En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 4 heures 29 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 5 heures 12 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 7 heures 41 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 8 heures 24 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 10 heures 32 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 10 heures 55 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 11 heures 30 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 11 heures 47 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 4 heures 54 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 6 heures 23 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 7 heures 56 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 8 heures 53 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 9 heures 51 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 11 heures 49 sec
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 11 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 11 heures 40 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 11 heures 51 min
© Reuters
Les classes moyennes ont besoin d'air.
© Reuters
Les classes moyennes ont besoin d'air.
Bouffée salutaire

Tous ces moyens (autres que les fausses baisses d'impôts) que Manuel Valls aurait pour redonner de l'air aux classes moyennes

Publié le 18 septembre 2014
La disparition de la première tranche de l'impôt sur le revenu risque de ne guère profiter aux classes moyennes. D'autres mesures ciblant les vraies dépenses de ces ménages auraient un impact bien plus pertinent.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La disparition de la première tranche de l'impôt sur le revenu risque de ne guère profiter aux classes moyennes. D'autres mesures ciblant les vraies dépenses de ces ménages auraient un impact bien plus pertinent.

Atlantico : Le Premier ministre a déclaré que la possible suppression de la première tranche d'imposition a pour but de redonner du pouvoir d'achat à la classe moyenne. Est-ce crédible de penser cela ? Les classes moyennes ne vont-elles pas au contraire payer le prix d'une moindre rentrée fiscale chez les futurs exonérés ?

Philppe Crevel : Bien sûr si la tranche est retirée cela va redonner du pouvoir d'achat à certains contribuables. Mais le seuil qui serait concerné touche en fait la partie inférieure de la classe moyenne. Cela va donc accentuer la fracture entre la classe moyenne et la classe moyenne inférieure en créant une marche très importante entre les deux mondes. En termes de pédagogie ce n'est pas très bon. Il aurait mieux valu baisser de deux ou trois points toutes les tranches en partant du principe qu'il vaut mieux un impôt sur le revenu avec des taux bas et une assiette large, que ce vers quoi on se dirige, c’est-à-dire le monde de ceux qui vont payer beaucoup d'impôts sur le revenu et les personnes exonérées.

Dans le domaine fiscal, quelles pourraient être les mesures simples pour réellement redonner du pouvoir d'achat aux classes moyennes ?

Le plafonnement du quotient familial a été très impopulaire car il a touché directement les familles des classes moyennes. On pourrait cependant simplifier ce système en imaginant un système de déduction par enfant relativement neutre par rapport au niveau d'imposition. Mais plus généralement, la meilleure politique est, dans le cadre de l'impôt sur le revenu, d'imposer l'ensemble des revenus mais que les taux soient plus faibles et peu d'écart entre les tranches (par exemple une succession 5% / 15% / 25% / 30%), ainsi le duo CSG + impôt sur le revenu serait en dessous de 50%. Mais pour cela, il faut une assiette large et donc supprimé un certain nombre de niches fiscales. Actuellement, on voit que l'idée est d'atténuer la dureté des mesures fiscales en sortant les Français qui sont encore dans la première tranche. Mais si on veut aider les classes moyennes, il faut faire l'inverse : des taux faibles et des assiettes larges.

Nous pourrions aussi envisager d'améliorer le dispositif fiscal en termes de logement pour réduire le coût d'acquisition d'une résidence principale. Auparavant, il y'avait la possibilité de réduire de ses impôts les intérêts des emprunts, mais cela a été supprimé.

Les classes moyennes se plaignent souvent de n'avoir accès à aucun dispositif de prestations sociales alors qu'elles ne font par définition pas partie des classes aisées. Quelles pourraient être les prestations auxquelles elles n'ont pas accès et qui pourraient leur redonner justement un pouvoir d'achat sans remettre en cause la logique générale de la redistribution à la française ?

Les dépenses des classes moyennes sur le logement sont importantes et elles bénéficient rarement des APL ou des HLM. Il faudrait donc soit favoriser l'accès aux APL, soit créer un dispositif réduisant le coût d'achat d'un logement. Je rappelle que ce poste de dépenses représente 25% à 30% du budget des classes moyennes…

Justement, les couches aisées ont accès rapidement à la propriété, et les couches populaires au logement social, les classes moyennes prennent de plein fouet la hausse de l'immobilier dans les zones en tension. Quelles mesures simples et réalisables pourraient rapidement inverser la donne en leur faveur ?

Plus on fait, moins cela marche depuis trente ans. En France, il y a d'abord un vrai problème de foncier. Tant qu'on ne passera pas outre la question du nombre d'étages et la hauteur des immeubles dans les grandes villes, il sera difficile d'avoir des résultats. De plus, on a un dispositif règlementaire, pour protéger l'environnement par exemple ou la politique d'énergie, qui génère une source de coûts très importante. Entre le dépôt d'un permis de construire et les multiple recours,  il faut presque dix ans à Paris pour ériger un immeuble. In fine, la pénurie de logement fait monter les prix en locatif non aidé. Les classes moyennes sont donc littéralement coincées.

Considérant les spécificités des dépenses des classes moyennes, quels pourraient être les autres domaines où des gains en termes de pouvoir d'achats seraient aisément accessibles avec des mesures politiques simples ?

Les classes moyennes ont souffert de l'exonération des heures supplémentaires. Ils ont été les premiers pénalisés, donc revenir sur cette décision serait une bonne chose pour eux. On pourrait envisager aussi des crédits d'impôts pour les enfants à défaut de rétablir le quotient familial. L'autre gros poste de dépenses pour les classes moyennes c'est l'enseignement supérieur pour les enfants. Les étudiants peuvent bénéficier d'aides et d'APL, mais il pourrait y avoir une réflexion pour envisager, par exemple, une déduction des intérêts pour les familles qui prennent en charge les prêts de leurs enfants étudiants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tiopere 1
- 18/09/2014 - 14:46
mesures désespérées irresponsables
face aux échecs de la majorité qui conduisent inéxorablement le pays a la faillite , le gouvernement prend des mesures désespérées purement démagogiques pour essayer de retrouver un peu de crédibilité auprès des couches les ples défavorisées de la population , mais les remèdes sont pires que les maux et ne ralentissent en rien la chute inéxorable . Une décision simple et qui aurait pu avoir un impact psychologique sur le pays aurait consisté a réduire les salaires des députés de 30 % , de supprimer le sénat et le conseil économique et social , de continuer le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux , de supprimer les régimes sociaux et enfin de casser toutes les normes qui sont un abstacle a l'activité . Hélas , nous avons en France des dirigeants trop attachés a leurs privilèges et cela s'était déja terminé par une révolution sanglante , il y a deux cents ans .
chrisbord
- 18/09/2014 - 12:55
Bien sur
Demain"on" rase gratis ! Mais comment pouvez-vous encore croire UNE seule parole de ces bonimenteurs !
Le plus sur moyen est de se débarrasser rapidement de ce gouvernement de bons a rien, lesquels s'en mettent PLEIN les poches au préjudice des contribuables qui n'en peuvent plus !
breiz
- 18/09/2014 - 10:29
Faut il etre assez naif pour les croire ....
Apres a grand renfort d'annonce , tous le monde se devait de payer plus ... Donc l'etat elargit le nombre de poches a puiser ... il n'y a plus de sous commeils disaient ... Et bien aujourhui ilsannoncent qu'ils vont reduire le nombre de tranche imposable... L'etat est toujours dans le rouge jusqu'au cou , il emprunte toujours a vitesse grand V mais ila decide de faire un coup mediatique pour remonter sa cote de popularite au pres des " 1er tranchards" ceux a qui ils firent les poches seront demain rembourse non pas parce qu'il y surplus de sous en caisse mais dans l'espoir qu'il y aura encore quelqu'un demain qui pourra dire un tout petit peu de bien de ce gouvernement ... Faut pas se leurrer si vous penser que l'etat n'ira pas ailleurs recuperer ce qu'il vous rend c'est que vous etes bien idiots car ...la caratto pendue devant lenez du contribuable est devenue moyen de se faire bien voir ...