En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 2 heures 37 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 4 heures 29 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 5 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 8 heures 12 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 9 heures 36 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 10 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 11 heures 14 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 11 heures 48 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 3 heures 42 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 4 heures 59 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 7 heures 2 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 7 heures 55 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 12 heures 18 min
© Reuters
L'Etat islamique d'Irak et du Levant a pris le contrôle d'un territoire riche en pétrole.
© Reuters
L'Etat islamique d'Irak et du Levant a pris le contrôle d'un territoire riche en pétrole.
Prêts à tout

2 milliards de revenus (contre 5 millions pour Al Qaïda) : les califoutraques islamiques ont peut-être du pétrole mais qui sont ceux qui le leur achètent ?

Publié le 29 août 2014
L'Etat islamique d'Irak et du Levant n'est plus seulement un groupe terroriste ou une faction implantée territorialement... Il se range désormais du côté des puissances pétrolières mondiales.
Jean-Charles Brisard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Brisard est spécialiste du terrorisme et ancien enquêteur en chef pour les familles de victimes des attentats du 11 septembre 2001. Il est Président du Centre d'Analyse du Terrorisme (CAT) 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Etat islamique d'Irak et du Levant n'est plus seulement un groupe terroriste ou une faction implantée territorialement... Il se range désormais du côté des puissances pétrolières mondiales.

Atlantico : L'Etat Islamique est installé sur un territoire aujourd'hui plus vaste que le Royaume-Uni qui contient bon nombre d'installations pétrolières. La production de pétrole par ces installations peut atteindre les 80 000 barils par jour et au total avec l'argent provenant d’extorsions, de taxes, et de la contrebande cela représenterait l'équivalent de 2 millions de dollars par jour. Ces capacités font-elles de l'Etat Islamique une puissance pétrolière potentielle ?  

Jean-Charles Brisard : Le fait qu’un groupe terroriste prenne le contrôle de territoires, d’installations pétrolières et de raffineries modifie radicalement le paradigme du financement du terrorisme. Nous sommes passés d’un modèle de financement externe, c’était notamment le cas d’Al Qaida, qui dépendait en majeure partie de donations et du soutien d’ONG, à un modèle d’autofinancement reposant sur des transactions commerciales. Ce mode de financement n’est pas nouveau, le réseau Al-Qaida a utilisé des sociétés écrans dans le passé, notamment au Soudan et en Espagne, mais ces financements étaient marginaux, et n’étaient donc pas la priorité des organes de vérification ou de régulation (Comité des sanctions de l’ONU, GAFI…), ni celle des services de renseignement. L’Etat islamique contrôle des territoires et donc des infrastructures et des ressources. On estime qu’ils contrôlent désormais au moins six champs pétroliers en Syrie, dont le plus important, situé dans la province de Deir al-Zor, ainsi que treize autres au Nord et à l’Est de l’Irak et au moins deux raffineries. Des combats sont en cours pour le contrôle de la raffinerie de Baiji, qui produit un tiers du pétrole irakien. Au total, l’EI contrôlerait un peu moins de la moitié des capacités de production nationale, pour un marché potentiel de 2 à 4 millions de dollars par jour, ce qui en fait une puissance pétrolière de facto.

L'Etat Islamique a bénéficié à ses débuts de soutiens d'hommes d'affaire et du soutien officiel de certains états tels que l'Arabie Saoudite, le Qatar, le Golfe, les Emirats Arabes Unis et le Koweit. Qui sont les clients du califat ? 

Le pétrole et les produits dérivés sous contrôle de l'Etat islamique sont aujourd’hui revendus à prix réduit au marché noir localement, en Irak et en Syrie (25 à 50 dollars le baril contre un prix sur le marché de plus de 100 dollars). Ces produits sont également utilisés par l’EI pour ses propres besoins. Mais l’EI contrôle également les routes de contrebande et de transit du pétrole vers la Jordanie, la Turquie et l’Iran (via le Kurdistan). Or, en raison de la complexité et souvent de l’opacité des réseaux de distribution, ces pays pourraient en effet devenir les clients involontaires et indirects de l’Etat islamique, s’ils ne le sont pas déjà. A terme, on ne peut pas exclure que du carburant vendu par des intermédiaires de l’Etat islamique ne soit commercialisé aux Etats-Unis et même en Europe.

Comparativement, en 2011 les Talibans avaient réussi a récolter 400 millions de dollars par le biais de rançons. Ces installations pétrolières font-elles de l'Etat islamique le groupe extrémiste le plus riche du monde ?

La capacité financière de l’Etat islamique, estimée entre 1,5 et 2 milliards de dollars, est sans précédent. Ses profits, qui sont de l’ordre de 3 à 5 millions de dollars par jour, représentent l’équivalent du budget annuel d’Al-Qaida depuis le 11 septembre 2001 (contre 30 millions de dollars avant 2001, selon les services américains). Même le budget d’AQMI, dont le financement s’appuie principalement sur les rançons issues de prises d’otages, n’a jamais atteint plus de 15 millions de dollars par an en moyenne depuis 2008.

Dans quelle mesure le fait de ne pas dépendre majoritairement des dons et donc des systèmes financiers internationaux, comme ce fut le cas d'al-qaida, procure-t-il à l'Etat islamique un avantage certain ?

En termes de financement du terrorisme, nous étions jusqu’alors face à des organisations terroristes sans véritable ancrage territorial, qui dépendaient pour leur financement d’apports extérieurs, de la part de donateurs privés ou institutionnels (ONG). Ces financements transitaient jusqu’aux années 2000 par le système financier traditionnel puis ils sont devenus beaucoup moins visibles à la suite des sanctions et des règlementations imposées aux banques après 2001. Ils demeuraient cependant identifiables et les mesures de sanctions prises par l’ONU ont également contribué à dissuader les donateurs ainsi que les ONG à poursuivre leur soutien. Lutter contre le financement de l’EI représente un autre défi. Le commerce du pétrole brut ou traité met en jeu une multitude d’acteurs qu’il s’agisse de vendeurs, d’intermédiaires, de transporteurs et d’acheteurs. Autant de maillons d’une chaîne complexe qu’il est difficile d’appréhender. Cela impliquera des capacités et des compétences nouvelles pour surveiller et vérifier des transactions, identifier celles qui peuvent être suspectes, localiser les intermédiaires et les destinataires de ces transactions. Outre les moyens techniques, cette lutte pourrait d’abord passer par un embargo international imposé sur le commerce de toutes les ressources susceptibles de provenir de territoires sous contrôle de l’Etat islamique, le pétrole n’étant pas la seule ressource qui puisse générer des profits pour l’EI. En parallèle, l’option militaire permettrait d’entraver ou de limiter les trafics lucratifs de l’Etat islamique en affectant ses centres de stockage, ses moyens de transport et en coupant ses routes et réseaux d’approvisionnement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 28/08/2014 - 16:51
En message sub-liminal..
" En paralèlle , l' option militaire permettrait..." . Permettrait d' essayer de maintenir un équilibre précaire en terme d' influence entre l' Iran et les Monarchies du Golfe dans cette région inflammable . Message repris à la Conférence des Ambassadeurs pendant que l' on commence à dépoussièrer nos Rafales ? .
vangog
- 28/08/2014 - 14:40
Le Qatar et l'Arabie Saoudite ont plusieurs intérêts à racheter
puis "blanchir" le pétrole de l'EIL: un intérêt financier, tout d'abord, en faisant une belle plus-value sur du pétrole invendable par ailleurs. Un intérêt politique, en apprivoisant le monstre qu'ils ont créé de toutes pièces et qui tend à vouloir leur échapper. Un intérêt géo-stratégique, en faisant d'EIL un allié et un tampon entre eux et leur ennemi juré Iranien.. Ne doutons pas que très rapidement, les occidentaux financeront les viols, les crucifixions et les têtes coupées par ces sauvages, par le simple fait de glisser leur CB dans les pompes à essence françaises...
Anguerrand
- 28/08/2014 - 13:04
Mais la Chine bien sur!
La Chine n'est pas regardante sur l'origine des matières premières dont elle à besoin, et n'hésite pas à acheter des terres en Afrique ( entre autre) pour nourrir non pas les africains, qui vont crever devant des cultures destinées ....aux chinois!