En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
François Hollande lors de sa conférence de presse du 18 septembre à Paris.
La politique de l'autruche

François Hollande invente son ni-ni à lui et acte que la fin de son quinquennat ne pourra plus se faire qu’en roue libre

Publié le 19 septembre 2014
"Ni Privatisations, Ni nationalisations". La formule nous ramène en 1988, lorsque François Mitterrand évoquait ainsi négativement sa nouvelle ligne économique, à l’aube de son second septennat. Un Ni-Ni qui marquait alors, déjà, un non choix entre socialisme et libéralisme. Si François Hollande se revendique de François Mitterrand, c’est dans cette formule bien connue que la ressemblance éclate le plus naturellement. Et le président semble même s’en revendiquer, comme le démontre son discours de ce 18 septembre.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Ni Privatisations, Ni nationalisations". La formule nous ramène en 1988, lorsque François Mitterrand évoquait ainsi négativement sa nouvelle ligne économique, à l’aube de son second septennat. Un Ni-Ni qui marquait alors, déjà, un non choix entre socialisme et libéralisme. Si François Hollande se revendique de François Mitterrand, c’est dans cette formule bien connue que la ressemblance éclate le plus naturellement. Et le président semble même s’en revendiquer, comme le démontre son discours de ce 18 septembre.

Ainsi, confronté à la difficulté technique de définir positivement sa politique économique, François Hollande se voit contraint de la définir par la négative, en évoquant successivement les alternatives possibles, sur le ton de l’ironie :


"Je veux aussi insister sur les alternatives. Il y en a toujours, il n’y a jamais qu’une politique, c’est faux ! J’en vois d’autres qui peuvent nous faire concurrence."


La première salve est destinée à Marine Le Pen ;
"La première, c’est sortir de la zone Euro, fermer les frontières, chasser tout ce qui est étranger. C’est un choix, il est proposé, ce n'est pas le nôtre. Quand je dis "le nôtre", celui de la France, celui de ses valeurs, celui de l'Europe…"


Puis, c’est au tour du supposé programme de l’UMP d’être passé au crible de l’ "analyse" présidentielle ;
"Deuxième proposition alternative, casser le modèle social. J'entends 100 milliards, 150 milliards d'économies, de baisses de dépenses… On ne nous dit pas lesquelles mais on peut supposer : la fin des 35 heures – cela a été proposé – la retraite à 65 ans, le droit du travail abandonné, le CDI supprimé… Qu’est-ce que cela voudrait dire, même s'il me paraît peu probable que cette politique puisse être un moment mise en œuvre ? Mais cela signifierait des inégalités accrues, de la précarité, du chômage, une croissance étouffée."
Dès lors, la ligne "souverainiste" est écartée, la ligne "libérale" l’est tout autant. Les propositions mises en avant par le Medef ces derniers jours sont une aubaine. Les bornes de "droite" doivent servir à délimiter le cadre de ce qu’est la politique de François Hollande.

Il conclut alors en désignant très clairement les « frondeurs » pour parvenir à placer la borne de gauche :
"Il y a une autre politique aussi – il y a toujours d’autres politiques, je ne vais pas ici en faire la promotion – de dire : "mais finalement, il faudrait fuir dans les déficits, dans la dette". Mais pour combien de temps ? Cela a été tenté. Je rappelle qu’en 2009, il y avait 7% de déficit par rapport à la richesse nationale. Est-ce qu'on se portait mieux ? C’était la crise et la récession. Alors on peut finir dans les dettes, être rattrapé par les contraintes financières… Très peu pour moi !"
Ni "souverainiste", Ni "libéral", Ni "keynésien". Ce qui a manifestement changé depuis le Ni Ni Mitterrandien, c’est l’apparition de ce troisième adversaire; ici Marine Le Pen. Mais ce que traduit François Hollande est que sa politique ne se définit pas. D’un côté, le Président accepte de laisser « filer » les déficits en indiquant clairement qu’il ne s’agit plus d’une priorité. De l’autre, il insiste une nouvelle fois sur l’application de sa promesse de réaliser 50 milliards d’économie d’ici à 2017. Pour finir, c’est un pacte de responsabilité, sans croissance, qui apparaît.


En définissant les alternatives de cette manière, en prenant soin de caricaturer chacune d’elle, le Président fait passer un message; il ne se passera plus rien. Puisqu’aller plus loin dans un sens ou dans l’autre reviendrait à privilégier une ligne directrice dominante, il n’en est donc pas question. Quoi qu’il en soit, l’érosion progressive de sa majorité l’empêcherait de se déplacer dans un sens ou dans l’autre.


Les dés sont désormais jetés pour le quinquennat tout entier. Un "paquet" de mesures souvent contradictoires et toujours incohérentes sont désormais en place. Un peu de tout. Le but est atteint car l’ensemble est illisible. Il ne reste plus qu’à attendre quelques hypothétiques résultats. Les limites sont claires et sont déjà définies. Le quinquennat accouche sans surprise d’une sorte de sacralisation de la synthèse Hollandaise, ornée d’une référence Mitterrandienne.
Le Ni-Ni-Ni de François Hollande est également une sorte d’espérance. Il se résume à attendre d’éventuelles améliorations extérieures. Un plan de relance européen de 300 milliards d’euros mis en avant par la nouvelle commission européenne présidée par Jean Claude Juncker. Un plan de soutien monétaire mis en place par Mario Draghi le 2 octobre prochain. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 20/09/2014 - 08:29
C'est pas facile, c'est pas facile ....
D'être président quand on est un con !
jmpbea
- 19/09/2014 - 21:47
Le benêt attendait son carosse(la croissance)....
il voit arriver une citrouille...la déflation... Côté Prince charmant on est pas bien servis....
Hugues001001
- 19/09/2014 - 18:43
Formidable
Ce qu'il y a de pénible avec les socialistes, c'est l'incroyable assurance avec laquelle ils s'enferment dans le déni. Affirmer que la pseudo ligne défendue par l'UMP, c'est-à-dire la fin des 35h, la simplification du code du travail, et la retraite à 65 ans créerait plus de "précarité, de chômage, d'inégalités", alors que nombre de pays ne sont pas aux 35h, ont adopté la retraite à 65, voire à 67 ans, et ont un code du travail bien plus simple - genre la Suisse - et sont là pour témoigner du fait qu'ils se portent bien mieux que la France, enfermée dans son idéologie gauchiste, dirigiste, et étatiste rétrograde et où règne un chômage record et où l'appauvrissement s'étend, c'est quand même un comble. En d'autres termes, Hollande vient encore de prendre les Français pour des cons. Mais c'est typique: nos solutions sont les meilleures, et si les résultats ne sont pas au rendez-vous, c'est donc qu'on ne fait pas assez de socialisme. CQFD.
Sinon, au fait, quel était le but de cette conférence ? Lui qui disait "Moi Président, je ne recevrai pas les journalistes à l'Élysée", en est quasiment désormais à une conférence de presse tous les 3 mois...