En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 2 heures 52 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 4 heures 7 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 9 heures 30 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 11 heures 48 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 4 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 7 heures 4 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 8 heures 2 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 11 heures 27 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 20 heures 34 min
© Reuters
Avant même la réunification, les Allemands défendaient déjà l'idée d'une Banque centrale indépendante,
© Reuters
Avant même la réunification, les Allemands défendaient déjà l'idée d'une Banque centrale indépendante,
Série : 25 ans après la chute du mur de Berlin

Comment la chute du mur de Berlin a précipité une domination germanique sur l’Europe que l’Allemagne ne recherchait même pas

Publié le 14 novembre 2014
Avant même la réunification, à l'époque où le Deutschemark était la valeur refuge suite au krach des années 70, les Allemands défendaient déjà l'idée d'une Banque centrale indépendante, tandis que les Français ont toujours eu une conception plus politique de la monnaie. 3ème partie de notre série consacrée à l'anniversaire des 25 ans de la chute du mur de Berlin.
Docteur en géopolitique de l’Université de Paris IV – Sorbonne, Pierre Verluise est fondateur du premier site géopolitique francophone, Diploweb.com. Il en est le directeur des publications. Producteur géopolitique (articles, études, livres, conférences...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Bozo est professeur à la Sorbonne Nouvelle (Université Paris III) où il enseigne l’histoire contemporaine et les relations internationales. Ses travaux portent sur la politique étrangère et de sécurité de la France, les relations...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Verluise
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en géopolitique de l’Université de Paris IV – Sorbonne, Pierre Verluise est fondateur du premier site géopolitique francophone, Diploweb.com. Il en est le directeur des publications. Producteur géopolitique (articles, études, livres, conférences...
Voir la bio
Frédéric Bozo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Bozo est professeur à la Sorbonne Nouvelle (Université Paris III) où il enseigne l’histoire contemporaine et les relations internationales. Ses travaux portent sur la politique étrangère et de sécurité de la France, les relations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avant même la réunification, à l'époque où le Deutschemark était la valeur refuge suite au krach des années 70, les Allemands défendaient déjà l'idée d'une Banque centrale indépendante, tandis que les Français ont toujours eu une conception plus politique de la monnaie. 3ème partie de notre série consacrée à l'anniversaire des 25 ans de la chute du mur de Berlin.

Atlantico : La question qui obsédait l'Europe depuis la chute de IIIème Reich, soit la réunification allemande, est-elle directement ou indirectement responsable de la domination allemande sur l'Europe ?

Pierre Verluise : L’unification allemande, le 3 octobre 1990 se solde d’abord par une opération coûteuse : l’échange d’un Deutschemark Est contre un Deutschemark Ouest, ce qui était surréaliste mais politique. Au-delà, l’unification allemande se traduit par l’intégration au territoire de la République fédérale d’Allemagne des länder délabrés de l’ex-République Démocratique d’Allemagne (RDA).

Plus de deux décennies après il en reste encore des traces sous l’angle démographique, puisque les femmes en âge d’avoir des enfants ont souvent quitté ces territoires pour des espaces plus attractifs à l’Ouest, ce qui a aggravé à l’Est une situation démographique marquée par une faible fécondité. Aujourd’hui peuplée de 80,6 millions d’habitants, la RFA affiche à l’échelle nationale un indicateur de fécondité de 1,4 enfant, lorsqu’il en faudrait 2,07 pour assurer un remplacement. Résultat, la projection de population de la RFA pour 2050 avance une baisse significative puisque la population serait alors de 76,2 millions d’habitants. Cette dynamique démographique déclinante ne doit pas être perdue de vue lorsqu’on réfléchit à la puissance de l’Allemagne à moyen et long termes. La démographie est un des fondamentaux de la puissance.

Enfin, pour revenir à 1990, l’unification de l’Allemagne s’est traduite par les élargissements non-dits de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord et de la Communauté économique européenne à l’ex-RDA. Ce qui est d’une importante stratégique majeure, aussi bien pour l’OTAN que pour la CEE.

Dans la première moitié des années 1990, l’Allemagne a milité pour l’élargissement de l’UE aux pays d’Europe balte, centrale et orientale. Alors que la France politique et économique était debout sur les freins. La situation bascule après la fin des années François Mitterrand, lorsque presque simultanément le monde politique comme le monde de l’entreprise français réalisent que le Rideau de fer n’existe plus. Les 5 à 6 années de retard de la France – en dépit des appels du pied de l’Allemagne – expliquent bien davantage ses difficultés à prendre pied dans cette zone qu’une volonté de puissance allemande. Par ailleurs, Berlin profite d’une assez bonne diffusion de sa langue dans cette zone.

Frédéric Bozo : Attention à ne pas donner l'Allemagne une place centrale dans cette crise économique et budgétaire européenne, tout comme il ne faut pas lui accorder de manière disproportionnée une puissance hors norme sur la scène européenne. En termes économiques (si on fait abstraction de la crise que connait la France actuellement), en considérant le PIB, France et Allemagne n'évoluent pas à des niveaux si différents que celui qu'il était à l'époque de la RFA.

D'ailleurs, pendant les 20 ans qui ont suivi la chute du mur, il n'a pas été question de dégradation radicale du rapport de force entre France et Allemagne. C'est véritablement la crise de l'euro et ces développements plus récents qui ont creusé l'écart et donnent le sentiment d'une toute puissance allemande écrasante.

Reste que les problèmes de la zone euro se résument aux habituelles divergences de vues franco-allemandes, avec ou sans réunification. Celle-ci porte sur la définition même de l'union économique et monétaire. Les Allemands défendaient - et ce même avant la réunification - l'idée d'une Banque centrale indépendante, tandis que les Français ont toujours eu une conception plus politique de la monnaie.

La peur d'une Allemagne qui préfère l'Est à l'Ouest a-t-elle poussé les dirigeants européens de l'époque (et notamment François Mitterrand) à commettre l'erreur d'une réunification en échange d'une UEM mal pensée, peut-être trop précipitée ?

Pierre Verluise : François Mitterrand a tenté durant quelques semaines d’empêcher la réunification allemande, notamment en maintenant son voyage à Berlin Est fin 1989. Cela a été très mal vécu en Allemagne. La RFA a trouvé davantage de soutien auprès des Etats-Unis.

La relance d’un vieux projet d’Union monétaire visait à contraindre l’Allemagne unifiée à continuer de s’impliquer dans la construction européenne. Comment ? En l’amenant à sacrifier la monnaie symbole de sa reconstruction démocratique au bénéfice d’une monnaie commune.

Les Français ne sont pas les seuls à faire des « calculs ». Les Allemands ont imposé systématiquement leur volonté dans les négociations de conception et de mise en œuvre de l’UEM. Faut-il leur en vouloir ou reconnaître que les négociateurs français ont été moins performants ? Les Allemands ont imposé la réunification à leurs partenaires, forts du soutien des Etats-Unis ont ne peut dont pas parler au sens strict d’un « échange ». Il s’agit plutôt d’un processus destiné à essayer de passer l’éponge sur les maladresses des semaines qui ont suivi l’ouverture du Mur.

Frédéric Bozo : Il y aurait eu entre France et allemagne, un deal donnant donnant ? L'Allemagne acceptait de perdre la puissance du Deutschemark en échange de l'acceptation de la réunification par la France ? C'est que certains disent, mais cette analyse est contestable et simpliste... Ce qui est certain, c'est que la France ne refusait in fine pas la réunification, et l'Allemagne pas l'euro.    

Ce qui est vrai toutefois, c'est qu'au moment de la réunifictaion, François Mitterrand a habilement profité du contexte pour faire accélérer le projet d'unifciation monétaire. Et oui, les Français étaient plus demandeurs d'unification monétaire que les Allemands.

Dès 1988, l'idée de l'UEM était pourtant déjà pensée sur le modèle économique allemand, avec un Deutschemark fort, une Banque centrale indépendante et une stricte rigueur budgétaire... En cherchant à à contraindre l'Allemagne, à l'encadrer économiquement avec une UEM basée sur le modèle allemand, Mitterrand et ses partenaires européens de l'époque ont-ils au contraire permis cette ascension allemande ? 

Frédéric Bozo : La politique économique et monétaire a en effet été posée comme projet dés 1988, bien avant qu'on ne parle de réunification. A l'époque l'idée française était d'encadrer le plus que possible la puissance allemande, déjà ressentie comme considérale. La France voulait donc intégrer cette puissance économique dans un ensemble européen, pour s'assurer qu'il n'y ait pas de retour d'une Allemagne solitaire qui puisse s'affranchir de la construction européenne.

François Mitterrand a lors accepté l'idée qu'il n'y aurait pas de monnaie unique si cette dernière n'était pas calquée sur le modèle allemand, sous tutelle d'une Banque centrale européenne indépendante. François Mitterrand a finalement accepté de renoncé à la toute puissance de la Banque de France au profit de l'idée d'une BCE. Il savait que sur ce point les Allemands ne fléchiraient pas.

Une fois que Maastricht a été lancé et que les projets de 1988 sont devenus réalités avec le passage à l'euro, la France a prétendu oublié ce point fondamental. Elle n'a tout siomplement pas été suffisamment consciente des enjeux qu'il y avait à maintenir entre temps une bonne gestion de l'économie française, compatible avec l'accord autour de l'union économique et monétaire. Plus que l'hégémonie allemande, cela explique les faiblesses françaises. Une France qui accepte les règles du jeu jadis et qui prétend ensuite s'en étonner. Elle veut l'union économique et monétaire d'un côté, mais rejette a posteriori la discipline qui va avec.

Pierre Verluise : Je suis réservé sur une approche qui serait de manière obsessionnelle centrée sur la dimension monétaire. L’ascendance allemande sur l’Union européenne est aussi le fait de bien d’autres facteurs, notamment une capacité d’exportation, un courage à s’imposer des réformes et une volonté de s’implanter dans les pays candidats puis nouveaux membres.

En laissant l'Allemagne poursuivre l’orthodoxie budgétaire et des politiques économiques favorables à sa seule compétitivité (réformes Gerhard Schröder - Hartz 4), les autres dirigeants européens ont-ils manqué de clairvoyance ou de volonté politique ? Sont-ils aussi responsables de la présente domination allemande ?

Frédéric Bozo : Durant les année 70, depuis qu'on commence en réalité à parler d'union économique et monétaire (le premier projet date de 1969), le Deutshemark était devenu la monnaie dominante en Europe, bien avant la réunification donc. Pourquoi ? Car le système monétaire international créé en 1945 s'effondre, le dollard flotte et le Deutschemark devient une valeur refuge.

C'est depuis cette époque qu'on parle de serpent monétaire européen (années 70-80) et que demeure ce problème : comment faire pour aller dans la direction d'un système budgétaire européen, voire d'une union économique européenne, avec ce Deutschemark si puissant.

Quand mitterrand choisit en 1983 d'engagé le tournant de la rigueur, notamment pour préserver la parité possible entre le Franc et le Deutschemark, on est déjà dans une logique de mimétisme face à une monnaie pivot en Europe. Difficile dans ces conditions de composer sans l'Allemagne.

Plus récemment, l'Allemagne s'est il est vrai engagée dans une politique unique non coopérative. Certes, elle est le pays qui profite le plus de l'euro, notamment dans la facilité grandie à l'exportation dont elle jouit sur la zone. Mais tout cela n'a pas nécessairement été pensé dans une visée hégémonique, plus pour se relever de la situation économique difficile qu'elle connaît aumoment de la réunification, avec en particulier un chômage de masse important. N'oublions pas que l'Allemagne des années 1990 était considérée comme "l'homme malade de l'Europe". Reste que jamais, elle n'a dérogé de ses principes sur le plan économique. Et si l'économie française s'était préparée aux règles du jeu qu'elle avait accepté par la passé, elle serait certainement plus en situation de peser sur les choix allemands.

Le rapport Sarkozy / Merkel, malgré l'échec de l'Union Méditerranéenne, transformée en Union pour la Méditerranée, a-t-il changé temporairement la donne dans les rapports de force franco-allemands ?

Pierre Verluise : Globalement, Angela Merkel a largement dominé la relation franco-allemande à compter des années Sarkozy. L’exemple de la castration de l’Union méditerranéenne en Union pour la Méditerranée, rattachée au Processus de Barcelone, est emblématique de cette domination.

Durant toutes ces années, Nicolas Sarkozy propose, trépigne, mais c’est Angela Merkel qui décide du tempo et du périmètre des concessions qu’elle fait et des exigences qu’elle pose aux autres pays.

En définitive, Margaret Thatcher annonçait dès 1993 que l'euro ne serait jamais rien d'autre qu'un Deutschemark et que les dirigeants européens n'avaient "pas ancré l’Allemagne à l’Europe". Mais "l’Europe à une Allemagne nouvelle, unifiée et dominante", prophétisant qu'à la fin cela ne pourrait pas fonctionner... Sachant qu'aujourd'hui chacun campe sur ses positions, que l'Europe est en panne mais que l'Allemagne ne semble pas prête à bouger (au prix de sa propre économie)... Politique hégémonique volontaire ou non de l'Allemangne, Margaret Thatcher était-elle dans le vrai ?

Frédéric Bozo : Même si des divergences d'interprétations subsistes, pour Margaret Thatcher ou Jean-Pierre Chevènement les visées allemandes sont claires. Tous deux y voient effectivement un choix politique qui ne pouvait déboucher que sur son hégémoine. L'Allemagne selon eux se retrouvent au centre du jeu européen, plus puissante que jamais, puisque disposant d'une union économique et monétaire décidée selon sa volonté, son modèle.

Pierre Verluise : Je me garde bien de faire parler les morts et me méfie des prophéties à rebours à coup de citations. Je constate aussi que l’Union européenne a été annoncée morte des dizaines de fois mais qu’elle abrite encore 508 millions d’habitants qui vivent en paix avec un niveau de vie hétérogène mais globalement supérieur à la moyenne mondiale.

Plutôt que de se défouler en tapant sur l’UEM ou l’UE il serait plus utile de s’interroger sur nos contradictions et nos défis. Au vu des paramètres démographiques, économiques et stratégiques, l’Union européenne s’efface progressivement à l’échelle mondiale.  En effet, son poids relatif est à la baisse pour chacun de ces paramètres de la puissance. Pis, l’effacement de l’UE pourrait s’accentuer. Il semble donc plus qu’urgent de prendre la mesure de cette menace.

Propos recueillis par Franck Michel / sur Twitter

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 09/11/2014 - 01:10
La chute du mur de la honte socialiste...
...et la réunification, ont offert à l'Allemagne un puissant marché intérieur, au prix d'une mise sous tutelle coûteuse d'une Allemagne de l'Est trop handicapée par 45 années de socialisme pour relever la tête...
Cette dichotomie entre une Allemagne de l'Ouest libérale, fédérale et sur-puissante, et son "handicapée sociale" est-allemande est la préfiguration de la rupture européenne entre sudistes et nordistes...à une exception près! L'Allemagne a réussi sa fédération et la tutrice ouest-allemande sera toujours capable d'assumer la charge de son handicapée est-allemande. L'UE, elle, n'a réussi ni sa Fédération, ni la croissance nécessaire pour assumer le handicap sudiste de la social-démagogie...tic-tac, tic-tac...
Hugues001001
- 08/11/2014 - 18:18
Article intéressant 2/2
s'être rendu compte à temps que les pays libérés de l'est étaient redevenus pleinement européens. Ne pas s'être rendu compte à temps de la Réunification inévitable et avoir maintenu une lamentable visite de Mitterrand à une Allemagne de l'Est en soins palliatifs. Quelle honte. Quel manque de clairvoyance, quelle prétention française. Rétrospectivement, la France devrait en tirer des leçons. Plutôt que d'imputer le succès allemand ou le retard français à de chimériques complots, il serait temps que la France se rende compte que ses problèmes ne viennent que d'elle: suffisance, prétention à se croire le phare du monde et le génie de la pensée économique, incapacité à reconnaître que son modèle doit être réformé, croyance aveugle en la toute puissance de l'État, alors que l'État, en France, c'est LE problème. Le succès de l'Allemagne vient du tempérament des Allemands, mais également de leur modèle politique, de la liberté, et surtout du fédéralisme qui n'étouffe pas l'économie et la population sous la chape de plomb d'un centralisme et d'un étatisme qui se veulent omnipotents. Quand la France va-t-elle enfin ouvrir les yeux ?
Hugues001001
- 08/11/2014 - 18:12
Article intéressant 1/2
Article intéressant qui permet de mettre en lumière une forme de nullité française. Nullité économique d'abord. Parce qu'il est proprement époustouflant qu'un pays à terre comme l'Allemagne de 1945 ait pu, en moins de 25, redevenir l'une des premières puissances, sinon la première, en Europe malgré l'amputation de son territoire d'environ une bonne moitié. Époustouflant ensuite que sa monnaie, dans le même temps, soit devenue LA monnaie de référence en Europe. Époustouflant enfin le fait que ce pays ait pu digérer sa moitié récupérée - une moitié elle aussi à terre, ruinée après 45 ans de cette idéologie abjecte et ruineuse qu'est le communisme - et malgré les centaines de milliards engloutis pour la reconstruction, se maintenir comme LA première puissance de l'Union. Cela devrait servir de leçon à nos politiciens français. Pourquoi le franc n'est-il pas devenu LA valeur de référence en Europe ? La France, dans la même situation que l'Allemagne en 1989, aurait-elle réussi à remettre sur pieds la moitié ruinée par une idéologie criminelle du pays en moins de 25 ans ? Clairement pas. Nullité politique ensuite. Ne pas avoir vu le vent du changement, le sens de l'Histoire. Ne pas