En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 9 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 11 heures 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 12 heures 52 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 14 heures 2 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 14 heures 53 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 17 heures 2 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 18 heures 49 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 11 heures 26 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 12 heures 19 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 13 heures 20 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 14 heures 30 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 15 heures 52 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 18 heures 1 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 18 heures 38 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 19 heures 15 min
© Reuters
Au sein du débat français, la question du "coût du travail" est devenue une sorte de slogan pour les partisans de la "compétitivité".
© Reuters
Au sein du débat français, la question du "coût du travail" est devenue une sorte de slogan pour les partisans de la "compétitivité".
Autres options

Le faux problème qui complique les débats français ? La vérité sur le coût du travail dans l’hexagone

Publié le 24 septembre 2014
Au sein du débat français, la question du "coût du travail" est devenue une sorte de slogan pour les partisans de la "compétitivité". Bien que le problème soit réel, il ne suffit pas de l'examiner sous le seul angle des exportations pour pouvoir en tirer des conclusions. Car la baisse des salaires n'est pas la seule alternative à la question posée.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au sein du débat français, la question du "coût du travail" est devenue une sorte de slogan pour les partisans de la "compétitivité". Bien que le problème soit réel, il ne suffit pas de l'examiner sous le seul angle des exportations pour pouvoir en tirer des conclusions. Car la baisse des salaires n'est pas la seule alternative à la question posée.

Dans une interview diffusée sur Arte, Xavier Niel, fondateur de Free, déclare : "Le coût du travail est plus cher en France mais prenons l'exemple d'un ingénieur sortant de 42 : en France, il touchera 45 à 50.000 euros bruts par an, aux Etats-Unis 110.000 dollars avec des charges moins élevées ; au total, il coûtera moins cher en France. Les charges sociales ne sont qu'une partie de l'équation".


Le débat relatif au coût du travail en France est intarissable, source de toutes les préoccupations et prétexte à toutes les joutes politiques. Au cours des dernières années, la crispation semble s’être fixée sur le niveau de compétitivité des entreprises à l’exportation. Le travail est trop cher, ce qui provoque une moindre compétitivité, il faudrait donc baisser le coût du travail. Le premier point à relever est que la France n’exporte que 28% de son PIB, ce qui tend à relativiser un peu le débat. Puis, le second point, ou il semble utile de décomposer les effets d’une baisse du coût du travail. L’hypothèse la plus probable serait d’intervenir par la voie d’une baisse des charges patronales. Disons 5%. Dans un tel cas, le coût de production du bien destiné à l’exportation ne baisse pas de 5%, la baisse sera fonction de la proportion de travail utilisée dans sa production. L’effet est donc réduit. Puis, lorsque le coût de production baisse, il n’est pas acquis que celle-ci soit répercutée dans le prix de vente. L’entreprise dispose en effet de plusieurs choix. Soit de retrouver un peu de trésorerie en préservant ses marges, soit de répercuter cette baisse de coût en rehaussant les salaires, soit enfin de réduire le prix du bien. En l’état actuel des choses, lorsque les marges des entreprises sont faibles, c’est plutôt de ce côté que la répercussion aura lieu. Des marges plus importantes qui permettront d’investir plus ? Pas forcément. En effet, dans un tel cas, il serait alors difficile d’expliquer pourquoi les investissements des sociétés non financières en Allemagne sont aujourd’hui inférieurs de plus de deux points à ceux de la France. Comme le démontre le graphique ci-dessous :

Si les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après- demain, il semblerait que les profits allemands d’hier aient trouvé une autre destination. Après le passage de ces multiples facteurs, il devient difficile d’imaginer comment la baisse de charges de 5% pourrait effectivement permettre un retour fort de la "compétitivité" du pays. Il ne reste pas grand-chose à se mettre sous la dent. D’autant plus que la baisse de charges n’a pas lieu uniquement pour les entreprises exportatrices, mais pour l’ensemble de celles-ci. C’est-à-dire qu’il va falloir en financer le coût. Le choix retenu le plus souvent est celui de la TVA. Impopulaire. Une réduction des dépenses ? Pour les deux solutions envisagées, le résultat est une contraction de l’activité. Le PIB tenant compte des dépenses publiques, toute baisse aurait un effet sur la croissance. L’hypothèse d’un retour de la "confiance" lorsque les dépenses publiques sont réduites tient plus de la fable que d’une quelconque réalité.


Mais le coût du travail peut également être envisagé sur un plan intérieur, plutôt que de percevoir le "problème" sous l’angle exclusif de l’exportation. En effet, l’économie française dépend bien plus de son marché intérieur que de ses exportations, le problème prend alors une toute autre ampleur. Et si pour tel ou tel  secteur, le coût du travail est jugé trop lourd, il reste à se demander par rapport à quoi. Par rapport aux ventes. C’est-à-dire la demande. Et là, le problème est clair, la demande est insuffisante par rapport au coût du travail. Mais alors pourquoi baisser les salaires plutôt que de booster la demande ? Ce qui peut être réalisé simplement par l’intervention de la Banque centrale, surtout lorsque l’inflation est proche 0, lorsque la déflation est proche. C’est d’ailleurs son rôle.


Si ce remède est mis en place, il reste à opérer le patient sur un autre plan ; la rigidité du marché du travail français. Car la protection des personnes en poste est telle qu’elle agit comme une frontière très marquée entre ceux qui ont un emploi et ceux qui en sont privés. Les personnes ayant un emploi, protégées, se trouvent en position favorable pour négocier leurs salaires. Ce qui explique la très forte rigidité des salaires français : Ils ne baissent pas, et ce malgré un fort taux de chômage. Leur progression ne fait que ralentir doucement, sans plus. Il est à noter que dans les conditions actuelles, si ce marché était moins rigide, la France aurait déjà les deux pieds en déflation.


Et cette progression continue des salaires peut avoir pour effet d’éloigner encore un peu plus de l’emploi ceux qui en sont dépourvus. En augmentant la demande afin de faire baisser le chômage et en assouplissant le marché du travail, il devient possible de faire baisser le nombre de chômeurs tout en permettant d’effacer progressivement l’inégalité qui existe entre les chômeurs et les salariés, entre "insiders" et "outsiders".
L’avantage du couplage de ces réformes est double. En premier lieu, il permet de frapper les causes du déséquilibre et ainsi d’éviter une reproduction du phénomène. Puis, en second lieu, si la demande s’accélère sous l’influence d’une action de la banque centrale, une autre conséquence a lieu : la monnaie baisse. Ce qui permet d’agir sur les exportations de façon bien plus nette que toute machine à gaz du type "pacte de responsabilité", et ainsi satisfaire les passionnés de l’exportation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
eltarzan
- 04/10/2014 - 13:38
The winning team
En France la politique de l'emploi est limitée à la lutte des classes (travailleurs, syndicats, élites, riches, pauvres) : la lutte se limite aux acquis sociaux sans se soucier des menaces. En Allemagne le corps social raisonne création de valeur, compétitivité, qualité de vie. A choisir !
2bout
- 25/09/2014 - 17:49
Je rectifie Mr Goetzmann
PIB fin 2013 en Milliards de US$ : France 2 735, UK 2 521.
PIB fin juin 2014 (avec parité au 31/12/2013) : France 2 740, UK 2 563, Et avec parité de ce jour : France 2 522, UK 2 470.

Parité entre le 31/12/2013 et 25/09/2014 :
US$ contre € : +8.66 %, US$ contre £ : +3.75 %
Benvoyons
- 24/09/2014 - 17:46
J'ai fait 3 fois la lecture et je dois avouer que nous avons
aujourd'hui non pas du raisonnement mais bien du résonnement.
J'avoue que je ne suis pas du niveau du Mr. Bon je donne pas la courbe je vais le vexer.======N'importe quoi!