En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

07.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 42 min 42 sec
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 2 heures 11 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 3 heures 25 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 4 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 6 heures 16 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 6 heures 17 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 2 heures 38 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 2 heures 28 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 3 heures 39 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 4 heures 24 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 5 heures 28 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 6 heures 17 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 6 heures 21 min
© Reuters
La commune de Pontault-Combault vient de décider d'infliger des amendes de 10 à 40 euros aux parents en retard pour venir chercher leurs enfants le soir à l'école.
© Reuters
La commune de Pontault-Combault vient de décider d'infliger des amendes de 10 à 40 euros aux parents en retard pour venir chercher leurs enfants le soir à l'école.
Et les contraintes des parents ?

Des amendes pour les parents en retard à la sortie de l'école : une idée à la fois inefficace et à côté de la plaque

Publié le 01 octobre 2014
Une commune de Seine-et-Marne a décidé d'infliger des amendes allant de 10 à 40 euros aux parents qui tardent à venir chercher leurs enfants à la sortie de l'école, n'envisageant pas de mener une réflexion sur l'adaptation des horaires aux réalités de la vie professionnelle contemporaine.
Olivier Cousin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Cousin est professeur de sociologie à l'Université Bordeaux II et chercheur associé au CADIS/Centre d'Analyse et d'Intervention Sociologiques EHESS/CNRS. Ses recherches portent sur le rapport des cadres au travail, l’éducation et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une commune de Seine-et-Marne a décidé d'infliger des amendes allant de 10 à 40 euros aux parents qui tardent à venir chercher leurs enfants à la sortie de l'école, n'envisageant pas de mener une réflexion sur l'adaptation des horaires aux réalités de la vie professionnelle contemporaine.

Atlantico : La commune de Pontault-Combault, en Seine-et-Marne, vient de décider d'infliger des amendes de 10 à 40 euros aux parents en retard pour venir chercher leurs enfants le soir à l'école. Une telle initiative peut-elle vraiment mettre fin aux retards de parents ?

Olivier Cousin : Non, car d'autres expériences de ce type ont déjà été menées, en Israël notamment (voir ici). Les parents qui se voient imposer une amende deviennent des acteurs rationnels : ils jugent que comme ils payent une amende qui n'est pas excessivement élevée, ils ont le droit d'être en retard. On peut dire que la sanction financière a pour effet contraire de les déculpabiliser : désormais ils savent le "prix" du retard, et s'adaptent en fonction. Cette mesure aura peut-être un effet pendant les premiers jours de son application, mais au fur et à mesure les conséquences involontaires dont je parle apparaîtront. Pourquoi se soucier de cette amende si on a les moyens de la payer ?

Derrière cette pénalisation financière, ne trouve-t-on pas aussi un jugement pernicieux contre les "mauvais" parents qui sont en retard ? Cela ne revient-il pas à oublier leurs contraintes, qui sont réelles ?

Les parents d'élèves doivent faire face à des contraintes de la vie quotidienne que sont le travail, les encombrements, les réunions qui s'éternisent, les pannes, etc. Ils essaient de tout combiner, et il se trouve que par moments ils n'y arrivent pas. Des parents disposent éventuellement de moyens pour trouver des palliatifs, au travers d'aides ou de coopérations avec d'autres parents, mais d'autres n'ont pas les mêmes moyens ou les mêmes possibilités d'organisation. Et voilà qu'on cherche à en faire de mauvais parents au travers d'une amende.

L'éducation nationale devrait-elle adapter davantage ses horaires aux réalités professionnelles de notre temps ?

Cela est déjà fait ; contrairement à ce qu'on voudrait nous faire croire, on n'a pas affaire à un système mort-né face à des parents inconséquents. Il est possible de déléguer les fonctions à d'autres personnes, la situation n'est pas bloquée. Généralement les écoles arrivent à trouver des accommodements en fonction des différentes contraintes horaires des parents. La solution, c'est la discussion parents-école. Pas besoin de passer par des mesures coercitives, radicales et idiotes.

Dans le cas de Pontault-Combault, c'est l'argument financier qui est invoqué : les retards obligeraient la commune à verser des heures supplémentaires aux personnels encadrants…

L'argument est un peu court, les parents ne viennent tout de même pas chercher leurs enfants à minuit. L'école est autre chose qu'une succession d'heures de cours : si la majorité des autres communes ne tombent pas dans la même dérive, c'est parce qu'elles ont trouvé des solutions adaptées. Ce cas est révélateur d'une crispation qui consiste souvent, pour l'école, à rejeter la faute sur les familles.

Plutôt que d'en venir aux amendes, l'école pourrait-elle renforcer la ponctualité des parents en leur expliquant plus clairement les raisons pour lesquelles elle ne peut pas assurer la garde des enfants au-delà d'une certaine heure ?

Les parents qui arrivent avec du retard sont profondément gênés, mal à l'aise à l'idée d'avoir laissé leurs enfants errer. Il se trouve qu'ils ont été pris dans une situation indépendante de leur volonté. Sauf à supposer qu'ils se désintéressent de leur enfant, ce qu'on a peine à croire. De plus les horaires ne sont pas les mêmes partout, beaucoup d'écoles gardent leurs portes ouvertes jusque relativement tard.

Faut-il allonger encore plus les heures d'ouverture des écoles ?

Les personnes qui travaillent au sein de l'établissement ont leurs propres enfants à aller chercher. Je dirais que c'est surtout un problème d'arrangement au niveau local. Le cas de Pontault-Combault est marginal, et cette mesure ne pourra pas tenir bien longtemps. Mais de là réformer de fond en comble le système français…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 01/10/2014 - 10:31
Moi je pense que c'est aux associations des parents d'élèves de
gérer cela. Que l'association ou les associations payent un professionnel pour compléter la garde sur le temps nécessaire. Bien évidemment cela sera payé par les parents qui auront besoin de cette prestation.