupart des pays sont plutôt favorables à un prix de 100$ minimum, c’est le cas du Venezuela, du Nigéria, de l’Iran et de l’Irak mais également du Koweït qui s’apprêtait à mener des politiques de restrictions budgétaires. De manière générale, il faut savoir qu’à chaque dollar en moins sur le prix du pétrole : l’Arabie Saoudite perd 10 millions de dollars par jour, le Venezuela 3 millions et le Nigéria 2 millions. 

Alain Rodier : L'Iran est effectivement pris à la gorge. Mais la meilleure défense étant l'attaque, il est possible que les récentes conquêtes au Yémen des tribus al-Houthi soutenues par Téhéran, ne soient pas étrangères à cette lutte sourde. Les Houthis se sont emparés de la capitale yéménite, Sanaa et surtout du port d'Hodeida qui commande l'entrée de la Mer Rouge.

A terme, cette stratégie pourrait-elle se retourner contre l'Arabie saoudite ?

Thomas Porcher : La marge de manœuvre de l’Arabie Saoudite est extrêmement limitée car une baisse trop longue du prix du pétrole aurait des conséquences négatives tant au niveau interne qu’avec ses partenaires. Car sa manne pétrolière lui permet de maintenir une certaine paix sociale comme d’autres pays de la région, et, à terme, on pourrait voir apparaitre des tensions avec ses voisins qui ont besoin d’un prix du pétrole plus élevé. Mais peut-être que l’OPEP n’aura pas besoin d’ajuster ces quotas car si le prix du pétrole reste plusieurs mois en dessous de 85 $, il va y avoir un ralentissement des investissements des compagnies pétrolières et à terme, une contraction de l’offre qui fera remonter les prix. 

Alain Rodier : Si l'Iran est trop acculé et que la crise dégénère, les forces iraniennes pourraient, à terme, bloquer simultanément le Golfe persique et la Mer Rouge (donc, le canal de Suez). Les Américains sont conscients de ce risque puisqu'ils mènent, depuis le début novembre, un important exercice naval multinational dont l'objectif est de s'entrainer à une telle éventualité. L'Arabie saoudite serait alors durement impactée par ce blocus. Personne ne peut dire combien de temps il pourrait durer (militairement, le danger provient surtout des batteries de missiles sol-mer et des mines marines qui pourraient être déployées par les pasdaran). Il pourrait même constituer le casus belli dont les conséquences sont imprévisibles.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 12/11/2014 - 19:39
Information
Qui vient juste d' être confirmée par Mr Ali Al Naimi sur Reuters .
Texas
- 12/11/2014 - 19:26
Les cours ...
...sont en phase avec la courbe de réference des prévisions du Departement de l'energie U.S , malgré la volatilité qui pourrait régner dans ce contexte . La préeminence de l'offre et de la demande semble supérieure aux jeux d' influences entre Iraniens et Saoudiens ....pour l' instant .
valencia77
- 12/11/2014 - 14:43
valencia77
Couper du petrole avec de l'eau? SVP, montrez moi comment faire ca!!

Les Emirats ne dependent plus beaucoup des hydrocarbures. Vous ne suivait pas tres bien les developements economiques dans le monde.
Prenez vos prochaines vacances dans les emirats!