En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© REUTERS/Elijah Nouvelage
L'Apple Watch s'impose sur le marché des montres haut de gamme.
Fashion
Pourquoi Apple n’est plus une firme technologique mais un poids lourd de l’industrie des tendances
Publié le 26 septembre 2014
L'Apple Watch est en train de s'imposer sur le marché des montres haut de gamme, la marque à la pomme jouant de plus en plus avec les codes de l'industrie de la mode. Une stratégie plus défensive qu'offensive.
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Benavent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Apple Watch est en train de s'imposer sur le marché des montres haut de gamme, la marque à la pomme jouant de plus en plus avec les codes de l'industrie de la mode. Une stratégie plus défensive qu'offensive.

Atlantico : L'Apple Watch s'impose sur le marché des montres haut de gamme, la firme se place dans l'industrie de la mode. En quoi Apple est aujourd'hui une marque de mode ?

Christophe Benavent  : Non, on ne peut dire cela. À 349 $ prix de départ, on est encore un peu loin du très haut de gamme. Après a-t-on de la place pour deux montres au poignet ? Avant tout, Apple rejoint une foule de concurrents – et ceci est nouveau car Apple suit plutôt que de précéder – qui cherchent à prendre position au poignet pour s'occuper de notre forme, de notre santé et plus généralement à nous faciliter le quotidien. Le problème est que l'industrie de la mode est menacée là où elle avait installé et glamourisé un  accessoire peu utile si ce n'est que d'être précieux pour signaler sa personnalité et son identité. La vraie question est que la tendance en faveur des objets connectés peut prendre du terrain à l'ensemble de l'industrie des biens symboliques. Les seguelas du monde vont-ils jeter leur Rolex à la poubelle ?

Par quelles stratégies la marque à la pomme est-elle passée d'une entreprise high-technologie à un acteur indétrônable de la mode ? Pour quelles raisons a-t-elle opéré ce glissement ?

Apple n'est pas un acteur de la mode, il serait plutôt celui du Luxe. La logique de la mode est celle de l'imitation, celle du luxe celle de la distinction. Sur ce plan, il est évident qu'un élément fort de la marque Apple réside dans son caractère distinctif qui est ancré depuis longtemps dans le "think different" qui s'est sans doute aujourd'hui largement boboiser.

La distinction sociale qu'est censée apporter Apple s'est déplacée de champs : alors qu'elle communiquait essentiellement sur un aspect alternatif ( think different) la marque retrouve un registre plus traditionnel, celui de l'appartenance à une élite, qui de manière tout à fait classique et bourdieusienne fait sienne des valeurs de goût et d'efficience. Apple est désormais un des signes distinctifs d'une bourgeoisie globale.

Le mastodonte n'a pas hésité à recruter des personnalités créatives issues des maisons de mode comme Burberry ou Yves-Saint Laurent, en quoi ces nouveaux arrivants insufflent une nouvelle dynamique de développement ?

En étant brutal, on serait tenté de dire que c'est le signe d'une perte de créativité. En allant chercher chez les stylistes le savoir-faire du signe, Apple tente de renforcer une légitimité contestable. En étant plus positif et en considérant l'histoire, on verra l'aboutissement d'une stratégie constante : donner autant sinon plus d'importance à la forme qu'à la technique, à l'esthétique qu'au fond.

D'un point de vue plus pragmatique, il faut garder en tête que la stratégie de Apple vise à occuper la première place chez les consommateurs les plus aisés de manière à pratiquer des prix élevés et des marges très importantes. Dans la mesure où la rupture technologique est plus difficile à réaliser, il est raisonnable pour la marque de conforter sa place dans la panoplie des accessoires que se reconnaissent les élites. C'est au fond une manière de renouveler sa grammaire, si ce n'est son vocabulaire.

Quels sont les avantages et les perspectives pour le géant de la tech ? Est-une manière de développer ses possibilités et d'évincer ses concurrents directs ? Apple est-elle devenue une marque de luxe ?  

C'est une marque élitiste depuis toujours. Sans doute a-t-elle besoin, faute de justification technologique, de trouver un autre moyen de conserver sa position symbolique. Mais il me semble que c'est une posture défensive. L'objectif n'est plus de conquérir le monde mais de conserver un prééminence dans le segment de marché le moins sensible au prix, le plus prêt à adopter nouveautés et gadget. Il faut par conséquent garder la valeur ostentatoire de la marque, c'est elle qui justifie l'écart de prix. Cette stratégie est tout à fait justifiée et comme les marques de luxe elle doit être fondée sur une pleine légitimité : celle que procure la grande grande qualité, la très grande technicité. Mais là très grande différence est que dans l'industrie du luxe la "mastigeasion" ( mastige = prestige de masse) s'appuie sur le très haut de gamme. Le foulard Hermes n'a de valeur que celle des pièces les plus rares et précieuses. La haute-couture n'existe pas chez Apple, il n'y a que de la grande diffusion. Le risque est donc qu'à jouer avec ces codes, la marque perde de crédibilité, car finalement, le fond de commerce d'Apple reste le prêt-à-porter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
05.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
06.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires