En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Bridgestone ne ferme pas son usine de Béthune à cause du Covid-19 mais de l’incompétence de ses dirigeants...

05.

Emmanuel Macron s'en prend à Olivier Véran

06.

Bertrand se fait flinguer en off chez LR, Jadot tente d’y échapper chez les radicaux d’EELV: Hidalgo exhibe ses origines; Une large part du tri de déchets ne sert à rien, une bonne part de nos objectifs de développement numérique ne sont jamais atteints

07.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

01.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

02.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

03.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

04.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

05.

Le maire éconlogiste (le « n » est voulu) de Lyon part en guerre contre les vélos

06.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 4 min 25 sec
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 54 min 56 sec
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 14 heures 45 min
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 15 heures 45 min
pépites > International
Investigations
Alexeï Navalny aurait été empoisonné à son hôtel à l'aide d'une bouteille d'eau, selon les proches de l'opposant
il y a 18 heures 19 min
pépites > Santé
Rebond de l'épidémie
Covid-19 : l'OMS s'inquiète du niveau "alarmant" de transmission en Europe et des quarantaines réduites
il y a 18 heures 43 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Bertrand se fait flinguer en off chez LR, Jadot tente d’y échapper chez les radicaux d’EELV: Hidalgo exhibe ses origines; Une large part du tri de déchets ne sert à rien, une bonne part de nos objectifs de développement numérique ne sont jamais atteints
il y a 19 heures 21 min
décryptage > International
Influence des médias

Les médias américains sont-ils trop enclins à excuser les erreurs de Biden ?

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Santé
Tribune

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Société
Ainsi s’exprime la banlieue

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

il y a 22 heures 27 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 18 min 17 sec
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 14 heures 17 min
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 15 heures 21 min
light > Culture
Reconstruction
Gallimard va reverser 40.000 euros provenant des ventes de "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo pour la restauration de l'édifice religieux
il y a 16 heures 18 min
pépites > International
Big Brother
Séjours imposés d'inspecteurs chinois au domicile de familles ouïgoures
il y a 18 heures 40 min
pépite vidéo > International
Destructions
Les images de l'ouragan Sally en Floride et en Alabama
il y a 19 heures 5 min
décryptage > France
Chiffres de la délinquance

Insécurité : quand 20 Minutes invente des fake news en prétendant les dénoncer

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Science
Proteus

Le petit-fils du commandant Cousteau veut construire la station internationale du dessous des océans

il y a 20 heures 57 min
décryptage > Politique
Alliance impossible ?

Un populisme intelligent est-il la seule voie pour la droite ?

il y a 22 heures 12 min
décryptage > Société
La revanche de la guillotine ?

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

il y a 22 heures 41 min
© Charles Platiau / Reuters
La presse en ligne, ce n'est pas de la vraie presse, c'est bien connu.
© Charles Platiau / Reuters
La presse en ligne, ce n'est pas de la vraie presse, c'est bien connu.
Internet is evil

Et le Sénat priva les médias en ligne du bénéfice de la loi de 1881 sur la liberté de la presse (puisque le journalisme n’existe que sur papier, c’est bien connu)

Publié le 11 octobre 2014
Dans le cadre du projet de loi de lutte contre le terrorisme, le Sénat vient de proposer un amendement consistant à priver la presse en ligne du bénéfice de la liberté de la presse. Une disposition qui révèle l'étrange vision du législateur vis-à-vis des médias en ligne, et qui, en mettant l'univers numérique à l'écart, constitue une nouvelle régression.
Jean-Marie Charon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Charon est sociologue, spécialiste des médias et chercheur au CNRS. Il a notamment co-dirigé avec Arnaud Mercier l'ouvrage collectif Armes de communication massives : Informations de guerre en Irak 1991-2003  chez CNRS Éditions
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le cadre du projet de loi de lutte contre le terrorisme, le Sénat vient de proposer un amendement consistant à priver la presse en ligne du bénéfice de la liberté de la presse. Une disposition qui révèle l'étrange vision du législateur vis-à-vis des médias en ligne, et qui, en mettant l'univers numérique à l'écart, constitue une nouvelle régression.

Atlantico : Dans le cadre de l'infraction contre l'apologie du terrorisme, inclu dans le projet de loi de lutte contre le terrorisme, le Sénat vient de proposer un amendement consistant à retirer le bénéfice de la loi de 1881 relatif à la liberté de la presse aux médias en ligne. Quelles pourraient être concrètement l'impact d'une telle mesure, si elle est adoptée, sur la consommation de presse en ligne pour les lecteurs ?

Jean-Marie-Charon : Serait-ce le retour aux vieux démons français qui ont conduit à lever les dispositions de la loi sur la liberté de la presse au lendemain de chaque entrée en guerre, en 1914, comme en 1939 ? Surtout c’est la manifestation d’une attitude récurrente du législateur qui partant d’une situation, à chaud, prétend régler les problèmes posés en produisant de nouveaux textes, comme si ceux qui existaient n’envisageaient pas des situations similaires : Internet permettrait de faire l’éloge du terrorisme et surtout de conseiller les candidats à de tels actes. Comme si déjà la presse, le tract, le livre et toute une gamme d’opuscules, supports vidéos divers, etc. n’avaient pas eu la même fonction, la loi de 1881 prévoyant ainsi une longue série d’exceptions au principe de liberté de la presse. La loi de 1881 est à cet égard fort éloignée du 1er amendement de la constitution américaine. Ne s’agit-il pas, une fois de plus, de dispositions en contradiction de l’article 10 de Convention Européenne des Droits de l’Homme, dont l’esprit échappe décidément bien souvent aux législateurs français.

Le législateur ignore-t-il que les messages qu’il entend poursuivre ne sont pas disponibles sur des sites d’éditeurs de presse en ligne ou tout autre fournisseurs de contenus respectueux de la loi, celle-ci établissant depuis 2004 les échelles de responsabilité. C’est-à-dire que les canaux de distribution des messages les plus problématiques échappent à ceux-ci, alors que le nouveau texte ferait planer une sorte de suspicion à leur égard. Repousser toujours plus ce qui pourrait être considéré comme apologie du terrorisme (qui aura à en juger et l’apprécier ?), à l’extérieur des médias, à commencer par la presse en ligne, c’est verser encore un peu d’huile sur le feu des tenants du grand complot ourdi par les médias. Il faut que les médias répondent à ce "droit du public à être informé" cœur de l’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et cela d’autant plus qu’il s’agit d’une question aussi cruciale de la vie de nos sociétés.

Dans quelle mesure celle-ci pourrait témoigner d'un décalage de la conception de la presse par les rapporteurs Jean-Jacques Hyest et Alain Richard ?

Il s’agit une fois encore d’une sorte de syndrome des politiques français trop promptes en matière de média et d’information à prendre l’effet pour la cause. Les travaux sur la réception des messages des médias ont pourtant établi depuis longtemps qu’un message n’a d’effet que pour autant que celui qui le reçoit est prédisposé par son vécu, son histoire personnel, les problèmes qu’il vit, à en faire un motif d’action, d’évolution de son comportement. La réceptivité à l’égard des messages d’organisations terroristes, n’est pas affaire de médias, mais bien d’un contexte social, culturel, politique. C’est-à-dire que c’est là que se situe la lutte contre le terrorisme et non pas une fois de plus dans cette tentation d’encadrer le travail des médias.

Peut-on y voir un aveu d'échec, ou un manque de bonne volonté de la part du législateur à mieux cadrer ce lieu d'expression, en l'envisageant paresseusement dans sa globalité ?

Jusqu’à présent le travail du législateur en France a plutôt raisonnablement su intégrer l’univers du numérique dans le cadre législatif des médias. D’aucuns ont reproché la lenteur des évolutions législatives, elles ont pourtant su, petit à petit, identifier les questions particulières à l’Internet qu’étaient d’abord celle de l’exercice de la responsabilité, puis celle de l’exercice d’une activité proprement éditoriale en matière d’information (loi de 2004 et 2010). Une disposition qui mettrait aussi clairement à l’écart l’univers du numérique, pourrait apparaître de ce point de vue comme une régression, vis-à-vis de l’ambition de traiter dans le même cadre juridique l’ensemble des moyens d’information. Sorte de retour à une situation qui perdura si longtemps à propos de l’audiovisuel.

Comment analyser justement l'attitude du législateur français vis-à-vis des médias "pure-player" au vu des textes adoptés ces dernières années ?

La loi du 12 juin 2009, deux ans après l’apparition des premiers pure players en France, en créant un statut "d’éditeur de presse en ligne" offrait un cadre largement adapté au développement de nouveaux éditeurs d’information numériques non adossé à un ancien média. Celui-ci est d’ailleurs plus important dans notre pays que chez nos voisins européens. Les retards ou discriminations se situent en revanche dans les textes qui continuent d’écarter, ou de traiter moins favorablement, les pure players par des certaines aides qui vont davantage soutenir les développements numériques des anciens médias, sans parler de l’application d’un taux de TVA plus élevé que celui que peut pratiquer la presse traditionnelle, le fameux taux de 2,1%. Il faut cependant reconnaître que sur ce point les réglementations européennes constituent un frein.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires