En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 32 sec
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 38 min 10 sec
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 1 heure 39 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 13 heures 19 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 16 heures 51 sec
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 17 heures 30 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 19 heures 13 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le bulldog baille et quand les clous d’or piquent le ciel : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 20 heures 24 min
pépite vidéo > Santé
Immense tristesse
Julie, 16 ans, est la plus jeune victime du Covid-19 en France
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Europe
Commission européenne

Union européenne : l’intérêt général otage des bien-pensants ?

il y a 22 heures 53 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 20 min 21 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 1 heure 23 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 13 heures 53 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 17 heures 3 min
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 18 heures 48 min
pépites > Politique
Face à la vague
Covid-19 : Edouard Philippe alerte contre "la vague extrêmement élevée" qui "déferle"
il y a 19 heures 49 min
décryptage > Politique
Ami entends-tu...

Et Didier Guillaume lança un appel à l'armée des ombres !

il y a 21 heures 12 min
pépites > Europe
Nouvelle personnalité
Royaume-Uni : le Premier ministre Boris Johnson a été testé positif au coronavirus
il y a 21 heures 51 min
décryptage > Politique
Conséquences politiques

Philippe Gosselin : "Nous avons refusé que l’équivalent des pleins pouvoirs soient votés pour le Premier ministre. Mais nous devons rester vigilants"

il y a 23 heures 56 min
© Reuters
Nicolas Sarkozy
© Reuters
Nicolas Sarkozy
Le rassemblement, c'est maintenant

Objectif “vaste rassemblement” et “campagne sobriété” : ce que le Sarkozy 2014 peut gagner et perdre à être moins clivant que le Sarkozy 2007

Publié le 26 septembre 2014
A l'heure où Nicolas Sarkozy évoque le besoin d'un "vaste rassemblement" dans sa tribune publiée vendredi sur Facebook annonçant son retour, et où le candidat à la présidence de l'UMP misera sur la "sobriété" pendant sa campagne, selon les informations de l'Express, l'ancien chef de l'Etat semble avoir évolué. Au risque de perdre sa capacité de clivage ?
Yves-Marie Cann est Directeur en charge des études d'opinion de l'Institut CSA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est Directeur en charge des études d'opinion de l'Institut CSA.
Voir la bio
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'heure où Nicolas Sarkozy évoque le besoin d'un "vaste rassemblement" dans sa tribune publiée vendredi sur Facebook annonçant son retour, et où le candidat à la présidence de l'UMP misera sur la "sobriété" pendant sa campagne, selon les informations de l'Express, l'ancien chef de l'Etat semble avoir évolué. Au risque de perdre sa capacité de clivage ?

Atlantico : Les Français reconnaissent en Nicolas Sarkozy sa capacité à transgresser. Malgré son bilan politique, en quoi peut-on dire qu’il conserve tout de même sa force d’attraction auprès d’une partie de l’opinion publique ? Qui sont les Français satisfaits de cette force de transgression, et ceux qui ne l’apprécient pas ?

Yves-Marie Cann : Lorsque que l’on regarde l’image de Nicolas Sarkozy auprès de l’ensemble des Français on constate au CSA que début septembre 39% des Français déclaraient avoir une image positive de lui. Deux ans et demi après son départ de l’Elysée, son image reste donc négative. On voit que la personnalité de Nicolas Sarkozy reste très clivante et que les choses n’ont pas changé depuis qu’il a quitté la présidence de la République.

79% des sympathisants UMP déclarent avoir une bonne image soit 40 % de plus que la population. Chez les sympathisants du PS Nicolas Sarkozy ne récolte que 21 % d’image positive. On voit que l’image de Nicolas Sarkozy est restée clivante mais dans le même temps il garde une cote de popularité très élevée auprès des sympathisants l’UMP qui expriment une nostalgie renforcée par la crise de leadership que connaît le parti. Par ailleurs Nicolas Sarkozy a auprès des sympathisants socialistes un capital de sympathie meilleur que celui de François Hollande auprès des sympathisants de l’UMP.

Christophe Bouillaud : Son bilan politique diffère bien sûr beaucoup selon l’opinion qu’on peut avoir sur le déroulé de sa présidence : il y a effectivement une minorité de Français qui constituent si j’ose dire son "fan-club" et qui considèrent qu’il présente au total un bon bilan vu les circonstances. Il s’agit d’une bonne part de l’électorat de la droite française. En effet, les batailles au sein de l’UMP entre candidats à la personnalité pour s’assurer en vain la prééminence ont conservé à Nicolas Sarkozy cet aura de chef que ses rivaux n’ont pas eu du coup le temps de construire. Le psychodrame Fillon-Copé aura vraiment été son ticket gagnant pour un retour en politique. En effet, le grand avantage de Nicolas Sarkozy auprès de la droite, c’est qu’il peut incarner le chef, le leader, ce que vous appelez  sa "capacité à transgresser", c’est-à-dire à exercer un charisme de situation. C’est en fait surtout le côté bonapartiste ou gaulliste de la droite qui peut se reconnaître en lui. Par contre, dès qu’on s’éloigne de ce cœur-là de la droite, le jugement sur la personne de Nicolas Sarkozy se trouve bien plus mitigé. Une partie de la droite libérale lui reprochera toujours de ne pas avoir fait les réformes libérales en temps et heure, ces mêmes réformes que réclament Bruxelles et Berlin aujourd’hui. Une partie de la droite centriste ne va pas apprécier ses "transgressions" en matière d’immigration et de minorités. Inversement, j’ai quelque doute que l’électorat "frontiste" se laisse de nouveau illusionner sur ce point. Quant à l’électorat de gauche, il n’est sans doute pas près d’être séduit par le personnage : sa "capacité de transgression" y sera lue plutôt comme son irrespect fondamental des règles de vivre-ensemble républicaines, et toutes les "affaires" qui entourent l’ancien Président ne feront que renforcer leurs solides préjugés contre le personnage. Il n’y a qu’à voir la une du magazine Marianne de cette semaine. Il n’y a qu’à prendre en compte les remarques de François Hollande lors de sa conférence de presse : rien de mieux qu’un Nicolas Sarkozy pour convaincre un électeur de gauche sans doute fort dépité par ce quinquennat d’aller voter quand même François Hollande en 2017.

A l’heure où Nicolas Sarkozy revient en politique en voulant dépasser le clivage droite-gauche, sortir du clivage peut-il vraiment être pertinent du point de vue politique ? Qu’est-ce que l’ancien chef d’Etat a à gagner et à perdre en voulant changer son image ?

Yves-Marie Cann : Nicolas Sarkozy cherche à dépasser les clivages qu’il suscite lui-même auprès de la population française. Tout l’enjeu est de dépasser le clivage qu’il a lui-même sans doute renforcé à la fin de son mandat et la campagne menée en 2012. Il doit trouver un positionnement plus équilibré que le sien par le passé pour reconquérir l’électorat de centre-droit qui lui avait fait défaut lors de la dernière présidentielle et qui reste très en retrait de Nicolas Sarkozy. Auprès des sympathisants l’UDI, il récolte seulement 27 % d’image positive, et moins de 16 % auprès du MoDem. Nicolas Sarkozy a pourtant besoin de s’attirer du soutien d’une proportion plus importante d’électeurs centristes pour qu’ils n’aillent pas rejoindre une personnalité de gauche au positionnement modéré.

Christophe Bouillaud : Le dépassement du clivage droite-gauche est devenu un poncif des discours politiques depuis quelques décennies. Déjà le Général de Gaulle prétendait dépasser ce clivage. François Mitterrand en 1988 s’adressa à "tous les Français". François Bayrou en a fait son thème de campagne favori lors de ses deux dernières candidatures aux présidentielles. Actuellement, Marine Le Pen ne cesse de clamer qu’elle n’est ni de droite ni de gauche, mais simplement une patriote visant à rassembler tous les patriotes. Pour quelqu’un qui envisage de gagner une élection présidentielle, c’est un discours presque obligatoire que de se présenter comme étant au-delà de la droite et de la gauche, pour espérer gagner quelques voix au centre et parmi les moins politisés de nos concitoyens, mais c’est un discours particulièrement fallacieux et en fait fort bien décodé par les électeurs eux-mêmes. Comme l’a montré la dernière présidentielle, l’électorat reste structuré sur des oppositions gauche-droite. Nicolas Sarkozy avait fini sa campagne de 2012 en se positionnant au second tour assez à droite tout de même, il lui faut pour l’instant se recentrer pour effacer cette impression et regagner des électeurs au centre-droit, mais quoiqu’il dise ou fasse, il aura beaucoup de mal à effacer le passé. Avec Internet, tout ce que vous avez dit en public peut être ressorti facilement. Dans le cas de Nicolas Sarkozy, il sera confronté à son propre "mythe" au sens de Roland Barthes. Quoiqu’il dise ou fasse, il va être renvoyé à ce qu’il a déjà été – en bien pour ses partisans, en mal pour ses adversaires.

Alors que notre système politique est à bout de souffle, les électeurs ont-ils vraiment besoin de "normalité" et de personnalités politiques qui proposent une politique similaire notamment en matière économique, comme François Hollande et Alain Juppé ?

Yves-Marie Cann : La personnalité et le programme politique sont deux choses différentes mais le programme renvoie aussi à la personnalité. On voit aujourd’hui que la société française aspire à un exercice du pouvoir plus apaisé qu’il ne l‘a été sous Nicolas Sarkozy.C’était valable en 2012 je pense que ça l’est toujours mais le vote et l’appréciation portée une personnalité politique ne se résument pas aux candidats en présence mais aussi aux promesses et à la ligne politique. Aujourd’hui ce qui fait défaut à François Hollande et Nicolas Sarkozy c’est aussi le bilan… Ce bilan est  jugé positivement par beaucoup de sympathisants de droite. Il y a sans doute toutefois une relecture critique à faire par Nicolas Sarkozy pour identifier les leçons tirées du passé et voir quelles en sont les conséquences tirées en termes de promesses. Cela concerne le mode d’exercice du pouvoir, la ligne et le programme économique dans un contexte difficile et où les Français sont en attente de résultats.

Christophe Bouillaud : La réponse à une telle question dépend bien sûr de l’opinion que l’on se fait de l’avenir désirable du pays, mais aussi des options en matière de valeurs démocratiques que l’on défend. Si l’on pense qu’avoir le choix – comme vient de le montrer par exemple le référendum écossais – constitue une valeur fondamentale de la démocratie, le fait que des politiciens de bords opposés en principe proposent des options très similaires en matière de politique économique et sociale n’est sans doute pas souhaitable. Par ailleurs, si sur un sujet donné, les citoyens n’ont en réalité aucune latitude de choix du fait des engagements européens ou internationaux du pays, il me semble important de ne plus leur faire croire qu’ils auraient le choix, il est alors même inutile de perdre son temps à discuter de ces sujets à l’échelle nationale : si les choix économiques ne dépendent plus de la France, le minimum serait en effet de prévenir clairement les citoyens de la situation. Après tout, un maire pour se faire élire ne dit pas qu’il va rétablir la peine de mort dans sa commune pour lutter contre la délinquance, ce n’est d’évidence pas de son ressort, et les électeurs le savent. Par ailleurs, du point de vue de la stabilité d’un système politique, il est toujours mieux de pouvoir changer, si nécessaire, des options erronées que de persister dans l’erreur jusqu’à être emporté par quelque catastrophe, d’avoir en quelque sorte une élite de réserve avec d’autres options disponibles. C’est en quelque sorte comme pour une armée en échec, il vaut mieux avoir quelques chefs en disgrâce à disposition pour tenter de sauver la situation en les rappelant au moment opportun.

Si Nicolas Sarkozy n’est plus capable de cliver, existe-t-il un risque que le candidat à la présidence de l’UMP soit exclu du second tour de la présidentielle en 2017, comme l’a évoqué Jean-Marie Le Pen vendredi ?

Yves-Marie Cann : Il faut poser un préalable : un Nicolas Sarkozy qui cliverait moins ne peut se le permettre qu’à condition d’avoir autour de lui l’ensemble de la famille politique réunie et unie autour de sa personne. Le fait de lisser son positionnement et d’avoir une ligne politique plus équilibrée ne peut venir qu’au préalable d’avoir rassemblé sa famille. Dans ce cas, ça lui fera déjà un socle particulièrement fort. Nicolas Sarkozy est dans la logique qu’une compétition électorale se gagne par la capacité à fédérer au-delà de ses soutiens traditionnels. C’est une contrainte de capter des voix au-delà. Je pense que dans le contexte actuel et s’il était amené à perdurer, le risque que le candidat de l’UMP soit éliminé au premier tour me semble extrêmement faible… Le risque concerne plutôt le candidat de gauche. 

Christophe Bouillaud : Si Nicolas Sarkozy revient en politique, je doute qu’il ne soit pas capable de "cliver" ! Le vrai risque pour lui est au contraire de trop diviser son camp : si l’on prend les résultats des élections municipales et européennes de 2014 comme indicateurs des rapports de force partisans dans le pays, la droite alliée au centre arrive sans problème en tête, devant un FN isolé et une gauche plus ou moins rassemblée. Tout le défi de Nicolas Sarkozy est de réussir à se rallier tout cet espace de la droite et du centre. Il n’est pas sûr que ses rivaux de l’actuelle UMP le laissent faire. La bataille pour la présidence de l’UMP sera sans doute intéressante à observer. Quelles garanties Nicolas Sarkozy va-t-il donner – ou non – à ses rivaux (François Fillon, Alain Juppé, Xavier Bertrand, etc.) que son élection à la présidence de l’UMP ne signifie pas la fin de leurs espérances de pouvoir participer à une primaire ouverte de la droite sur le modèle de celle organisée par le PS en 2011 ? Quelles garanties donnera-t-il que son retour ne signifie pas la "sarkoisation" de l’UMP ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
odelaf
- 21/09/2014 - 15:24
Le moins mauvais
Bien sur que l'homme n'est pas parfait , mais en existe t il ?
Ceux qui ont peur d'une augmentation de la charge de travail ont raison , les Français pendent à tord pouvoir garder leurs acquis sociaux en l'état.
Mieux vaut un hyper actif qu'un " mou du genou " qui va encore déclarer qu'il ne faut stigmatiser personne, ne pas opposer les gens etc......et
NE RIEN FAIRE !
Les autres candidats UMP n'arrivent pas à sa cheville ni à celle de MLP
Ganesha
- 21/09/2014 - 00:53
Vangog
Je viens d'écrire, dans un autre article : lors du récent ''des Paroles et des Actes'', face à la dame syndicaliste de Doux, qui était tout sauf partisane du FN, Marine Le Pen était clairement la seule à comprendre et être au courant des problèmes réels de cette entreprise, de cette filière, et de la concurrence déloyale des abattoirs allemands, qui emploient des roumains payés 4 euros de l'heure et logés comme du bétail en batterie, dans des containers ! Il suffit de prendre le temps de simplement regarder Marine Le Pen à la télé pour se rendre compte qu'elle est un ''véritable être humain'', en opposition à ce ''dictateur hystérique'' qu'était Margaret Thatcher !
vangog
- 21/09/2014 - 00:23
@Ganesha Maggie Thatcher a réussi à redresser la GB ruinée
par les deux gouvernements gauchistes de Wilson et de Calaghan: ça n'était pas une mince affaire et seule une femme exceptionnelle et puissante comme l'était Maggie a pu accomplir ce prodige! C'est exactement ce que nous attendons de Marine Le Pen, après trente années de gauchisme qui ont ruiné -et continuent de ruiner- la France! ...en espérant que le cancer gauchiste ne nécessitera pas d'amputation...