En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 25 min 32 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 50 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 4 heures 3 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 40 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 39 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 8 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 54 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 9 heures 19 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 54 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 3 heures 15 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 5 heures 15 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 56 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 8 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 40 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 54 min
© Reuters
Manuel Valls est en chute libre dans les sondages.
© Reuters
Manuel Valls est en chute libre dans les sondages.
Du plomb dans l'aile

Et paf, Valls Premier ministre le plus impopulaire après 6 mois à Matignon : la preuve que personne ne peut résister au pouvoir négatif de François Hollande ?

Publié le 03 octobre 2014
Les six mois passés par Manuel Valls à Matignon auront été marqués par une forte dégradation de sa cote de popularité. L'été 2014, notamment, n'a pas été très radieux pour le Premier ministre, qui s'est laissé entraîner par un président de la République lui aussi historiquement impopulaire.
Frédéric Dabi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dabi est directeur général adjoint de l'Ifop et directeur du pôle Opinion et Stratégies d’entreprise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les six mois passés par Manuel Valls à Matignon auront été marqués par une forte dégradation de sa cote de popularité. L'été 2014, notamment, n'a pas été très radieux pour le Premier ministre, qui s'est laissé entraîner par un président de la République lui aussi historiquement impopulaire.

Atlantico : Depuis qu’il a été nommé à Matignon en avril dernier, Manuel Valls est en chute libre dans les sondages, même si sa chute a été atténuée en septembre. Que constate-t-on dans l’analyse de la cote de confiance du Premier ministre ? Comment expliquer qu'il ait perdu une quinzaine de points aussi rapidement, en seulement six mois ?

Frédéric Dabi : Il y a trois moments au niveau de la cote de popularité de Manuel Valls : d’abord une sorte d’état de grâce d’avril à fin mai. Avec 58 % quand il arrive à Matignon, il est alors à 40 points de plus que François Hollande dans le baromètre Ifop pour le JDD. Sa caractéristique à cette époque, c’est qu’il obtient la bienveillance des sympathisants de droite et du centre. De ce point de vu-là, c’est l’anti François Hollande et l’anti Jean-Marc Ayrault.

Puis il y a un moment très net de chute entre juin et août où il perd 20 points de cote de popularité : 5 points en juin, 6 en juillet 9 en août. Elle s’aligne sur celle de François Hollande, et il perd beaucoup auprès des sympathisants de droite et du centre. On lui adresse alors des critiques qu’on ne faisait qu’à François Hollande. Il y a à ce moment-là une sorte d’homogénéité des critiques formulées contre Manuel Valls et François Hollande : absence de résultat, inaction, le fait que les choses n’avancent pas… Les Français perçoivent un décalage entre les paroles et actes, et on observe une sorte d’espoir déçu.

Néanmoins en septembre, qui est pourtant un mois traditionnellement difficile pour les politiques, Manuel Valls a freiné fortement la chute. Il recule seulement d’un point et a bien négocié ce mois de septembre. Dans la partie qualitative le reproche d’inaction s’atténue progressivement car Manuel Valls a capitalisé sur ses atouts, c’est-à-dire son autorité, son volontarisme et sa fermeté. Les départs du gouvernement de Benoit Hamon, Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti lui ont servi. Le Premier ministre a désormais stabilisé la situation mais il reste minoritaire dans l’opinion publique et a beaucoup perdu de points chez les écologistes. Il est toutefois majoritaire au PS, au MoDem et presque à l’UDI et même à 35 % chez les sympathisants UMP.

Une telle perte de popularité d’un Premier ministre en six mois a-t-elle déjà été observée ?

Alain Juppé avait perdu énormément entre juin et décembre 1995, plus de 30 points. Comme Michel Rocard, Edith Cresson a perdu plus de 20 points mais beaucoup de Français ne la connaissaient pas. Dominique de Villepin a surtout perdu lors de l’épisode du CPE. La différence, c’est que jamais la crise n’a été aussi forte actuellement.

Alors que 62 % des Français souhaitent le départ de François Hollande selon une étude de l’Ifop pour le Figaro Magazine et que la cote de popularité du président oscille entre 10 et 15 %, en quoi peut-on dire que François Hollande entraîne Manuel Valls dans sa chute ?

Déjà, rappelons que 40 points d’écart entre un président et un Premier ministre comme c’était le cas en avril dernier, ça ne s’était jamais vu. Le risque pour Manuel Valls c’est que son action soit uniquement vue avec un prisme économique et social et que cela détermine le jugement des Français à son égard. Pour lui le danger c’est d’être jugé sur les mêmes critères que François Hollande. On peut aussi dire que c’est moins François Hollande en tant que tel que l’homogénéité des jugements sur les deux têtes de l’exécutif et l’impopularité structurelle de François Hollande qui finissent par miner celle de Manuel Valls.

Plus politiquement, François Hollande ne se sert-il pas de Manuel Valls comme fusible alors que le poste de Premier ministre est souvent utilisé par le président pour débrancher politiquement un potentiel adversaire politique pour la prochaine présidentielle ?

Certains Premiers ministres étaient populaires comme Dominique de Villepin sous Jacques Chirac avant le CPE. Autre exemple, la focalisation des critiques sous Nicolas Sarkozy protégeait François Fillon. Il y a d’un côté des Premiers ministres fusibles et de l’autre des présidents paratonnerre. Le danger pour Manuel Valls c que le paratonnerre François Hollande parte.

Quand on examine les faits on ne peut pas dire que François hollande se protège beaucoup derrière Manuel Valls. L’Elysée n’a pas mis en œuvre la doctrine sur la rareté de la parole présidentielle de Jacques Pilhan. On a vu cet été un François Hollande qui a énormément parlé : sur l‘Ile de Sein, dans Le Monde…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 03/10/2014 - 13:12
F Hollande et JM Hérault ont usé leurs fonds
de culotte côté à côté sur les bancs de l'assemblé pendant de nombreuses années. On n'aurait pas pu dire qui était le __ et qui était la chemise. Hérault a été débarqué car il faisait du Hollande (cap louvoyant). On attendait de M Valls qu'il se démarque de ce cap sinusoïdal. Mais au contraire, il a insisté en affirmant haut et fort qu'il maintenait la route aléatoire et zigzagante de son Moi President. On aurait pu le penser suffisamment intelligent pour ne pas se mettre ce genre de boulet au pied, mais non. Très décevant ce petit seigneur qui hésite entre le réalisme et l'idéologie absconse du PS.
assougoudrel
- 03/10/2014 - 11:39
Les français n'on jamais cru
en Valls, mais les journalistes, voyant que le gros nain était grillé, ont voulu, à coups de sondages bidons, faire croire qu'il était le candidat idéal pour 2017.
lexxis
- 03/10/2014 - 09:12
LE TROU NOIR
"Moi,Président, je" a véritablement un don pour abimer tout ce qui l'approche. Politiquement, depuis son élection, c'est un véritable trou noir.Les alchimistes n'ont pas trouvé le moyen de transformer le plomb en or, mais lui il transforme depuis 30 mois déjà et sans aucune difficulté l'or en plomb. Le problème , c'est que le pays commence à manquer d'or!