En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 14 min 47 sec
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 34 min 46 sec
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 45 min 37 sec
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 55 min 38 sec
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 5 heures 29 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 12 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 21 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 26 min 26 sec
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 40 min 11 sec
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 49 min 29 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 5 heures 24 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 19 heures 30 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 21 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 22 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 22 heures 46 min
© Reuters
La Tunisie élit ce dimanche son premier Parlement depuis la révolution de 2011.
© Reuters
La Tunisie élit ce dimanche son premier Parlement depuis la révolution de 2011.
Démocraticophobique

Printemps amer : sur fond d'intégrisme religieux et de terrorisme, la Tunisie va voter en ne croyant plus trop à la démocratie

Publié le 26 octobre 2014
La Tunisie élit ce dimanche son premier Parlement depuis la révolution de 2011. Elle espère ainsi pérenniser une démocratie encore balbutiante, déjà menacée par l'intégrisme religieux et le terrorisme. Seul le sens de l'Histoire pourrait la préserver du chaos et de la répression dans lesquels les pays du Printemps arabe ont largement basculé.
Khattar Abou Diab est consultant, auteur de rapport stratégiques et politiques pour des organismes français et européens. Il a été enseignant aux Universités de Paris III, VII et XI. Spécialiste de l’Islam et du Moyen Orient, il écrit notamment pour les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Khattar Abou Diab
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Khattar Abou Diab est consultant, auteur de rapport stratégiques et politiques pour des organismes français et européens. Il a été enseignant aux Universités de Paris III, VII et XI. Spécialiste de l’Islam et du Moyen Orient, il écrit notamment pour les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Tunisie élit ce dimanche son premier Parlement depuis la révolution de 2011. Elle espère ainsi pérenniser une démocratie encore balbutiante, déjà menacée par l'intégrisme religieux et le terrorisme. Seul le sens de l'Histoire pourrait la préserver du chaos et de la répression dans lesquels les pays du Printemps arabe ont largement basculé.

Atlantico : Ce dimanche, les Tunisiens doivent se rendre aux urnes pour élire leur Parlement. Pourtant, et selon un sondage réalisé par PewGlobal, un organisme américain, seulement 38% des tunisiens pensent que la démocratie sera capable de faire face aux multiples problèmes du pays. Comment expliquer ce pessimisme envers la démocratie ?

Khattar Abou Diab : Il me semble que cette période de transition tunisienne est avant tout marquée par une situation économique difficile, et une région instable qui donnent lieu à de vives inquiétudes. On peut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. La crainte d'une montée d'un terrorisme transnational avec la Libye par exemple. Soit il y aura une amélioration, soit la démocratie sera mise à mal. Le passage au régime démocratique est semé d'embuche.

Pour autant, et en comparant avec les autres expériences du printemps arabe, on peut louer le sens de responsabilité de la classe politique tunisienne comme celle de la société civile. Le parti Ennahda a accepté de modérer la ligne politique de son partie, et très responsablement a même quitté le pouvoir en janvier dernier et participer à un gouvernement consensuel. Il demeure cependant des lacunes, et ces élections sont un tournant décisif pour dessiner le paysage politique de ce pays pour les prochaines années.

Néanmoins, l'engouement pour la démocratie est bien palpable. 1300 listes se présentent pour disputer seulement 217 sièges. Mais pour le moment, la recherche ou la quête d'un équilibre entre les principales composantes politiques incite l’observateur à avoir confiance dans la suite du processus.

Comment expliquer ce sentiment de nostalgie envers un pouvoir fort ? N’est-ce que la conséquence de l’instabilité et de l’insécurité ?

Il y a effectivement une nostalgie de la sécurité car sous Bourghiba, ou encore Ben Ali, celle-ci faisait partie des priorités du régime. Cependant, le despotisme a toujours eu de mauvaises conséquences à moyen ou à long terme. Mais l’autre explication de cette nostalgie tient a la difficile perception par l’opinion publique du nouveau pouvoir exécutif où le président s’efface devant le Premier ministre contrairement à l’habitude historique.

Dans le même sondage, on apprend que le niveau d'éducation détermine sensiblement l'attachement à la notion de démocratie. Peut-on alors parler d'une démocratie voulue par l'élite, et rejetée par le peuple ?

C’est l’une des conséquences de la politique intérieure de Bourghiba, qui avait accordé une importance à la notion de laïcité, et cet éloignement du poids de la religion, a donné lieu à un islam éclairé. De même, l'éducation était pour lui une priorité, ce qui a permis une renaissance de la société civile tunisienne.

Mais la classe moyenne tunisienne a toujours joué un rôle important dans le bien-être économique, et l’un des syndicats des travailleurs, le plus populaire et le mieux organisé dans le monde arabe. Cette organisation syndicale renforce un ancrage dans la démocratie, et en même temps un impossible alignement sur ce choix par le peuple comme c’était le cas lors des soulèvements de 2010 2011.

Quel lien peut-on établir entre rejet de la démocratie et montée de l'intégrisme religieux ?

Par rapport à une démocratie naissante, il faut être tolérant, et il faut donner du temps. On est au début d'une expérience, comme dans un laboratoire, et l'avenir permettra peut-être une cohabitation entre les grands courants politiques du monde arabe tels que l'islamisme, le libéralisme, ou les principes de la gauche. Le maintien des élections et l'élaboration d'une constitution non guidée par la religion confirmeront la Tunisie à son visage séculaire, ainsi qu’à l’importance accordée à la tolérance religieuse et au respect de la femme.

C'est vrai que depuis l'échec de l'expérience algérienne des années 90, le monde arabe du Maghreb a donné l'impression de l'existence d'une équation insoluble entre islam et démocratie. On s’est mis à penser que les gouvernements devaient être despotiques, à tonalité religieuse ou militaire. Compte-tenu de l’historique de la période transitoire, on observe une compétition acharnée entre l’Etat civil et l’Etat islamique, et pour le moment, on constate le consensus autour d’un Etat de droit à caractère civil sans rejeter les composantes religieuses.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires