En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 3 heures 52 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 4 heures 27 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 4 heures 56 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 8 heures 5 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 10 heures 4 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 12 heures 29 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 12 heures 55 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 4 heures 9 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 4 heures 37 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 7 heures 55 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 9 heures 46 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 13 heures 16 min
© Charles Platiau / Reuters
La presse en ligne, ce n'est pas de la vraie presse, c'est bien connu.
© Charles Platiau / Reuters
La presse en ligne, ce n'est pas de la vraie presse, c'est bien connu.
Internet is evil

Et le Sénat priva les médias en ligne du bénéfice de la loi de 1881 sur la liberté de la presse (puisque le journalisme n’existe que sur papier, c’est bien connu)

Publié le 11 octobre 2014
Dans le cadre du projet de loi de lutte contre le terrorisme, le Sénat vient de proposer un amendement consistant à priver la presse en ligne du bénéfice de la liberté de la presse. Une disposition qui révèle l'étrange vision du législateur vis-à-vis des médias en ligne, et qui, en mettant l'univers numérique à l'écart, constitue une nouvelle régression.
Jean-Marie Charon est sociologue, spécialiste des médias et chercheur au CNRS. Il a notamment co-dirigé avec Arnaud Mercier l'ouvrage collectif Armes de communication massives : Informations de guerre en Irak 1991-2003  chez CNRS Éditions
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Charon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Charon est sociologue, spécialiste des médias et chercheur au CNRS. Il a notamment co-dirigé avec Arnaud Mercier l'ouvrage collectif Armes de communication massives : Informations de guerre en Irak 1991-2003  chez CNRS Éditions
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le cadre du projet de loi de lutte contre le terrorisme, le Sénat vient de proposer un amendement consistant à priver la presse en ligne du bénéfice de la liberté de la presse. Une disposition qui révèle l'étrange vision du législateur vis-à-vis des médias en ligne, et qui, en mettant l'univers numérique à l'écart, constitue une nouvelle régression.

Atlantico : Dans le cadre de l'infraction contre l'apologie du terrorisme, inclu dans le projet de loi de lutte contre le terrorisme, le Sénat vient de proposer un amendement consistant à retirer le bénéfice de la loi de 1881 relatif à la liberté de la presse aux médias en ligne. Quelles pourraient être concrètement l'impact d'une telle mesure, si elle est adoptée, sur la consommation de presse en ligne pour les lecteurs ?

Jean-Marie-Charon : Serait-ce le retour aux vieux démons français qui ont conduit à lever les dispositions de la loi sur la liberté de la presse au lendemain de chaque entrée en guerre, en 1914, comme en 1939 ? Surtout c’est la manifestation d’une attitude récurrente du législateur qui partant d’une situation, à chaud, prétend régler les problèmes posés en produisant de nouveaux textes, comme si ceux qui existaient n’envisageaient pas des situations similaires : Internet permettrait de faire l’éloge du terrorisme et surtout de conseiller les candidats à de tels actes. Comme si déjà la presse, le tract, le livre et toute une gamme d’opuscules, supports vidéos divers, etc. n’avaient pas eu la même fonction, la loi de 1881 prévoyant ainsi une longue série d’exceptions au principe de liberté de la presse. La loi de 1881 est à cet égard fort éloignée du 1er amendement de la constitution américaine. Ne s’agit-il pas, une fois de plus, de dispositions en contradiction de l’article 10 de Convention Européenne des Droits de l’Homme, dont l’esprit échappe décidément bien souvent aux législateurs français.

Le législateur ignore-t-il que les messages qu’il entend poursuivre ne sont pas disponibles sur des sites d’éditeurs de presse en ligne ou tout autre fournisseurs de contenus respectueux de la loi, celle-ci établissant depuis 2004 les échelles de responsabilité. C’est-à-dire que les canaux de distribution des messages les plus problématiques échappent à ceux-ci, alors que le nouveau texte ferait planer une sorte de suspicion à leur égard. Repousser toujours plus ce qui pourrait être considéré comme apologie du terrorisme (qui aura à en juger et l’apprécier ?), à l’extérieur des médias, à commencer par la presse en ligne, c’est verser encore un peu d’huile sur le feu des tenants du grand complot ourdi par les médias. Il faut que les médias répondent à ce "droit du public à être informé" cœur de l’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et cela d’autant plus qu’il s’agit d’une question aussi cruciale de la vie de nos sociétés.

Dans quelle mesure celle-ci pourrait témoigner d'un décalage de la conception de la presse par les rapporteurs Jean-Jacques Hyest et Alain Richard ?

Il s’agit une fois encore d’une sorte de syndrome des politiques français trop promptes en matière de média et d’information à prendre l’effet pour la cause. Les travaux sur la réception des messages des médias ont pourtant établi depuis longtemps qu’un message n’a d’effet que pour autant que celui qui le reçoit est prédisposé par son vécu, son histoire personnel, les problèmes qu’il vit, à en faire un motif d’action, d’évolution de son comportement. La réceptivité à l’égard des messages d’organisations terroristes, n’est pas affaire de médias, mais bien d’un contexte social, culturel, politique. C’est-à-dire que c’est là que se situe la lutte contre le terrorisme et non pas une fois de plus dans cette tentation d’encadrer le travail des médias.

Peut-on y voir un aveu d'échec, ou un manque de bonne volonté de la part du législateur à mieux cadrer ce lieu d'expression, en l'envisageant paresseusement dans sa globalité ?

Jusqu’à présent le travail du législateur en France a plutôt raisonnablement su intégrer l’univers du numérique dans le cadre législatif des médias. D’aucuns ont reproché la lenteur des évolutions législatives, elles ont pourtant su, petit à petit, identifier les questions particulières à l’Internet qu’étaient d’abord celle de l’exercice de la responsabilité, puis celle de l’exercice d’une activité proprement éditoriale en matière d’information (loi de 2004 et 2010). Une disposition qui mettrait aussi clairement à l’écart l’univers du numérique, pourrait apparaître de ce point de vue comme une régression, vis-à-vis de l’ambition de traiter dans le même cadre juridique l’ensemble des moyens d’information. Sorte de retour à une situation qui perdura si longtemps à propos de l’audiovisuel.

Comment analyser justement l'attitude du législateur français vis-à-vis des médias "pure-player" au vu des textes adoptés ces dernières années ?

La loi du 12 juin 2009, deux ans après l’apparition des premiers pure players en France, en créant un statut "d’éditeur de presse en ligne" offrait un cadre largement adapté au développement de nouveaux éditeurs d’information numériques non adossé à un ancien média. Celui-ci est d’ailleurs plus important dans notre pays que chez nos voisins européens. Les retards ou discriminations se situent en revanche dans les textes qui continuent d’écarter, ou de traiter moins favorablement, les pure players par des certaines aides qui vont davantage soutenir les développements numériques des anciens médias, sans parler de l’application d’un taux de TVA plus élevé que celui que peut pratiquer la presse traditionnelle, le fameux taux de 2,1%. Il faut cependant reconnaître que sur ce point les réglementations européennes constituent un frein.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires