En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 1 heure 20 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 6 heures 12 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 8 heures 27 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 12 heures 5 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 3 heures 1 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 6 heures 4 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 6 heures 27 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 7 heures 23 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 11 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
François Hollande face aux Français jeudi soir.
© Reuters
François Hollande face aux Français jeudi soir.
Sans concession

François Hollande sur TF1 : pourtant peu convaincant, le président entretient l'espoir de ses derniers soutiens à gauche mais désespère la droite

Publié le 07 novembre 2014
Durant 90 minutes face aux Français jeudi soir, le chef de l'Etat n'a pas répondu aux attentes, faisant simplement de timides annonces. Les critiques sont nombreuses ce vendredi.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Durant 90 minutes face aux Français jeudi soir, le chef de l'Etat n'a pas répondu aux attentes, faisant simplement de timides annonces. Les critiques sont nombreuses ce vendredi.

Ce devait être 90 minutes pour rebondir. Ce fut en réalité 90 minutes d'errance, d'hésitations, d'inexactitudes. Comme dans un mauvais film ou une ennuyeuse rencontre de L1. François Hollande n'a pas convaincu jeudi soir sur TF1. Malgré quelques annonces faites sur les impôts, les emplois d'avenir ou les contrats aidés pour les seniors, c'est un président à bout de souffle qui est apparu devant les Français. Tout au long de la soirée, le chef de l'Etat a d'ailleurs été victime des moqueries de Twitter. La première partie sur sa personnalité a ressemblé à un naufrage. Les traits d'humour n'ont pas permis de cacher les failles. Incapable de "fendre l'armure" comme l'avait pourtant promis certains de ses proches, François Hollande est encore apparu "froid, sans coeur" comme l'ont fait remarquer certains tweets.

Seuls ses amis du PS l'ont trouvé "convaincant", "combatif", parlant "juste". C'est le cas par exemple de Bruno Le Roux. "François Hollande a parlé au cœur des gens et a voulu rendre à la France et aux Français la fierté d’eux-mêmes" a indiqué le chef des députés PS à l'Assemblée nationale sur Europe 1. Même constat du côté de Stéphane Le Foll qui l'a trouvé très "en phase" avec les Français. "Il a cherché à expliquer ce qu'il a fait. Il a donné le chemin qui a été parcouru, pourquoi il avait fait un certain nombre de choix et puis surtout il a essayé de tracer une perspective" a expliqué le porte-parole du gouvernement. Guillaume Garot, ancien ministre de l'agroalimentaire l'a aussi défendu. "Il a pris de l’assurance au fil de l’émission. J’ai apprécié qu’il ait simplifié son message. Quand il dit qu’il veut que la France devienne le premier pays d’Europe d’ici dix ans, c’est clair, c’est concret, on sait où on va. Cela offre une perspective d’avenir et peut fédérer les Français" a-t-il soutenu. Michèle Delaunay, ancienne ministre déléguée a pour sa part  apprécié le côté "humain, connecté au réel" du président mais elle a aussi estimé qu'il y avait "une progression très nette durant l'émission".

A LIRE AUSSI - REVIVEZ L'EMISSION DE FRANCOIS HOLLANDE

Le PRG a salué pour sa part "la détermination et la dignité". Le parti a également félicité le président de mettre en place des "emplois aidés ciblant les chômeurs de plus de 60 ans n'ayant pas toutes leurs annuités et la création de 15000 emplois d'avenir supplémentaires sans condition de diplôme".

Les frondeurs du PS ont eu quant à eux un regard bien différent sur cette émission. "François Hollande défend sa politique mais la majorité des Français, de gauche, attendent qu'il la change. Il a annoncé quelques mesures utiles pour les jeunes et les chômeurs âgés mais reste prisonnier de la feuille de route qu'il a fixée. Le sursaut n'était pas pour ce soir" a critiqué Christian Paul.

Jean-Luc Mélenchon a également fait part de son mécontentement mais aussi de son ennui durant l'émission. 

150 ans de gauche pour en arriver là ! Usurpateur ! #DirectPR

— Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) 6 Novembre 2014
 

Quant au NPA, il s'est fendu d'un communiqué très sévère en fin de soirée.  "Le coup de com est raté. Les travailleurs, les classes populaires, toutes celles et ceux qui sont victimes de l'offensive du patronat, des banques et du gouvernement pour imposer l'austérité et la baisse du coût du travail ne sont pas dupes de cette fausse sincérité calculée du Président. Se servant de quatre invités comme de faire-valoir pour procéder à quelques annonces secondaires, Hollande a passé près de 2 heures à justifier sa politique entièrement dévouée au patronat" a écrit le parti.

A droite, François Hollande n'a évidemment pas convaincu. François Fillon a estimé qu'il avait vu "un homme de bonne volonté mais dépassé par les événements". "Il a été le commentateur de ses propres échecs. Il ne mesure pas l'impasse dans laquelle on est. Il a réppét ce qu'il a dit dans sa conférence de presse. Il est attentiste. Ce n'est pas possible d'attendre, il faut agir. Il n'est pas là pour protéger les Français mais pour libérer. Il faut relancer les énergies et arrêter d'augmenter la dépenses publiques. (...) Il faut aussi qu'il restaure l'autorité de l'Etat" a expliqué l'ancien Premier ministre ce vendredi matin sur RTL. 

A LIRE AUSSI - Impôts, contrats aidés, emplois d'avenir... Les (timides) annonces de François Hollande sur TF1

Sur Twitter, Jean-Pierre Raffarin, sénateur UMP a jugé que "le Président de la République apparaît plus agile que puissant. Ce type d'émission ne sert pas la crédibilité de la politique". Luc Chatel, secrétaire général du parti n'a pas apprécié la prestattion du chef de l'Etat et l'a fait savoir dans un communiqué. "Face à cette tentative de sauvetage en direct à la télévision d'un François Hollande au plus bas, on est d'abord sidéré, choqué, triste pour la fonction présidentielle (...) Alors que ses propres ministres n'hésitent plus eux-mêmes à parler d'"échec", M. Hollande s'est contenté de dire : "J'ai pu commettre des erreurs, qui n'en fait pas ?". M. Hollande a préféré un aveu d'impuissance aux excuses qu'il aurait dû présenter aux Français. Car quel est le bilan de M. Hollande à mi-mandat ? Un échec sans précédent, une crise de défiance jamais égalée sous la Ve République, un décrochage sans équivalent en Europe" a-t-il indiqué

Sur BFMTV, jeudi soir, Eric Woerth a dit s'être "ennuyé pendant 90 minutes". "Il n'y a eu aucune proposition de réforme structurante du pays. La recherche scientifique a fait un gros progrès ce soir, on a fait trois découvertes, la première c'est que le président de la République, il aime la France. Le deuxième élément c'est qu'il a un coeur et puis la troisième découverte c'est qu'il sait parler aux Français. On ne va pas très loin avec ça" a déclaré le député de l'Oise. 

"J'aimerais bien de temps en temps dire quelque chose de positif mais non" a jugé Henri Guaino sur BFMTV. "Deux ans et demi pour rien faire, une heure et demie pour rien dire. Il veut que la France soit la première partout. Pour l'instant on est les premiers dans le désordre et le chaos. A aucun moment il n'a donné de réponses, dessiné une stratégie face à la crise (...) Ce qui est intéressant pour les Français ce n'est pas de savoir où il s'est trompé, c'est de savoir comment il va corriger son cap. (...) L'histoire jugera très sévèrement ce président de la République" a encore expliqué le député.

Hollande affirme avoir tout décidé depuis 2012.A une question sur son cap,il répond "je veux une France plus grande"..Ça c'est une vision..

— Roger KAROUTCHI (@RKaroutchi) 6 Novembre 2014
 

Du côté du Front national, Florian Philippot a lui aussi vivement tancé le président.  "J'ai trouvé que c'était long et que c'était le vide, c'était le néant, je n'ai même pas compris pourquoi il avait fait cette émission si ce n'est pour ne rien dire aux Français, il n'a fait aucune annonce concrète. (...) On a eu le sentiment d'un affaissement terrible de l'autorité du chef de l'Etat et de l'autorité de l'Etat ce soir parce que le pouvoir n'a plus le pouvoir, parce que le pouvoir il a été transféré ailleurs et notamment très largement à Bruxelles et à l'UE et cela finit par se voir" a déclaré le vice-président du FN sur BFMTV.

A LIRE AUSSI - Le top 15 des personnalités plus intéressantes à écouter que François Hollande (et qui changent vraiment nos vies, elles)

La presse reste enfin peu convaincue par la prestation de François Hollande. "Encore raté !" titre Le Figaro de vendredi. "Il n'avait pas grand chose à dire, mais il l'a dit longuement" taclee Paul-Henri du Limbert. Le Parisien par la plume de Thierry Borsa a vu "une démonstration inquiétante de la difficulté de François Hollande de trouver pour la seconde partie de son quinquennat l'élan, la volonté, la force de rassurer des Français qui, au lendemain de son intervention, ont toujours autant de raisons de douter".

Sur la forme prise par le dialogue présidentiel avec quatre Français, Bruno Dive écrit dans Sud-Ouest que "l'émission d'hier a successivement transformé François Hollande en conseiller de Pôle Emploi, en guichetier d'aide aux entreprises, et finalement en député de base, un député dont la permanence aurait été le studio de TF1, et qui se voyait sommé de consoler, de rassurer, d?aider ses compatriotes dans la détresse ou le désarroi". "Le chef de l'Etat en a été vite réduit à assurer le service après-vente de sa politique et de ses pannes là où l'on attendait un visionnaire qui montre - enfin - le cap" écrit Patrice Chabanet du Journal de la Haute-Marne. Ce que Jean-Louis Hervois résume d'une phrase assassine dans La Charente libre : "Personne ne sait où tout ça nous mène, pas même lui".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 07/11/2014 - 19:24
Putain, mais finalement vous avez tous regardé ?
J'ai pas vu, et j'ai pas regretté, pas d'annonces.
Et au fait, la proportionnelle, c’était bien du pipeau. Franchement tant mieux, ça me soulage. (j'aimerai quand même bien qu'on me dise d’où est venu ce baratin)
Anguerrand
- 07/11/2014 - 16:42
Le seul moment ou il s'est senti à l'aise
c'est quand il a évoqué sa présidence de Corrèze, qu'il a par ailleurs ruiné, et la on a compris ou était sa limite intellectuelle , son maxi est situé au niveau de conseiller général chargé de tâches de secondes zone, pas plus. Il ruine la France comme il à ruine la Corrèze.
Hugues001001
- 07/11/2014 - 16:21
Et pour conclure
Comme disait un chroniqueur des Grosses Têtes hier: à force de baisser dans les sondages, il va bientôt croiser la courbe du chômage....