En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© REUTERS/Stringer
A Mossoul, l'Etat islamique a pris ses quartiers
Ah que c'est vilain la guerre !
Seriez-vous prêt à mourir pour Mossoul ?
Publié le 14 août 2014
Sans doute pas. D’ailleurs la question ne vous sera pas posée. Pourtant c’est là-bas aussi que se situent les frontières de la France.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sans doute pas. D’ailleurs la question ne vous sera pas posée. Pourtant c’est là-bas aussi que se situent les frontières de la France.

Quand en mai 1939 Marcel Déat écrivit son célèbre article "Mourir pour Dantzig ?" bien peu de Français savaient où se trouvait cette ville. Un vague port sur la Baltique avec le statut hybride de ville libre qu’Hitler voulait arracher au contrôle de la Pologne… Et les Français étaient encore moins nombreux à vouloir se battre pour défendre les prérogatives de Varsovie. C’était loin, compliqué et incompréhensible. En juin 1940 pourtant, ça devint tout près, simple et très compréhensible…

Et Mossoul c’est où ? Loin, compliqué et incompréhensible. Une vague ville du Kurdistan irakien… Mais contrairement à se qui se passait en 1939, nul n’ignore que des barbares y célèbrent des noces sauvages avec le sang. "Mourir pour Mossoul ?" est bien sûr une image de rhétorique. Nul n’envisage un lâché de parachutistes américains et européens sur la cité martyre. Mais au moins sachons reconnaître qui sont nos ennemis pour les combattre quand il le faudra.

Nos ennemis aiment autant la mort que nous aimons la vie. Ils sont prêts à mourir au nom du djihad pourvu que le massacre, béni par un dieu de malheur, puisse s’accomplir. Nous, nous ne sommes pas prêts à mourir pour empêcher le massacre. Ce constat ne vaut pas appel à la guerre. Il illustre seulement l’abîme qui sépare les sociétés occidentales des assassins islamistes. Leur fanatisme les rend forts. Notre rationalisme nous rend faibles.

Et pourtant c’est là (et aussi ailleurs) que se situe la ligne de front du choc des civilisations (encore qu’on soit gêné d’utiliser ce mot pour les tenants du djihad). C’est là-bas que sont nos amis. Les peshmergas du Kurdistan (la seule région plus ou moins démocratique et laïque d’Irak) nous sont plus proches que le Français Mohammed Merah. Les chrétiens arabes irakiens qu’on massacre sont bien plus nos frères que le Français Mehdi Nemmouche. Et les Yézédis qu’on torture et qu’on enterre vivants sont bien plus des nôtres que les djihadistes (français) partis pour la Syrie et pour l’Irak.

Quand on assassine en Irak, c’est nous qu’on assassine, qu’on assassinera un jour… Mossoul est, d’une certaine façon (pas celle du 9-3), la banlieue de Paris. Bien sûr qu’il faut livrer des armes aux Kurdes ! Oui il faut que nos avions décollent pour que les Américains ne soient pas seuls à la besogne ! Oui il faut exiger que soit dénoncée par tous, et surtout par les autorités morales musulmanes, ainsi que le demande le pape, la barbarie qui gagne du terrain et pas qu’en Irak !

Sinon il ne nous restera plus que nos yeux pour pleurer comme l’avait dit le pasteur Niemöller sous le nazisme. "Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n’ai rien dit. Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit. Quand ils sont venus chercher les socialistes, je n’ai rien dit. Et quand ils sont venus me chercher moi, il n’y avait plus personne pour me défendre". Alors, en paraphrasant Churchill, si nous fermons les yeux, si notre capacité d’indignation et de révolte est totalement émoussée, si nous cherchons la paix dans le déshonneur, nous aurons et le déshonneur et la guerre.

Et n'oubliez pas : le A-book de Benoît Rayski, Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme, est toujours disponible à la vente sur Atlantico éditions : 

Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JonSnow
- 15/08/2014 - 09:35
Excellent article!
Tout est dit!
assougoudrel
- 15/08/2014 - 07:29
Sheldon
N'oublions pas que Satan était un archange, d'une grande beauté. On le montre laid, à cause du mal. A choisir entre une colossale débauche (Satan) et passer son temps à chanter des cantiques, ou lire des psaumes (Dieu), beaucoup choisirons le premier programme. Mais le jour où on partira, soit on a droit à la corvée de charbon chez Belzébuth pour la chaufferie, soit le paradis.
vangog
- 15/08/2014 - 05:58
@l'enclume 15:21 je vous admire d'être assez vieux pour
avoir applaudi les discours de Pétain et d'avoir encore l'usage de vos articulations pour taper sur votre petit clavier...
Étant plus jeune, je n'ai pas eu l'heur d'entendre les discours de Pétain, ce que je ne regrette pas, car Pétain n'était pas franchement ma tasse de thé, étant plutôt socialiste..
En outre, son gouvernement socialiste a voté les lois juives de sinistre mémoire, pas vraiment les valeurs éternelles de la France, telles que nous sommes beaucoup à les concevoir...je vous le laisse!