En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

06.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

07.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 13 heures 43 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 15 heures 57 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 18 heures 16 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 18 heures 36 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 7 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 18 heures 1 sec
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 19 heures 13 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 8 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 9 heures
© Reuters
Au sein du débat français, la question du "coût du travail" est devenue une sorte de slogan pour les partisans de la "compétitivité".
© Reuters
Au sein du débat français, la question du "coût du travail" est devenue une sorte de slogan pour les partisans de la "compétitivité".
Autres options

Le faux problème qui complique les débats français ? La vérité sur le coût du travail dans l’hexagone

Publié le 24 septembre 2014
Au sein du débat français, la question du "coût du travail" est devenue une sorte de slogan pour les partisans de la "compétitivité". Bien que le problème soit réel, il ne suffit pas de l'examiner sous le seul angle des exportations pour pouvoir en tirer des conclusions. Car la baisse des salaires n'est pas la seule alternative à la question posée.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au sein du débat français, la question du "coût du travail" est devenue une sorte de slogan pour les partisans de la "compétitivité". Bien que le problème soit réel, il ne suffit pas de l'examiner sous le seul angle des exportations pour pouvoir en tirer des conclusions. Car la baisse des salaires n'est pas la seule alternative à la question posée.

Dans une interview diffusée sur Arte, Xavier Niel, fondateur de Free, déclare : "Le coût du travail est plus cher en France mais prenons l'exemple d'un ingénieur sortant de 42 : en France, il touchera 45 à 50.000 euros bruts par an, aux Etats-Unis 110.000 dollars avec des charges moins élevées ; au total, il coûtera moins cher en France. Les charges sociales ne sont qu'une partie de l'équation".


Le débat relatif au coût du travail en France est intarissable, source de toutes les préoccupations et prétexte à toutes les joutes politiques. Au cours des dernières années, la crispation semble s’être fixée sur le niveau de compétitivité des entreprises à l’exportation. Le travail est trop cher, ce qui provoque une moindre compétitivité, il faudrait donc baisser le coût du travail. Le premier point à relever est que la France n’exporte que 28% de son PIB, ce qui tend à relativiser un peu le débat. Puis, le second point, ou il semble utile de décomposer les effets d’une baisse du coût du travail. L’hypothèse la plus probable serait d’intervenir par la voie d’une baisse des charges patronales. Disons 5%. Dans un tel cas, le coût de production du bien destiné à l’exportation ne baisse pas de 5%, la baisse sera fonction de la proportion de travail utilisée dans sa production. L’effet est donc réduit. Puis, lorsque le coût de production baisse, il n’est pas acquis que celle-ci soit répercutée dans le prix de vente. L’entreprise dispose en effet de plusieurs choix. Soit de retrouver un peu de trésorerie en préservant ses marges, soit de répercuter cette baisse de coût en rehaussant les salaires, soit enfin de réduire le prix du bien. En l’état actuel des choses, lorsque les marges des entreprises sont faibles, c’est plutôt de ce côté que la répercussion aura lieu. Des marges plus importantes qui permettront d’investir plus ? Pas forcément. En effet, dans un tel cas, il serait alors difficile d’expliquer pourquoi les investissements des sociétés non financières en Allemagne sont aujourd’hui inférieurs de plus de deux points à ceux de la France. Comme le démontre le graphique ci-dessous :

Si les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après- demain, il semblerait que les profits allemands d’hier aient trouvé une autre destination. Après le passage de ces multiples facteurs, il devient difficile d’imaginer comment la baisse de charges de 5% pourrait effectivement permettre un retour fort de la "compétitivité" du pays. Il ne reste pas grand-chose à se mettre sous la dent. D’autant plus que la baisse de charges n’a pas lieu uniquement pour les entreprises exportatrices, mais pour l’ensemble de celles-ci. C’est-à-dire qu’il va falloir en financer le coût. Le choix retenu le plus souvent est celui de la TVA. Impopulaire. Une réduction des dépenses ? Pour les deux solutions envisagées, le résultat est une contraction de l’activité. Le PIB tenant compte des dépenses publiques, toute baisse aurait un effet sur la croissance. L’hypothèse d’un retour de la "confiance" lorsque les dépenses publiques sont réduites tient plus de la fable que d’une quelconque réalité.


Mais le coût du travail peut également être envisagé sur un plan intérieur, plutôt que de percevoir le "problème" sous l’angle exclusif de l’exportation. En effet, l’économie française dépend bien plus de son marché intérieur que de ses exportations, le problème prend alors une toute autre ampleur. Et si pour tel ou tel  secteur, le coût du travail est jugé trop lourd, il reste à se demander par rapport à quoi. Par rapport aux ventes. C’est-à-dire la demande. Et là, le problème est clair, la demande est insuffisante par rapport au coût du travail. Mais alors pourquoi baisser les salaires plutôt que de booster la demande ? Ce qui peut être réalisé simplement par l’intervention de la Banque centrale, surtout lorsque l’inflation est proche 0, lorsque la déflation est proche. C’est d’ailleurs son rôle.


Si ce remède est mis en place, il reste à opérer le patient sur un autre plan ; la rigidité du marché du travail français. Car la protection des personnes en poste est telle qu’elle agit comme une frontière très marquée entre ceux qui ont un emploi et ceux qui en sont privés. Les personnes ayant un emploi, protégées, se trouvent en position favorable pour négocier leurs salaires. Ce qui explique la très forte rigidité des salaires français : Ils ne baissent pas, et ce malgré un fort taux de chômage. Leur progression ne fait que ralentir doucement, sans plus. Il est à noter que dans les conditions actuelles, si ce marché était moins rigide, la France aurait déjà les deux pieds en déflation.


Et cette progression continue des salaires peut avoir pour effet d’éloigner encore un peu plus de l’emploi ceux qui en sont dépourvus. En augmentant la demande afin de faire baisser le chômage et en assouplissant le marché du travail, il devient possible de faire baisser le nombre de chômeurs tout en permettant d’effacer progressivement l’inégalité qui existe entre les chômeurs et les salariés, entre "insiders" et "outsiders".
L’avantage du couplage de ces réformes est double. En premier lieu, il permet de frapper les causes du déséquilibre et ainsi d’éviter une reproduction du phénomène. Puis, en second lieu, si la demande s’accélère sous l’influence d’une action de la banque centrale, une autre conséquence a lieu : la monnaie baisse. Ce qui permet d’agir sur les exportations de façon bien plus nette que toute machine à gaz du type "pacte de responsabilité", et ainsi satisfaire les passionnés de l’exportation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

06.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

07.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
eltarzan
- 04/10/2014 - 13:38
The winning team
En France la politique de l'emploi est limitée à la lutte des classes (travailleurs, syndicats, élites, riches, pauvres) : la lutte se limite aux acquis sociaux sans se soucier des menaces. En Allemagne le corps social raisonne création de valeur, compétitivité, qualité de vie. A choisir !
2bout
- 25/09/2014 - 17:49
Je rectifie Mr Goetzmann
PIB fin 2013 en Milliards de US$ : France 2 735, UK 2 521.
PIB fin juin 2014 (avec parité au 31/12/2013) : France 2 740, UK 2 563, Et avec parité de ce jour : France 2 522, UK 2 470.

Parité entre le 31/12/2013 et 25/09/2014 :
US$ contre € : +8.66 %, US$ contre £ : +3.75 %
Benvoyons
- 24/09/2014 - 17:46
J'ai fait 3 fois la lecture et je dois avouer que nous avons
aujourd'hui non pas du raisonnement mais bien du résonnement.
J'avoue que je ne suis pas du niveau du Mr. Bon je donne pas la courbe je vais le vexer.======N'importe quoi!