En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Reconstitution du mur de Berlin.
Série : 25 ans après la chute du mur de Berlin
Qui a payé la réunification allemande (directement ET indirectement) ?
Publié le 07 novembre 2014
Le 1er juillet 1990, la réunification économique allemande voyait le jour par la renaissance d’une monnaie unique : le deutschemark. Au prix d'un chômage galopant et d'une crise économique européenne. 2ème partie de notre série consacrée à l'anniversaire des 25 ans de la chute du mur de Berlin.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 1er juillet 1990, la réunification économique allemande voyait le jour par la renaissance d’une monnaie unique : le deutschemark. Au prix d'un chômage galopant et d'une crise économique européenne. 2ème partie de notre série consacrée à l'anniversaire des 25 ans de la chute du mur de Berlin.

Le 1er juillet 1990, Helmut Kohl déclarait "Je peux dire aux Allemands vivant en Allemagne de l’Est qu’aucune d’entre eux ne vivra dans une situation pire qu’auparavant, et que beaucoup vivront mieux". Mais en offrant une monnaie surévaluée à sa sœur de l’Est, l’ancienne république fédérale allemande venait de semer les graines d’une grande déception économique.

Lire aussi : Esprit de la Stasi es-tu là ? Ce qui reste encore du système totalitaire est-allemand

D’une part, les entreprises Est-allemandes vont se retrouver confrontées à une concurrence hors de leur portée, ce qui va rapidement sceller leur destin. Et d’autre part, les ménages, le gouvernement etc …vont rapidement augmenter leurs dépenses. Pour un résultat clair, l’inflation va pointer le bout de son nez dès le passage à la nouvelle monnaie unique. C’est ainsi que dès 1992, Les 5% de hausse des prix sont dépassés.

 

Inflation. Allemagne. 1985-2000 - Cliquez sur l'image pour agrandir

 

Et l’inflation, la Bundesbank n’aime pas ça. La Banque centrale allemande va alors entrer dans un cercle de stricte répression monétaire dont elle a le secret. Les taux directeurs sont rapidement relevés au-delà des 10%. Bien évidemment, cette lutte anti-inflation ne va pas rester sans effet sur le taux de chômage qui augmentera de façon continue entre 1990 et 2005. Pour l’Allemagne de l’Est prise isolément, le nombre de chômeurs augmente de 60% à 1.6 million de personnes dans le courant de cette période. En cette année 2005, le taux de chômage de l’ex-RDA atteindra 18.7%.

 

Taux de Chômage Allemagne 1990-2000 - Cliquez sur l'image pour agrandir

 

Mais cette attitude des autorités monétaires allemandes est également un problème pour l’Europe de 1992, année de signature du Traité de Maastricht. En effet, alors que le deutschemark est déjà le pivot embryonnaire des autres monnaies européennes, les autorités monétaires voisines (France, Italie etc..) vont devoir suivre le mouvement opéré par leur consœur. La crise économique européenne des années 90 prend alors naissance dans une sorte de paiement collectif sacrificiel de la réunification allemande. Au dernier trimestre 1992 et au premier trimestre 1993, la France va logiquement connaître sa première récession depuis 1975.

Pourtant, et même si chaque membre de la future zone euro a pu « prendre sa part », la situation à l’Est n’est guère enviable. Plus de 2 millions de personnes vont quitter le territoire pour s’installer à l’ouest, le taux de croissance Est allemand sera constamment inférieur à celui du voisin de l’ouest, les dépenses et les transferts publics vont s’accumuler au fur et à mesure des années. En 2010, le total cumulé des transferts opérés entre Ouest et Est atteint la somme de 1300 milliards d’euros. Ce que la Bundesbank a refusé de faire sur le plan monétaire a été payé par la voie budgétaire.

Mais le coût le plus important de la réunification allemande est ailleurs. Car la stricte orthodoxie de la Bundesbank dans le courant des années 90 a conduit l’Allemagne à intégrer la zone euro avec le qualificatif « d’homme malade de l’Europe ». La bataille de la compétitivité pouvait alors commencer comme pouvait l’indiquer Wolfgang Munchau en 2012 dans le journal « Der Spiegel » :

" Le résultat a été que pendant toute une décennie les politiques économiques allemandes se sont concentrées sur sa propre compétitivité par rapport aux états tiers plutôt qu’à un renforcement de la zone euro dans son ensemble. Et ceci a été la cause majeure de la crise".

Pour finir, le coût payé lors de la réunification a fini de vacciner la population contre toute solidarité européenne supplémentaire. Payer pour un allemand de l’est est une chose, payer pour un grec ou un espagnol en est une autre.

L’ironie évidente de cet anniversaire est que l’objectif de François Mitterrand avait été d’enfermer l’Allemagne réunifiée au sein de la zone euro, pour mieux la contenir. Cette erreur est spectaculaire car l’euro n’a jamais rien été d’autre qu’un Deutschemark pour tous. Comme le prédisait justement Margaret Thatcher dès 1993 :

"Vous n’avez pas ancré l’Allemagne à l’Europe. Vous avez ancré l’Europe à une Allemagne nouvelle, unifiée et dominante. A la fin, mes amis, vous constaterez que cela ne peut pas fonctionner".

 

A lire également, le nouveau livre de Nicolas Goetzmann : Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, (Atlantico éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires