En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 12 heures 19 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 13 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 13 heures 44 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 15 heures 54 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 18 heures 8 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 18 heures 40 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 19 heures 47 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 20 heures 11 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 20 heures 39 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 13 heures 30 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 14 heures 26 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 17 heures 57 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 18 heures 9 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 19 heures 42 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 19 heures 58 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 20 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 20 heures 45 min
Petit dictionnaire à l'usage de politiques.
Petit dictionnaire à l'usage de politiques.
Les entrepreneurs parlent aux Français

Assurance-chômage, justice sociale, impôts... : petit dictionnaire à l'usage de politiques visiblement déboussolés

Publié le 14 octobre 2014
Voici les définitions que les entrepreneurs donnent de divers mots et expressions dont l'usage a été perverti par les hommes politiques.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voici les définitions que les entrepreneurs donnent de divers mots et expressions dont l'usage a été perverti par les hommes politiques.

Les entrepreneurs aimeraient oser en paix. Aimeraient oser librement. Aimeraient oser offrir à ce pays administré une nouvelle définition de la liberté. Aimeraient livrer quelques définitions qui permettront peut-être aux politiques de se poser quelques questions, entre 2 conférences bâclées, visites faussement intéressées et au lieu de lire les quelques notes préparées par leurs conseillers, de méditer sur notre vision d’un certain nombre de définitions convenues et désormais vides de sens.

Depuis 30 ans nous avons vécu plusieurs périodes. Une période où l’Etat était notre mère nourricière. Une période où l’air de l’Etat vint à manquer. Une période où le partage devint la loi. Une période, la présente où plus aucune solution du passé ne pouvait faire illusion pour l’avenir. Rétropédalons mes frères et reprenons le cours du temps là où il avait commencé.

Nous sortons de la guerre mondiale et surfons jusqu’aux années 70. Les cheveux au vent, les idées libres, une sexualité exacerbée et une capacité de dépense sans fin nous permettent d’irriguer une liste insondable de corporatismes de tous poils, à qui l’on confie le soin de veiller attentivement sur leurs protégés. Nous créons alors une ruche à miel, remplie de petits soldats en ordre de marche pour gérer le budget qui permettra de préserver à chacun sa part de gelée royale. Nécessaire à la croissance de ses "administrés". On divise la France en futures baronnies, une forme moderne des privilèges royaux, que la croissance de l’époque met à l’abri des tares qui feront le déclin et les blocages futurs. Ces corporatismes sont les principaux freins à l’évolution française.

Puis arrive l’horrible chantage au pétrole. Il grimpe. Il coule, mais pour beaucoup plus cher. Les prix augmentent et nous connaissons notre premier budget en déséquilibre. Les politiques pensent que c’est passager et continuent à anticiper des jours meilleurs, comme toujours, et dépensent, car ils ont pris l’habitude de faire office, avant l’heure, de salle de shoot généralisée, endormant à l’opium du 20ème siècle, ces Français qui ne devaient pas douter de l’éternité de l’Etat et des politiques qui s’y assimilent.

Arrivent alors, à l’issue d’une dégradation de plus en plus visible, les années 80. Bien entendu, musicalement parlant, elles figurent parmi les meilleures. Et parmi la dernières. Depuis, politiquement et musicalement, nous n’avons droit qu’à de mauvaises reprises. A des airs mille fois chantés, pâlement imités et toujours plus inaudibles et toujours moins crédibles. Privés des moyens d’un Etat dont le déficit devenait gentiment abyssal, les années 80 laissent filtrer 2 inventions majeures de nos politiques, décidément inventifs.

La chasse aux riches. Si l’Etat ne peut plus garantir la solidarité nationale, les riches (ou définis comme tels) y pourvoiront à sa place. On invente l’impôt sur la fortune. Intéressant concept qui consiste à faire peser sur ceux qui osent réussir la charge de compenser les pertes d’un Etat impécunieux. Et de détourner ainsi l’attention du peuple français en lui jetant un coupable pratique. Cette belle invention a été efficace, puisque depuis lors, les riches ont quitté la France en masse, accumulant environ 130 milliards en dehors des frontières. Des milliards qui auraient été bien utiles à notre pays. Ainsi privés de cette manne, le politique, jamais en panne d’idées brillantes, donne naissance à une seconde invention, sur une reprise d’un tube chanté au milieu du siècle dans la démocratique union soviétique, le partage du travail.

Le partage du travail. Une invention géniale. Remasterisée de façon brillante. Puisqu’il n’y a plus d’argent, plus de riches et plus de travail, partageons le solde du compte. Et vivons pauvres et égaux en dette. On nous promet, pour faire passer la pilule, emploi en masse et repos du guerrier, bien être et distance vis à vis de ce travail qui entrave, contraint, martyrise et s’oppose à l’épanouissement que seule l’oisiveté permet. Oubliant de souligner que la tendance sur le temps serait de confiner le Français au salaire le plus bas, l’empêcherait de s’élever, de gagner plus et que ce salaire diminué l’empêcherait de profiter de ces congés nouvellement gagnés. Attisant ainsi l’aigreur et la rancœur, qui parmi d’autres éléments, permirent la montée du FN et de ses promesses d’un genre finalement identique. Puisqu’il n’y a plus d’Etat, de riches et de travail, alors partageons le, mais entre bons Français de souche.

La dernière trouvaille, néanmoins, est majeure. La baisse des impôts des plus modestes. En permettant à des milliers de Français de ne plus payer d’impôt, on renforce cette magnifique notion de justice sociale. En inventant une nouvelle définition de la justice sociale, le politique susurre aux oreilles des chevaux français que la solidarité est à sens unique, de ne pas s’inquiéter, car l’Etat, finalement, peut encore être leur sauveur. Quelqu’un paiera.

Face à cette brillance intellectuelle, nous, entrepreneurs, aimerions donner notre définition sur divers mots, dont les politiques ont fait un écran de fumée assassin et pervers.

Justice sociale. La justice sociale consiste à donner à chacun la possibilité de s’élever socialement. Le reste est de la littérature. Ainsi, tout ce qui consiste à se partager les miettes plutôt que de chercher à reconstituer le pain, puis en accroître la taille, n’est en aucun cas de la justice, mais de l’acharnement à faire couler les Français vers le fonds et les y maintenir. La justice sociale dès lors serait l’art de donner aux Français l’ambition, le désir, l’envie et la possibilité, de gagner plus, de vivre mieux et de tirer profit de la réussite qu’ils contribuent à faire naître.

Solidarité nationale. La solidarité consiste à bâtir un système de sécurité mutualisé, auquel chacun contribue selon ses moyens. La solidarité actuelle, qui consiste à faire payer une minorité au profit d’une majorité, se définit comme une spoliation, au pire. Et comme le moyen d’alimenter la déresponsabilisation et l’opposition entre les citoyens d’un pays, au mieux. Si chacun bâtit la France et s’assure contre la fragilité temporaire ou permanente de certains, si chacun est amené à en profiter, alors chacun doit y contribuer. Solidarité pour tous. Par tous.

Exonération d’impôt, carte vitale et assurance-chômage. Le modèle social français à un coût. Le masquer consiste à déresponsabiliser les individus qui l’utilisent. Donner le sentiment que cette protection n’a pas de prix lui enlève toute valeur. Et exonère du respect et de la précaution, qu’on devrait lui réserver. Le sentiment de contribuer même modestement au modèle français, fait des citoyens des sujets de droits. Le contraire en fait des sous-citoyens, des zombies juridiques qui ne méritent aucun intérêt. Chacun doit payer l’impôt. Même faiblement et contribuer à une assurance collective. Faire de la carte vitale une carte bleue est irresponsable. Chacun devrait avancer les frais et comprendre ainsi le coût de ce qu’il utilise. Afin d’en prendre mieux soin. Enfin, l’être humain étant ce qu’il est, l’inciter à retrouver un emploi est la meilleure façon qu’il en retrouve un. Tout ce qui incite à abuser le système, même à la marge, est une insulte à ceux qui l’entretiennent. Le respect pour ceux qui traversent une passe difficile doit être aussi fort pour ceux qui le financent.

Seuils sociaux. Invention consistant à persuader les entreprises de ne surtout pas embaucher plus, afin d’éviter la lourdeur que les seuils entraînent. Et les contenir ainsi à un nanisme économique au détriment de toute la société. Contrairement à ce que pensent ceux qui ne connaissent rien aux PME, ce n’est pas un moyen de se débarrasser du dialogue social, mais du seuil de déclenchement des 36 nouvelles législations qui s’appliquent à une société qui passe le cap des 50 personnes. Enfin pour ceux que ce changement chatouille gravement, craignant de perdre (ceux parmi les avocats du droit du travail qui s’expriment dans la presse depuis quelques semaines) leur gagne pain, acquis sur le dos des entreprises, signalons que dans une entreprise de moins de 50 personnes, le dialogue social se porte très bien, même sans présence syndicale, car quand on est aussi petit, chaque salarié a son importance.

Au final, les entrepreneurs voudraient simplement que l’entreprise devienne le lieu de rebond de notre pays. Un pays qui redonnerait un sens à ses définitions d’origine, un sens partagé et équitablement supporté. Un sens auquel chacun contribue avant d’en profiter et en profite car il y contribue. C’est au prix de l’unité que la réussite se fera.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
fraxcu
- 13/10/2014 - 21:58
On fait tout le contraire
Après la de-responsabilisation par le tiers payant par lequel plus personne ne saura ce que coûte les soins , la nouvelle fiche de paie en janvier qui fait disparaître les charges patronales car " elles ne concernent pas les salariés " , la négociations actuelles sur les seuils sociaux qui va être en partie tolérée par les syndicats en échange de la représentation syndicale dans les TPE. on se fout de notre gueule , on va vers un communisme archaïque style URSS 1950 et personne ne bouge voir même des tâches comme Gaetan approuvé. Vraiment envie de me barrer . La France est foutue....
zouk
- 13/10/2014 - 21:49
Assurance chômage, exonération totale de l'impôt, santé gratuite
J'aurais pu allonger la liste de ce titre. Fondamentalement il faut rendre aux Français la conscience du coût des choses. La santé n'a pas de prix, oui, mais elle a un COÛT, et les élucubrations de Madame Touraine vont bien conduire à la conviction que la médecine est gratuite. Oui, Denis Jacquet a parfaitement raison: rien ne ressoudera la nation mieux que l'imposition générale, cela seul est susceptible de rappeler à chacun que nous sommes tous citoyens d'un même pays et cela avec un taux au besoin presque symbolique pour les revenus les plus faibles et une progressivité qui se garde d'arriver à des taux imbéciles comme le trop célèbre 75%. Dans l'état présent des choses, chacun ne songe qu'à profiter au mieux du système en parfaite inconscience de l'intérêt général. Et n'oublions pas que "l'ascenseur social" est de loin la meilleure forme, et la plus efficace de la justice sociale. Oui Denis Jacquet a entièrement raison.
Jardinier
- 13/10/2014 - 19:24
On ne peut qu'etre d'accord avec ce qui est dit.
.