En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 51 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 8 heures 1 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 9 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 11 heures 4 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 16 heures 17 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 heure 40 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 6 heures 20 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 11 heures 12 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 13 heures 27 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 14 heures 13 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 16 heures 34 min
© Reuters
En Afghanistan et au Pakistan, il arrive que les familles n'ayant pas de fils élèvent leur fille comme un garçon.
© Reuters
En Afghanistan et au Pakistan, il arrive que les familles n'ayant pas de fils élèvent leur fille comme un garçon.
"Sans contrefaçon, je suis un garçon"

Bacha Posh : loin de nos débats sur le genre, la vie de ces dizaines de petites afghanes contraintes de vivre comme des garçons

Publié le 17 septembre 2014
En Afghanistan, il arrive que les familles n'ayant pas de fils élèvent leur fille comme un garçon. Mais à l'aube de la puberté, ces dernières doivent retourner à leur état originel. Un processus compliqué et douloureux.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Afghanistan, il arrive que les familles n'ayant pas de fils élèvent leur fille comme un garçon. Mais à l'aube de la puberté, ces dernières doivent retourner à leur état originel. Un processus compliqué et douloureux.

En Afghanistan et au Pakistan, il est très mal vu de ne pas avoir de fils au sein d'une famille. Afin d'éviter le déshonneur, il arrive donc fréquemment que les parents travestissent une de leurs filles en garçon. Cette pratique courante, bien que condamnée par les mollahs, est appelée Bacha Posh-littéralement "habillé comme un garçon". Ainsi déguisées en garçon, les petites filles ont alors accès à plus de liberté. Elles peuvent entreprendre des études, jouer au foot, travailler, prendre la parole lors de discussions entre hommes et être exonérées des tâches ménagères. A travers le film "Le secret de Kanwar", sorti en France le 3 septembre, le réalisateur Anup Singh, originaire du Pendjab, en Inde, a voulu témoigner de cette coutume encore méconnue en Occident. Il lui a fallu douze ans de travail pour arriver à la réalisation de ce film dans lequel il s'est tellement impliqué qu'il a donné à ses personnages son propre nom de famille.

L'histoire commence en 1947, à l'époque de la partition de l'Inde et de la création du Pakistan. Effrayé par le nettoyage ethnique que subissent les siens, le patriarche sikh Umber Singh fuit son village natal. Désespéré quand sa femme lui donne une quatrième fille, Kanwar, il décide de l'élever comme un fil. Mais quand il la marie à la jeune Nelli, tous trois se voient confronté à la vérité de leur identité et aux limites de leur volonté.

 

Car normalement, la tradition veut que, dès l'arrivée de leurs premières règles, les Bacha Posh reviennent à leur état naturel de femmes pour se marier et enfanter. 

La journaliste Jenny Nordberg s'est s'est rendue en Afghanistan pour rencontrer ces petites filles travesties en garçon. Elle raconte son aventure dans le livre "The Underground Girls of Kabul: In Search of a Hidden Resistance in Afghanistan", à paraître le 16 septembre, dont The Atlantic a publié quelques extraits.

Manoush a 6 ans quand elle arrive au jardin d'enfant de Kaboul, coiffée de tresses et vêtue d'une robe verte, raconte Jenny Nordberg. Quelques mois plus tard, elle revient à l'école les cheveux coupés, habillée comme un garçon, sous le nom de Mehran. Quelques enseignants s'étonnent mais nul ne réagit. Miss Momand, un professeur arrivé à l'école bien après, se rappelle sa stupéfaction quand elle a vu un garçon aller dans le vestiaire des filles à l'heure de la sieste. Mehran, aujourd'hui âgée de 7 ans, semble désormais parfaitement à l'aise avec son nouveau rôle. Elle répète à qui veut l'entendre qu'elle est un garçon. Elle refuse de coudre et de jouer à poupée, préférant le sport. Tous les professeurs jouent le jeu et l'aident à protéger son secret, la laissant se changer dans une pièce différente des autres si besoin.

En 2012, la journaliste Stéphanie Lebrun réalise le film "Kaboul, tu deviendras un garçon ma fille". Ce documentaire raconte l'histoire de Naïd, une Bacha Posh. Si Naïd joue toujours au football comme une fille, elle le fait désormais vêtue d'un jogging et de baskets. "Notre société est patriarcale, explique-t-elle, le pouvoir est aux hommes. Si Dieu m’avait donné le choix, j’aurais choisi d’être un garçon, parce qu’ici il y a trop d’inégalités. Maintenant, je vis avec l’espoir que Dieu change quelque chose dans ma vie. Si ce n’est pas le cas, je ne sais pas ce qui va se passer".

Selon Stéphanie Lebrun, il arrive souvent que ce genre de situation crée tensions et rivalités au sein des fratries. "Toutes les petites filles ne veulent pas le devenir, certaines se sentent très bien en tant que filles voilées mais d'autres peuvent envier le statut de leur sœur Bacha Posh. Ces dernières opèrent une sorte de dédoublement de personnalité. Certaines n'aiment pas être déguisées en garçon. Au début, elles ont du mal, puis elles se rendent compte de la chance qu'elles ont d'accéder à tous ces droits", expliquait-elle en mars au Monde. 

Officiellement, les filles comme Mehran et Naïd n'existent pas en Afghanistan, où le système de la ségrégation des genres est l'un des plus stricts au monde. Toutefois, tout le monde là-bas se souvient avoir vu un voisin, un parent éloigné ou un collègue, élever l'une de ses filles en garçon. Les travailleurs de la santé en voient défiler tous les jours dans les hôpitaux. Selon eux, on rencontre ce phénomène dans toutes sortes de familles, peu importe qu'elles soient riches ou pauvres, éduquées ou analphabètes. Une famille travestit sa fille en garçon pour qu'elle puisse travailler et lui rapporter de l'argent, une autre pour qu'elle ne se fasse pas embêter sur le chemin de l'école…

En revanche, quand arrive la puberté, la Bacha Posh doit redevenir femelle. Si elle attend trop pour revenir à son état naturel, cela pourra porter atteinte à sa réputation. Car l'adolescente afghane ou pakistanaise n'a pas le droit de se trouver aux alentours de garçons de son âge. Elle pourrait en toucher un par erreur ou, pire, se faire toucher. Elle serait alors vue comme une fille perdue par ceux qui connaissent son secret. Cela pourrait ruiner ses chances de se marier et salirait la réputation de sa famille par la même occasion.

Mais cette transformation inverse, d'état de garçon à celui de fille est compliquée car elle semble régressive, raconte Stéphanie Lebrun. " Il est dur pour elle (une Bacha Posh, nldr) d'épouser un homme, de prendre le rôle d'une femme et surtout "se taire" ne leur plaît plus". A l'adolescence, les Bacha Posh se sentent, bien souvent, socialement "hommes", elles n'ont pas grandi avec les valeurs conservatrices inculquées aux jeunes filles "normales".

C'est pourquoi, certaines d'entre elle transgressent la règle en décidant de demeurer Basha Posh, comme l'Afghane Ukmeena Manoori, 50 ans, auteur de "Je suis une Bacha Posh" paru en 2013. Adolescente à la période de la guerre froide, Ukmeena s'est battu contre les soviétiques. Lors du Djihad, elle a combattu auprès des moudjahidins. Elle a ensuite été élue au conseil de sa province et a réussi à se faire respecter des hommes de sa communauté. Aujourd'hui, elle se consacre entièrement à sa lutte pour le droit des femmes.

 

                                                                                                                                                                                                    Raphaëlle de Tappie

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires