En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 25 min 42 sec
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 15 heures 59 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 17 heures 30 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 21 heures 24 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 22 heures 28 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 22 heures 46 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 47 min 46 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 15 heures 48 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 16 heures 47 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 18 heures 35 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 21 heures 55 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 22 heures 33 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 23 heures 3 min
© Reuters
 Le nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a évoqué la possibilité de revenir sur les 35 heures.
© Reuters
 Le nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a évoqué la possibilité de revenir sur les 35 heures.
Contre-intuitif

Revenir sur les 35 heures ? Pourquoi c'est devenu une fausse bonne idée

Publié le 29 août 2014
A peine arrivé à Bercy, le nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, crée déjà la polémique en émettant dans un entretien au Point la possibilité de revenir sur les 35 heures. Au vu du contexte socio-économique, revenir sur cette mesure ne semble pourtant plus être la priorité.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A peine arrivé à Bercy, le nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, crée déjà la polémique en émettant dans un entretien au Point la possibilité de revenir sur les 35 heures. Au vu du contexte socio-économique, revenir sur cette mesure ne semble pourtant plus être la priorité.

Il n'avait pas encore endossé le costume de ministre de l'Economie qu'Emmanuel Macron faisait part lundi 25 août à l'hebdomadaire Le Point de la possibilité de revenir sur les 35 heures. "Nous pourrions autoriser, les entreprises et les branches, dans le cadre d'accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunération", déclarait l'ancien banquier d'affaires alors qu'on ne savait pas encore qu'il deviendrait le lendemain le nouveau locataire de Bercy.

Plus de dix ans après l'entrée en vigueur des lois Aubry, l'économie française y gagnerait-elle réellement ? Car revenir sur les 35 heures, cela reviendrait d'abord à diminuer du pouvoir d'achat.

Une diminution du pouvoir d'achat

Depuis le 1er janvier 2002, date d'application des lois Aubry, la durée légale du travail en France est de 35 heures par semaine dans toutes les entreprises. Comme le rappelait Henri Rouilleault, administrateur de l'Insee, dans nos colonnes en 2011, "la durée légale n'est ni une durée minimale (les salariés à temps partiel travaillent moins), ni une durée maximale".

En effet, selon le ministère du Travail, en 2011, les salariés à temps complet ont déclaré travailler 39,5 heures par semaine et pour les cadres la moyenne hebdomadaire était d'environ 44 heures. En clair, les 35 heures correspondent aujourd'hui au seul de déclenchement des heures supplémentaires, mieux rémunérées. Revenir sur la durée légale aurait ainsi bien un impact sur le pouvoir d'achat comme l'explique Henri Rouilleault :

"Aujourd'hui, un salarié qui travaille 39 heures, travaille 35 heures normales plus 4 heures supplémentaires. Si on supprime la durée légale, l'entreprise pourra décider que le compteur d'heures supplémentaires commence à 39 ou 40 heures, c'est une perte de pouvoir d'achat pour les salariés concernés. Des heures qui étaient payées en heures sup, à 125 %, deviennent des heures payées 100 %. C'est une perte de quatre fois 0,25 heures, soit une heure, soit 2,5 % de pouvoir d'achat."

La plupart des entreprises se sont adaptées

Par ailleurs, la plupart des grandes entreprises se sont adaptées à cette nouvelle organisation qui ne pose plus les problèmes soulevés en 2002. "Cette réduction du temps de travail a nécessité de nouvelles organisations, et d’âpres  négociations. Elle a également eu un coût de près de 22 milliards d’euros au titre des allègements de charges. La mise en place des 35 heures a redéfini la notion de travail pour les entreprises mais a également eu pour effet de modifier le rapport au travail par un renforcement de la frontière vie privée / vie professionnelle", estime Etienne de Villepin, avocat spécialiste en droit social. Il est vrai que les RTT apparaissent aujourd'hui aux yeux des salariés comme un réel progrès social, dont il serait difficilement envisageable de les priver.

Par ailleurs, si en 2008 le Conseil constitutionnel n'avait pas que l'Etat oblige toutes les entreprises à renégocier, elles peuvent les renégocier. Néanmoins, peu en ont fait la demande. 

Ce qu'ont coûté les 35 heures, ce que cela coûterait d'en sortir

Au moment de l'entrée en vigueur des 35 heures, la loi prévoyait des allègements de charges de 15 à 20 milliards. Mais ces allégements de cotisation sont depuis liés au niveau de salaire et non sur la durée de travail. "Pour inciter les entreprises à anticiper le passage aux 35 heures, Martine Aubry avait en effet créé en 1998 des allégements de charges spécifiques qui, en 2002, se montaient à une quinzaine de milliards d'euros. […] Sauf que Jean-Pierre Raffarin les a déconnectés en 2002 de toute référence à la durée du travail et attribués à toutes les entreprises, de manière inconditionnelle, pour les centrer sur les bas salaires", explique Marc Landré, journaliste au Figaro.

Aussi supprimer ces exonérations, reviendrait à augmenter le coût du travail faiblement qualifié, ce qui pourrait entrainer la destruction de 800 000 emplois à moyen terme, toujours selon Marc Landré.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 29/08/2014 - 08:41
il y a ceux qui comptent et les autres
35 h strictes par semaine ça vaut pour les grandes entreprises, la fonction publique (hors enseignants à minima) mais pour les autres une règle unique = réaliser un maximum de travail avec un minimum de salariés et si possible .... ailleurs qu'en France.
jmpbea
- 28/08/2014 - 18:13
J'en profite pour rappeler que 8 timbres
coûtent maintenant un peu moins de 6 euros.....cherchez l'erreur....et la mère Vallaut va nous mettre 60 000 fonctionnaires de plus....rien ne change à part les amours de Valsounet....
jmpbea
- 28/08/2014 - 18:10
Le contributeur a oublié les fonctionnaires.....
petite histoire de ce matin...notre épicier fait également la poste...la boîte aux lettres du village est sur la place, devant chez lui....ce matin, une camionnette de la poste se gare sur la place, assez loi de la boîte...deux postiers en descendent, un homme ,une femme..'ils se dirigent vers la boîte...l'homme l'ouvre, prend une caissette en plastique et la porte à la camionnette, la femme prend l'autre, la porte lentement à la camionnette...l'homme revient doucement et referme la boîte...ils viennent ensuite chez mon copain l'épicier, regardent ses produits sur toutes les coutures....celui-ci leur dit:"eh ben, vous venez à deux pour relever la boîte?"....oh oui dit la femme, je suis stagiaire ...on vient de la ville proche, je n'aurais jamais trouvé le village seule....le postier regarde sa montre: " bon, on y va doucement..allez salut!"