En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

01.

Pourquoi Mourinho n'a pas choisi le PSG

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 5 heures 27 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 8 heures 9 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 11 heures 36 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 14 heures 44 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 15 heures 49 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 7 heures 49 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 8 heures 55 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 11 heures 26 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 11 heures 48 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 16 heures 22 min
© Reuters
Les deux faces de Janus du totalitarisme islamiste.
© Reuters
Les deux faces de Janus du totalitarisme islamiste.
Le passé comme futur

Califat islamique et régime des Mollahs, les deux faces de Janus du totalitarisme islamiste

Publié le 05 novembre 2014
La jeune irano-britannique Ghoncheh Ghavami, arrêtée en juin à Téhéran, a été condamnée à un an de prison à l'issue d'un procès pour "propagande contre le régime". Le stratège franco-iranien Ramin Parham revient sur le sort réservé aux femmes en Iran et rejette l’idée de s’allier avec la République islamique iranienne (chiite) contre l’État islamique (sunnite), les renvoyant dos à dos.
Ramin Parham est un ecrivain iranien. Il est l'auteur de Iran-Israel : Jeux de guerre aux editions Dhow. De formation franco-americaine, il est membre de l'Unity for Democracy in Iran (UDI), une plateforme ouverte dediee a l'organisation d&...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ramin Parham
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ramin Parham est un ecrivain iranien. Il est l'auteur de Iran-Israel : Jeux de guerre aux editions Dhow. De formation franco-americaine, il est membre de l'Unity for Democracy in Iran (UDI), une plateforme ouverte dediee a l'organisation d&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La jeune irano-britannique Ghoncheh Ghavami, arrêtée en juin à Téhéran, a été condamnée à un an de prison à l'issue d'un procès pour "propagande contre le régime". Le stratège franco-iranien Ramin Parham revient sur le sort réservé aux femmes en Iran et rejette l’idée de s’allier avec la République islamique iranienne (chiite) contre l’État islamique (sunnite), les renvoyant dos à dos.

Une jeune femme âgée de 26 ans attend l’exécution de sa peine. Condamnée à mort, elle plaide non-coupable devant le juge, mâle et musulman, pour s’être défendue contre un autre homme du même type qui, moyennant « soumission chimique » ou « drogue de viol », voulait abuser d’elle.

Sous le même ciel, non loin de là, d’autres jeunes femmes viennent, elles, d’être vitriolées, défigurées à l’acide sulfurique concentré. Leurs vitrioleurs, mâles musulmans et sadiques, les avaient jugées « impudiques ». Depuis des années, le plan-séquence est le même : un motard s’arrête à la hauteur d’une voiture conduite par une femme ; il semble vouloir demander une adresse ; elle baisse la vitre ; il l’asperge d’un jet de vitriol d’une seringue ; elle, finit aux urgences, déformée à vie ; lui, court les rues, pervers bandant comme un débile, à la recherche d’une nouvelle impudique, à qui il va demander une nouvelle adresse, avec une nouvelle seringue qu’il vient de recharger de sa verve de justicier de la morale, masculine et musulmane. La terreur étouffe la ville. Celle-ci est sous la tutelle d’un imam. Sombre imbécile, le consacré crétin est notoirement misogyne. Devant le crime, les autorités se taisent ou disent n’importe-quoi ou se contredisent. Les gens descendent dans la rue pour soutenir les victimes et condamner les vitrioleurs. Les gens scandent : « Ce silence est un soutien au Da’ech ! ».

Ceci n’est pas un film mais une réalité. La scène, sans truquage ni montage, ne se déroule pas chez les égorgeurs de l’Etat islamique en Iraq mais les vitrioleurs de la République islamique d’Iran. Ici règne Ali Khamenei, là Abou Bakr al-Baghdadi. Le premier est chiite, le second sunnite. Le chiite se dit « Emir des Croyants », le sunnite « Calife des musulmans ». Le sunnite (Calife Ibrahim alias Abou Bakr Al-Baghdadi, chef de l’Etat islamique en Irak et au Levant ou Da’ech) est déjà soupçonné de posséder des armes chimiques. Le chiite, lui, recherche désespérément des armes atomiques. Bien qu’ennemis, les deux Folamour partagent néanmoins la même passion : ils sont tous deux ennemis jurés de la société ouverte, c'est-à-dire la nôtre !

La véritable nature de la nouvelle guerre mondiale en cours

Définie par sa tolérance, la « société ouverte » (concept clef développé par le célèbre épistémologue et philosophe sir Karl Popper dans « The open society and its ennemies ») repose sur la liberté. Celle-ci conditionne la critique, laquelle nourrit la dynamique évolutive de la cité humaine. La société idéale de nos Folamours musulmans, repose, elle, sur la secte du Guide, de l’Emir ou du Calife. L’intolérance y est une vertu, la liberté une menace, la critique un ennemi, comme le visage d’une femme.

Si dans une société ouverte les réseaux sociaux servent à la libre expression des citoyens, dans les sociétés idéales des Khamenei et des al-Baghdadi, ils servent la secte au pouvoir. Le Guide Suprême iranien et ses sbires utilisent, librement, Twitter et Facebook pour vendre leur camelote atomique ; le Calife irakien, lui, s’en sert pour recruter des égorgeurs fidèles à sa cause de coupeur de tête dans les banlieues des capitales infidèles. Si la « société » ouverte ne regroupe que 10 à 15% de l’humanité à l’échelle planétaire, l’essentiel du contingent humain, lui, est sujet, et non citoyen, de ses ennemis.

La guerre mondiale et morcelée dont nous sommes témoins aujourd’hui, celle à laquelle fait allusion le Pape François, n’est, en définitive, qu’une lutte idéologique pour la prévalence ou non de la tolérance, pilier de la société ouverte. Observé sur la base de cette prémisse, le conflit actuel prend une dimension inédite : il ne nous est plus possible de le réduire au seul Da’ech ni aux négociations atomiques avec le régime iranien. Par ses frontières sanglantes et mouvantes ; par son ubiquité morcelée ; par ses tentacules numériques et ses réseaux humais qui irrigue la masse musulmane, du sud-est asiatique au Québec, ce nouveau conflit mondial oppose, une fois de plus, deux systèmes de valeurs aux antipodes l’un de l’autre. Quand un jeune converti canadien de 25 ans répondant au nom, jusque-là si familier, de Martin Couture-Rouleau, transforme son véhicule en arme et le parking d’un supermarché en zone de combat en renversant mortellement un soldat « infidèle » de même nationalité que lui (fait survenu le 22 octobre au Canada), il ne s’agit plus, dans un tel contexte, d’analyser les négociations atomiques avec le régime iranien en termes mercantiles d’opportunités commerciales à saisir ! Il s’agit de décider si oui ou non nous voulons armer nos ennemis avec des technologies de destruction massive.

Les détracteurs de cette thèse diront que le combattant canadien du jihad comptait se battre, non pour le Guide Suprême iranien et chiite, mais pour le Calife arabe et sunnite de Da’ech. Ce qu’ils oublient, c’est que cette guerre multidimensionnelle n’oppose pas seulement deux sectes musulmanes rivales bien qu’identiques dans leur prétention hégémonique et leur inimitié envers la société ouverte. Ce qu’ils oublient, c’est que cette guerre oppose une idéologie misogyne et névrotique à l’idée que l’homme nait libre et croit librement grâce à sa raison critique.

Notre mémoire est, hélas, courte, et la part disponible de notre attention si sollicitée par les vendeurs de Coca Cola que le rationnel semble démuni face à l’assaut de l’irrationnel. Nous avons déjà oublié Neauphle-le-Château, ce petit patelin qui fit la renommée des Yvelines en 1978. Là, il y a 36 ans, s’établit un ermite musulman venu des confins de la Mésopotamie. Adoubé par notre intelligentsia et servi par « les télécommunications françaises », pour reprendre les mots d’un ancien patron de Langley, il répondait au nom, assez imprononçable à l’époque, de l’ayatollah Khomeyni. Depuis, le titre ayatollah a fait son entrée dans le Littré et le régime fondé par celui qui le portait, « assis sous un pommier » dans un verger yvelinois, se cache derrière des sourires twittés pour mieux camoufler son programme nucléaire. Dans les Yvelines, il y a 36 ans, devant un parterre de journalistes européens et américains médusés par sa « sagesse orientale » de « progressiste musulman », il parlait de la liberté des femmes et disait que « même les marxistes allaient être libres » dans son futur Etat islamique en Iran. Mais une fois revenu au pays à bord d’un vol Air France, il imposa le voile aux iraniennes et extermina les marxistes... Pour se justifier, le fourbe dit plus tard, aussi ouvertement que j’écris ces lignes, que ses déclarations des Yvelines n’étaient que khôd’eh, ruse destinée à tromper « l’ennemi », autrement dit les journalistes occidentaux !

Retour sur les négociations autour du dossier nucléaire iranien

A l’approche du 24 novembre, date à laquelle les négociations nucléaires avec le régime fondé par le fourbe des Yvelines sont sensées aboutir à un accord cadre (entre l’Iran et les 6 Etats chargés du dossier : 5 membres permanents du Conseil de Sécurité de l’Onu plus l’Allemagne), les décideurs occidentaux devraient faire preuve d’une mémoire longue et d’une attention focalisée sur l’essentiel : si le Moyen-Orient nous fait peur avec ses couteaux, imaginez-le un seul instant avec des armes chimiques et atomiques entre les mains des ennemis de la société ouverte et de ses valeurs. La perspective même de la réalisation d’un tel scénario suffirait à plonger nos marchés financiers dans des abîmes face auxquelles 1929 paraîtrait comme une gaie parade au pays de Lady Gaga et de Mister Gogo.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

01.

Pourquoi Mourinho n'a pas choisi le PSG

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires