En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Extrait
François Hollande au plus bas : ce qui pourrait lui avoir ôté toute envie de gouverner
Publié le 06 octobre 2014
Le journaliste Serge Raffy dresse un portrait littéraire de François Hollande. Extrait de "Moi, l’homme qui rit", publié aux éditions Flammarion (2/2).
Journaliste au Nouvel Observateur, écrivain, Serge Raffy a publié en 2011 chez Fayard François Hollande, itinéraire secret, qui s'est vendu à 15 500 exemplaires, et Moi, l'homme qui rit (Flammarion, octobre 2014). Il est également l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Raffy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste au Nouvel Observateur, écrivain, Serge Raffy a publié en 2011 chez Fayard François Hollande, itinéraire secret, qui s'est vendu à 15 500 exemplaires, et Moi, l'homme qui rit (Flammarion, octobre 2014). Il est également l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le journaliste Serge Raffy dresse un portrait littéraire de François Hollande. Extrait de "Moi, l’homme qui rit", publié aux éditions Flammarion (2/2).

"Qui est Lionel Jospin ?" lui ai-je demandé à brûle-pourpoint. Ce dernier sembla sidéré par ma question. Ce n’était pas le militant trotskiste qui aiguisait ma curiosité. Là-dessus, je n’avais aucun doute. Mon intérêt portait sur les motivations profondes qui poussent un homme politique à sacrifier sa vie pour un monde de douleurs et de trahisons. Chez Jospin, où était la blessure qui justifiait ce chemin de croix ? Elle était enfouie dans l’histoire du père, bien sûr, un enseignant qui rêvait d’une carrière politique à la SFIO, que la guerre entraîna dans les bras du pacifisme et, par ricochet, du révisionnisme. Le grand tabou de la tribu Jospin, la tache noire, indélébile, dissimulée au tréfonds de la mémoire familiale, était celle d’un homme qui fut recherché comme « collabo » par la Résistance, à la Libération de Paris. Pendant que de Gaulle haranguait le peuple de la capitale, le père pacifiste se cachait dans une planque, attendant la fin de l’orage. L’homme n’était ni un milicien ni un salaud. Il faisait partie de cette poignée d’intellectuels qui prétendaient que tout valait mieux que la guerre, même Hitler. Quand il apprit les horreurs commises dans les camps nazis, il choisit le camp de ceux qui n’y croient pas et s’enferra dans un révisionnisme qui alimenta, plus tard, les théories de Paul Rassinier et de tous les « complotistes » d’extrême droite. Bien sûr, la carrière politique de Jospin père fut brisée. Comme celle de mon propre paternel. Lui aussi avait commis de nombreuses imprudences, joué les bravaches en politique et avait été laminé par l’Histoire. Le moteur était-il là ? Dans le besoin de revanche et de réhabilitation ? Je me pose encore la question aujourd’hui.

Au fameux meeting du Bourget, je décidai de lever le tabou. Je révélai l’histoire de mon père, qui aurait pu devenir un petit Le Pen. Je fis mieux : je le remerciai pour ce qu’il avait été, car, bien sûr, aucun enfant n’est responsable de l’histoire de ses parents. Et surtout pas coupable. Je le remerciai car je m’étais construit contre ses idées. C’était la première fois que j’exhibais une part de mon intimité. Par calcul politique ? Pour ne pas répéter l’erreur de Jospin, qui avait enfermé son secret familial dans un puits sans fond ? Tous les observateurs estimèrent que, ce jour-là, au Bourget, je m’étais transcendé, et même transfiguré. En lui confessant publiquement que je l’aimais et que je lui devais ce que j’étais, j’avais desserré l’étau. J’avais tué le père. J’étais un homme libre. Mais n’avais-je pas, dans le même temps, jeté aux orties le moteur profond de mon engagement, celui qui m’avait fait tout accepter pour atteindre le sommet du pouvoir, l’esprit de revanche ?

Extrait de "Moi, l’homme qui rit", de Serge Raffy, publié aux éditions Flammarion, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
Plus on en sait et moins on en sait : le grand paradoxe de la science du XXIème siècle
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Européennes : François-Xavier Bellamy a exposé sa vision de l'Europe face à Nathalie Loiseau lors d'un débat organisé par l'Institut Montaigne
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires