En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© FIAC
L'"arbre" de la place Vendôme.
Quand l'art va trop loin
“L’arbre” de la place Vendôme qui avait fait long feu : plug anal ou pas, la provocation est-elle le seul carburant de l'art contemporain ?
Publié le 19 octobre 2014
Le 17 octobre, jour d'ouverture de la Fiac, un "arbre" ressemblant davantage à un plug anal de 24 mètres de haut est dressé sur la place Vendôme. De quoi se poser la question quant à la démarche artistique de ces artistes qui ne capitalisent que grâce au bruit.
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 17 octobre, jour d'ouverture de la Fiac, un "arbre" ressemblant davantage à un plug anal de 24 mètres de haut est dressé sur la place Vendôme. De quoi se poser la question quant à la démarche artistique de ces artistes qui ne capitalisent que grâce au bruit.

Nouveau scandale dans l'art contemporain qui en est si friand : une sculpture gonflable de 24 mètres de haut est installée place Vendôme le 17 octobre, sous l'autorité de la FIAC, le salon de la création contemporaine qui ouvre le 23 octobre au Grand Palais. L'oeuvre est intitulée Tree (arbre) mais elle ne trompe personne, l'artiste lui-même, Paul McCarthy, le reconnaît : "Tout est parti d’une plaisanterie : à l’origine, je trouvais que le plug anal avait une forme similaire aux sculptures de Brancusi. Après, je me suis rendu compte que cela ressemblait à un arbre de Noël. Mais c’est une œuvre abstraite. Les gens peuvent être offensés s’ils veulent se référer au plug, mais pour moi, c’est plus proche d’une abstraction." Cette ambiguité est d'ailleurs parfaitement assumée par Jennifer Flay, la directrice artistique de la FIAC : "Bien sûr que cette œuvre est polémique, qu’elle joue sur l’ambiguïté entre un arbre de Noël et un plug : ce n’est ni une surprise ni un secret, poursuit-elle. Mais il n’y a aucune offense au public, et suffisamment d’ambiguïté pour ne pas troubler les enfants." (Le Monde 18/10)

Paul McCarthy bénéficie d'une exposition à la Monnaie de Paris, mais on pourra se passer d'y aller, il suffit de taper son nom sur Google Images pour se rendre compte des obsessions scatologiques de ce soi-disant "artiste". C'est la pure provocation qui l'anime, et la FIAC ainsi que la Mairie de Paris sont tombés bien bas en lui donnant une répercussion si prestigieuse, qui fait honte à la capitale de la France. Ca n'a d'ailleurs pas manqué, dès le lendemain un plaisantin a crevé la sculpture gonflable qui perdait soudain toute sa superbe. Et ce fut l'occasion, pour les défenseurs de l'art contemporain, de vouer aux gémonies les "réactionnaires" qui avaient commis ce forfait, comme si tout cela avait été prévu à l'avance.

Cette sculpture illustre un genre né au début du XXe siècle, le ready made, c'est à dire un objet usuel considéré et mis en scène comme une oeuvre d'art. Son inventeur est Marcel Duchamp et, ça tombe bien, le Centre Pompidou lui consacre une exposition. Qu'y voit-on ? Déjà, bizarrement, pour une exposition dite monographique, plus de la moitié des oeuvres exposées ne sont pas de lui ! Et ce qu'on voit de lui fait franchement pitié. Picasso, Kandinsky, Chagall sont des artistes visionnaires, à côté Duchamp est un peintre de troisième zone qui oscille d'un style à l'autre sans jamais convaincre, s'inspirant de Cézanne ou du cubisme et échouant à chaque fois à apporter quoi que ce soit d'original. Mais il a inventé le ready made, avec son célèbre urinoir renversé intitulé Fontaine (1917). Racontons l'histoire : à New York, où il vivait à l'époque, existait un salon d'art académique et un "Salon des refusés" pour les artistes qui voyaient les portes du premier se refermer devant eux. Duchamp paria avec ses amis qu'il ferait une pièce qui serait "refusée au Salon des refusés". Ce fut Fontaine, et il gagna son pari ! Depuis, cette blague potache est devenue le totem d'un certain art contemporain qui doit "choquer", "dérouter", "remettre en question". Enfin, cela permet surtout aux gens et aux nouveaux riches qui n'ont aucune culture artistique d'éprouver le frisson de l'art contemporain...

Une telle provocation en plein centre de Paris déclenche une polarisation entre les "pro" et les "anti", entre ceux qui "adooooorent" l'art contemporain et ceux qui considèrent qu'il ne s'agit que d'une vaste escroquerie, chacun étant enfermé dans ses certitudes. N'est-il pas possible d'avoir un jugement plus mesuré ? C'est malheureusement ce qui semble se perdre en cours de route, mais ce serait si injuste pour tous les artistes d'aujourd'hui qui continuent d'explorer toutes les dimensions de la création artistique, sans jouer la carte de la provocation. A la FIAC, dans des musées et des galeries, on pourra voir, pour prendre des exemples d'artistes français, les peintres Marc Desgrandchamps ou Erro, les photographes Philippe Ramette, Stéphane Couturier ou Valérie Belin. Ce sont là des noms parmi d'autres, mais l'amateur d'art doit exercer son jugement critique plutôt que de se focaliser sur la polémique du moment. Il ne faut pas suivre les artistes qui font le plus de bruit !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 20/10/2014 - 06:41
De l'art?
Forme géométrique que n'importe enfant pourrait faire, couleur atroce sur une magnifique place, un gonfleur qui fonctionne 24/24 bravo l'écologie Mme Hidalgo. L'avis de la population, Mme Hidalgo n'en a que faire, elle qui sait si bien faire de la morale républicaine à tous. Bravo vous avez un goût de chio......
PEMK
- 19/10/2014 - 20:11
Qui paie ?
Qui paie directement ou indirectement ce truc-bidule ?
vangog
- 19/10/2014 - 15:56
La création artistique aussi, s'est arrêtée en 68...
Ce qui a suivi correspond parfaitement (en cela, l'art est un témoin voyeur de notre temps...) à la décomposition societale et politicienne qui a contaminé la France, depuis...Les artistes sont devenus des escrocs à l'image de nos politiciens, incapables de créer l'avenir et se contentant d'en déconstruire le passé et d'en exploiter les misères présentes...
La plupart des pseudo-artistes actuels ne seraient rien sans ce passé dont ils se servent, comme d'un miroir grossissant de leur absence de créativité. Seul intérêt de ces artistes: ils sont témoins de leur temps et vivent au crédit des simples benêts qui nous gouvernent! Mais cet intérêt (financier) n'est profitable qu'a eux seuls... Notre société et nos enfants ne tireront aucun profit de cet art-plus-qu'éphémère!