En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Charlotte Casiraghi & Dimitri, Laure Manaudou & Jérémy attendent leurs 2èmes enfants, Benjamin Castaldi son 4e; Sean Penn fait un mariage à la Lavoine, Vitaa flambe, Jenifer Lawrence fait des pertes; Bradley Cooper et l’ex de Ben Affleck sont très amis

02.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

03.

Mais qu’est-ce que les Turcs font dans l’OTAN ? Et s’ils y sont qu’y faisons-nous encore ?

04.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

05.

Ce moustique qui pourrait accroître la dengue, le zika et le chikungunya en France

06.

Comment Facebook et les géants de la Silicon Valley nous manipulent pour que nous leur abandonnions toujours plus de données privées

07.

La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Mauvaise nouvelle
Réchauffement climatique : la fonte de la calotte glaciaire du Groenland a atteint un point de non-retour
il y a 4 heures 26 min
pépites > International
Menace
Le Pentagone crée une unité d'étude des ovnis (pas forcément extraterrestres)
il y a 5 heures 46 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Le Haut conseil de santé publique recommande le port du masque dans tous les lieux clos collectifs
il y a 6 heures 58 min
décryptage > International
Nuances

Trump président impulsif, incendiaire... mais souvent efficace ?

il y a 8 heures 53 min
pépite vidéo > International
Tendresse
Beyrouth : une association réunit les victimes de l'explosion avec leurs animaux de compagnie
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Santé
Avec modération

L’abus de yoga serait-il mauvais pour la santé ?

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Histoire
Mémoires d'outre-tombe

Série de l'été : les femmes qui ont changé l'Histoire. Aujourd’hui, Charlotte Corday

il y a 11 heures 32 min
décryptage > High-tech
Big Brother

Comment Facebook et les géants de la Silicon Valley nous manipulent pour que nous leur abandonnions toujours plus de données privées

il y a 11 heures 52 min
light > Religion
Contexte particulier
Pèlerinage du 15 août à Lourdes : des milliers de pèlerins sont attendus, le masque sera obligatoire
il y a 1 jour 57 min
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Europe
Mobilisation
Bélarus : Loukachenko s’est entretenu avec Poutine, le Kremlin assure que les "problèmes en cours" vont être bientôt résolus
il y a 5 heures 19 min
pépite vidéo > Religion
Célébrations
15 août : à Lourdes, une messe de l’Assomption en petit comité
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Là où chantent les écrevisses", une enquête policière envoûtante à lire absolument.

il y a 8 heures 18 min
pépite vidéo > Sport
Historique
Ligue des champions : revivez les 10 (!) buts du match où le Bayern Munich a humilié Barcelone
il y a 10 heures 4 min
décryptage > Santé
Vecteur

Ce moustique qui pourrait accroître la dengue, le zika et le chikungunya en France

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Santé
Mode inutile

L’eau de coco : impact positif zéro sur votre santé

il y a 11 heures 24 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Charlotte Casiraghi & Dimitri, Laure Manaudou & Jérémy attendent leurs 2èmes enfants, Benjamin Castaldi son 4e; Sean Penn fait un mariage à la Lavoine, Vitaa flambe, Jenifer Lawrence fait des pertes; Bradley Cooper et l’ex de Ben Affleck sont très amis
il y a 11 heures 45 min
décryptage > International
Bruit de vagues en Méditerranée

Mais qu’est-ce que les Turcs font dans l’OTAN ? Et s’ils y sont qu’y faisons-nous encore ?

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk, un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 1 jour 1 heure
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
Les élections américaines de mi-mandat rencontrent peu d'écho dans la sphère médiatique française.
© Reuters
Les élections américaines de mi-mandat rencontrent peu d'écho dans la sphère médiatique française.
Ça nous concerne tous

Les élections de mi-mandat américaines qui n’intéressaient personne alors qu’elles nous impacteront directement

Publié le 24 octobre 2014
Dans deux semaines le personnel élu de la Chambre des Représentants sera renouvelé, tout comme un tiers des cent sièges du Sénat. Face à une administration Obama perçue comme impuissante, notamment sur les questions de politique extérieure, les Républicains pourraient être majoritaires.
Patrick Chamorel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Chamorel est professeur à l'université de Stanford.Il y enseigne les sciences politiques, à l'aulne des relations transatlantiques et des différences de systèmes politiques européens et français. Il collabore réguliérement au Wall Street Journal...
Voir la bio
Steven Ekovitch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Steven Ekovitch est professeur de Sciences Politiques et d'Histoire à l'Université Américaine de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans deux semaines le personnel élu de la Chambre des Représentants sera renouvelé, tout comme un tiers des cent sièges du Sénat. Face à une administration Obama perçue comme impuissante, notamment sur les questions de politique extérieure, les Républicains pourraient être majoritaires.

Atlantico : Les élections américaines de mi-mandat rencontrent peu d'écho dans la sphère médiatique française. Pourtant, et bien que les Etats-Unis aient moins d'influence dans le monde, de nombreux sujets seront susceptibles d'influencer nos propres intérêts et problématiques. En quoi ces élections sont-elles essentielles à la mise en place de la politique interne et extérieure du pays, et de quelle manière les débats qu'elles suscitent laissent-ils présager qu'elles nous impacteront ?

Patrick Chamorel : Même aux Etats-Unis, les midterm ne sont pas très visibles dans la presse, y compris à Washington qui vit normalement au rythme de l'effervescence politique. Malgré tout la perspective d'une victoire par les Républicains capte l'attention. Les conséquences seraient importantes, mais à relativiser car la production législative est relativement faible depuis la paralysie suscitée par l'échec d'Obama à faire voter ses réformes sur l'immigration, le salaire minimum et les inégalités notamment.

Il n'y aurait donc pas de changements majeurs, mais ceux que l'issue du vote provoquerait seraient effectivement problématiques pour Obama, qui conserve son veto.

Steven Ekovich : Beaucoup de pays, y compris la France, ne suivent pas les élections de mi-mandat, parce que les élections présidentielles ont beaucoup de plus de visibilité. Après tout, le pouvoir exécutif en matière de politique extérieure se trouve dans les mains du président. Une élection de mi-mandat peut avoir une influence sur la majorité en présence dans les chambres mais vraisemblablement selon les sondages les Républicains vont renforcer leur présence dans la chambre basse. Et, toujours selon les sondages, les Républicains vont reprendre la majorité au Sénat. Si les Républicains contrôlent effectivement les deux chambres, cela leur confère un pouvoir de blocage. Cela peut effectivement changer la donne mais n'oublions pas qu'aux Etats-Unis, le président dispose d'un droit de veto constitutionnel. Il est très difficile d'outrepasser un veto du président. Pour cela, il fait une majorité qualifiée à deux tiers, ce que ne possèdent pas les Républicains.

Nous allons donc plutôt nous trouver dans une situation de paralysie. Le législatif peut tenter de faire obstacle à la politique étrangère mais les grandes lignes, tout comme les décisions ponctuelles,  sont prises à la Maison Blanche. Si Obama décide en effet d'impliquer davantage le pays en Irak et en Syrie, je crois que ce serait un peu facile avec deux chambres à majorité républicaine.

Les derniers sondages d'opinion publique, montrent que la majorité des Américains sont pour le dispositif en Irak à condition qu'il ne s'agisse pas d'un déploiement massif de troupes. La possibilité d'aider davantage l'opposition en Syrie et d'aider le gouvernement irakien, devrait être plus facilement acceptée. Mais la politique étrangère reste l'apanage de l'exécutif. Les élections ne changeront rien dans ce domaine.

Dans quelle mesure l'issue du scrutin pourrait-elle influer sur la politique extérieure américaine par exemple, et notamment sur son implication dans la coalition contre Daesh ? Existe-t-il d'autres sujets de politique extérieure qui pourraient être concernés ?

Patrick Chamorel : Effectivement, les Républicains ont été très critiques à l'égard de la "mollesse" de Barack Obama en matière de politique étrangère, de l'Isis à l'Ukraine, en passant par Gaza. Il a montré des difficultés à statuer et à prendre des décisions sur ces sujets, ce qui a été exploité à la fois par les Républicains, mais aussi par les démocrates. La politique étrangère pèsera de toute manière sur les élections, car elle a souligné sa faiblesse et son manque d'aptitude à prendre des décisions.

Le parti républicain a quant à lui proposé une coalition plus ferme contre Isis. Bien que le président conserve l'initiative principale, une victoire des républicains pourrait aboutir à une plus forte représentation de leurs idées, comme la vente d'arme aux kurdes, et un débat sur la place des Etats-Unis dans les conflits régionaux et notamment au Moyen-Orient, mais pas encore sur l'envoi de troupes au sol, qui demeure un sujet sensible. On peut imaginer aussi un retour sur les coupes budgétaires dans la défense.

Steven Ekovich : Le désengagement en matière de politique extérieure sera toujours le résultat d'une décision commune. Le Congrès n'a pas le pouvoir de décider, il finance. Et bloquer un financement est un instrument lourd et il détient très peu d'outils simples pour influer sur la politique étrangère des Etats-Unis. N'oublions pas que le président peut toujours opposer son veto.

Comment définir la position des Républicains vis-à-vis de l'Europe ?

Patrick Chamorel : Ce qui les intéresse, c'est que l'Europe soit en phase de croissance, qu'une nouvelle crise de l'euro soit évitée, ce qui les amène naturellement à ne pas adhérer à la position allemande. Même parmi les Républicains sensibles à l'équilibre budgétaire, l'austérité et la rigueur n'obtiennent que des soutiens théoriques. En réalité, ils désirent avant tout que l'Europe croisse. Idéologiquement et politiquement, ils ne pourront pas conseiller à l'Europe d'augmenter les déficits publics, bien qu'ils soient quand même favorables à une relance économique.

Steven Ekovich : Au regard de l'Europe, les Républicains et les Démocrates, partagent le sentiment que les Européens n'en font pas assez en matière de défense. En effet, ils réduisent les budgets. Les Etats-Unis estiment que le Vieux continent doit davantage s'impliquer en Irak et en Syrie afin d'épauler les Etats-Unis. En ce qui concerne le Tafta (TransAtlantic Free Trade Area), les représentants américains sont pour, c'est aux Européens que revient désormais la décision. Les Républicains y sont favorables car avoir des standards transatlantiques crée un rempart partagé et ouvre les marchés européens. Il faut surtout avoir à l'esprit le mode de fonctionnement aux Etats-Unis, basé sur des coalitions. En fonction de la question, des Républicains vont s'allier avec des démocrates et inversement. Certains Républicains sont tout aussi résistants à une certaine globalisation que certains Démocrates de gauche.

Selon les sondages, les électeurs américains sont une majorité à estimer que les Républicains sont plus aptes à redresser l'économie du pays, et ils sont d'ailleurs en avance sur les Démocrates. Qu'est-ce que cela laisse présager ?

Patrick Chamorel : Oui, il y a fondamentalement des différences entre Républicains et Démocrates en termes de politique monétaire. Les premiers ont été très critiques à l'égard de la gestion de la crise par la Fed, mais compte-tenu du fait que la création monétaire s'atténue, et comme cela va dans le sens des Républicains, ces derniers n'ont plus trop de grain à moudre.

Steven Ekovich : La Fed est indépendante, le Congrès et la Maison blanche pourront toujours essayer de mettre la pression sur les questions de politique monétaire, mais cela ne relève pas de leurs prérogatives. La Fed décide en fonction des indices économique et de sa stratégie pour doper l'économie. Encore une fois, les élections générales ne changeront pas grand-chose.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le Comte Charles
- 25/10/2014 - 08:46
Nul
C'est article est complètement nul. N'y a-il pas de vrai spécialistes à interroger sur ces Questions ?
brennec
- 24/10/2014 - 18:15
a JG
Je l'ai lu et je peux vous dire que vous avez raison de ne pas en prendre la peine. Monsieur Chamorel n'a aucune idée de la grande stratégie que les américains mettent en oeuvre. Il devrait lire Luttvak sur l'empire byzantin, oeuvre qui nous en apprend long et est de plus plaisante a lire.
JG
- 24/10/2014 - 14:11
Du coup
Je n'ai même pas envie de lire l'article....