En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 35 min 44 sec
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 1 heure 26 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 2 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 4 heures 43 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 7 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 8 heures 4 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 8 heures 38 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 9 heures 19 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 1 heure 1 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 4 heures 29 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 6 heures 27 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 7 heures 4 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 8 heures 1 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 9 heures 31 min
© REUTERS/Afolabi Sotunde
Boko Haram continue ses rafles et autres kidnapping au Nigeria
© REUTERS/Afolabi Sotunde
Boko Haram continue ses rafles et autres kidnapping au Nigeria
Une indignation chasse l'autre

Nouvelles rafles de Boko Haram : et pendant que le monde s’indigne des exactions des califoutraques islamiques, qui se préoccupe des otages du Nigeria ?

Publié le 19 août 2014
Des dizaines d'insurgés de Boko Haram ont attaqué le 10 août le village de Doron Baga, sur les rives du lac Tchad, au Nord-Est du Nigeria. Une attaque au cours de laquelle une centaine de prisonniers ont été faits par le groupe terroriste et où 28 personnes ont trouvé la mort. 85 ont toutefois été libérées samedi. Une situation inquiétante et un activisme du groupe islamiste qui ne faiblit donc pas.
Amzat Boukari-Yabara
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Amzat Boukari-Yabara est docteur en histoire, chercheur associé à l’EHESS et à l’Université de Montréal. Ses travaux portent sur l’histoire et la géopolitique de l’Afrique. Il a publié un ouvrage le Nigéria aux éditions DeBoeck en septembre 2013.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des dizaines d'insurgés de Boko Haram ont attaqué le 10 août le village de Doron Baga, sur les rives du lac Tchad, au Nord-Est du Nigeria. Une attaque au cours de laquelle une centaine de prisonniers ont été faits par le groupe terroriste et où 28 personnes ont trouvé la mort. 85 ont toutefois été libérées samedi. Une situation inquiétante et un activisme du groupe islamiste qui ne faiblit donc pas.

Atlantico : Comment expliquer que le groupe islamiste fasse moins parler de lui en ce moment alors qu’il est toujours actif dans la région ? En quoi les événements en Irak contribuent-ils à moins médiatiser les actions de Boko Haram ?

Amzat Boukari-Yabara : Le président du Nigéria Jonathan Goodluck veut se représenter à l’élection présidentielle prévue dans 6 mois. Or la gestion de Boko Haram est un échec flagrant de sa politique. Les services de renseignements étrangers qui travaillent sur Boko Haram en ce moment se font eux aussi discrets principalement depuis l’enlèvement des jeunes filles. Ils font un travail de terrain important. Le contexte international joue aussi : le Nigeria a décrété l’état d’urgence pour Ebola plus vite que pour Boko Haram. Sans doute parce que le virus Ebola touche la ville de Lagos qui est le centre économique du pays tandis que le groupe islamique est quant à lui basé dans le Nord, une zone où il n’y a pas de pétrole contrairement au Sud du pays.

La situation est différente par rapport à l’Irak : elle reste localisée au Nigéria, car elle concerne trois Etats sur 36 plus les marges périphériques des pays voisins, et il n’y a pas de stratégie d’expansion de Boko Haram contrairement à l’Etat islamique qui est plus internationalisé. A la différence de l’Irak, aussi, l’Etat n’est pas défaillant et il y a des forces qui peuvent contenir les menaces. En Irak, il y a des bouleversements au niveau des forces en présence qui n’ont pas lieu d’être dans les pays près du lac Tchad. Les actions de Boko Haram n’ont pas la même force d’indignation qu’en Irak. Il y a des enlèvements et des massacres mais le projet islamiste au Nigéria ne concerne pas que les Chrétiens. Le groupe islamiste tue aussi des musulmans. 

De la même manière, la mobilisation internationale pour les 200 lycéennes nigérianes enlevées par la secte en avril faiblit de plus en plus. Comment expliquer que le sort des jeunes femmes intéresse désormais moins le monde ?

La mobilisation internationale a montré ses limites. On peut s’indigner et manifester mais les manifestations ne feront pas revenir les filles. Quand le chef de Boko Haram Abu Bakr Shekau a entendu la campagne "Bring back our girls" il a répondu "Bring back our boys" en parlant des sympathisants et des combattants du groupe islamiste emprisonnés au Cameroun et au Nigéria. Certains d’entre eux sont emprisonnés car ils sont jugés proches des membres de Boko Haram, sans que cela soit toujours prouvé. Amnesty International a d’ailleurs dénoncé des arrestations et des détentions parfois arbitraires.

La mobilisation internationale est une stratégie de Boko Haram. La vidéo de l’enlèvement des jeunes femmes a été publiée pour faire réagir l’opinion internationale et les gouvernements mais aussi pour mettre mal à l’aise le gouvernement nigérien par rapport à cette situation. Avec cet enlèvement, Boko Haram avait pour objectif la libération d’un certain nombre de personnes emprisonnées, ce qui n’a pas été le cas. On peut penser que sans cette mobilisation internationale le Cameroun aurait pu libérer des combattants de manière plus discrète. Par ailleurs, les femmes ne sont les seules concernées. Des jeunes hommes sont eux aussi enlevés pour en faire des combattants. Il y a par ailleurs des enlèvements de pêcheurs aussi près du lac Tchad ou de conducteurs de bateaux pour la logistique.

Plusieurs enlèvements non revendiqués se sont récemment déroulés dans la région. Comment peut-on analyser cette stratégie de Boko Haram ? Pour le groupe islamiste comme pour le Nigéria, n’est-il pas finalement plus judicieux de communiquer le moins possible ?

La stratégie de communication de Boko Haram est moins importante qu’à une certaine époque. Il y a désormais cette capacité du groupe à ne pas se précipiter dans la communication, cela représente une évolution depuis le début de l’année. Ils cherchent à prendre le gouvernement nigérian à contre-pied mais cela suppose qu’il y ait des taupes. L’intérêt du pouvoir est de moins communiquer sur Boko Haram, de dire que la situation est sous contrôle dans la quasi-totalité du pays à part le Nord-Est même si Boko Haram est capable de frapper un tiers du pays. Tout ça est lié aux élections qui approchent.

Boko Haram, c’est plusieurs factions qui se coalisent, des groupes plus annexes sont chargés des opérations. Il y a des dissensions entre le commandement et ceux qui mènent des opérations sur le terrain. En fonction du résultat de l’opération, ils en réfèrent ou non à la structure suprême. Cela prend donc un certain temps avant de remonter. Il y a un nouveau dur autour du fondateur de la secte Mohamed Yusuf (le chef spirituel mort en 2009, ndlr) et une dizaine de milliers de jeunes désoeuvrés regroupés sans avoir la formation idéologique. Une partie du groupe est liée à l’application radicale de la Charia et l’autre est purement criminelle. On voit surtout la branche criminelle dans les médias,  peu la branche idéologique. Il y a par ailleurs eu au niveau du commandement une tentative de négocier avec Boko Haram mais les "modérés" ont été contraints de se réfugier à l’étranger, notamment à Dubaï. Le Nigéria est un Etat qui n’apporte pas de protection à ceux qui se sont désolidarisés de Boko Haram.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires