En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 3 heures 8 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 3 heures 52 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 6 heures 20 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 7 heures 4 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 9 heures 11 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 9 heures 34 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 10 heures 9 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 10 heures 27 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 3 heures 33 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 5 heures 3 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 6 heures 35 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 7 heures 32 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 9 heures 40 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 10 heures 1 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 10 heures 31 min
© Reuters
François Rebsamen a récemment remis en cause l'interview dans laquelle il affirmait qu'il se battait pour une vision libérale de l'économie.
© Reuters
François Rebsamen a récemment remis en cause l'interview dans laquelle il affirmait qu'il se battait pour une vision libérale de l'économie.
Le bal des schizophrènes

"My government is pro-business" : pourquoi Valls peut le dire à Londres mais pas Rebsamen en Bourgogne

Publié le 10 octobre 2014
Alors que Manuel Valls a assumé le 6 octobre la position pro-entreprises de son gouvernement, le ministre du Travail, lui, s'est vigoureusement rétracté après l'interview accordée au média bourguignon Le Miroir Mag, dans lequel il disait se battre pour "une vision libérale de l'économie". Une situation qui révèle encore une fois le déni de son aggiornamento, alors même que les sympathisants PS ne sont pas aussi allergiques au libéralisme que les cadres semblent le croire.
Pascal Perrineau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Perrineau est professeur des Universités à Sciences Po. Il est l'auteur de Cette France de gauche qui vote FN (Paris, Le Seuil, 2017). 
Voir la bio
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Manuel Valls a assumé le 6 octobre la position pro-entreprises de son gouvernement, le ministre du Travail, lui, s'est vigoureusement rétracté après l'interview accordée au média bourguignon Le Miroir Mag, dans lequel il disait se battre pour "une vision libérale de l'économie". Une situation qui révèle encore une fois le déni de son aggiornamento, alors même que les sympathisants PS ne sont pas aussi allergiques au libéralisme que les cadres semblent le croire.

Atlantico : Lors de son discours à la City de Londres, Manuel Valls a ouvertement affiché une position en faveur des entreprises, à l'instar de ce qu'il avait déjà fait à Berlin, en déclarant notamment "my government is pro-business". Dans le même temps, François Rebsamen a récemment remis en cause l'interview dans laquelle il affirmait qu'il se battait pour une vision libérale de l'économie sans non plus avancer des propositions radicalement libérales. Comment expliquer que Manuel Valls puisse affirmer haut et fort de tels propos à Londres et à Berlin alors que François Rebsamen semble avoir été embarrassé par son interview ?

Pascal Perrineau : Lorsque l’on est en Allemagne ou en Grande-Bretagne, la culture libérale, la reconnaissance de l’entreprise en tant qu’acteur clé du développement économique, ne sont absolument pas tabou. Ce n’est pas le cas en France, que ce soit pour la gauche, mais également parfois pour la droite française. Il ne faut pas oublier que notre gauche a vécu pendant des décennies sous une forte influence des communistes, que celle-ci demeure très importante malgré leur marginalisation du point de vue électorale, et qu’elle est bien sûre éloignée si ce n’est parfois opposée au monde des entreprises privées.

La culture de la gauche française est donc historiquement marquée par un profond étatisme, et un culte de la puissance publique.

Toujours dans la comparaison européenne, la gauche française n’a jamais été sociale-démocrate contrairement à ses équivalents allemands et britanniques, qui dès les années 1950 ont accordé un rôle essentiel à l’entreprise privée. Nous avons en France toujours eu un socialisme qui a voulu poser sa différence, sur le rôle de l’état et le capitalisme particulièrement.

Enfin, cette réticence française des socialistes à assumer leur positionnement libéral réside également dans leur électorat traditionnel, où le poids de la fonction publique –enseignants en particulier, mais aussi d’autres électeurs sans expérience du secteur privé- a toujours été extrêmement important. On y voit une sorte d'anachronisme, puisque ces derniers ne sont pas aussi réticents que cela aux modifications à tonalité libérale.

Pour toutes ces raisons, il est aujourd’hui difficile pour les dirigeants du parti de s’émanciper et de faire leur aggiornamento. Manuel Valls est également soumis à cette difficulté, et doit jongler avec.

Yves-Marie Cann : Les déclarations de Manuel Valls et celles prêtées à François Rebsamenn se placent, me semble-t-il sur deux registres différents. Lorsque le Premier ministre cherche à rassurer les investisseurs internationaux et à casser les idées reçues véhiculées par certains milieux économiques, il me paraît en cohérence avec son discours de politique générale prononcé mi septembre. Le positionnement de Manuel Valls n’est d’ailleurs pas nouveau et apparaît en cohérence avec celui assumé face aux Français.

Les propos prêtés  à François Rebsamenn sont quant à eux plus embarrassants car ils s'attaquent à des sujets qui constituent aujourd’hui de véritables totems pour beaucoup à gauche, comme les 35h. Sur ce terrain, le ministre se risque à prendre à rebrousse-poil une partie de l'électorat de gauche, attaché à un certain nombre d’acquis sociaux, pour lesquels toute tentative de remise en cause est jugée inacceptable. D’ailleurs, depuis début avril, le discours pro entreprise assumé par Manuel Valls ne s'est jamais aventuré sur ce terrain, le Premier ministre est conscient qu’il existe une ligne jaune, qu’il se doit de ne surtout pas franchir vis à vis de sa majorité parlementaire et de son électorat.

Dans un sondage réalisé par l'Ifop en avril (voir ici), 63% des sympathisants socialistes approuvaient une identité socialiste plus libérale. Le fait pour les dirigeants du Parti, et pour les membres du gouvernement de ne pas assumer cette position pourrait-il pousser l'électorat socialiste à se désengager ?

Pascal Perrineau : La difficulté aujourd’hui pour les partis politiques français, c’est sans doute un des éléments majeurs de la crise des partis, réside dans leur capacité à bien représenter leurs électorats. Les partis français sont d’une manière générale très fermés à eux. On retrouve alors ces électeurs déboussolés dans les colonnes des abstentionnistes, causant son absence au second tour dans les projections des élections de 2017.

Il y a aussi, dans l’appareil socialiste, une lecture particulière qui consiste à penser que le parti n’est pas assez à gauche. Les cadres ont l’impression que s’il n’y a pas au moins une apparence marquée à gauche, les électeurs rejoindront les formations à la gauche de la gauche. Or on voit bien que ce n’est pas le cas. On l’a vu lors des dernières élections européennes, puis les municipales… Ceux dont ils ne veulent pas perdre l'adhésion s'abstiennent, ou éventuellement se réfugient chez les centristes ou encore à droite. Cette erreur de diagnostic s’explique encore une fois par les cadres imprégnés par la culture présentée dans votre première question.

Yves-Marie Cann : Tout est affaire de définition : que signifie une identité socialiste plus libérale ? Le libéralisme n’est pas un mot qui, en soi, effraie l’électorat de gauche. D’ailleurs, si ses dirigeants dénoncent "l’ultralibéralisme" du patronat ou de certains à droite, c’est qu’il y a une nuance en la matière. A partir du moment où le Parti socialiste et ses représentants acceptent l’économie de marché, ceux-ci ne peuvent remettre fondamentalement en cause ses principes libéraux. Ils en dénoncent en revanche les excès ou les abus, et militent pour sa régulation. Aussi, entre le fait de créer ou de chercher à favoriser un contexte général favorable aux entreprises (via le Pacte de compétitivité, par exemple) et la remise en cause des 35h ou d’autres "acquis sociaux", il y a un pas qui n’est pas franchi.

Dans quelle mesure peut-on dire que la direction du parti est en décalage avec son électorat ? 

Pascal Perrineau : Ce décalage s’illustre, outre les échecs électoraux successifs et dernièrement aux élections sénatoriales, dans la mauvaise image que les socialistes ont de leur parti de référence. Il y a pourtant là une opportunité pour le PS à la fois de conserver son électorat, mais également de séduire une partie du centre, non négligeable actuellement. Il existe, dans un espace délimité par les sociaux-libéraux du PS et les libéraux-sociaux de l’UMP en passant par les électeurs de l’UDI, du MODEM et de certains écologistes, une population qui hésite entre la droite, la gauche et l’abstention. L’ampleur de cet espace explique d’ailleurs la bonne image d’Alain Juppé, où sa voix a un écho favorable. A gauche, à part Manuel Valls, aucun représentant ne peut prétendre y être entendu. On comprend d’ailleurs bien qu’il essaye, à travers ses différentes déclarations pro-entreprises entre autres, à garder le contact avec eux, car ce vivier de voix sera décisif le jour de l’élection présidentielle.

>>> Voir en deuxième partie d’article le sondage exclusif Ifop pour Atlantico : Seuls 13% des Français pensent que François Hollande sait où il va

Yves-Marie Cann : Plutôt qu’un décalage entre la direction du parti et son électorat, je perçois avant tout un décalage grandissant entre une base militante socialiste rétrécie et le reste de la population. Ce décalage s’opère notamment sur les plans sociodémographique et professionnel, dont il résulte ensuite des divergences notables en termes d’attitudes, de valeurs et d’attentes avec les électeurs. La base militante du PS souffre aujourd’hui de ne pas être irriguée par les multiples composantes de la société française. D’abord, elle est vieillissante, faute d’avoir su se renouveler. Surtout, il s’agit souvent d’un public issu de la fonction publique ou pour le moins dépendant de la manne publique (élus et collaborateurs d’élus). Il en résulte une difficulté grandissante d’être en phase avec les attentes et les aspirations d’un corps social majoritairement composé de salariés du privé. Ceux-ci ont de plus en fréquemment l’impression d’avoir disparu des écrans radar du PS qui leur donne notamment, à tort ou à raison, l’impression d’être arc-bouté sur la défense de la fonction publique ou des minorités, laissant de côté de larges pans de la population.

Est-ce qu'on doit en conclure que la Parti socialiste n'a pas pris la mesure de ce changement ? 

Yves-Marie Cann : Beaucoup au Parti socialiste ont sans doute pris conscience de cette nécessité de changement, mais il faut reconnaître  l’incroyable capacité de résistance des organisations ! Le Parti socialiste paie aujourd’hui très cher le fait de ne pas avoir mené quant il le fallait, c’est-à-dire entre 2002 et 2012, non seulement un travail de réflexion approfondi sur l’état de la société française, mais aussi un renouvellement de son organisation qui, sans doute, n’est plus adapté aux modes d’engagement des Français, notamment des plus jeunes. Au lieu de ça, beaucoup ont préféré cultiver l’entre-soi. Le meilleur exemple en la matière est l’incapacité dans laquelle s’est trouvé le PS en 2006-2007 à intégrer la vague de nouveaux adhérents qui avaient rejoint ses rangs dans la perspective de la primaire de novembre 2006.

Pascal Perrineau : Bien sûr. Au fond, le PS est empêtré depuis plusieurs décennies avec un véritable aggiornamento idéologique qui le ferait se rapprocher des grands socialistes réformistes de l’Europe du Nord, d’Allemagne ou bien encore les travaillistes britanniques. Il est taraudé par un courant de gauche extrêmement fort, Arnaud Montebourg et ses idées de démondialisation a démontré encore récemment qu’il rassemblait au PS.

Selon une enquête Europe 1, entre 15 et 20% des sympathisants socialistes quitteront le parti d'ici à la fin de l'année. N'est-il pas aujourd'hui délicat de vouloir donner un nouveau visage au PS alors que le parti est au pouvoir et qu'il souffre d'un manque de résultat sur le front socio-économique ?

Pascal Perrineau : Il y a de tout cela à la fois. Je crois que les militants socialistes quittent le parti pour des raisons diverses : certains parce qu’ils pensent qu’il n’est pas assez à gauche, d’autres car ils sont déçus des résultats socio-économiques, et d’autres car ils en ont assez des ambiguïtés, et notamment sur les questions de ligne économique.

Yves-Marie Cann : Ce type de défection est un classique dans une période difficile pour une formation politique au pouvoir. Face à l’absence de résultats économiques, le doute gagne les esprits quant au bien fondé des politiques mises en oeuvre. Dès lors, certains ne renouvellent pas leur adhésion. Le risque pour le Parti socialiste serait toutefois qu’une hémorragie militante se traduise par un accroissement du décalage déjà existant avec la population. C’est pourtant l’hypothèse la plus probable dans ce cas de figure.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 07/10/2014 - 16:31
La 3eme organisation mondiale après
l'armée populaire chinoise, Wall Mart est ....vous êtes assis attention la voilà l'EDUCATION NATIONALE FRANCAISE. Tout est dit. No comment. Nous ne sommes pas près de dire que la France est pro business à cette armée d'électeurs socialiste. (oui je sais ça change à la marge à force de se faire détester de tout le monde)
vangog
- 07/10/2014 - 12:20
Faux-cul, Rebsamen!
Il en a la tête vitreuse et les traits hypocrites, d'ailleurs...
mado83@free.fr
- 07/10/2014 - 11:35
incohérence
que dire ? on reste sans voix devant la gouvernance socialiste de la France qui attend encore " le grand Soir" proné par les Communistes après la guerre.mais, le monde a changé, l'Europe aussi. Montebourg voudrait "nationaliser" a-t-il oublié l'échec russe et leurs satellites ? de plus, les Syndicats (presque tous) interlocuteurs non valables du Gouvernement se cramponnent à leurs prérogatives et représentent 8 % de la population des gens "qui travaillent"
L'Europe ne peut exister dans sa forme actuelle avec des éléments si disparatres., les changements à faire sont tellement graves que personne n'ose les faire.Le Peuple, les électeurs sont complètement déboussolés et ne croient plus à rien.et mettent même la Démocratie en doute.Chacun tricote dans son coin en regardant son porte-monnaie sans s'occuper des autres et en évitant de regarder l'avenir.
Tragique.