En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 5 heures 19 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 8 heures 56 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 9 heures 8 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 10 heures 8 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 11 heures 14 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 13 heures 47 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 13 heures 47 sec
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 5 heures 51 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 9 heures 10 sec
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 9 heures 37 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 10 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 12 heures 4 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 13 heures 47 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 13 heures 48 sec
© Reuters
Cécile Duflot, député de Paris et ex-ministre du logement ou encore Edwy Plennel ont comparé la mort du jeune homme de 21 ans avec celle de Malik Oussékine en 1986.
© Reuters
Cécile Duflot, député de Paris et ex-ministre du logement ou encore Edwy Plennel ont comparé la mort du jeune homme de 21 ans avec celle de Malik Oussékine en 1986.
Mélange des genres

Non, Rémi Fraisse n’est pas Malik Oussékine

Publié le 29 octobre 2014
Mardi 28 octobre, alors que les circonstances exactes de la mort de Rémi Fraisse n'étaient pas encore connues, plusieurs responsables politiques ont rapproché cet événement de la bavure policière qui avait coûté la vie à Malik Oussékine en 1986.
Arnaud Mercier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Mercier est professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Institut Français de Presse, à l'université Panthéon-Assas, Paris. Responsable de la Licence information communication de l'IFP et chercheur au CARISM,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi 28 octobre, alors que les circonstances exactes de la mort de Rémi Fraisse n'étaient pas encore connues, plusieurs responsables politiques ont rapproché cet événement de la bavure policière qui avait coûté la vie à Malik Oussékine en 1986.

Atlantico : Rémi Fraisse, opposant au barrage de Sivens est décédé dimanche 26 octobre des suites d'une explosion après une nuit marquée par des affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre.  Si les circonstances exactes de sa mort n'ont pas encore été élucidées, Cécile Duflot, député de Paris et ex-ministre du logement ou encore Edwy Plennel ont comparé la mort du jeune homme de 21 ans avec celle de Malik Oussékine en 1986. Dans quelle mesure peut-on dresser un parallèle entre les deux situations ?

Arnaud Mercier : Il n'y a aucun parallèle à dresser et il faut y voir, soit le fruit d'une méconnaissance de l'affaire Malik Oussékine, soit une volonté d'instrumentalisation politicienne. Dans le cas de l'affaire Malik Oussékine nous avions affaire à des forces de police extrêmement répressives : les pelotons voltigeurs motocyclistes. Ils étaient soutenus par Charles Pasqua et Robert Pandraud à une époque où le ministère jouait les gros bras pour montrer que la sécurité c'était leur affaire. On les surnommait Starsky et Hutch. Et Malik Oussékine était une victime collatérale, il avait été battu à mort après être entré dans une cours d'immeuble. Nous sommes aujourd'hui dans un cadre totalement différent, celui de la mobilisation militante pacifiste écolo associée à des militants d'extrême gauche qui revendiquent haut et fort la lutte armée. Nous sommes face à un jeune manifestant dont on nous dit qu'il n'avait rien à voir avec les éléments violents, il s'y serait trouvé fortuitement. Il y a un donc un mélange des genres alors que dans l'affaire Malik Oussékine, il n'y avait pas de doute possible, il n'était pas avec des casseurs.

Comment qualifieriez-vous la réaction du gouvernement. En quoi est-elle différente du celle qu'avait pu avoir le gouvernement de Jacques Chirac en 1986 ?

Nous sommes dans un pays qui croit à la libre manifestation et dans un contexte où les forces de police ont été impliquées dans la mort d'une manifestant. Nous sommes dans une situation qui peut apparaitre contradictoire avec les valeurs républicaines et démocratiques affichées. Tous les gouvernements dans ce genre de cas marchent sur des œufs. Ils font assaut de prudence et cela passe notamment par des éléments de langage précis. Aucun membre de l'exécutif ne tient un discours différent, visiblement quelque chose a été rodé, mis au point et articulé de la sorte : on pense d'abord à la victime et à ses proches. On entend également s'exprimer l'idée que tant que la justice ne s'est pas prononcée, on ne peut pas extrapoler.

Puis, l'exécutif, on le voit, prend soin de rappeler que ces événements s'inscrivent dans un contexte d'ultra-violence où les policiers ont été  pris à parti depuis plusieurs jours. Il joue sur une corde sensible qui est celle du deux poids deux mesures, c'est-à-dire que tous ceux qui s'indignent aujourd'hui, ne disaient rien quand les policiers étaient touchés par des cocktails Molotov. Il est moins difficile de communiquer actuellement que dans le contexte qui était celui de l'affaire Oussékine.

De ce point de vue, les émeutes urbaines à Alby ou à Nantes "facilitent" même la posture du gouvernement qui peut souligner le côté incontrôlable de certains militants qui nécessitent la présence des forces de police. Là où Les Verts estiment que la présence de la police est une provocation, on voit bien que l'on a affaire à un certain nombre de gens qui cherchent à provoquer.

On retrouve ici la logique de l'ultra gauche, c'était notamment le cas lors des années de plombs en Italie. Dans cette stratégie le terrorisme sert à emballer la machine de l'Etat pour montrer son vrai visage, celui de l'Etat répressif. En provoquant des incidents qui forcent la police à réagir, vous pouvez dénoncer la réaction de l'Etat comme étant son vrai visage. L'ambiguïté des écologistes dans cette affaire est qu'ils semblent dénoncer davantage l'action de la police que celles des militant de l'ultra gauche. Ainsi, un axe se dessine, où l'UMP tient un discours proche de celui gouvernement. La position du gouvernement est donc moins difficile que celle qu'avait connu le gouvernement Chriac pendant l'affaire Oussékine. Ils n'ont effectivement qu'à se défendre de la position des militants d'extrême gauche et des écologistes. Pas de la majorité de la population, ni même de l'opposition de droite.  

Pourquoi, même si la situation est différente, ce genre d'événements reste délicat à gérer pour les pouvoirs publics ?

Cette situation reste compliquée car il y a mort d'homme, qui plus est d'un jeune homme dans le cadre de manifestations. Et cela se produit alors même que la professionnalisation des forces du maintien de l'ordre s'est toujours voulue être une façon d'empêcher qu'il y ait des morts. Rappelons-nous qu'auparavant et pendant longtemps, le maintien de l'ordre était assuré par l'armée et que le risque de dérapage était élevé.  Aujourd'hui des technologies ont été inventées avec un corps spécialisé qui utilise des armes non létales et on apprend aux CRS de garder leur clame, etc… Alors, évidemment quand vous faites tout pour éviter les morts et qu'il y en a un, la situation est délicate à gérer parce qu'elle est contraire à ce que vous afficher.  

Plusieurs responsables d'Europe écologie-Les Verts ont mis en cause la responsabilité du gouvernement dans la mort de ce jeune militant de 21 ans. Comment le gouvernement peut-il gérer les attaques sur le front politique sans pour auant exacerber l'émotion que suscitent ces événements ?

Le gouvernement essaye de temporiser et de mettre un coup de froid en rappelant le temps de l'enquête judiciaire. Cela permet d'éviter les réactions à chaud. La première chose est de s'abriter derrière l'enquête en cours, cela permet de faire retomber le soufflet de l'émotion. L'avocat de la famille a annoncé très rapidement que la famille porterait plainte pour homicide volontaire. Nous sommes là dans le registre émotionnel car rien ne laisse penser qu'il s'agit d'un acte volontaire. Mais on comprend la famille, blessée, heurtée. La deuxième chose pour le gouvernement est de maitriser son langage, d'essayer de garder une dimension humaine et pas seulement politique. Et la troisième est de raconter une autre histoire, celle d'un climat violent.

Pourquoi l'opposition ne peut quant à elle pas se saisir de l'événement, contrairement à la gauche à l'époque d'Oussékine ?

Leur posture sécuritaire fait que leur premier réflexe n'est pas de mettre en cause la police. D'autre part, les parties prenantes de ce climat de violence sont issues de l'extrême gauche. Ce serait un paradoxe absolu de les soutenir. Ils n'ont d'autres choix, par cohérence politique et idéologique que d'être du côté de la défense. Ce qui ne veut pas dire qu'ils vont jusqu'à donner un satisfecit au gouvernement mais ils vont adopter le même genre de langage. "La police fait ce qu'elle peut, elle est face à des personnes ultra-violentes". D'ailleurs lors de son quinquennat Nicolas Sarkozy avait tenu des propos fermes à l'égard de la police et cela n'avait pas plus. Ni dans les syndicats de police, ni dans les rangs de l'UMP. 

Propos recueillis par Carole Dieterich

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/10/2014 - 22:05
Si les médias faisaient un vrai travail d'investigation, plutôt
que se livrer à leur très tendancieux et très malsain "journalisme d'opinion", ils étudieraient les connexions de moins en moins camouflées entre ceux qu'ils appellent naïvement des pacifistes écolos et des ultra-gauchistes anti-mondialistes "revendiquant haut et fort la lutte armée"...i
Plutôt que se faire l'écho de leurs enfantines justifications comme des "présences fortuites", ils comprendraient alors, peut-être, toute l'habileté d'une ultra-gauche en perte de vitesse qui a su recycler sa haine anti-capitaliste en écolo-régressisme et surfer sur la vague créée par les écologistes de salon. Sur ce type de lieu, il y'a peu d'ecologistes de salon...ils restent dans leur salon, attendant, comme Mamère, le drame qui leur permettra de récupérer le bénéfice de la manipulation...sur ce type de lieu, ne traînent que les ultra-gauchistes vert-caca-d'oie recyclés...
langue de pivert
- 29/10/2014 - 19:46
suite et fin !
La gauche a privé la France des Pelotons Voltigeurs Motocyclistes en 1986 ! Unité d'élite efficace qui aurait été très utile lors des nombreuses émeutes urbaines qui ont eu lieu depuis (sans parler des prochaines !) Maintenant elle veut interdire les grenades ? Que n'interdit-t-elle pas les cocktails Molotov ! ☺ Moi je pense que ce pauvre garçon avait moins à se reprocher que Malik ! Pour que ce type de grenade ait pu le tuer il a probablement fallut un triste concours de circonstances (chute arrière sur une grenade activée avant son explosion ?) Il est mort pour l'amour de la nature. Qu'il repose en paix !
langue de pivert
- 29/10/2014 - 19:23
????
"Nous sommes face à un jeune manifestant dont on nous dit qu'il n'avait rien à voir avec les éléments violents, il s'y serait trouvé fortuitement. Il y a un donc un mélange des genres alors que dans l'affaire Malik Oussékine, il n'y avait pas de doute possible, il n'était pas avec des casseurs." Tout et le contraire dans la même phrase ! bravo !