En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Petit conseil entre amis, de Giscard à Sarkozy

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 2 heures 19 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 4 heures 44 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 5 heures 58 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 8 heures 35 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 9 heures 33 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 10 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 10 heures 49 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 11 heures 13 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 11 heures 48 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 5 heures 9 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 7 heures 10 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 10 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 10 heures 34 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 11 heures 48 min
© Reuters
Guillaume Peltier, cofondateur de la Droite forte.
© Reuters
Guillaume Peltier, cofondateur de la Droite forte.
Entretien

Guillaume Peltier : "La question n’est pas tellement de savoir s’il faudra être plus à droite, mais de savoir qui sera le plus courageux”

Publié le 14 novembre 2014
Nicolas Sarkozy a réuni près entre 4 000 et 5 000 sympathisants lors de son meeting à Paris vendredi 7 novembre. S'il en a profité pour établir un diagnostic de problématiques auxquelles la France est confrontée, des réformes économique en passant par la thématique de l'immigration, il a également voulu bouger les sensibilités traditionnelles pour rassembler une droite plus que jamais fragmentée.
Guillaume Peltier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Peltier est député de Loir-et-Cher et vice-président délégué des Républicains. Il a été professeur d'histoire-géographie, chef d'entreprise et porte-parole de Nicolas Sarkozy.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy a réuni près entre 4 000 et 5 000 sympathisants lors de son meeting à Paris vendredi 7 novembre. S'il en a profité pour établir un diagnostic de problématiques auxquelles la France est confrontée, des réformes économique en passant par la thématique de l'immigration, il a également voulu bouger les sensibilités traditionnelles pour rassembler une droite plus que jamais fragmentée.

Atlantico : Au lendemain de l'émission de François Hollande En direct avec les Français, Nicolas Sarkozy a organisé un meeting porte de Versailles à Paris. Réunissant entre 4 000 et 5 000 personnes, ce dernier était notamment attendu pour son programme du renouvellement de l'UMP. En quoi son discours nous a-t-il révélé sa conception de ce que devrait être l'UMP ?

Guillaume Peltier : Nicolas Sarkozy est intervenu sur plusieurs sujets pour parler directement aux Français. Avec hauteur, il a porté une direction, un cap, avec un certain nombre de propositions courageuses et audacieuses. Il a donc évoqué la réforme du statut des fonctionnaires, exprimé sa très forte volonté de réduire la dette, sans oublier de parler des problèmes liés à l’immigration à travers la refonte du traité de Schengen qu'il estime nécessaire, - et il a raison ! – pour résoudre ce problème. Il a montré sa volonté de lutter contre l’assistanat et le communautarisme, deux maux qui rongent la société française. Il a placé la France et la République, nos trésors si précieux, au-dessus de tout.

C’est dans cet état d’esprit qu’il a choisi cette date et ce lieu pour s’adresser aux 300 000 adhérents de l’UMP. Son objectif était également de tracer les perspectives de notre nouvelle formation politique qui verra le jour dans les semaines et les mois qui viennent, et qu'il souhaite voir à travers un congrès fondateur au printemps prochain. Trois changements principaux me semblent nécessaires, bien qu’elles restent à être évaluées et débattues en interne : premièrement, changer le nom de notre formation, car la dimension symbolique est importante : nous avons pu le constater en 2002 quand Alain Juppé avait amorcé la transition entre RPR et UMP, ou comme l’avait fait Jacques Chirac en 1976 avec le RPR. L'objectif est donc d'ouvrir une nouvelle ère, celle de la plus grande formation politique de droite au niveau européen avec 500 000 adhérents. 

Un changement de forme, mais également un renouvellement des équipes.  Un vivier important de personnes doit prendre part à de nouvelles responsabilités sur les questions thématiques qui préoccupent les Français. Et un lien doit être établi structurellement avec les fédérations, les élections, les projets pour proposer une opposition constructive à l'action gouvernementale. Egalement, il a exprimé une volonté originale, à savoir faire de la carte d’adhérent une véritable carte d’électeur, afin que la capacité d'influence de tous les adhérents soit la même, alors qu'aujourd'hui ceux qui n'habitent pas à Paris ne sont pas suffisamment entendus. Il faut redonner la parole aux militants comme il faut, plus largement, la redonner au peuple français.

>>> A lire également : Revivez le meeting de Sarkozy à Paris

Comment s’organiseraient ces référendums, souvent proposés à l'UMP mais jamais concrétisés ?

Il y aurait des débats sur des sujets aussi vastes que les questions économiques, sociétales, sociales ; et à l’issue, l’organisation de référendums militants. Chaque nouvel adhérent de cette grande formation politique de la droite républicaine aurait la possibilité non seulement de choisir les personnalités qui les représenteront lors des scrutins locaux et nationaux, mais aussi et surtout de valider les orientations programmatiques. Tout cela est très cohérent : parler aux Français à travers son projet pour la France, parler et écouter les militants à travers cette nouvelle organisation pour permettre à chaque Français de recouvrer la maîtrise de son destin, de son avenir.

Les parlementaires et les élus pourraient ainsi exposer leurs idées dans des débats, sur leurs visions de l’éducation ou encore de la fiscalité, mais les propositions finales seraient tranchées par les militants.

Nous croyons fondamentalement au travail de nos parlementaires et à la démocratie représentative, mais celle-ci doit être complétée de manière indispensable par une démocratie participative sur les grands sujets qui passionnent les Français et engagent leur avenir.

En 2007 et en 2012, on connaissait dans l’entourage de Nicolas Sarkozy un certain nombre d’idéologues qui l'ont soutenus dans l’élaboration de son programme. Qui a pris cette position aujourd’hui, et qu’est-ce que cela peut révéler de son projet politique ?

Sa volonté est justement de casser les vieux codes, les vieux tabous et les vieux totems. Il ne souhaite pas se laisser enfermer dans une vision caricaturée des choses. La question n’est donc pas tellement de savoir s’il faudra être plus ou moins à droite, mais de savoir s’il faudra être plus courageux. Sa volonté est d’incarner le courage des réformes. Pourquoi ? Car avec le recul et la lucidité, nous pouvons déduire que premièrement, nous avons réformé comme jamais notre pays, mais sans l’expliquer suffisamment. Nous avons lors du précédent mandat engagé de nombreuses réformes, comme en témoignent la défiscalisation des heures supplémentaires, le service minimum, l’autonomie des universités, le report à 62 ans du départ à la retraite ou encore le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Mais il faut également admettre que si nous n’avons pas gagné en 2012, c'est parce que nous n’avons pas été assez loin dans les réformes, ni assez courageux politiquement et collectivement. Et je crois que c’est ce que souhaite porter Nicolas Sarkozy, une nouvelle méthodologie et une volonté réformatrice plus forte, plus courageuse.

Nicolas Sarkozy est régulièrement en baisse dans les différents sondages effectués auprès des sympathisants UMP. Dernièrement, un baromètre BVA-Orange faisait état d'une différence de 10 points entre lui et Alain Juppé. Certains de ses fervents soutiens semblent même faire une croix sur une victoire à 80% comme annoncé à son retour. Quelle lecture faites-vous de ces résultats, et quelles conséquences en tirez-vous ?

Qu’il y ait des variations lorsque l’on rentre dans une campagne est on ne peut plus légitime. La question n’est pas la valeur relative mais la valeur absolue ! Si l’on demande à n’importe quel homme ou femme politique, de droite et de gauche, à une élection nationale ou locale, comment considérer un sondage qui l’annonce très largement victorieux au premier tour, eh bien chacun signe des deux mains. Par-delà le score, ce qui compte, c’est de gagner et de refonder enfin notre parti.

Qu’est-ce qui vous permet alors d’imaginer que cette tendance baissière stagnera, voire s'inversera ?

Deux phénomènes prouvent cette réussite du retour de Nicolas Sarkozy : des milliers de personnes sont venues vendredi soir, nous avons même dû refuser du monde car les salles sont trop petites. 5 000 personnes à Paris, à Nice, à Marseille et ailleurs… Tout cela est à prendre en compte. Et deuxièmement, qu’il y ait de deux tiers à trois quarts des sympathisants qui estiment qu’il est le meilleur et le mieux placé pour être le futur président de l’UMP est déjà considérable. La légère baisse est, encore une fois, légitime puisqu’il est entré en campagne, mais ce qui compte c’est de gagner, et de gagner nettement : c’est ce qui est annoncé.

Qu’Alain Juppé soit populaire dans certains baromètres est une réalité mais il n’est pas encore en campagne pour celle qui vient. Egalement, cette popularité est alimentée en grande partie par des électeurs de gauche, nous le savons. Si l’on doit faire une bonne comparaison, les sondages actuels sur le premier tour de l’élection présidentielle disent que Nicolas Sarkozy ferait entre 26% et 28% des voix, et Alain Juppé de 27 à 29% des voix. On voit bien que les deux sont donnés dans un mouchoir de poche. Dire que l’un a pris le pas sur l’autre pour une campagne qui n’a pas encore commencé est une erreur d'appréciation. Ce sera un autre débat, celle de la primaire, que les électeurs devront trancher, mais pas avant.

On a pu voir que Nicolas Sarkozy multipliait les meetings, de Marseille à Paris, en passant par Nancy par exemple. Comment vit-il personnellement son retour ?

Il envisage son avenir avec beaucoup d’humilité et de volontarisme, souhaitant réunir autour de lui le plus grand nombre de personnalités aux sensibilités complémentaires, et surtout le plus grand nombre de Français qui ne croient plus en la politique. Le grand défi, c’est de réconcilier les Français avec eux-mêmes, avec la France, avec la politique au sens noble du terme. Le grand enjeu, c’est d’incarner enfin le courage et le mérite. Voilà les deux mots-clés de l’avenir de la droite comme de la France.

Son retour est réussi car il ne mélange pas les élections, contrairement à ce qu’on lui a reproché. Il est actuellement dans sa campagne interne, et pas plus loin, pour avoir le mandat de refonder sa famille politique.

Pour autant, il ne se prive pas d’une analyse de la scène politique actuelle, comme on a pu le voir à de multiples reprises. Marine Le Pen est actuellement donnée gagnante au premier tour des élections présidentielles, et ce dans toutes les configurations politiques. Quelle est son attitude par rapport à ces projections ?

Ce que j’apprécie particulièrement chez Nicolas Sarkozy, c’est sa capacité à regarder en face et sans prisme déformant la réalité de la colère profonde du peuple français. Il y a, il est vrai, une vague qui monte et qui s’exprime à travers ce vote. Face à cette réalité, deux attitudes sont possibles. La nier, la caricaturer ou la juger moralement, comme ont choisi de le faire certaines personnalités de droite comme de gauche, mais il y en a une autre, plus pertinente et, à mon sens, plus réaliste et efficace. A juste titre, Nicolas Sarkozy veut parler aux électeurs qui sont tentés par le Front National en leur disant : je ne vous juge pas, je comprends votre exaspération mais je vais y répondre par le courage. Vous êtes inquiets sur la reconstruction européenne ? Comment redonner la parole au peuple en Europe ? Sur les questions d’immigration, comment rétablir les contrôles aux frontières ? Vous êtes inquiet sur les délocalisations ? Comment est-ce qu’on remet au goût du jour le patriotisme économique ? Sur la dette ? Comment rétablir notre souveraineté ? Sur tous les sujets qui concernent les Français, il ne souhaite pas apporter un jugement moral mais une réponse politique.

Comment compte-t-il faire la synthèse entre toutes les droites, alors que les valeurs du centre incarnées par Alain Juppé sont de plus en plus plébiscitée par les électeurs UMP, et celle d’une droite plus radicale ? Ce grand écart des sensibilités politiques est-il vraiment envisageable ?

Là encore, ne commettons pas l’erreur de penser le nouveau monde avec le vieux système. Oui, il existe des Français de droite, du centre et de gauche. Mais il y a, à mon sens, une écrasante majorité de Français qui, par delà les positions partisanes, attendent surtout des résultats, un chef, une autorité, une énergie, et des hommes et des femmes qui seront capable demain d’appliquer les promesses qu’ils font aujourd’hui. Nous avons des talents, tels Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, ou encore Bruno Le Maire. C’est le peuple de droite qui aura à trancher en 2016 pour désigner celui qui est le mieux placé pour incarner cette idée. La question centrale est qui est le plus courageux pour porter enfin les réformes radicales que les Français souhaitent voir engagées.

Un livre publié cette semaine rapporte plusieurs commentaires que Nicolas Sarkozy aurait fait sur des personnalités de la vie publique, jusqu'à sa propre famille politique. Comment Nicolas Sarkozy envisage-t-il la fonction de président de l'UMP ?

Je ne porterai aucune analyse ou jugement sur ce type d’ouvrage. Chacun fait son travail, et je ne crois que ce que je vois et ce que j’entends. Dans cette campagne, ce que je vois, c’est un homme qui a été présenté comme un diviseur, et qui, pourtant, est sans doute le plus rassembleur. Qui dans cette campagne a été capable de rassembler des personnalités aussi diverses que Nathalie Kosciusko Morizet, François Baroin, Laurent Wauquiez, ou mes amis de la Droite forte ?… Il démontre en permanence sa capacité à rassembler. Ce recueil, je le qualifierai d’écume des jours. Si cela passionne le microcosme, tant mieux pour eux et tant pis pour la France. Moi, ça ne m’intéresse pas, et je ne crois pas que cela intéresse les Français davantage. Arrêtons le nombrilisme, intéressons nous enfin à la France !

Propos recueillis par Alexis Franco

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 10/11/2014 - 03:54
suicide politique
Les allemands ont payé très cher la réunification. Quand il a fallu régler la note et remettre le pays sur les rails pour qu'il redevienne compétitif, ils ont trouvé un homme politique, un social démocrate, Gehrard Shroeder, pour assainir les finances publiques, réformer la fiscalité (le taux marginal de l'impôt sur le revenu passe de 53 % en 1999 à 42 % en 2004), les retraites. Lors de son second mandat, il mis en oeuvre une série de réformes destinées à réduire les dépenses de l'État providence, notamment en fusionnant les allocations sociales avec celles du chômage,
Cela lui couta son poste de chancelier en 2005 mais il laissa à son successeur, Angela Merkel, une situation assainie dont elle profite aujourd'hui.
Qui acceptera d'être le Schroeder français ? ne répondez pas tous à la fois messieurs ..
MEPHISTO
- 09/11/2014 - 23:03
La fin des conservatisme de droite et gauche ! quand ?
Il faut que celles et ceux qui nous dirigent , ou qui prétendent le faire , admettent qu' aujourd 'hui qu'est révolu le communisme ou l 'égalitarisme ( qui n'a jamais été appliqué par les régimes politiques le revendiquant en leur temps. qui peut croire qu 'à CUBA ou en COREE DU NORD , les apparachiks au pouvoir sont du même niveau social que le peuple ) et que va bientôt être proche le crépuscule de l 'ultralibéralisme ou l 'autorégulation des marchés financiers qui bénéficient à une minorité d 'actionnaires, spéculateurs boursiers , ( 20 % de nos concitoyens les plus fortunés se partagent 80% des richesses produites ) il est venu le temps où celles et ceux qui travaillent ou ont travaillé ( salariés , cadres et retraités ) ont droit d 'être mieux rémunérés et avoir une part plus importante des actifs pour une vie meilleure et offrir un avenir à leurs proches , au même titre que les décideurs , celles et ceux qui investissent dans l 'économie réelle , qui doivent être aussi mieux considérés . que les prestations sociales vont en priorité à celles et ceux qui contribuent ( pas d 'abord aux profiteurs et profiteuses du système de solidarité ) c'est aussi simple que cela
emcé
- 09/11/2014 - 16:40
Bien ,mais
On aimerait l'entendre aussi sur dres sujets comme le mariage zinzin et la theorie du genre à l'ecole, preuves de la mainmise du lobby gay sur ttes les institutions. Est il gayfree or not?