En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

06.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

07.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 17 min 24 sec
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 52 min 22 sec
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 3 heures 12 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 14 heures 53 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 15 heures 30 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 18 heures 54 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 24 min 7 sec
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 1 heure 5 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 1 heure 28 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 15 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 18 heures 32 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 19 heures 27 min
© Reuters
Les élites européennes taisent le vrais problèmes de l'Europe.
© Reuters
Les élites européennes taisent le vrais problèmes de l'Europe.
Déni politique

L'assourdissant silence des élites européennes alors que le continent s'enfonce toujours plus dans la crise

Publié le 15 octobre 2014
Que ce soit politiquement ou économiquement, d'aucuns s'accordent à diagnostiquer les maux dont souffre l'Europe. Et si les élites parvenaient à orienter leurs réflexions vers des questions politiques plutôt que techniques, les populistes nationaux auraient probablement moins de portée dans leurs pays respectifs.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que ce soit politiquement ou économiquement, d'aucuns s'accordent à diagnostiquer les maux dont souffre l'Europe. Et si les élites parvenaient à orienter leurs réflexions vers des questions politiques plutôt que techniques, les populistes nationaux auraient probablement moins de portée dans leurs pays respectifs.

Atlantico : Alors que les analyses pessimistes quant à l'Union européenne se montrent de plus en plus systématiques, notamment avec des critiques de la part de certains Etats membres à voir une Europe-Allemande -comme le décrit l'ancien ministre des affaires étrangères allemand, Joschka Fischer dans son ouvrage "l'Europe a-t-elle échoué ?"-, dans quelle mesure peut-on dire qu'il s’agit-il davantage d'un problème de conception de l'Europe par ses élites, dont la structure est fonctionnellement capable de publier des "rapports" et de proposer des mesures techniques comme l'euro, mais qui demeure déficiente à se définir politiquement ?

Christophe Bouillaud : Du point de vue économique, l’erreur dont nous souffrons actuellement est d’avoir renforcé un marché unique très intégré (les "quatre libertés"), créé une monnaie unique en plus, sans se donner les moyens d’avoir une instance forte, élue directement par les citoyens européens, pour gouverner l’ensemble ainsi créé. Toutes les analyses, qu’elles soient fédéralistes d’inspiration ou plutôt souverainistes, en conviennent : les institutions européennes vu du point de vue économique sont terriblement bancales. Les dirigeants européens voudraient depuis 1990 avoir les avantages économiques du fédéralisme sans en payer le prix politique en termes de cession de souveraineté et sans en avoir créé au préalable les conditions démocratiques. L’absence d’un gouvernement central chargé de la politique économique, comme aux Etats-Unis ou en Inde, politiquement solide car appuyé sur un choix clair de l’électorat, a du coup tout compliqué depuis 2008-2010, et il a fallu créer dans l’urgence des mécanismes institutionnels compliqués à souhait (MES, Union bancaire, Semestre européen, Two-Pack, Six-Pack, TSCG, etc.), et d’ailleurs peut-être inopérants pour créer un ersatz de gouvernement économique.

Actuellement, en Europe, on discute du choix entre austérité et relance entre gouvernements nationaux, du rythme des réformes structurelles, et on va sans doute finir par un compromis, mais il ne correspondra en fait à aucune ligne stratégique autre que l’existence de ce compromis lui-même.  Les signataires du Traité de Maastricht comptaient sans doute que les interdépendances créées finissent par créer une obligation pour leurs successeurs d’en venir à une fédération, de fait, nous en sommes proches du point de vue des problèmes causés par la situation d’entre deux actuelle, sauf que les opinions publiques y sont encore moins prêtes sans doute qu’il y a vingt ans en raison même de la gestion bancale de la crise économique. L’insuccès économique nourrit l’illégitimité politique qui empêche de prendre les mesures institutionnelles qui permettraient de couper à la racine les causes de cet insuccès.

Pourquoi cette conception techno-économique de l'Europe, qui s'est premièrement déployée avec la Communauté européenne du charbon et de l'acier en 1952 -coordination technique s'il en est-, ne fonctionne-t-elle plus aujourd'hui ?

Elle fonctionne encore dans certains domaines (les normes techniques par exemple), mais elle bloque parce que les questions posées (les "réformes structurelles") supposent d’entrer désormais au cœur des compromis sociaux des différents Etats membres, et que bouger ces compromis sociaux suppose des rapports de force favorables au niveau national en faveur de ceux qui veulent suivre les règles européennes. De plus, ces règles, qui finissent par s’appliquer à tous les Européens, semblent venir de nulle part, ne pas avoir été approuvée par l’ensemble de la population européenne : sur le papier, c’est pourtant techniquement le cas vu les processus décisionnels communautaires, mais les gens ne s’en rendent pas compte et ne le vivent pas comme tel. Ces décisions sont vues comme "Bruxelles nous impose". Pour prendre un exemple, s’il y avait eu un référendum paneuropéen sur l’âge légal de la retraite, l’acceptation de la nouvelle règle serait plus facile, car légitimée par une majorité populaire.

Dans quelle mesure cette incapacité à formuler une vision commune, politique de l'Union Européenne, peut-elle expliquer que la voix de Marine Le Pen, ou de Beppe Grillo en Italie aient une telle portée ?

En fait, la vision commune européenne existe ! Comme on l’a vu depuis 2010, les Etats membres et les institutions européennes ont vraiment tout fait pour sauver l’Euro, il y a parmi les dirigeants des grands partis une ferme volonté de continuer à s’inscrire dans l’ordre européen actuel quelque soient par ailleurs les résultats économiques atteints par ailleurs. Les exemples abondent désormais qu’il n’y a pas un niveau de souffrance des populations européennes (par exemple de niveau de chômage maximal) devant lequel un dirigeant européen est capable de reculer si c’est à ce prix que l’Euro doit survivre. La valeur qui oriente les élites européennes, c’est la survie de l’Euro, dont, croient-ils, dépend tout le reste. Cette vision est donc fermement ancrée dans l’idée d’intégration du continent européen, mais, comme elle néglige les souffrances infligées aux populations – qui n’ont qu’à s’adapter au plus vite sur le modèle des "Ossis" priés de bien vouloir se modeler sur les mœurs de la RFA après 1990 -, elle accentue la question des égoïsmes nationaux. Les élites avaient déjà presque complètement oublié de "faire les Européens" avant 2008, la suite n’a rien arrangé. Du coup, des partis tiers ou nouveaux  se proposent de défendre les populations laissés pour compte des différents Etats – un peu finalement comme l’ex-SED dans l’ex-RDA devenu le PDS, puis die Linke. Ces partis, qui s’adressent de plus en plus aux laissés pour compte, comme l’UKIP au Royaume-Uni, réclament que leur Etat national joue encore son rôle de protecteur de ses populations. Pour les contrer, il faudrait donc que les dirigeants de l’UE changent leurs priorités. 

Le contexte actuel ne requiert-il pas justement une clarification, voire un ajustement de la définition même de l'Europe et de son rôle ?

De fait, avec le jeu, avec les rustines, avec les mécanismes à complication, avec l’effort homérique de la BCE pour sauver sa propre existence et celle de l’Euro, combien de temps cela peut-il encore durer ? Il va bien falloir se décider à un moment à "officialiser" la situation ou à rompre : nos Etats ne sont plus souverains de fait, sauf sur l’usage légitime de la violence. Chacun garde le droit de réprimer comme il l’entend ses mécontents et de s’engager dans les guerres qu’il veut, mais à part ça ? La Cour constitutionnelle allemande dans son jugement de 2009 sur le Traité de Lisbonne n’a pas dit autre chose : si on veut aller plus loin dans l’intégration – ce qui, à mon avis, est inévitable si  on veut garder la monnaie unique -, il faudra demander leur avis directement aux peuples. Il faudra bien en venir à poser la question fédérale avec son caractère proprement vertigineux : mettre fin à l’histoire souveraine de la France ou d’Allemagne pour faire naître l’Etat européen n’est pas une mince affaire. C’est peut-être d’ailleurs une question auquel les peuples répondront "Non" et "Nein" d’un commun élan. Bien sûr, on peut toujours jouer la montre, attendre, compliquer encore les choses, faire quelques nouveaux Traités techniques qu’acceptera de mauvais gré la Cour de Karlsruhe, mais le risque est d’en arriver à un tel désarroi économique  et à un tel déni de démocratie que certains pays voudront quitter l’Euro avant d’en arriver à cet "officialisation fédérale" provoquant ainsi une crise générale de l’idée même d’Europe, et je vois mal comment on pourrait refonder quelque chose ensuite. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 16/10/2014 - 08:04
UN POINT À L'ENDROIT, UN POINT À L'ENVERS!
Point de vue intéressant: avec la CECA, l'Europe est née de choix techniques dont la pertinence a ensuite permis d'installer des choix plus politiques. Pour l'avoir oublié un peu plus tard et avoir voulu imposer des choix politiques avant d'avoir jeté des fondations financières solides, l'Europe mal construite, politiquement "hors sol", mal assurée tangue de déficits en médiocrités en se détournant complètement des peuples dont elle est pourtant censée assurer une prospérité commune.
Ganesha
- 16/10/2014 - 00:07
Progrès pour l'Espèce Humaine
Une seule porte de sortie ''par le haut'' pour l'Europe : créer un modèle économique entièrement nouveau, éliminant le chômage : le Revenu Universel, au début variable selon les pays et strictement réservé aux nationaux. Travail pour tous ceux qui le souhaitent, apportant un complément de salaire incitatif. Maintien de l'initiative privée, mais échelle raisonnable des revenus. Ajoutez à cela de réellement mettre à bas l'Oligarchie de la Finance.... Note pour les habituels commentateurs débiles et autres crétins : ce que je propose, c'est une société entièrement nouvelle, pas de ressusciter Joseph Staline ! Il est probable que la France se lancera d'abord seule, les autres nations nous rejoindront progressivement. Enfin un vrai Progrès pour l'Espèce Humaine...
ISABLEUE
- 15/10/2014 - 16:15
Bref, on ne peut pas avouer qu'on a échoué
et recommencer à zéro... c'était quoi le sujet déjà , faire l'Europe pour ne plus avoir la guerre ????
Remettre tout à plat et réfléchir autrement à une autre politique. ET pas de nivellement par le bas...
Pourquoi les Zélites ne disent rien ? parce qu'ils nous prennent pour des imbéciles et parce qu'ils sont bien au chaud avec leur job à vie, exonéré d'impôt.
Voilà pourquoi ils s'en fichent...
Il parait que cela va plus mal, ailleurs, donc nous les petits européens, il faudrait qu'on se taise....
Amen