En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Chère Anita Hausser...

PS : Valls et Montebourg contre les enfants de Delors

Publié le 19 septembre 2011
Et si le débat télévisé entre candidats aux primaires socialistes avait permis de montrer que le vrai choix au sein du Parti socialiste se situait entre Manuel Valls et Arnaud Montebourg et non entre Martine Aubry et François Hollande ?
Philippe David est cadre dirigeant, travaillant à l'international.Il a écrit trois livres politiques : "Il va falloir tout reconstruire", ouvrage qui expliquait le pourquoi du 21 avril,  "Journal intime d'une année de rupture", sorti en 2009 aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe David
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe David est cadre dirigeant, travaillant à l'international.Il a écrit trois livres politiques : "Il va falloir tout reconstruire", ouvrage qui expliquait le pourquoi du 21 avril,  "Journal intime d'une année de rupture", sorti en 2009 aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si le débat télévisé entre candidats aux primaires socialistes avait permis de montrer que le vrai choix au sein du Parti socialiste se situait entre Manuel Valls et Arnaud Montebourg et non entre Martine Aubry et François Hollande ?

Après avoir regardé la soirée « Primaires socialistes »  sur France 2 et en avoir discuté avec des amis, je dois avouer que nos conclusions ne sont pas les mêmes que celles qu’Anita Hausser relate dans les colonnes d’Atlantico et qu’on peut résumer en une  phrase : « Ça se passe entre Martine Aubry et François Hollande ».

"Montebourg - Valls" : le vrai duel

En effet, le débat à six de jeudi soir était un double débat : le duel « Montebourg - Valls » d'une part, représentant la nouvelle génération du Parti socialiste avec deux projets radicalement différents et  « l’énarque academy » regroupant Martine Aubry, Ségolène Royal et François Hollande. Jean-Michel Baylet n’étant pas socialiste et n’étant là que pour rappeler aux Français qu’il y a un Parti radical de Gauche (si, si) en France , permettez moi de le garder hors des vrais compétiteurs de cette primaire.

Alors pourquoi Montebourg et Valls ? Tout simplement parce qu’ils sont les seuls à avoir des idées cohérentes avec deux projets de société radicalement différents entre le « Néo-Blairisme » de Manuel Valls, censé adapter la France à la mondialisation, et la « démondialisation » d’Arnaud Montebourg.

Dans le premier cas, Manuel Valls prône une remise à plat du « modèle social français » pour le faire coller aux impératifs de compétitivité inhérents à la mondialisation ; remise à plat qui inclura des sacrifices douloureux tant pour les retraites, que pour la protection sociale, la flexibilité etc…

Dans le second cas, Arnaud Montebourg défend un retour aux fondamentaux de l’Europe (celle des pères fondateurs, pas celle des technocrates de la commission de Bruxelles et de la Banque Centrale Européenne) avec la réinstauration de la préférence communautaire, la remise en cause de la financiarisation de l’économie et du dogme de l’euro fort et la mise en place d’un protectionnisme européen.

En clair, Manuel Valls est un condensé de Blair et Schröder tandis qu’Arnaud Montebourg représente une vision du socialisme totalement en rupture avec la logique « sociale-libérale » qui est devenue la pensée unique de la gauche française et européenne depuis un quart de siècle.

Face aux fils énarques de Jacques Delors

Voilà donc où se joue le vrai débat au Parti socialiste car parmi les trois candidats de « l’énarque academy », il n’y a aucune différence de projet tous étant les enfants de Jacques Delors, enfant biologique pour Martine Aubry, enfants spirituels pour Ségolène Royal et François Hollande. Jacques Delors est en effet l’homme qui à fait du « social-libéralisme » la doxa des technocrates européens avec, entre autres, le refus total du protectionnisme, l’Europe devant être, selon la volonté toujours affichée par les Britanniques depuis leur entrée dans la CEE « une zone de libre échange ».

Comment alors affirmer sans démagogie, comme ces trois candidats, qu’on va « réindustrialiser la France » alors que les entreprises françaises sont en concurrence avec des entreprises chinoises qui ont, elles, un marché intérieur protégé alors que le notre est ouvert aux quatre vents et que nos entreprises facturent en euros surévalués alors que les chinois facturent en yuan sous évalués. Toute personne ayant un niveau minimal en économie peut comprendre ça mais il est vrai que l’économie n’est pas le point fort des anciens élèves de l’ENA. Ainsi, rien que sur ce point, Aubry, Hollande et Royal racontent des fadaises car ils se sont tous élevés contre le protectionnisme défendu par Arnaud Montebourg.

"Montebourg - Valls" : le seul choix

Pour réindustrialiser la France, seules pourraient fonctionner les méthodes de Valls et Montebourg. La méthode Valls en baissant les salaires et en faisant un maximum de flexibilité, ce que Schröder a fait en Allemagne, le poids lourd de l’industrie européenne ou la méthode Montebourg qui consisterait à produire à nouveau en France en réinstallant des industries que nous avons perdues et en réduisant l’ouverture des frontières (il faudra par contre trouver les investisseurs, chose compliquée vu le droit du travail français).

Entre Aubry, Royal et Hollande il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de cigarette qui sépare leurs programmes et leurs projets de société, c’est pourquoi le vrai choix se situe entre Arnaud Montebourg et Manuel Valls.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 18/09/2011 - 02:12
La droite
@vangog
La droite aussi, avec ses mesurettes!
vangog
- 18/09/2011 - 00:39
Les caisses ne sont plus pleines, qu'on peut dilapider...
On pourrait avoir l'illusion d'être revenu aux plus belles années du programme commun, où il n'y avait pas meilleur que le parti Socialiste pour enfumer une salle avec des idées creuses et un verbiage fumeux. Peut-être, un jour, arrêtera t'on de parler de la forme, pour ,enfin, parler du fond, dans ce parti issu du Quaternaire. Face à la crise, tous les Socialistes font l'autruche!
DEL
- 17/09/2011 - 18:19
La gauche "classique" est
La gauche "classique" est morte en 2000/2002 sous Jospin. La seule gauche qui reste commence avec le parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon. PS et consort relèvent désormais du centre droit, et Valls devrait s'inscrire à l'UMP, s'il était intellectuellement honnête.