En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 29 min 25 sec
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 59 min 51 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 1 heure 26 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 1 heure 33 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 2 heures 17 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 19 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 22 heures 7 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 23 heures 53 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 46 min 28 sec
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 1 heure 34 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 2 heures 4 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 18 heures 6 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 19 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 22 heures 20 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 1 jour 19 min
© REUTERS/Philippe Wojazer
Nicolas Sarkozy lors du meeting de la Concorde.
© REUTERS/Philippe Wojazer
Nicolas Sarkozy lors du meeting de la Concorde.
Retour aux fondamentaux

Quelle ligne économique pour Nicolas Sarkozy ? Ce que révèle l’analyse croisée de son intervention sur France 2 et de son discours de la Concorde en 2012

Publié le 26 septembre 2014
Si son intervention télévisée du 21 septembre est déjà critiquée pour une prétendue absence de fond, sans doute en raison de l’absence de détails, il apparaît qu’une ligne macroéconomique semble bien se dessiner. En effet, à travers quelques phrases clés, l’ancien président revient à quelques-uns de ses fondamentaux de 2012.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si son intervention télévisée du 21 septembre est déjà critiquée pour une prétendue absence de fond, sans doute en raison de l’absence de détails, il apparaît qu’une ligne macroéconomique semble bien se dessiner. En effet, à travers quelques phrases clés, l’ancien président revient à quelques-uns de ses fondamentaux de 2012.

Dans un premier temps, Nicolas Sarkozy se livre à une critique ferme du pouvoir actuel, en insistant très lourdement sur les hausses d’impôts intervenues depuis l’entrée en fonction de François Hollande. Une politique qu’il résume à ces formules ; "taxer plus", "augmentation des impôts", les mots sont répétés à plusieurs reprises. La conclusion est donnée par cette phrase :

"La seule question qui compte : quel est le système fiscal qui permettra à nos entreprises de créer de la croissance, de créer des emplois ?"


Sur ce point, Nicolas Sarkozy vient donner satisfaction à une majorité d’électeurs de l’UMP, favorable à une telle réduction des dépenses et à une baisse de la fiscalité. Aucune surprise. Une ligne si majoritaire qu’elle forme une sorte de socle commun à la quasi-totalité des personnalités de l’UMP.
Dans un second temps, Nicolas Sarkozy rend hommage à l’Allemagne, qualifiée de "meilleur élève de la classe", ou encore "l’Allemagne est prospère". Jusqu’ici, rien de nouveau. En caressant le grand voisin européen dans le sens du poil, l’ancien Président porte une vision européenne classique.
Mais c’est à partir de là qu’une nouveauté prend forme, lorsque la politique économique européenne est visée : "En revanche ce que je pense, c’est que la zone euro ne peut pas continuer sans croissance".


Et ce constat froid ne vient pas seul, il ne s’agit pas d’une simple incantation. Nicolas Sarkozy propose alors : "On ne peut pas avoir comme objectif de lutter contre l’inflation, alors qu’il n’y a plus d’inflation. On doit avoir pour objectif de créer les conditions de la croissance".
La formule n’a l’air de rien, mais elle a un sens économique. Du moins un sens clair en termes monétaires. Car abandonner l’objectif de lutte contre l’inflation ne signifie rien d’autre que la révision du mandat de la Banque centrale européenne. Un casus belli pour l’Allemagne d’Angela Merkel. Derrière les mots doux, c’est une attaque par la face nord du dogme économique européen qui prend forme ici. Une attaque qui rappelle le discours de la Concorde du 15 avril 2012, lorsque Nicolas Sarkozy indiquait :
"Je veux aller plus loin encore. Après ce que nous avons fait pour sauver l’euro, je veux poser non seulement le problème des frontières, mais aussi celui du rôle de la Banque Centrale dans le soutien à la croissance. C’est une question très importante, que nous ne pourrons pas éluder. Si l’Europe ne veut pas perdre pied dans l’économie mondiale, elle doit absolument renouer avec la croissance."
"Alors sur le rôle de la Banque Centrale Européenne dans le soutien à la croissance, nous allons, nous les Français, ouvrir le débat, et nous allons faire avancer l’Europe !"


"Si la Banque Centrale ne soutient pas la croissance, nous n’aurons pas assez de croissance. La crise, et l’Européen convaincu que je suis veut le dire, nous a montré les limites des règles qui ont été fixées dans le Traité de Maastricht. Je sais les difficultés d’aborder ce sujet. Je connais les obstacles. Mais je dis : nous avons le devoir de réfléchir à cette question. Parce que cette question est un problème majeur pour l’avenir de l’Europe. C’est un problème stratégique pour l’Europe. L’Europe doit apurer ses dettes, elle n’a pas le choix ; mais entre la déflation et la croissance, l’Europe n’a pas davantage le choix. Parce que si l’Europe choisit la déflation, alors l’Europe disparaîtra. Souvenons-nous des années 30. Si les Français me font confiance, j’ouvrirai ce débat".


Il est ici à noter que les références à la déflation sont déjà posées dès avril 2012. Et ces déclarations ne sont pas anodines. Car la forme actuelle du mandat de la BCE, directement héritée de la tradition de la Bundesbank, a été la condition sine qua non du ralliement de l’Allemagne à la zone euro.
De plus, une telle modification du mandat aurait pour effet d’imposer à la BCE de tenir compte du niveau de chômage au sein de la zone euro. Dans la réalité actuelle, c’est-à-dire un taux de chômage de 11.5%, cela signifie l’obligation pour la BCE de mettre en place un plan de relance de plusieurs milliers de milliards d’euros, sous la forme d’un assouplissement quantitatif. De quoi nourrir une  discussion "franche et  sérieuse" avec l’Allemagne. Lorsque Nicolas Sarkozy flatte le "meilleur élève de la classe", l’intention réelle paraît moins docile. Si cette ligne était confortée lors des prochaines interventions du Président, reprenant alors les mesures annoncées à la Concorde, la construction européenne pourrait en être profondément modifiée.

Et n'oubliez pas : le A-book de Nicolas Goetzmann, Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, est désormais disponible à la vente sur Atlantico éditions :

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 23/09/2014 - 22:42
c'est bien ce que je crains
Se faire élire en disant aux Français qu'en amplifiant l'action Etatique avec de l'argent public obtenu d es "rotatives" de la BCE la France gardera son modèle social et que nos affaires repartiront qu'avec des réformettes à la marge ou à l'esbroufe :sans faire de la peine à nos syndicats.
la lecture de ce lien peut elle vous faire douter de ce nouveau miracle de la multiplication des pains et des poissons ?
http://www.economiematin.fr/news-dette-achat-credit-consommation-etats-unis-crise-croissance?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-09-22
cloette
- 23/09/2014 - 19:28
les billets
Si c'est l'Etat qui les fabrique,il n'y a pas d'intérêts à payer, mais il doit en réguler la quantité en circulation, si c'est la BCE sur ordre des banques privées qui les commande d'un clic de souris, les intérêts à payer en régulent la quantité en circulation ,la différence est donc la dette qui s'accroit de façon exponentielle . Il est donc légitime de se poser la question si l'austérité ne vient pas à bout de la dette, car les intétêts à payer exigent une croissance forte qui non seulement n'est pas là, mais qui sera incompatible à long terme avec des ressources qui s'épuisent ;
Jardinier
- 23/09/2014 - 19:07
Ce qui me gene surtout, je dois l'avouer,
c'est le coté gratuit du truc. Pas besoin d'effort, juste faire tourner la machine.