En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

05.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

06.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

07.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 5 heures 10 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 7 heures 13 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 8 heures 11 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 9 heures 54 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 11 heures 11 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 12 heures 9 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 14 heures 11 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 5 heures 57 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 7 heures 45 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 9 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 10 heures 7 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 11 heures 54 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 14 heures 34 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 3 heures
© Flickr
La société est atomisée.
© Flickr
La société est atomisée.
Une révolte ? Non Sire, une révolution.

Une société au bout du rouleau mais trop atomisée pour se révolter… pour l’instant

Publié le 24 octobre 2014
Le dialogue social tourne à vide, les situations échappent aux acteurs institutionnels, les leviers économiques fonctionnent de moins en moins : tel est le constat d'une note rédigée par l'association Entreprise & Personnel. Malgré cela, aucun risque d'explosion, car les différents groupes sociaux sont trop disparates. Pour le moment.
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Eddy Fougier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dialogue social tourne à vide, les situations échappent aux acteurs institutionnels, les leviers économiques fonctionnent de moins en moins : tel est le constat d'une note rédigée par l'association Entreprise & Personnel. Malgré cela, aucun risque d'explosion, car les différents groupes sociaux sont trop disparates. Pour le moment.

D'après la dernière note de conjoncture sociale de l'association Entreprise & Personnel, "les situations échappent aux acteurs institutionnels, les leviers traditionnels, y compris économiques, fonctionnent de moins en moins, le dialogue social tourne à vide dans un espace de plus en plus déconnecté du réel.... Mais cela ne structure pas en soi de la mobilisation collective, faute d'acteurs légitimes pour le faire et de projet rassembleur".

Atlantico :  La société est selon cette note trop atomisée pour que les exaspérations des différentes catégories sociales se rejoignent pour construire un mouvement de contestation cohérent. Les chômeurs qui voient qu'on veut réduire leurs allocations, les familles qui se retrouvent dans la même situation, les agriculteurs qui se sentent étranglés, la Manif pour Tous, les mouvement "quitter la sécu", les "pigeons"… les groupes sociaux et d'intérêts sont-ils effectivement trop disparates pour qu'une explosion sociale fasse trembler la France ?

Jean Petaux : L’histoire des mouvements contestataires de grande ampleur montre abondamment qu’ils ne préviennent jamais longtemps avant leur déclenchement. Il peut y avoir des signes avant-coureur mais souvent il s’agit de signaux faibles qu’une relecture des événements passés réinterprète comme autant d’éléments précurseurs de la mobilisation advenue postérieurement. C’est tout simplement ce que l’on appelle une "rationalisation ex-post". Quand on fait cela en histoire cela s’appelle un anachronisme. A tout le moins je pense qu’il faut être très modeste. Ne pas dire : "Il ne va rien se passer parce que la société française est totalement anesthésiée et incapable de réagir" ou, inversement, "ça ne peut qu’exploser parce qu’il n’y a pas d’autre issue possible".

Ce que l’on peut établir c’est que la somme de mécontentements disparates, même très nombreux, n’entraine pas, mécaniquement, une mobilisation générale qui fusionnerait dans un même élan revendicatif. Pour plusieurs raisons. La première c’est que les contestations que vous énumérez sont, pour certaines contradictoires entre elles, sans se neutraliser forcément, elles se repoussent, tout comme le font les polarités identiques de deux aimants. Difficile alors d’imaginer une quelconque coagulation des messages protestataires. La deuxième raison tient à la nature-même des catégories sociales qui expriment leurs peurs, leurs refus ou leurs revendications. Certains groupes n’ont pas la culture de la manifestation publique. Pas besoin d’expliquer que les notaires, les huissiers, voire les pharmaciens, n’ont pas, derrière eux, une "socialisation du battage du pavé" qui les amènerait à multiplier les manifestations pour se faire entendre.

La "Manif pour tous" a certes été un excellent support de mobilisation mais il n’y a pratiquement pas d’exemple d’embrasement social à partir de thématiques éthiques ou morales relevant de la sphère des valeurs. La gauche par exemple, bien que mobilisée pour la cause des "sans-papiers" n’a jamais réussi à en faire un point de fixation social d’envergure. Ce qui agrège les revendications et les mécontentements c’est d’abord (pour ne pas dire uniquement) les questions sociales. A une exception près dans la société française : la question scolaire. En 1984, un million de Françaises et de Français s’est rassemblé à Versailles faisant reculer le gouvernement de l’époque. En 1994, dix ans plus tard, un autre million (pas le même) manifeste à Paris et fait aussi reculer le gouvernement (pas le même non plus). Les grandes manifestations en France depuis les années 60 sont toutes (en dehors de ces deux-là) en relation avec des luttes sociales et syndicales.

Je n’ai en mémoire qu’une seule manifestation à caractère politique qui réunit une foule absolument considérable et rarement atteinte : c’est celle des gaullistes le 30 mai 1968, juste après la déclaration radiodiffusée du général de Gaulle. Manière de clore par une mobilisation exceptionnelle la séquence de Mai 68. Troisième et dernière explication à mes yeux : pour reprendre la fameuse dichotomie sartrienne entre les "soucis profonds" et la "cause occasionnelle", pour qu’une mobilisation sociale généralisée se produise il faut qu’il y ait un événement précis, un détonateur, une explosion ponctuelle et suffisamment forte qui, occasionnellement, va provoquer l’embrasement de toutes les couches de la société parce que le climat s’y prêterait et que la crise serait présente dans tous les groupes sociaux. Or, actuellement, au risque de surprendre, je ne suis pas certain que les soucis profonds soient aussi réifiés que cela. Quant à la cause occasionnelle, j’ai dit au début de ma réponse, que, très souvent, elle est imprévisible, fortuite et soudaine…

Eddy Fougier : Les enquêtes témoignent d'un pessimisme ambiant, d'une difficulté à se projeter dans l'avenir, et d'un repli sur soi. Selon cette note, les personnes se replient sur elles, sur leur famille, leur communauté, que celle-ci soit "facebookienne" ou religieuse. Est-ce un facteur d'implosion ou d'explosion ? Difficile à dire. Dans cette note, il est intéressant de voir que ce qui est relevé, c'est la faible conflictualité sociale. Avec les Bonnets Rouges, les cheminots ou les pilotes Air France on pourrait croire que les élites vont bientôt avoir leur tête sur une pique, mais en réalité les grèves et les conflits sont moins nombreux qu'avant.

Ce qui est inquiétant, c'est l'explosion sociale qui se profile lorsque la crise économique est forte et qu'il n'y a plus d'espoir dans l'alternative politique, un peu comme en Grèce ou en Espagne. Aujourd'hui en France, cette alternative existe, elle est portée par Marine Le Pen, qui sert d'exutoire à l'explosion sociale. Pour l'instant ça fonctionne. Mais jusqu'à quel point… Si elle arrive au pouvoir, alors l'explosion sociale pourrait avoir lieu.

En 2013, on s'attendait à des mouvements sociaux très importants contre la réforme des retraites, or ça n'a pas été le cas. Pour les Bonnets Rouges, on pensait qu'il s'agissait des "territoires" contre Paris et le gouvernement, mais il s'agit surtout, dans les faits, d'une révolte fiscale. Je crois donc plus à de la résignation qu'à de la révolte, les mouvements contestataires se contentant de rester ponctuels, en fonction des lieux et des catégories sociales.

Au risque de schématiser, quelles sont aujourd'hui les grandes "familles" de mécontents en France ?

Jean Petaux : C’est le risque en effet, comme pour toute taxinomie. On peut énumérer quatre grandes familles en fonction des ressorts de leur mécontentement, ou plus précisément, de la nature-même de leur revendication. Il n’y a pas, dans mon esprit, de hiérarchisation dans la liste qui suit. Et il existe certainement d’autres catégories.

Je qualifierai un premier groupe ainsi : "Les Combattants pour les valeurs". Celles-ci ne sont pas seulement liées à des choix moraux ou éthiques. Bien évidemment on va y trouver celles et ceux qui pensent que la famille est menacée aussi bien par des mesures juridiques (mariage de personnes du même sexe, PMA, GPA, etc.) que financières (réforme des allocations familiales) ou fiscales (réforme du quotient). Mais au titre des valeurs on peut aussi citer ici celles qui défendent la "liberté d’entreprendre", le "droit à la propriété". J’ajouterai même celles et ceux qui luttent pour la "reconnaissance du droit d’asile", "l’accueil des sans-papiers", "la défense des valeurs de la laïcité", ou encore, bien entendu, "les valeurs de tolérance autorisant le mariage de personnes de même sexe ou le droit à la procréation pour tous", etc. Cela peut surprendre car, forcément, ces derniers ne sont pas sur la même ligne idéologique que les pro-Manif pour tous par exemple, mais c’est aussi ce qui constitue la particularité de la situation actuelle : le combat pour les valeurs n’est pas forcément celui pour la sauvegarde de la tradition ou n’est pas réductible à la droite idéologique. Les valeurs de gauche ont aussi leurs combattants bien évidemment et ceux-ci peuvent considérer que le gouvernement actuel ne les entend pas suffisamment par exemple.

Le deuxième groupe me semble pouvoir se reconnaitre dans l’appellation suivante : "Les Gardiens du temple France". Ceux-là sont en quelque sorte opposés à tout ce qui peut apparaître, de près ou de loin, comme susceptible de remettre en cause le "modèle français" ou si l’on veut être encore plus précis, "l’exception française". Ils sont hostiles à l’Europe telle qu’elle est devenue, opposés à la mondialisation, plutôt méfiants devant toute alliance internationale. On trouve dans ce groupe une bonne part de celles et ceux qui ont voté "non" au référendum sur le Traité Constitutionnel Européen (TCE) de mai 2005. Ils se recrutent évidemment dans des "camps politiques" diamétralement opposés, rivaux et concurrents. Mais leur souci profond est le même, (tout en étant, bien entendu, incapables de l’avouer) : "la France est en train de se dissoudre dans un modèle supra-national et ce n’est pas acceptable". De la "marinière" au "achetez français", les "Gardiens" rendent le libéralisme mondialisé responsable de tous les maux de la société française.

Le troisième groupe correspond à la nébuleuse des déçus toutes catégories confondues. Je les nommerai : "Les Désespérés de l’impossible changement". Ils ont, dans leurs très grande majorité, cru au slogan de François Hollande. Ils ont cru que "le changement allait être maintenant". Leurs parents avaient cru dans les années 70-80 qu’il allait être possible avec François Mitterrand de "changer la vie" (slogan du PS après le Congrès d’Epinay de 1971). D’autres n’ont pas cru aux propos du candidat socialiste élu président de la République en mai 2012 mais ils ont espéré que la situation serait différente de celle connue sous la présidence Sarkozy. Ils ne voulaient pas revivre l’affaire Bettencourt, ils ont eu l’affaire Cahuzac (avec du Thévenoud en prime). Ils ne voulaient plus de confusion entre vie publique et vie privée, ils ont eu droit au plus nul des vaudevilles avec portes qui claquent et diarrhée verbale de rupture imprimée en gros caractères… En d’autres termes, les "déçus du hollandisme" et les "cocus du sarkozysme" (et réciproquement) sont littéralement désespérés de la chose politique et "jurent, mais un peu tard, qu’on ne les y prendra plus" (comme le disait en son temps le grand La Fontaine). La majorité des rangs de ces "désespérés" se situe à gauche, ils sont militants syndicaux dans les organisations de salariés, militants écologistes ou "alter", voire militants socialistes eux-mêmes et ont le sentiment d’être totalement sacrifiés sur l’autel d’une modernisation de la doxa socialiste qu’ils n’ont ni vu venir ni appelé de leurs votes.

Le quatrième et dernier groupe est le plus difracté et disparate des quatre "familles". Désignons-les sous l’appellation suivante : "Les égoïsmes des individualismes contrariés". Ceux-là, pour des raisons toutes différentes, forcément personnelles, voient une part de leur statut social, financier, professionnel, dégradée. Si cette dépréciation statutaire ne l’est pas dans les faits (pas encore du moins ou pas pour tous) ils ont peur que cela ne se produise. Si elle n’est pas réifiée et n’existe pas, ils ont le sentiment qu’elle est là. Ils la vivent par procuration ou par anticipation. Et puis parfois ils la vivent pour de bon : cas de ceux qui paient davantage d’impôts par exemple . Ou de ceux qui vont devoir se soumettre à une nouvelle législation, à une nouvelle obligation (écotaxe, péage, etc.). Tous ceux-là refusent avec plus ou moins de vigueur (ou de violence) tout ce qui peut contribuer à accroître ce ressenti de remise en cause de la fameuse religion des "avantages acquis". Bien sûr que dans cette litanie des "égoïsme contrariés" il faut ranger tous les conservateurs du syndicalisme-corporatisme. Les enseignants qui sont d’accord pour changer les rythmes scolaires mais sans travailler une heure de plus ou perdre une semaine de congés, les commandants de bord d’Air France aux rémunérations littéralement indécentes qui s’offrent quinze jours de grève (et négocient secrètement le paiement des jours de grève avec la direction générale de la compagnie), etc.

On l’aura compris, l’appartenance à telle ou telle famille n’est pas exclusive d’une autre. Des "multi-cartes" existent : un pilote d’Airbus A320 d’Air France peut être un "combattant pour les valeurs" et rejeter tout abandon de souveraineté… Pour autant ces quatre grandes "familles" ne sont pas "fongibles" les unes dans les autres dans leur collectivité et leur intégralité.

Eddy Fougier : Le constat d'atomisation est très vrai, et la liste est longue : en somme, tous ceux qui ont quelque chose à perdre dans les réformes, c'est-à-dire les professions réglementées, les agriculteurs lésés par la PAC, les classes moyennes qui subissent les impôts et la réforme des allocations familiales, et ne se reconnaissent pas dans certaines valeurs portées par le gouvernement ; les mécontents de droite et les mécontents de gauche ; et puis on peut généraliser en parlant du mécontentement global des Français par rapport à la classe politique ! Mais de là à construire un mouvement de contestation sur cette base… Je crois davantage à une révolution conservatrice, dans un mouvement comparable à celui qui porta Ronald Reagan au pouvoir en 1981.

Quelles circonstances permettraient aujourd'hui un soulèvement d'une ampleur considérable contre les institutions et l'exécutif en place ?

Jean Petaux : Je l’ai dit : la conjugaison de soucis profonds et d’une cause occasionnelle déclenchante. Il pourrait y avoir, par exemple, un blocage structurel long et spectaculaire des infrastructures (barrages routiers par exemple qui paralyseraient l’approvisionnement en essence comme on l’a connu dans les années 93-94 et qui s’est terminé d’un côté avec le célèbre leader syndicaliste camionneur "Tarzan" et de l’autre avec un char AMX 30 dégageant un 38 tonnes… : image forte s’il en fut). Le pays entièrement bloqué toutes les  revendications risqueraient d’exploser en même temps. Il pourrait aussi y avoir une crise politique et institutionnelle structurelle : blocage parlementaire, mise en minorité du gouvernement, dissolution de l’Assemblée nationale et absence de résolution de la crise politique par une consultation législative dont les résultats seraient politiquement insupportables : score très élevé du FN mais quasi-absence de députés envoyés à l’Assemblée du fait du mode de scrutin : décalage complet entre "le pays réel" et le "pays légal" ou bien majorité introuvable voire conflit de légitimité politique entre le président en place et la  nouvelle majorité parlementaire rendant une quatrième cohabitation impossible. Le pays irait tout droit à la crise de régime et la question de la survie de la Vème République se poserait directement. La seule chose dont on est certain en l’espèce c’est que la réalité a toujours plus d’imagination et de capacité d’invention que les auteurs de politique-fiction…

Eddy Fougier : Qu'entend-on par explosion sociale ? On peut parler de mouvements qui se révoltent en recourant à des actions illégales, comme bruler des centres d'impôts, mettre le feu à des banlieues comme en 2005.

L'implosion, quant à elle, est une notion plus floue, moins facile à appréhender de manière factuelle : c'est une société qui se délite, qui ne partage plus d'éléments communs, qui ne se reconnaît plus dans les valeurs et les emblèmes de son pays.

L'un des facteurs d'explosion, donc, serait "le ras le bol fiscal", comme dit Pierre Moscovici. Ce seuil est difficilement évaluable avec précision : trop d'impôt ne tue pas l'impôt, mais est un facteur d'explosion sociale potentiel.

Une remise en cause radicale et visible du modèle social pourrait également mettre le feu aux poudres. Sauf que orsque Rebsamen dit qu'il faut davantage contrôler les chômeurs, il provoque un tollé à gauche, mais pas dans les sondages. On pourrait penser que sur le report de l'âge de départ à la retraite, les Français se braqueraient massivement : en réalité, par nécessité, une bonne partie est prête à accepter les réformes. J'en veux pour preuve le discours de Manuel Valls devant le Medef : les études qui ont suivi ont montré qu'une grande parte de l'opinion de gauche pensait qu'il n'en faisait pas assez pour les entreprises. Et on l'a bien vu en Grèce, l'inacceptable peut devenir acceptable. Les deux scénarios les plus susceptibles de déclencher des mouvement de nature insurrectionnelle seraient une aggravation brutale de la crise, ou bien l'accession de Marine Le Pen au pouvoir.

Mais la réalité sociale suffit-elle ? Comment une prise de conscience peut-elle intervenir ? Faut-il l'émergence de figures fédératrices et charismatiques ?

Jean Petaux : Même si la société française, dans son histoire politique et sociale, a montré qu’elle n’est pas avare dans la recherche du sauveur et de la figure du "grand libérateur" (tropisme "bonapartiste" assez récurrent), les figures charismatiques ou réputées telles n’ont jamais connu de grands destins (du général Boulanger à Pierre Poujade). D’abord parce qu’aujourd’hui dans une société complexe comme la société française où les sources d’influence sont par nature multiples, contradictoires et déconcentrées, l’émergence d’un héros qui serait adulé de toutes et de tous est très difficile. Je ne crois donc pas à l’apparition d’une sorte de leader fédérateur qui agrègerait sur son nom toutes les "branches" des "familles" évoquées plus haut. Quant à la prise de conscience d’une nécessaire mobilisation, si elle devait advenir, il y a fort à parier qu’elle ne sera pas globale, collective et surtout synchrone, autrement dit qu’elle se produira au même moment pour tout le monde ou, au moins, pour une minorité suffisamment forte et agissante pour qu’elle ait une capacité d’entrainement ou qu’elle puisse peser sur les institutions et sur leur survie par exemple.

Eddy Fougier : Il faudrait certainement une figure antisystème, puisque le constat pour l'instant est celui de la déconnexion des élites avec les Français. Les symptômes sont l'abstention, le vote pour les mouvements anti système, le vote blanc, et le vote nul. Au-delà, c'est l'hypothèse de Marine Le Pen au pouvoir. On peut raisonnablement penser que ce ne sera jamais le cas ; un peu comme pour l'indépendance de l'Ecosse, mais la possibilité est là.

Les politiques ont intérêt à surfer sur la base antisystème, dans la même veine que Sarkozy en 2012, et que Mélenchon lorsqu'il était plus actif. Un Montebourg ou d'autres pourraient en profiter. A une époque c'était Bayrou, mais plus maintenant.

Quoi qu'il en soit la solution viendra de la société. "Nous Citoyens" en est un symbole, mais cela viendra aussi du monde associatif. Tous ceux qui veulent sortir d'un certain nombre de carcans.

La société française a un problème, qui est celui du décalage entre la perception et la réalité. Cette dernière est loin d'être aussi déprimante que ce qu'on voudrait admettre. Les politiques comme les médias ont toujours intérêt à être alarmistes, pour mieux critiquer. Cette nuance posée, je ne rejette pas intégralement la possibilité que la société en vienne à ne plus s'en référer à Paris, au gouvernement ou aux élites en général.

A quelles alliances improbables pour le moment cela donnerait-il lieu ? Certaines catégories de la population, certains combats, sont-ils totalement inconciliables ?

Jean Petaux : Comme je l’ai dit plus haut, certains acteurs sociaux peuvent appartenir à plusieurs des familles que j’ai présentées. Mais comme, au sein-même de ces familles, il n’y a absolument pas consensus sur les valeurs pour lesquelles on peut combattre par exemple, ou bien qu’il peut y avoir des revendications corporatistes totalement contradictoires entre elles entre les salariés d’Ecomouv’ à Metz qui vont être mis au chômage pour cause d’abandon de l’éco-taxe et les "Bonnets Rouges" de Carhaix, ou encore entre les chauffeurs de taxis et les tenants de la libre entreprise, tout cela ne peut pas se concevoir comme étant à même de s’allier. Le seul cas récent d’une alliance improbable a été, encore une fois, la coalition des "non" au référendum sur le TCE en mai 2005 où des sympathisants de gauche (gauchistes, communistes, mélenchonistes, jusqu’aux fabiusiens) ont mêlé leur bulletin de vote à ceux du FN, des villiéristes et de certains militants UMP souverainistes… Rappeler cette alliance improbable aux électeurs de gauche et à ceux de la droite républicaine a un effet immédiatement identique à l’agitation d’un chiffon rouge devant un troupeau de taureaux… Mais il reste que c’est un fait et qu’il n’est pas contestable… Le référendum, dans la mesure où les électeurs ne répondent pas à la question posée mais se plaisent à envoyer un message à celui qui la pose, est une remarquable machine à fabriquer des alliances improbables puisque le "cartel des non" (le "front du refus") est désormais toujours plus fort que la "somme des oui" (le "vote d’adhésion").

Eddy Fougier : Pour ce qui est de la critique de la politique menée par le gouvernement, on peut réunir beaucoup de personnes qui n'ont rien à voir les unes avec les autres. Mais au-delà des intérêts communs conjoncturels, cela ne peut pas aller très loin. Les intérêts catégoriels restent prédominants. Des tentations de réunir la Manif pour Tous et les Bonnets Rouges ont existé, mais cela ne peut pas se concrétiser.

Ce serait le talent d'un leader que de créer une coalition avec des catégories différentes. C'est ce qu'avaient fait Sarkozy en 2007, et Reagan en 1981, sur l'aspect conservateur. Le regard vers le passé et la tradition est fort. Mais quand on voit que même la Manif pour tous a du mal à maintenir son mouvement, on la voit mal s'agréger à d'autres mouvements.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 24/10/2014 - 16:00
For Ever ?
Que demande le Peuple ?
Le Plein Emploi !
Depuis des décennies, les citoyennes et les citoyens le demandent poliment, gentiment, attendant toujours patiemment qu'on les autorise à voter...
Et acceptant, qu'une fois élu, notre actuel président fasse, plus que tout autre avant lui, exactement l'inverse de son programme électoral.
For Ever ? (pour toujours ?)
vangog
- 23/10/2014 - 14:28
la "mise en case" est, certes, traditionelle, mais elle ne
sert à rien pour étudier le phenomène pre-insurrectionnel français... Il faut analyser la dynamique des phénomènes et se rendre compte que les aggravations tous-azimuths (chômage, dette, inadaptation de l'UE, dégradation du pouvoir d'achat, représentativité du peuple, déliquescence du pouvoir...) grimpent toutes vers une asymptote indépassable. Il suffira alors de tracer ces courbes exponentielles sur une abcisse des temps, pour connaitre l'instant T de l'indépassable! On y arrive, et ce sera avant 2017, donc avant Marine Le Pen...et la France en 2017 ne sera un "cadeau" pour personne. Seuls les fous-furieux comme sarko-le-tricheur semblent s'y précipiter avec délectation...