En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 19 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 5 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 6 heures 9 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 9 heures 27 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 11 heures 15 sec
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 11 heures 13 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 4 heures 3 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 5 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 6 heures 6 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 11 heures 1 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 11 heures 19 min
Bonnes feuilles

Ces héros méconnus de la Résistance : la spectaculaire évasion de Blanche Jacquot

Publié le 20 août 2014
En s'appuyant sur des témoignages recueillis au cours de sa carrière de journaliste, Jean-Pierre Ferey dans "Les héros anonymes de l'été 44" (Editions du Rocher) dresse le portrait d'hommes et de femmes entrés en résistance durant la Seconde Guerre mondiale et fait le récit de leurs missions au cours de l'été 1944. (1/2)
Journaliste de télévision, il a mené une longue carrière de grand reporter. Depuis l’affaire du Liban, en 1982, ce spécialiste des questions de défense a couvert tous les conflits et crises où se sont trouvées impliquées les armées françaises. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Ferey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste de télévision, il a mené une longue carrière de grand reporter. Depuis l’affaire du Liban, en 1982, ce spécialiste des questions de défense a couvert tous les conflits et crises où se sont trouvées impliquées les armées françaises. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En s'appuyant sur des témoignages recueillis au cours de sa carrière de journaliste, Jean-Pierre Ferey dans "Les héros anonymes de l'été 44" (Editions du Rocher) dresse le portrait d'hommes et de femmes entrés en résistance durant la Seconde Guerre mondiale et fait le récit de leurs missions au cours de l'été 1944. (1/2)

Au bout de dix jours, Blanche n’a rien avoué, et à l’évidence les miliciens ne savent pas à quoi s’en tenir avec elle. Ils la transfèrent au camp d’internement des Tourelles, boulevard Mortier. C’est une ancienne caserne, reconvertie en prison, qui tire son nom de la piscine des Tourelles située juste à côté, et qui abrite aujourd’hui la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure, autrement dit les services secrets). Aux Tourelles, Blanche découvre un univers concentrationnaire, où l’on subit sans comprendre. Les gardiens sont des Français, bien organisés, avec un directeur, des chefs, des aides. Mais ils ne relèvent pas de l’administration pénitentiaire, ils ne portent ni uniforme, ni grade. Qui sont-ils exactement, elle ne l’a jamais su.

Je me souviens d’un gardien, il avait toujours un gourdin à la main. Je l’avais reconnu, c’était un ancien camarade, du temps du lycée. Il a fait semblant de ne pas me connaître. Mais après un certain temps, il m’a fait savoir qu’il savait qui j’étais. Il se souvenait de mon militantisme antifasciste. Il ne m’a jamais dénoncée. Elle découvre que les prisonniers politiques sont isolés dans un endroit à part. Comme elle n’est pas cantonnée avec eux, elle en conclut qu’on ne la considère pas comme une « politique ». C’est rassurant. D’autant que régulièrement, quelques-uns de ces détenus sont extraits du camp par des personnages en civil. Qui vient les chercher ? Des Français, des Allemands, on ne sait pas. On ne sait ni pourquoi ni où on les emmène. On sait seulement qu’on ne les revoie jamais.

Elle est logée dans un dortoir de femmes, avec des prisonnières de droit commun et des prostituées. Elle n’a rien, pas un sou, elle ne possède que les vêtements qu’elle porte sur elle. Tous les soirs, elle lave sa chemise et sa petite culotte. Sa robe commence à s’élimer sérieusement. Les repas qu’on leur sert sont maigres et peu ragoûtants. Certaines de ses codétenues reçoivent du courrier, d’autres, plus rarement, ont droit à des visites. Toutes attendent impatiemment ces contacts avec l’extérieur qui leur apportent des nouvelles de ce qui se passe hors des murs. C’est ainsi qu’elles apprennent, en mai, les succès alliés en Italie, puis, en juin, le débarquement en Normandie. Blanche réussit à faire passer un message à sa famille, pour l’informer de son incarcération, tout en précisant : « Ne tentez à aucun prix d’entrer en contact avec moi, ce serait trop dangereux pour vous comme pour moi ». Aux Tourelles, j’ai survécu, j’ai survécu de jour en jour, pendant six mois, jusqu’à… mon évasion, dit-elle, une lueur malicieuse dans les yeux.

Pour bien comprendre les circonstances étonnantes de cette évasion, il faut se remettre en mémoire la situation à la mi-août 1944. Le 15, un débarquement de troupes américaines et françaises venues d’Afrique se produit en Provence, avec pour objectif de remonter la vallée du Rhône jusqu’à la frontière allemande. En Normandie, les forces du général Bradley, qui ont débarqué deux mois plus tôt, ont enfin réussi une percée à Avranches et, dans un mouvement tournant, encerclent et anéantissent les armées allemandes de l’ouest. Les premiers éléments poussent vers la Seine, donc vers Paris.

Dans la capitale, le feu couve, la population s’agite. Elle voit les débris de la Wehrmacht en déroute traverser sa ville et devine, plus qu’elle ne sait, l’avancée des Alliés. Pour elle, aucun doute, la Libération est pour bientôt. Les syndicats ont appelé à une grève générale pour le 18, alors que les policiers, eux, sont déjà en grève depuis le 15. Le colonel Rol-Tanguy, chef régional des FFI (Forces françaises de l’intérieur), s’apprête à lancer un ordre d’insurrection générale. Le 17 au matin, Blanche se réveille avec une sensation étrange. Un calme total, inhabituel, impressionnant, règne dans la prison. Pas de réveil sonné par les matons, pas d’odeur d’ersatz de café ou de lait chaud, pas un bruit de souliers cloutés dans les couloirs. Une stupeur identique se lit sur les visages des détenues qui s’éveillent les unes après les autres. Il faut se rendre à l’évidence : il n’y a pas un seul gardien. Devant la tournure des évènements, désastreuse pour eux, ils ont déserté, abandonnant leurs postes et laissant les portes ouvertes.

Les premiers prisonniers qui atteignent le grand portail d’entrée hésitent à franchir le porche. Et si c’était un piège ? Et s’il y avait, de l’autre côté, sur le trottoir d’en face, une mitrailleuse braquée pour une exécution massive, au prétexte d’une tentative d’évasion ? Mais non ! Rien ne se passe. La voie est vraiment libre. Alors, comme tous les autres, Blanche passe la porte. Et chacun de s’égailler pour aller retrouver sa vie d’avant. J’en avais rêvé la nuit, de marcher dans la ville, confie-t-elle, un sourire discret aux lèvres. Et me voilà, déambulant sur les trottoirs, avec toujours la même petite robe, sans un sou, sans papier, sans rien… mais libre.

Elle traverse un Paris en effervescence, un peu étourdie, comme enivrée par sa liberté. Elle finit par retrouver un camarade, qui l’héberge pour la nuit. Le lendemain, alors qu’elle a passé sa journée à reprendre contact avec son réseau et que le soir s’annonce, surprise délicieuse ! Elle voit arriver sa mère et sa soeur. Elles sont en larmes : une rumeur a couru, répandant le bruit que tous les prisonniers des Tourelles avaient été fusillés. Les deux femmes arrivent de Chartres après avoir fait du stop, auprès des chauffeurs des camions militaires alliés d’abord, puis auprès des rares conducteurs civils qui osaient encore circuler. Elles ont terminé leur route à pied, car dans Paris, le métro est en grève. Les larmes redoublent, irrépressibles, mais ce sont cette fois des larmes de joie. Le lendemain, l’insurrection parisienne éclate, Paris monte aux barricades. Blanche cependant ne participera pas aux combats. Elle a pris sa part dans la lutte contre l’occupant, elle a fait le job. Aux guerriers maintenant de faire entendre les armes.

Extraits de "Les héros anonymes de l'été 44" de Jean-Pierre Ferey publié aux Editions du Rocher (2014). Pour acheter ce livre, cliquez ici

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires