En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 10 heures 40 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 11 heures 11 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 12 heures 4 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 17 heures 3 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 18 heures 50 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 18 heures 53 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 10 heures 54 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 11 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 12 heures 31 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 13 heures 1 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 18 heures 53 min
© REUTERS/Leon Neal/Pool
© REUTERS/Leon Neal/Pool
Bonnes feuilles

François Hollande et l'OTAN : la fin de l’exception française ?

Publié le 06 septembre 2014
En mutation permanente, le domaine d'action de l'Alliance Atlantique va bien au-delà de la relation entretenue avec la France. Les enjeux liés à l'OTAN sont bien plus intéressants que ce prisme réducteur, et il est temps de comprendre enfin comment s'est transformé ce qui était un héritage de la guerre froide. Extrait de "L'Otan au XXIe siècle", de Olivier Kempf, publiés aux Editions du Rocher (2/2).
Olivier Kempf est chercheur associé à l'IRIS et directeur de la lettre stratégique La Vigie (www.lettrevigie.com). Il a publié "L'OTAN au XXIe siècle" (Le Rocher, 2014, 2ème édition). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Kempf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Kempf est chercheur associé à l'IRIS et directeur de la lettre stratégique La Vigie (www.lettrevigie.com). Il a publié "L'OTAN au XXIe siècle" (Le Rocher, 2014, 2ème édition). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En mutation permanente, le domaine d'action de l'Alliance Atlantique va bien au-delà de la relation entretenue avec la France. Les enjeux liés à l'OTAN sont bien plus intéressants que ce prisme réducteur, et il est temps de comprendre enfin comment s'est transformé ce qui était un héritage de la guerre froide. Extrait de "L'Otan au XXIe siècle", de Olivier Kempf, publiés aux Editions du Rocher (2/2).

L’Otan avait été le seul sujet de défense du programme du candidat Hollande, puisqu’il annonçait le retrait des troupes d’Afghanistan. La différence avec le président Sarkozy ne portait que sur la date : fin 2012 pour le challenger, fin 2013 pour le président sortant. Les urnes ayant tranché, la décision fut prise et annoncée lors du sommet de Chicago. Finalement, cela ne représentait pas une grande signification. Au fond, chacun s’interrogeait : y aurait-il une « surprise Hollande » comme il y avait eu une surprise Sarkozy ? ce retrait opérationnel cachait-il un retrait plus marqué, qui aurait finalement été la suite logique d’une position traditionnelle des socialistes, défendue par MM. Jospin, Fabius, Védrine, Quilès, entre autres ?

À l’été, le président organisa une commission du Livre Blanc, appelée à réviser celui de 2008. Toutefois, une mission est donnée simultanément à M. Védrine, à charge pour lui d’évaluer les suites de la décision de réintégration. Tout semblait alors possible.

Le rapport de M. Védrine commence donc par un rappel historique, avant d’évoquer l’évaluation des conséquences du retour. Mitigé mais pas nul, aussi bien en ce qui concerne l’influence, la réforme de l’Otan, la stratégie ou les opérations. Concernant la stratégie, H. Védrine constate que le primat nucléaire est maintenu, mais que la DAMB a été avalisée,et il rappelle toutes les questions et difficultés soulevées par celle-ci. En conclusion de cette partie d’évaluation, H. Védrine constate logiquement qu’une « (re)sortie du commandement militaire intégré n’est pas une solution », puisqu’« une situation nouvelle a été créée ». Ainsi, il n’y a aura pas de changement.

Le LB, publié en 2013, ne dit pas autre chose, et affirme que « la France est attachée à conforter la solidité de l’alliance militaire » en insistant sur « le cadre politique de l’Alliance ». On réaffirme que « L’OTAN et l’Union Européenne ne sont pas en concurrence » et qu’ « une coopération étroite et pragmatique entre ces deux organisations est un objectif important pour la France ». Mais le paragraphe sur l’OTAN est écrit avant celui sur l’Union Européenne : signe inconscient du pragmatisme français. Il reste qu’il y a là l’expression d’un nouveau consensus de défense.

44.3 la fin de l’exception française ?

L’Alliance Atlantique a été longtemps le dernier bastion de « l’exception française ». Cette « attitude au monde » permettait une grande visibilité de la diplomatie française. Nombreux ont été les travaux qui ont cependant expliqué que la position gaullienne vivait au-dessus de ses moyens et reposait sur la force du discours et la magie du verbe. En clair, la France se payait de mots. Certes, elle disposait de l’arme nucléaire et avait un siège permanent au conseil de sécurité des Nations-Unies. Mais elle n’était pas la seule. D’autres ont au contraire loué cette indépendance et ce souci de souveraineté, admiré par les Russes, les Chinois ou d’autres grandes nations et qui donnait à la France une image différente de celle de ses voisins.

Y a-t-il encore une exception française ? Avec la réintégration, qu’en reste-t-il ?

Ce ne sont pas la non-participation au Groupe des plans nucléaires ou au Groupes maritimes permanents qui constituent vraiment des surprises. À bien des égards, la France est rentrée dans le rang.

Toutefois, à discuter avec les officiers qui servent à l’Otan, et notamment ceux qui ont à défendre les positions françaises, la France demeure un acteur à part. Ceci est dû principalement à une ambition, celle de couvrir tous les dossiers. Finalement, la majorité des pays laissent la structure (nom poli pour désigner la bureaucratie alliée) faire son travail, et n’engagent pas leurs forces à lire ces documents avec un esprit critique. La France continue de le faire, quitte à s’opposer aux autres. Quitte aussi à ce que « les autres » laissent la France élever une voix discordante mais qui les arrange. Il y a l un certain jeu de rôle, mais il ne saurait être réduit à cela : il y a aussi une volonté française, une ambition de puissance et de lecture autonome de l’environnement stratégique.

Car voici probablement une des exceptions françaises. On a souvent opposé les Français aux Américains. Force est de reconnaître qu’en Europe, les Français sont désormais les plus proches des Américains : non pas sur tous les points de vue politiques, bien au contraire ; mais Paris et Washington partagent une même appréhension de la puissance, une même conviction que celle-ci repose aussi (d’abord) sur du « hard power », quand l’immense majorité des Européens a abandonné toute ambition stratégique, et oublié ce que veut dire le mot « puissance ».

De ce point de vue, la France est plus proche des Anglo-saxons que du reste des Européens : sa promotion de « l’Europe de la défense199 » témoigne d’une certaine schizophrénie. Voici en fait la vraie exception française : celle de croire encore (un peu) à l’utilité des armes quand tous ses voisins en ont abandonné l’idée.

Conclusion

La France ne regarde plus le monde de façon très différente de ses voisins (hormis peut-être son rapport à la puissance). Il a profondément changé depuis 1966, et une sorte d’antiaméricanisme ne suffit pas à fonder une politique étrangère en Europe. Ce constat pragmatique explique en grande partie la décision française du printemps 2009. En rejoignant la structure intégrée, elle faisait plusieurs paris :

– celui de gagner une influence à la hauteur de ses contributions. Toutefois, la question des postes d’influence qui constituerait l’objectif premier doit également être relativisée. Au temps de l’intégration, la France avait ces postes et se plaignait déjà de ne pas influencer suffisamment les Américains, ce que remarque H. Védrine200. Remarquons enfin que c’est surtout la personnalité qui fait le poste. Mais en contrepoint, l’obtention des commandements d’ACT et de Lisbonne n’est pas négligeable, à condition que la France conserve son autonomie de pensée ;

– celui de relancer l’Europe de la défense. Là encore, un journaliste spécialisé des questions de défense a pu publier, au printemps 2009, un livre201 qui postule que, derrière les incantations de succès, l’Europe de la défense donne peu satisfaction. Les difficultés politiques européennes (échec de la Constitution, ratification lente du traité de Lisbonne, retards importants de l’Airbus A 400M, faible participation aux élections européennes du printemps 2009, réactions dispersées à la crise économique) n’incitent pas à l’optimisme européen, tout particulièrement dans le domaine de la défense. Quatre ans plus tard, la Revue Défense Nationale publie un dossier spécial sur l’Europe de la défense qui expose un pessimisme généralisé202. Mais en contrepoint, cette langueur européenne, si elle se révélait exacte (ce qui reste à démontrer), peut justifier précisément le retour dans l’OTAN ;

– celui de bénéficier de l’importance de l’Alliance comme véhicule de la relation transatlantique. Or, le calendrier ne se prête pas forcément à beaucoup d’ambitions : après le désintérêt bushien, le président Obama, malgré toutes les politesses envers les Européens en général et l’Alliance en particulier, semble intéressé par d’autres objectifs, et tout d’abord l’Asie.

L’Alliance, considérée comme le meilleur vecteur des relations politiques transatlantiques, se heurterait à un double processus : celui de l’affaiblissement relatif de la puissance américaine, celui de son intérêt prioritaire pour d’autres régions du monde (Chine, Asie centrale), ce qui entraînerait mécaniquement une indifférence envers l’Alliance, et par voie de conséquence une moindre utilité de celle-ci. Mais en contrepoint, l’Alliance même affaiblie demeure un outil essentiel, et il n’est pas absurde de vouloir y prendre une place plus importante.

En fait, tout se passe comme si la France réinvestissait l’Alliance à mesure que l’Amérique s’en déprenait. La seule audace tiendrait à la volonté d’accélérer des processus inévitables. D’une certaine façon, le retour de Paris ne marquerait pas la faiblesse de la France, mais celle de l’Alliance203.

Cette faiblesse est-elle due à l’émergence européenne ? C’est ce qu’il faut examiner à présent.

Extrait de "L'Otan au XXIe siècle", de Olivier Kempf, publiés aux Editions du Rocher, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 06/09/2014 - 13:11
OTAN auberge espagnole à investir
L'OTAN c'est ce qu'on y fait. Les Français y sont crédibles à cause de leur armée, de son action, pas grâce à leurs diplomates. Ces derniers se morfondent toujours de l'époque bénie pour eux où il suffisait de dénoncer les US et puis...ne rien faire. Maintenant il faut comprendre, voir se frotter à des gens qui pratiquent la diplomatie de défense (un truc inconnu d'un diplomate français, spécialisé dans "que le culturel" et les apéros pour ONG françaises, le 14 juillet dans le jardin de l'ambassade avec Amélie Poulain en arrière fond).
Jouer du piano, langues orientales, bénéficier du mariage pour tous, confondre Paris avec la France parler anglais comme une vache espagnole et lire des télégrammes diplo de toute la planète à longueur de journée sont les seul qualités des diplos français,
Sauf bien sûr les rares pointures qui sont à Washington ou conseiller à l'Elysée.
Encore un ministère à nettoyer. Même Fabius s'en est rendu compte.