En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

07.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

01.

La France a peur : il neige…

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 44 min 26 sec
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 heures 37 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 heures 34 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 heures 6 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 heures 42 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 6 heures 31 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 6 heures 40 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 7 heures 2 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 heures 24 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 heures 12 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 heures 49 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 heures 27 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 5 heures 5 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 7 heures 59 sec
décryptage > Politique
Stratégie du gouvernement

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

il y a 7 heures 17 min
© Reuters
57% des personnes se disant de gauche pensent que les idées de gauche peuvent aujourd’hui s’appliquer surtout sur les réformes de société.
© Reuters
57% des personnes se disant de gauche pensent que les idées de gauche peuvent aujourd’hui s’appliquer surtout sur les réformes de société.
Cogito ergo sum de gauche

Les intéressantes leçons de ce que pensent les militants de gauche sur ce que c’est qu’être de gauche

Publié le 14 septembre 2014
L’Ifop a réalisé une enquête exclusive pour l’Humanité : "être de gauche aujourd’hui" auprès de personnes se positionnant à gauche sur un axe gauche-droite. Les résultats sont riches d'enseignements sur la façon dont les sympathisants perçoivent la capacité de la gauche à mener une politique économiques différente de la droite.
Frédéric Dabi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dabi est directeur général adjoint de l'Ifop et directeur du pôle Opinion et Stratégies d’entreprise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Ifop a réalisé une enquête exclusive pour l’Humanité : "être de gauche aujourd’hui" auprès de personnes se positionnant à gauche sur un axe gauche-droite. Les résultats sont riches d'enseignements sur la façon dont les sympathisants perçoivent la capacité de la gauche à mener une politique économiques différente de la droite.

Atlantico : D'après le sondage Ifop pour L'Humanité (voir ici), 57% des personnes se disant de gauche pensent que les idées de gauche peuvent aujourd’hui s’appliquer surtout sur les réformes de société, et plus vraiment au travers du prisme de l'économie. Etre de gauche en France en 2014, cela n'aurait plus rien à voir avec la doctrine économique ?

Frédéric Dabi : Je ne le dirais pas de manière aussi directe, mais il est vrai que c'est un des signes de la perte de repères relative au peuple de gauche qui est intimement liée à l'exercice du pouvoir par un parti de gauche, en l'occurrence le Parti socialiste. On voit bien que contrairement à ce que l'on a pu dire sur l'affadissement du clivage gauche-droite à force d'alternances, pour les Français qui se disent de gauche, la gauche et la droite existent objectivement en termes de différences. Au-delà du déclaratif, lorsqu'on leur demande de réagir à certains mots, on observe de vraies différences entre prisme de gauche et prisme de droite : sur les migrations, le vote des étrangers au niveau local, le mariage homosexuel, la bonne volonté des chômeurspour retrouver un emploi, etc.

Ceci dit, comme vous le faites remarquer, il existe sans doute un peuple de gauche qui est blessé par l'exercice du pouvoir, par l'impopularité historique de François Hollande, par la cassure inédite avec la base. Si 57 % des sondés se disent fiers d'être de gauche, et si le même pourcentage laissent entendre que pour eux les idées de gauche marchent moins pour l'économie que pour les questions sociétales, c'est à cause de la confrontation d'un pouvoir de gauche au réel, et le sentiment à 58 % que la politique de François Hollande est très semblable à celle de Nicolas Sarkozy.

Pourtant, seulement 26% des personnes de gauche estiment que la politique conduite par François Hollande et Manuel Valls constitue une politique de gauche. Faut-il y voir une contradiction avec les 57 % qui considèrent que la gauche ne se définit plus vraiment au travers des questions économiques ?

Dans l'enquête il est demandé aux sondés si oui ou non ils considèrent que "les idées de gauche peuvent aujourd’hui s’appliquer surtout sur les réformes de société, plus vraiment sur les questions économiques". Il est vrai qu'il est frappant de constater que 74 % des personnes sondées estiment que la politique menée par François Hollande et Manuel Valls n'est pas de gauche, et même au sein du PS pris à part, cette tendance est très forte. Pour 71 % de ces gens de gauche interrogés, une politique de gauche répondant à leurs attentes est possible. Ils ne sont donc pas résignés à agir uniquement sur les questions sociétales.

Selon que l'on est sympathisant du Front de Gauche, des Verts ou du Parti socialiste, que signifie "être de gauche" ? A quel point l'échelle des valeurs varie-t-elle selon les appartenances ?

C'est l'une des grandes surprises de ce sondage. On a tendance à mettre dans le même sac le PS et les écologistes, en dépit des tensions qui les opposent en ce moment, et de mettre à part  le Front de gauche, qui est dans la critique virulente du pouvoir. Eh bien étonnamment, sur le plan des valeurs on observe une très grande proximité de points de vue entre sympathisants PS et sympathisants Front de gauche, et au contraire des points de vue moins affermis en termes de fierté et de différenciation gauche-droite chez EELV. Le clivage est donc renversé entre ce que l'on voit dans le champ politique et le point de vue des sympathisants.

Un ouvrier et un CSP+ se disant tous deux sympathisants de gauche partageront-ils la même conception ? Quelle est l'influence de la classe sociale sur le sens donné au fait d'être de gauche ?

Le fait de se dire "fier d'être gauche" est beaucoup moins fort chez les CSP- que chez les CSP+. Ces derniers affirment bien plus nettement, à raison de 67 %, que des différences existent entre la gauche et la droite, contre 56 % chez les ouvriers. Il est frappant de constater que c'est auprès des catégories populaires, qui ont déserté la gauche au plan électoral, que l'on observe les jugements les plus sévères sur la capacité à appliquer des idées de gauche, et le très fort sentiment que François Hollande a "trahi" sa base en ne menant pas une politique de gauche (Seuls 18% des ouvriers considèrent que cette politique est de gauche).

Relève-t-on aussi des différences entre les sexes ? En moyenne, femmes et hommes donnent-ils le même sens au fait d'être de gauche ?

La fierté d'être de gauche est plus ferme chez les hommes que chez les femmes : 66% contre 50 %, soit 16 points d'écart. De même, les hommes sont plus enclins que les femmes (7 points de différence) à considérer que des différences entre la gauche et la droite continuent d'exister. En revanche, sur le jugement que les deux sexes portent sur la nature de la politique menée par le gouvernement, on n'observe pas la moindre différence.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
janckroirien
- 15/09/2014 - 00:13
J'aime bien votre dernière phrase
la nouvelle génération sacrifiée après décérébration sociétale par les enseignants Khmers roses français. Bien vu et entièrement d'accord avec vous.
vangog
- 14/09/2014 - 16:51
C'est parcequ'elle a tout faux en économie,
que la gauche se lance dans le societal?...Mais elle s'apercevra vite qu'elle a tout faux en "societal" pour les mêmes raisons qu'elle avait tout faux en "économie"...parcequ'elle confond les objectifs avec les moyens pour y parvenir! Elle croit vouloir faire le bonheur des hommes en imposant la dictature des idéaux, l'Amour imposé, l'égalitarisme...et en abolissant toute notion de sexe, de mérite, de Liberté individuelle et de progrès économique...mais le bonheur des hommes n'a que faire des gesticulations et des parti-pris idéologiques de la gauche. Il existe sans que la gauche ni personne ne l'y force. Cette ambition Prometheeenne de présider aux destinées de l'être humain est une illusion dangereuse...que ce soit en matière économique ou en matière societale. On le voit, aujourd'hui par l'exemple des jeunes qui sortent de la "re-éducation societale" française: asexués, sans repères, déconnectés des réalités économiques, additifs comme des junkies aux réseaux sociaux, ils constituent une nouvelle "génération sacrifiée" qui devra reconstruire ses repères et ses idéaux après la décérébration societale que lui ont fait subir les enseignants Khmers roses français...
Deudeuche
- 14/09/2014 - 15:14
parti sociétal
La gauche qui gagne c'est le sociétal, ça ça marche vraiment bien, cap à fond sur la PMA, GPA, l'Euthanasie, puis travailler quelques années sur le Trouple (marriage à 3), puis pourquoi que 3?, majorité sexuelle à 14 ans (un vieux fantasme post 68), puis quoi d'autre??? Non je ne parlerai pas de nos amis les bêtes, cela serait polémique??
De toute façon c'est incontournable le progrès sociétal, comme le prouve les 40 dernières années le succès du divorce de masse auprès des enfants et des mères célibataires tellement enrichies, si si ils adorent....et les 220000 IVG en France (toutes des femmes violées, il n'existe pas d'avortement de confort) qui ont recours à l'avortement, pardon l'IVG c'est plus clinique, ce triomphe de l'engagement conjugal à long terme??? qu'est le PACS et cette consécration de la complémentarité homme- femme qu'est le mariage pour tous.
Non, on arrête pas le progrès sociétââl...à moins que, l'appauvrissement de tous, l'éclatement des état-nations, la chute de l'Europe, un réveil?
Alors la gauche se réinventera en cessant l'individu roi sans contrainte collectives et en redécouvrant ....la société, incroyable un truc à redevenir, heuuu un gros mot; socialist