En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT

07.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Crise sanitaire

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

il y a 4 min 44 sec
pépites > Consommation
Coincés en France
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
il y a 15 heures 46 min
pépites > Politique
Solidarité
Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT
il y a 16 heures 56 min
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 18 heures 21 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 20 heures 13 min
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 21 heures 23 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 21 heures 55 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 22 heures 11 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 22 heures 25 min
pépites > Europe
Histoire belge
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
il y a 15 heures 4 min
pépites > Politique
Précarité
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon demande la suspension des loyers pour les particuliers
il y a 16 heures 28 min
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 17 heures 35 min
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 18 heures 12 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 19 heures 39 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 21 heures 8 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 22 heures 16 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 22 heures 37 min
Éditorial

La politique du zig zag fiscal permanent ou la majorité prisonnière de son surmoi marxiste

Publié le 31 octobre 2014
En opposition totale avec ce que promettent les discours officiels du gouvernement et face aux exigences de Bruxelles, on voit soudain resurgir à tous propos des impôts et des taxes nouveaux pour réduire les déficits. En découle un climat anxiogène préjudiciable à l’économie française.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En opposition totale avec ce que promettent les discours officiels du gouvernement et face aux exigences de Bruxelles, on voit soudain resurgir à tous propos des impôts et des taxes nouveaux pour réduire les déficits. En découle un climat anxiogène préjudiciable à l’économie française.

Que penserait-on d’un navigateur qui changerait continuellement de cap ? Qu’il ferait du surplace ou risquerait de s’échouer sur un banc de sable faute de bien tenir son gouvernail.

C’est pourtant la politique que suit le gouvernement avec même une tendance à l’accélération qui crée un climat délétère et fait plonger à nouveau la cote de popularité des deux têtes de l’exécutif tout en semant le trouble dans l’opinion.   

Alors que la stabilité des prélèvements était devenue l’alpha et l’omega du discours officiel, on voit soudain resurgir à tous propos des impôts et des taxes nouveaux, ou la suppression de certains abattements autorisés, pour tenter de réduire les déficits face aux exigences de Bruxelles. Derniers en date : la taxe sur les risques systémiques à laquelle sont assujetties les banques ne sera plus déductible de l’impôt sur les sociétés. Et puis cet amendement ravageur proposé par un député et voté par ses pairs soumettant à cotisations sociales les dividendes des dirigeants actionnaires des sociétés, ce qui concerne la plupart des patrons de PME qui se seraient vus taxer entre 60 et 75%. Si les banques ont fait profil bas devant cette nouvelle attaque, un vent de panique a saisi le monde de l’entreprise devant une telle décision en opposition totale aux discours officiels, et le gouvernement a décidé immédiatement de faire machine arrière. Mais comme le texte a été voté en première lecture par l’Assemblée, il suivra le cheminement législatif ordinaire, ce qui signifie que pendant des semaines, le Premier ministre devra mener une véritable guérilla pour s’assurer que la mesure sera vraiment rapportée. Le climat empoisonné va donc continuer de régner, d’autant que sur le chantier de la concertation pour tenter un minimum de réformes, le dialogue de sourds ne connaît pas de trêve : aucune éclaircie n’est en vue pour rapprocher syndicats ouvriers et patronaux. Tout cela n’est pas de nature à rassurer les chefs d’entreprise, car il existe toujours au sein de la majorité actuelle un courant qui entend "casser du patron", car il voit dans la distribution des dividendes une appropriation abusive de la richesse créée par les salariés, en refusant de tenir compte du risque que prend l’entrepreneur lorsqu’il investit alors que le succès n’est jamais garanti, surtout dans une période de croissance zéro telle que nous la vivons présentement.

Malheureusement, une grande partie des parlementaires manque totalement de la moindre notion des mécanismes économiques et conserve des réflexes issus de la période marxiste, sans voir que le monde a changé. Vouloir aligner la fiscalité du capital sur celle des salaires est une hérésie, qui va à l’encontre de l’emploi. Mais le terme de capital continue d’être diabolisé par la majorité des députés, et pas seulement à gauche. Et il trouve un écho favorable au sein de l’administration, qui, bien souvent, torpille les initiatives gouvernementales en échafaudant des règlements aussi complexes qu’inapplicables, comme si son rêve était de transformer le monde de l’entreprise en une administration bureaucratique, en clair d’opérer sans le dire une sorte de nationalisation rampante du secteur privé qui ne pourrait s’en sortir qu’en se soumettant à la tutelle de l’Etat.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT

07.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmpbea
- 31/10/2014 - 17:18
Les socialistes ne laissent pas oublier
qu'ils viennent de la SFIO....Section Française de l'Internationale Ouvrière...normal le réflexe de casser du patron quand on est "de base" comme la plupart des instituteurs, fonctionnaires, avocaillons qui constituent la base du cheptel hollandais....
2bout
- 31/10/2014 - 17:03
... Patrons de PME taxer entre 60 et 75 %.
+ IR, taxes foncières et autres taxes locales, + Redevance, + TVA (20%) sur le solde. Optionnel : TIPP, Taxes Tabac, Alcool, Red Bull, etc ... Le total dépasse aisément 80%.
2bout
- 31/10/2014 - 14:26
En laissant là où devrait rester Sarkozy, c-à-d au passé,
on peut à loisir focaliser sur le tandem Valls-Macron, entravés de toutes parts par leur majorité parlementaire et, comme vous le faites remarquer, par l'administration elle-même. Quel est le pourcentage de fonctionnaires parmi les députés socialistes ? 70 % ? Encore une fois, si vous permettez Mr Garibal, et si il vous reste quelques relations à France Inter, pourriez -vous servir d'émissaire ? Cette semaine, Gattaz était reçu par des journalistes dont on perçoit une volonté de bien faire mais une incompréhension complète de l'économie. Puisque la question a été posée deux fois par un journaliste en trois minutes, pourriez-vous lui expliquer que si l'impôt sur les sociétés a eu un rendement moins grand que prévu, c'est parce que, le taux restant constant, ce sont les bénéfices des sociétés qui ont diminués. Merci d'avance.