En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 35 min 15 sec
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 7 heures 25 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 7 heures 52 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 7 heures 59 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 8 heures 43 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 4 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 6 heures 2 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 7 heures 12 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 8 heures 55 sec
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 8 heures 30 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 32 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
La conversion du Premier ministre sonne faux.
© Reuters
La conversion du Premier ministre sonne faux.
Editorial

Valls II ou le gouvernement de la marche arrière

Publié le 05 septembre 2014
Difficile de déceler dans le gouvernement Valls II un véritable changement de cap qui soit susceptible de galvaniser les foules et des premiers signes inquiétants apparaissent quant aux intentions véritables de réformer le pays en profondeur.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Difficile de déceler dans le gouvernement Valls II un véritable changement de cap qui soit susceptible de galvaniser les foules et des premiers signes inquiétants apparaissent quant aux intentions véritables de réformer le pays en profondeur.

Le nouveau gouvernement de Manuel Valls parviendra-t-il à soulever la chape de plomb qui paralyse l’économie française ? L’euphorie qui a marqué le discours au Medef avec l’hymne à l’entreprise a fait long feu. Pour la plupart des Français, la conversion du Premier ministre sonne faux et la confiance est toujours aux abonnés absents. Mais surtout, il fait ses premiers pas dans un climat détestable : les sondages traduisent la poursuite de la descente aux enfers pour les deux têtes de l’exécutif, le livre-brulôt de Valérie Trierweiler, véritable charge contre François Hollande, est plébiscité par l’opinion, alors qu’un  Premier ministre est débarqué neuf jours seulement après son entrée en fonctions parce qu’il ne déclarait pas ses revenus depuis plusieurs années.

Dans ce climat délétère, la voix du Premier ministre passe mal. Il est vrai que l’analyse des propos du chef du gouvernement traduisent un certain flou. Rien à voir par exemple avec le programme des mille jours que vient de lancer son collègue Italien. On ne décèle pas de véritable changement de cap qui soit susceptible de galvaniser les foules. Bien au contraire, des premiers signes inquiétants apparaissent quant aux intentions véritables de réformer le pays en profondeur.  

Ainsi, le gouvernement fait déjà marche arrière en matière de logement, en acceptant que Martine Aubry maintienne l’encadrement des loyers, à l’encontre de ce qui avait été annoncé : les autres grandes villes pourront suivre et ne manqueront pas le faire de façon démagogique, de sorte que la loi Duflot risque de se borner à changer de nom, pour donner le sentiment qu’elle disparaît alors que ses principales dispositions seront maintenues.

Autre exemple : la réforme du travail du dimanche pourrait bien passer à la trappe, le gouvernement renonçant à la réforme par ordonnance qu’il avait annoncée, en raison de l’hostilité des syndicats.

Mais il y a plus grave : le gouvernement s’apprête à déclencher une opération vérité en matière de comptes publics. Le masque va tomber sur les ambitions chimériques proférées depuis le début du septennat et va révéler l’ampleur de ses échecs. Sous prétexte de remettre les pendules à l’heure, c’est la plupart des objectifs de réformes qui seront abandonnés. Finie la perspective de ramener dans un avenir proche à 3% le déficit des finances publiques : il faudra au moins attendre 2017, avec un passage difficile au cours des deux prochaines années, puisque le "trou" pourrait bien égaler cette année celui de 2013 à 4,2%. Et la dette publique va poursuivre inexorablement sa hausse : à plus de 95% du produit intérieur brut, elle se rapproche du niveau psychologique désastreux de 100%.

Le gouvernement parait désemparé devant ce qu’il  appelle la fatalité, liée à la crise et à la petite dépression qui frappe plusieurs pays européens (mais pas la Grande-Bretagne, ni l’Espagne). Il commence même à envisager de revoir à la baisse le programme d’économies de 50 milliards prévus d’ici 2017. Compte tenu de la chute des rentrées fiscales, il est déjà convaincu que l’objectif de 2015 ne pourrait être atteint…qu’avec une augmentation des impôts. La tentation de relever la TVA est déjà ouvertement envisagée par certains membres du parti socialiste, alors que l’overdose fiscale est atteinte depuis longtemps.  

Dans ce contexte, Manuel Valls sait qu’il aura toutes les peines du monde à réduire la dépense publique. Les syndicats sont prêts, un peu partout, à déclencher des grêves, les professions "privilégiées" accusées de vivre sur une rente que le pouvoir veut leur confisquer, sont vent debout et se préparent à des ripostes sévères, qu’il s’agisse des notaires, des pharmaciens ou des opticiens. Partout, l’ambiance est devenue électrique et toute initiative du pouvoir suscite aussitôt le rejet. Le pays est plus bloqué que jamais et nos partenaires européens, médusés, regardent avec tristesse la France s’enfoncer dans une politique du refus au lieu d’accepter les réformes pour vivre avec son siècle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
john mac lane
- 06/09/2014 - 00:40
Pas le programme d'économie, mais de baisse tendentielle
Le programme d’économies de 50 milliards prévus d’ici 2017?????
C'est pas un programme d'économlie, mais un programme de baisse de la tendance à la hausse.... Non seulement ils n'y arrivent même pas et en plus les mots "programme d'économie" sont repris par les commentateurs.....sic .
Anguerrand
- 05/09/2014 - 22:11
À vangog
Vous vous présentez toujours comme un décideur du FN ; quand nous serons au pouvoir bla, bla....alors vous et MLP qu'attendez vous pour organiser une grande manif. Avec la gauche ou la droite, c'est vrai que vous n'etes pas regardants au FN vous ratisser large.
Hugues001001
- 05/09/2014 - 18:16
Claire explication
"Nos partenaires européens, médusés, regardent avec tristesse la France s’enfoncer dans une politique du refus au lieu d’accepter les réformes pour vivre avec son siècle."
Il ne faut pas s'en étonner: quand pendant des décennies, à droite comme à gauche, on fustige par pure démagogie le libéralisme, symbole de tous les maux; qu'on ne cesse de rabâcher hypocritement que le fameux "modèle social" français serait à ce point si parfait que le monde entier l'envierait; qu'on arrose et distribue prébendes, rentes, allocations en tout genre pour constituer des clientèles; que la gauche manipule et agite si parfaitement tous ses relais syndicaux dans les sociétés publiques, les lycées, les universités, la fonction publique pour saborder la moindre tentative de réforme (retraite, autonomie, etc.), alors il ne faut pas venir s'étonner de ce que les Français finissent par croire qu'ils vivent dans un merveilleux pays dans lequel l'État peut et doit pourvoir à tous leurs besoins, sans avoir à tenir du coût, cette chimère ultra-méga-libérale; ni du fait que lorsque les réformes urgent et s'imposent, personne, alors, ne les soutient.