En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
En 2014 comme en 1914, les soldats sont nombreux à souffrir de stress post-traumatique.
Corps et chair
Les Invictus games 2014 pour les invalides de guerre, l’événement qui pourrait nous faire oublier que les pires blessures ne sont pas forcément celles que l’on voit
Publié le 14 septembre 2014
Les Invictus Games, une compétition sportive organisée par le prince Harry qui oppose des centaines de soldats blessés venant du monde entier, se terminent aujourd'hui à Londres.
François Lebigot est psychiatre des armées et professeur agrégé à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce.Membre de l'association Otages du monde, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le traumatisme psychique (Fabert, 2011).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lebigot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lebigot est psychiatre des armées et professeur agrégé à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce.Membre de l'association Otages du monde, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le traumatisme psychique (Fabert, 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Invictus Games, une compétition sportive organisée par le prince Harry qui oppose des centaines de soldats blessés venant du monde entier, se terminent aujourd'hui à Londres.

Atlantico : Chaque jour, en Irak et en Syrie notamment, des hommes sont abattus. Derrière l'arme, d'autres hommes. Quelles sont les souffrances psychologiques dont sont victimes les soldats de retour du front ? Quelles séquelles cela peut-il laisser et concrètement comment se manifestent-t-elles ? 

François Lebigot : Comme on peut l’imaginer, ces soldats reviennent pour la plupart dans un état d’angoisse aigue importante qui va mettre du temps à se dissoudre.

Un certain nombre d’entre eux souffrent de ce que l’on appelle le syndrome de stress post-traumatique (SPT), une anxiété chronique qui peut mettre plusieurs jours, mois, voire année à se défaire. Certains l’endurent même toute leur vie. Ce syndrome se caractérise par une reviviscence, c’est-à-dire qu’il va revivre à plusieurs reprises – pour certains tous les jours – le ou les évènements en question, que ce soit la nuit au cours de cauchemars, ou en état de veille, la journée. Comme happés dans une bulle, ils vont ressentir les mêmes odeurs, réentendre les mêmes bruits, se parler tout seul, etc. Est associé à cela le sentiment d’y être et d’être dangereux pour lui comme pour les autres.

Le soldat pourra également subir d’autres symptômes non-spécifiques au SPT mais qui peuvent lui être associés, comme des états de panique, d’angoisse, de dépression, des troubles du comportement (agressivité, repli sur soi), des tendances suicidaires, toxicomanes ou alcooliques, et enfin des maladies psychosomatiques (diabète, ulcère, hypertension).

Au fond, il y a souvent un sentiment de culpabilité, de honte et d’abandon. La plupart sont envahis par l’horreur et se sentent délaissés par le monde des hommes. Ils remettent en cause leurs actions, voire leur propre existence. Ils se sentent souillés par les crimes qu’ils ont commis, par le sang, la violence et l’horreur.

Ces symptômes surviennent-ils directement après avoir été en contact avec la mort ou peuvent-il se déclarer plus tard ?

Cela dépend du soldat. Certains sont littéralement choqués directement après, d’autres auront un temps de latence avant que les premiers symptômes ne se déclarent. Généralement, c’est une fois chez eux, lorsque le retour à la réalité est d’autant plus frappant et la rupture plus violente que le SPT fait son apparition, un peu comme un lourd secret qu’ils auraient refoulé le temps de leur mission, puis qui réapparaitrait une fois revenu dans un lieu dans lequel ils ont auparavant vécu alors qu’ils se sentaient encore innocents. D’autres encore l’expérimenteront des années de refoulement plus tard. 

Ce type de traumatismes affecte-t-il tous les combattants ? Certains sont prêts à mourir en martyr comme les djihadistes, ne peuvent-ils pas se sentir galvaniser à l'idée d'avoir éliminer un ennemi ?

Pas forcément. Environ 15 % des soldats qui reviennent du front souffrent du syndrome de stress post-traumatique, tandis que les autres vont généralement relativement bien. Même si certains se disent prêts à mourir en martyr et peuvent même se sentir galvanisés à l’idée d’éliminer un ennemi, cela ne veut pas dire pour autant qu’ils ne souffriront pas du SPT. 

Les conflits, les combats ont beaucoup changé. Certains soldats pilotent des drones à distance et ne sont jamais au contact des humains qu'ils touchent. Dans quelle mesure l'évolution des conflits a-t-elle eu un impact sur le type de séquelles ? Les soldats d'aujourd'hui souffrent-ils des mêmes maux que leurs prédécesseurs de 14-18 ou de 39-45 par exemple ?  

Bien entendu, les soldats qui combattent à distance sont protégés les balles comme par les traumatismes psychologiques – dans une certaine mesure. Mais pour tout ce qui est combat rapproché ou semi-rapproché, en tout temps, les troubles restent les mêmes, à savoir ce fameux SPT. 

Au sortir de la guerre 1914-1918, les combats se faisaient beaucoup au sol et les conditions étaient particulièrement difficiles. Si les bombardements et les combats ont été intenses, il y a de fortes chances pour qu’ils aient eux aussi souffert du même mal.

Comment ces soldats sont-ils pris en charge une fois rentrés ? Quels autres moyens existent-ils pour se remettre d'une guerre et d'avoir tué ?

Ces soldats sont pris en charge éventuellement via des débriefings avec un psychologue ou un psychiatre militaire ou civil. Grâce au dialogue, le soldat va devoir évacuer ses angoisses et les définir pour mieux les comprendre et mieux les maitriser. Il faut également assurer un suivi dans le temps. 

D’autres moyens existent en effet. Certains écrivent par exemple, peignent ou se focalisent sur une activité qui leur permettra de s’exprimer d’une manière ou d’une autre. Mais ce type de pratiques ne suffisent pas à elles-seules. Il est important de parler, surtout avec quelqu’un de compétent qui saura identifier les symptômes et apporter l’expertise nécessaire à une éventuelle guérison.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires