En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

02.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum

07.

Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse

01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

ça vient d'être publié
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott !

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 14 heures 20 min
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 15 heures 5 min
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 17 heures 1 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 18 heures 41 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 21 heures 25 min
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 1 jour 20 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse !

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 2 heures 54 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 14 heures 42 min
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 16 heures 23 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 17 heures 52 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 20 heures 51 min
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 22 heures 52 min
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
Les deux faces de Janus du totalitarisme islamiste.
© Reuters
Les deux faces de Janus du totalitarisme islamiste.
Le passé comme futur

Califat islamique et régime des Mollahs, les deux faces de Janus du totalitarisme islamiste

Publié le 05 novembre 2014
La jeune irano-britannique Ghoncheh Ghavami, arrêtée en juin à Téhéran, a été condamnée à un an de prison à l'issue d'un procès pour "propagande contre le régime". Le stratège franco-iranien Ramin Parham revient sur le sort réservé aux femmes en Iran et rejette l’idée de s’allier avec la République islamique iranienne (chiite) contre l’État islamique (sunnite), les renvoyant dos à dos.
Ramin Parham
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ramin Parham est un ecrivain iranien. Il est l'auteur de Iran-Israel : Jeux de guerre aux editions Dhow. De formation franco-americaine, il est membre de l'Unity for Democracy in Iran (UDI), une plateforme ouverte dediee a l'organisation d&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La jeune irano-britannique Ghoncheh Ghavami, arrêtée en juin à Téhéran, a été condamnée à un an de prison à l'issue d'un procès pour "propagande contre le régime". Le stratège franco-iranien Ramin Parham revient sur le sort réservé aux femmes en Iran et rejette l’idée de s’allier avec la République islamique iranienne (chiite) contre l’État islamique (sunnite), les renvoyant dos à dos.

Une jeune femme âgée de 26 ans attend l’exécution de sa peine. Condamnée à mort, elle plaide non-coupable devant le juge, mâle et musulman, pour s’être défendue contre un autre homme du même type qui, moyennant « soumission chimique » ou « drogue de viol », voulait abuser d’elle.

Sous le même ciel, non loin de là, d’autres jeunes femmes viennent, elles, d’être vitriolées, défigurées à l’acide sulfurique concentré. Leurs vitrioleurs, mâles musulmans et sadiques, les avaient jugées « impudiques ». Depuis des années, le plan-séquence est le même : un motard s’arrête à la hauteur d’une voiture conduite par une femme ; il semble vouloir demander une adresse ; elle baisse la vitre ; il l’asperge d’un jet de vitriol d’une seringue ; elle, finit aux urgences, déformée à vie ; lui, court les rues, pervers bandant comme un débile, à la recherche d’une nouvelle impudique, à qui il va demander une nouvelle adresse, avec une nouvelle seringue qu’il vient de recharger de sa verve de justicier de la morale, masculine et musulmane. La terreur étouffe la ville. Celle-ci est sous la tutelle d’un imam. Sombre imbécile, le consacré crétin est notoirement misogyne. Devant le crime, les autorités se taisent ou disent n’importe-quoi ou se contredisent. Les gens descendent dans la rue pour soutenir les victimes et condamner les vitrioleurs. Les gens scandent : « Ce silence est un soutien au Da’ech ! ».

Ceci n’est pas un film mais une réalité. La scène, sans truquage ni montage, ne se déroule pas chez les égorgeurs de l’Etat islamique en Iraq mais les vitrioleurs de la République islamique d’Iran. Ici règne Ali Khamenei, là Abou Bakr al-Baghdadi. Le premier est chiite, le second sunnite. Le chiite se dit « Emir des Croyants », le sunnite « Calife des musulmans ». Le sunnite (Calife Ibrahim alias Abou Bakr Al-Baghdadi, chef de l’Etat islamique en Irak et au Levant ou Da’ech) est déjà soupçonné de posséder des armes chimiques. Le chiite, lui, recherche désespérément des armes atomiques. Bien qu’ennemis, les deux Folamour partagent néanmoins la même passion : ils sont tous deux ennemis jurés de la société ouverte, c'est-à-dire la nôtre !

La véritable nature de la nouvelle guerre mondiale en cours

Définie par sa tolérance, la « société ouverte » (concept clef développé par le célèbre épistémologue et philosophe sir Karl Popper dans « The open society and its ennemies ») repose sur la liberté. Celle-ci conditionne la critique, laquelle nourrit la dynamique évolutive de la cité humaine. La société idéale de nos Folamours musulmans, repose, elle, sur la secte du Guide, de l’Emir ou du Calife. L’intolérance y est une vertu, la liberté une menace, la critique un ennemi, comme le visage d’une femme.

Si dans une société ouverte les réseaux sociaux servent à la libre expression des citoyens, dans les sociétés idéales des Khamenei et des al-Baghdadi, ils servent la secte au pouvoir. Le Guide Suprême iranien et ses sbires utilisent, librement, Twitter et Facebook pour vendre leur camelote atomique ; le Calife irakien, lui, s’en sert pour recruter des égorgeurs fidèles à sa cause de coupeur de tête dans les banlieues des capitales infidèles. Si la « société » ouverte ne regroupe que 10 à 15% de l’humanité à l’échelle planétaire, l’essentiel du contingent humain, lui, est sujet, et non citoyen, de ses ennemis.

La guerre mondiale et morcelée dont nous sommes témoins aujourd’hui, celle à laquelle fait allusion le Pape François, n’est, en définitive, qu’une lutte idéologique pour la prévalence ou non de la tolérance, pilier de la société ouverte. Observé sur la base de cette prémisse, le conflit actuel prend une dimension inédite : il ne nous est plus possible de le réduire au seul Da’ech ni aux négociations atomiques avec le régime iranien. Par ses frontières sanglantes et mouvantes ; par son ubiquité morcelée ; par ses tentacules numériques et ses réseaux humais qui irrigue la masse musulmane, du sud-est asiatique au Québec, ce nouveau conflit mondial oppose, une fois de plus, deux systèmes de valeurs aux antipodes l’un de l’autre. Quand un jeune converti canadien de 25 ans répondant au nom, jusque-là si familier, de Martin Couture-Rouleau, transforme son véhicule en arme et le parking d’un supermarché en zone de combat en renversant mortellement un soldat « infidèle » de même nationalité que lui (fait survenu le 22 octobre au Canada), il ne s’agit plus, dans un tel contexte, d’analyser les négociations atomiques avec le régime iranien en termes mercantiles d’opportunités commerciales à saisir ! Il s’agit de décider si oui ou non nous voulons armer nos ennemis avec des technologies de destruction massive.

Les détracteurs de cette thèse diront que le combattant canadien du jihad comptait se battre, non pour le Guide Suprême iranien et chiite, mais pour le Calife arabe et sunnite de Da’ech. Ce qu’ils oublient, c’est que cette guerre multidimensionnelle n’oppose pas seulement deux sectes musulmanes rivales bien qu’identiques dans leur prétention hégémonique et leur inimitié envers la société ouverte. Ce qu’ils oublient, c’est que cette guerre oppose une idéologie misogyne et névrotique à l’idée que l’homme nait libre et croit librement grâce à sa raison critique.

Notre mémoire est, hélas, courte, et la part disponible de notre attention si sollicitée par les vendeurs de Coca Cola que le rationnel semble démuni face à l’assaut de l’irrationnel. Nous avons déjà oublié Neauphle-le-Château, ce petit patelin qui fit la renommée des Yvelines en 1978. Là, il y a 36 ans, s’établit un ermite musulman venu des confins de la Mésopotamie. Adoubé par notre intelligentsia et servi par « les télécommunications françaises », pour reprendre les mots d’un ancien patron de Langley, il répondait au nom, assez imprononçable à l’époque, de l’ayatollah Khomeyni. Depuis, le titre ayatollah a fait son entrée dans le Littré et le régime fondé par celui qui le portait, « assis sous un pommier » dans un verger yvelinois, se cache derrière des sourires twittés pour mieux camoufler son programme nucléaire. Dans les Yvelines, il y a 36 ans, devant un parterre de journalistes européens et américains médusés par sa « sagesse orientale » de « progressiste musulman », il parlait de la liberté des femmes et disait que « même les marxistes allaient être libres » dans son futur Etat islamique en Iran. Mais une fois revenu au pays à bord d’un vol Air France, il imposa le voile aux iraniennes et extermina les marxistes... Pour se justifier, le fourbe dit plus tard, aussi ouvertement que j’écris ces lignes, que ses déclarations des Yvelines n’étaient que khôd’eh, ruse destinée à tromper « l’ennemi », autrement dit les journalistes occidentaux !

Retour sur les négociations autour du dossier nucléaire iranien

A l’approche du 24 novembre, date à laquelle les négociations nucléaires avec le régime fondé par le fourbe des Yvelines sont sensées aboutir à un accord cadre (entre l’Iran et les 6 Etats chargés du dossier : 5 membres permanents du Conseil de Sécurité de l’Onu plus l’Allemagne), les décideurs occidentaux devraient faire preuve d’une mémoire longue et d’une attention focalisée sur l’essentiel : si le Moyen-Orient nous fait peur avec ses couteaux, imaginez-le un seul instant avec des armes chimiques et atomiques entre les mains des ennemis de la société ouverte et de ses valeurs. La perspective même de la réalisation d’un tel scénario suffirait à plonger nos marchés financiers dans des abîmes face auxquelles 1929 paraîtrait comme une gaie parade au pays de Lady Gaga et de Mister Gogo.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires