En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 4 min 20 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 16 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 3 heures 54 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 8 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 5 heures 38 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 35 sec
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 20 heures 42 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 3 heures 40 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 3 heures 59 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 5 heures 49 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 22 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 21 heures 28 min
La réponse militaire au terrorisme, si elle a permis de remporter des succès tactiques certains, aura par la suite, sur un plan stratégique, constitué un véritable désastre laissant certains pays dans une situation sécuritaire instable.
La réponse militaire au terrorisme, si elle a permis de remporter des succès tactiques certains, aura par la suite, sur un plan stratégique, constitué un véritable désastre laissant certains pays dans une situation sécuritaire instable.
Post 11 septembre

"La réponse militaire au terrorisme est un véritable désastre"

Publié le 13 septembre 2011
Dernier retour sur le 11 septembre 2001 à l'occasion de son 10ème anniversaire. Ou comment le terrorisme peine à être éradiqué.
Nicolas Arpagian est directeur scientifique du cycle « Sécurité Numérique » à l’Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice (INHESJ).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Arpagian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Arpagian est directeur scientifique du cycle « Sécurité Numérique » à l’Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice (INHESJ).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dernier retour sur le 11 septembre 2001 à l'occasion de son 10ème anniversaire. Ou comment le terrorisme peine à être éradiqué.

L’Histoire est malicieuse et se joue de nos esprits ordonnés qui voudraient que les siècles durent cent ans. A l’instar du conflit mondial de 1914-1918 qui marque le véritable commencement du XXème siècle. On pourra s’interroger pour savoir si le XXIème a débuté en novembre 1989 avec la chute du Mur de Berlin ou le 11 septembre 2001 avec les attentats qui ont frappé les Etats-Unis.

Anniversaire décennal oblige, on se doit d’analyser l’impact de cet évènement qui est devenu un symbole tel que l’on peut se permettre de le citer en escamotant son millésime. Le 11 septembre est devenu une composante essentielle de notre Histoire collective. Avec une force politique décuplée par l’existence d’enregistrements vidéos et sonores qui permettent de nous le représenter à l’envi. Au point d’appartenir désormais, à l’échelle mondiale, au patrimoine commun de nos esprits globalisés.

A l’issue de ces évènements tragiques, on se souvient de l’ambition affichée par le président George W.Bush : il convenait de « faire la guerre au terrorisme ». Une formule parfaite pour marquer les esprits et susciter a priori l’adhésion de la population. En lui indiquant, comme pour la rassurer dans la capacité de riposte et de sanction par les gouvernements démocratiques, que l’on se mettait en position de répondre par l’expertise et la puissance militaires à ces actions terroristes visant des civils.  

Vers un nouveau terrorisme imprévisible

A ce propos, il faut lire le dernier ouvrage du préfet Christian Choquet, Terrorisme : la démocratie en danger ? Du 11 septembre à la mort de Ben Laden[1], qui démonte sans tabou l’idée selon laquelle le terrorisme relèverait de la guerre au sens classique du terme. Les certitudes d’antan  (identité de l’ennemi, forme de la confrontation…) qui constituaient le socle des conflits se heurtent en matière de terrorisme à l’impossible définition d’un phénomène protéiforme, à un ennemi difficilement lisible, imprévisible, aux idéologies et buts variés capable de semer la terreur et la mort en tous points du globe.

Christian Choquet, actuellement préfet délégué pour la défense et la sécurité dans le Nord-Pas-de-Calais,  nous permet de mieux appréhender cette nouvelle scène internationale de la violence tout en décryptant les raisons d’un bilan somme toute décevant dans la lutte contre le terrorisme. Puisque dans cette lutte, il ne s’agit pas de viser une organisation clairement établi – comme une armée régulière dans le cas d’une guerre- mais bien des groupuscules disparates, géographiquement éparpillés et au fonctionnement largement décentralisé.

La décennie écoulée depuis ce 11 septembre tragique marque un changement dans la politique étrangère des Etats-Unis et un véritable retournement de situation dans la stratégie de sécurité nationale qui se focalise désormais sur les Etats « voyous » et les armes de destruction massives aux mains des terroristes. Les interventions militaires en Irak et en Afghanistan, témoignent de cette nouvelle donne mais posent parfois, par les moyens utilisés, des interrogations sur la prise en compte de l’avenir des peuples, la stabilité de région entière voire le respect des libertés individuelles.

La politique étrangère de Barack Obama : un espoir déçu

Les espoirs suscités par l’arrivée à la Maison Blanche de Barack Obama n'a, à cet égard, pas répondu aux attentes de la communauté internationale et de l'opinion publique étatsunienne.

La réponse militaire au terrorisme, si elle a permis de remporter des succès tactiques certains, aura par la suite, sur un plan stratégique, constitué un véritable désastre laissant certains pays dans une situation sécuritaire instable. De plus, en dépit des forces engagées sur le terrain, des technologies de pointe utilisées, les menaces d’attentats restent une épée de Damoclès au dessus des pays occidentaux qui ne sont pas prêtes de s’éteindre. Pire encore, ce sont les zones où se situent les principales interventions militaires qui deviennent aujourd’hui les cibles privilégiées d’attentats. Semant le chaos dans des Etats en pleine tentative de construction. L’inadaptation du modèle guerrier à la lutte anti-terroriste est prégnante. Le terrorisme n’est pas la guerre et la lutte contre le terrorisme ne peut recourir aux armes de la guerre que de façon contingente.

Il n’y a pas de fin au terrorisme. Les victoires ponctuelles obtenues par la mort de leaders ou l’effondrement de régimes, ne signifient nullement que la guerre contre le terrorisme est achevée. Ainsi des déclarations prudentes et sages viennent rapidement et systématiquement en écho aux réactions parfois euphoriques des populations, fêtant chacun de ces évènements.

Reste peut-être une lueur d’espoir. La révolte des pays arabes au printemps dernier permettra–t-elle, par ce souffle puissant de liberté et de démocratie, la mise en place de régimes aptes à s’opposer fermement aux extrémistes en tous genres ? Comme le démontre Christian Choquet, la guerre contre le terrorisme ne peut être qu’une métaphore.



[1] Publié en septembre 2011 aux Editions Vuibert, collection « L’Egide ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 13/09/2011 - 00:19
Terrorisme et terrorismes...
Le 11 septembre a été une réponse terroriste au terrorisme des états qui refusent aux peuples de vivre comme ils le veulent et veulent imposer leurs choix économiques à tous, par la corruption et la guerre en cas de refus. Les états "libérés" par la coalition occidentale ont été gouvernés par des dictateurs ou des truands que l'Occident préfère car ils respectent l'argent qu'ils détournent.
Chamaco
- 12/09/2011 - 18:21
"Désastre" dans l'absolu ou en particulier ?
En AfPak et en Irak la stratégie a changé au rythme des généraux mutés, passant du contre terro à la contre insurrection.
le malheur a voulu que, dans ces pays, terro et insurection étant étroitement liés, la coalition n'a jamais trouvé le bon système et surtout ne s'est jamais donné les vrais moyens de parvenir à un résultat, si ce n'est - par ses erreurs - à multiplier les mécontents.
ISABLEUE
- 12/09/2011 - 17:12
Beuh non, la guerre c'est mal
fallait envoyer des bouquets de fleurs....

...