En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 17 min 50 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 heures 45 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 16 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 26 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 18 heures 48 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 8 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 1 heure 44 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 41 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 11 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 4 heures 57 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 22 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 17 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 19 heures 55 min
© Reuters
L'euro a des effets pervers sur l'économie.
© Reuters
L'euro a des effets pervers sur l'économie.
Perdant-perdant

L’instauration de l’euro a réduit, dès avant la crise financière, la croissance de plusieurs pays européens d’après une étude australienne

Publié le 08 octobre 2014
Avec Eric Dor
Depuis le lancement de la monnaie unique, la Belgique, l’Allemagne, la France et l’Italie ont vu leur économie se dégrader, et ce même avant la crise financière, d’après les économistes Pedro Gomis-Porqueras, de Deakin University, et Laura Puzzello, de Monash University.
Eric Dor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le lancement de la monnaie unique, la Belgique, l’Allemagne, la France et l’Italie ont vu leur économie se dégrader, et ce même avant la crise financière, d’après les économistes Pedro Gomis-Porqueras, de Deakin University, et Laura Puzzello, de Monash University.
Avec Eric Dor

La Belgique, l’Allemagne, la France et l’Italie ont été perdantes après l’instauration de l’euro, même avant la crise financière, d’après les économistes Pedro Gomis-Porqueras, de Deakin University, et Laura Puzzello, de Monash University. Cette conclusion provocante résulte de travaux de recherche récemment publiés sous le titre « Winners and Losers from the €uro »:

Les auteurs utilisent une méthodologie économétrique récente pour déterminer comment aurait évolué le revenu réel par habitant de plusieurs pays[1] de la zone euro, de 1996 à 2007, s’ils avaient gardé leur monnaie nationale. Ils comparent ensuite cette trajectoire simulée du revenu réel à celle qui a été réellement observée. La période de l’euro commence en 1996, plutôt que 1999, parce que les exigences de la monnaie unique ont affecté les politiques menées par les pays concernés, et donc leurs performances macroéconomiques, bien avant son lancement effectif.

La méthodologie utilisée est la «méthode de contrôle synthétique ». Pour chaque pays concerné de la zone euro, les auteurs estiment d’abord les coefficients d’une relation statistique qui approxime au mieux son revenu réel par habitant, de 1970 à 1995, en fonction de ceux de plusieurs pays de contrôle situés hors de la zone euro. Ces pays de contrôle sont choisis de manière à partager des caractéristiques proches du pays concerné, du point de vue des déterminants de la croissance : taux d’inflation, part de l’industrie dans la valeur ajoutée, part de l’investissement dans le PIB, niveau d’éducation et degré d’ouverture au commerce international.

Ensuite, en fonction des revenus réels par habitants observés pour les pays de contrôle de 1996 à 2007, ces relations  statistiques estimées permettent de calculer ce qu’aurait été l’évolution du revenu réel par habitant des pays de la zone euro durant cette période, s’ils n’avaient pas rejoint la monnaie unique. On compare ces valeurs simulées des revenus réels par habitant avec leurs valeurs réellement observées.

Si les valeurs simulées sont significativement supérieures aux valeurs observées, c’est que l’euro a eu pour conséquence de réduire le revenu réel par rapport à ce qu’il aurait été en gardant les monnaies nationales. C’est exactement ce qu’on obtient comme résultat pour la France, l’Allemagne, l’Italie et la Belgique.

Les auteurs prouvent ensuite statistiquement que la perte de revenu réel due à l’euro est renforcée pour les pays dont

  • l’écart entre la dette publique en pourcents du PIB et la norme de Maastricht est relativement élevé,
  • la sévérité de la protection légale de l’emploi, qui mesure la rigidité du marché du travail, est relativement élevée
  • la différence entre l’intensité de la coordination des négociations salariales et la moyenne de celle des pays fondateurs de l’UEM est relativement élevée,
  • la part des actifs financiers extérieurs qui sont alloués au pays fondateurs de l’UME est relativement élevée,

mais est réduite par :

- l’intensité de la synchronisation entre leur cycle conjoncturel et celui des autres pays européens,

- le degré d’ouverture à l’immigration intra-européenne, qui mesure la mobilité du travail

- le degré d’ouverture au commerce international

Pour l’Irlande et les Pays Bas, la combinaison de tous ces effets a rendu la perte négative, c’est-à-dire que leur revenu réel a bénéficié de l’instauration de l’euro, entre 1996 et 2007.

Les auteurs ont souhaité se limiter à la période entre 1996 et 2007 pour éviter que leurs résultats soient affectés par les conséquences négatives de la crise financière ultérieure.

A titre personnel, nous pensons que les résultats de cette recherche viennent confirmer un faisceau de présomptions, maintenant partagées par la plupart des économistes, en ce qui concerne les effets délétères de la combinaison de l’union monétaire européenne, telle qu’elle a été construite, et des politiques nationales menées par les différents pays qui y participent.

Depuis le lancement de la monnaie unique, le décrochage de la zone euro par rapport aux autres pays industrialisés est évident.

Indice du produit intérieur brut à prix constants, base 100 en 1999

Source des données Base Ameco de la Commission Européenne, calculs IESEG

Certains préfèrent dire que ce n’est pas l’euro lui-même qui est en cause, mais le manque d’adaptation à l’euro de certains pays qui n’ont pas voulu réformer leurs structures et leurs politiques. Les autres leurs répondent que si tous les pays avaient appliqué une politique de déflation compétitive à l’allemande, les choses auraient encore été pires pour l’activité réelle, et que de toute manière certaines spécificités nationales, comme la spécialisation productive ou même le fonctionnement du marché du travail, ne peuvent évoluer que très lentement. Le débat peut encore durer longtemps, mais ne change rien au constat observé. C’est pourquoi nous préférons dire que c’est l’interaction des mécanismes de l’union monétaire avec les structures et politiques économiques nationales qui s’est avérée nuisible à l’activité et l’emploi.

L’accumulation des effets pervers de l’euro sur l’économie française, en raison des caractéristiques de celle-ci, a déjà été largement documentée[2]. Il peut toutefois paraître surprenant qu’une recherche conclue que l’Allemagne a également été perdante, alors qu’elle bénéficie d’un énorme surplus de balance extérieure et d’un taux de chômage très réduit. En réalité c’est loin d’être une contradiction. L’opinion générale des économistes allemands est que l’euro a été lancé avec un taux de conversion du mark surévalué qui a réduit d’emblée la compétitivité du pays. Ce problème était renforcé par la politique des pays de la périphérie qui avaient fortement déprécié leur monnaie par rapport à l’écu au cours des crises précédentes du SME, et participaient à l’union monétaire avec un avantage initial de compétitivité. Pour regagner de la compétitivité, l’Allemagne a été obligée de réaliser des réformes difficiles du marché du travail et la demande intérieure a été comprimée par une grande modération des rémunérations. Les investissements publics ont été fortement ralentis. Tout cela a freiné l’évolution du revenu réel. La compression de la demande intérieure et l’attractivité des produits de ses secteurs automobiles et des machines-outils a permis à l’Allemagne de dégager un surplus de balance extérieur. Le taux d’emploi élevé résulte de la modération de la rémunération moyenne et de la flexibilité du marché du travail. Mais le prix payé par l’Allemagne a été un ralentissement de l’évolution du revenu réel par citoyen. C’est la raison de l’incompréhension des Allemands lorsque certains leurs disent que l’Allemagne aurait été le grand bénéficiaire de l’euro.

Il faut éviter d’en déduire naïvement qu’une déconstruction de l’euro résoudrait mécaniquement les problèmes qui ont été ainsi causés. Observer que, telle qu’elle a été construite, l’union monétaire a été nuisible à ses pays membres n’implique toutefois pas mécaniquement que l’implosion de l’euro et le retour aux monnaies nationales garantirait un regain de prospérité à moyen terme.   Il n’y a pas une symétrie parfaite entre le chemin vers l’euro et celui d’un retour vers les monnaies nationales. Même si la monnaie unique, telle qu’elle a été construite, a été une erreur économique, elle a établi des interdépendances qui rendent tout retour en arrière complexe, même s’il est possible. Les complexités juridiques et opérationnelles d’un abandon de l’euro ont été déjà bien décrites, et permettent de bien comprendre les enjeux[3]. Il est évident qu’au départ, l’instabilité financière et juridique ainsi créée détériorerait l’activité économique de la zone pendant plusieurs années avant de pouvoir l’améliorer, ce qui mécontenterait l’opinion publique à court terme. L’horizon électoral court des dirigeants politiques explique qu’ils soient peu enclins à s’y risquer, puisque les citoyens seraient appelés à décider du renouvellement de leur mandat avant que la situation ait eu le temps d’être améliorée. Il est également clair que les conséquences d’une dissolution de l’euro dépendraient fortement de ses modalités. De la même manière qu’il y aurait eu beaucoup de manières différentes de construire l’union monétaire, dont certaines auraient produit de meilleurs effets que celle qui a été choisie, il y aurait bien des manières différentes de la dissoudre, avec des conséquences très divergentes sur l’activité et l’emploi. Or, ce sont les mêmes divergences de vues entre les pays à propos de la gestion de l’euro qui empêcheraient d’arriver à un consensus sur les modalités d’une dissolution ordonnée de l’euro à moindres coûts collectifs. Tout cela explique donc que les dirigeants politiques veulent garder l’euro, par contrainte plutôt que par enthousiasme[4].

Le vrai enjeu est donc de déterminer dans quelle mesure la zone euro peut être réformée pour retrouver des perspectives de progression de l’emploi et de l’activité.


[1] Allemagne, Belgique , France, Irlande, Italie et Pays Bas.

[3] Eric Dor, 2011, Leaving the euro area : a user’s guide, IESEG working paper 2011-ECO-06, http://my.ieseg.fr/bienvenue/DownloadDoc.asp?Fich=1046781054_2011-ECO-06_Dor.pdf

[4] Une implosion garde toujours une certaine probabilité d’occurrence et résulterait du départ unilatéral d’un pays membre sous la pression d’une population lassée par l’austérité, ou d’une divergence de vues extrêmement forte qui empêcherait la poursuite des politiques exceptionnelles de la BCE et des mécanismes établis par l’UE pour mutualiser les risques.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 08/10/2014 - 22:51
Un constat
Un constat est un constat, même sans analyse ni explication, de plus il est fait pour plusieurs pays de la zone Euro et pas ceux du club med, et ces pays sont moins dépensiers que nous , l'Europe est au plus mal, il n'est pas sûr qu'elle perdure.
vangog
- 08/10/2014 - 19:09
Le FN avait raison!...sur ce point aussi...
Et le pire est le décalage (après instauration de l'Euro) entre les pays Européens qui ont conservé le contrôle de leur monnaie et ceux qui se sont soumis-du plein gré de leurs dirigeants- aux diktats de la BCE et de la technostructure Européenne...
Où est passé la différence entre le pouvoir d'achat des pays hors Euro et celui des pays victimes de l'Euro? Facile! Dans les 3% alloués à la finance internationale, qui s'est, pour ainsi dire, gavée de financement des dettes de la social-démagogie et de désindustrialisation à marche forcée. Après la crise de 2008, s'est rajouté à ce tableau macabre, le renflouement des banques, qui s'étaient gavées sur le dos des Européens et la fuite en avant des dettes des pays socio-démagogues comme la France. Ce sont les Finlandais, Suédois, Anglais et autres pays hors-Euro qui peuvent dire merci aux socio-démagogues qui ont conçu cette monnaie aberrante! Ils en ont profité à fond et continueront d'en profiter... Il est regrettable de voir que l'Euro, mal conçu et mal gèré, à gommé tous les résultats bénéfiques du marché unique...qui fonctionnait bien, avant l'Error...
Anguerrand
- 08/10/2014 - 17:09
Ceci est un constat sans analyse
Mais qui a empêché la France de se réformer comme les pays pour qui l'euro n'est pas un problème? Lors de la création de l'euro la France s'est engagé à un certain nombre de réformes qu'elle n'a jamais mis en œuvre, même encore aujourd'hui alors à qui la faute. Pendant ce temps la France pour cacher ses chômeurs a recruté de coûteux fonctionnaires...à vie. Il ne faut pas oublier que la France d'avant Mitterrand à fait jeu égal avec l'Allemagne. La valeur du franc à été divisé par 3,3 à partir de cette période par rapport au mark avant l'avènement de l'euro. Nous avons bien une responsabilité collective.