En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 5 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 7 heures 42 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 9 heures 34 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 11 heures 23 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 11 heures 57 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 12 heures 17 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 12 heures 32 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 13 heures 10 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 14 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 5 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 7 heures 32 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 9 heures 29 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 12 heures 6 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 13 heures 58 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 6 heures
© REUTERS/Carlo Allegri
La sortie d'un livre prônant une réforme des banques fait trembler Wall Street
© REUTERS/Carlo Allegri
La sortie d'un livre prônant une réforme des banques fait trembler Wall Street
Bouleversement à tous les étages ?

Réforme des banques : le livre qui fait trembler Wall Street

Publié le 21 août 2014
Faire en sorte que les banques aient plus de fonds propres, seul moyen d'absorber les pertes éventuelles, tel est l'objectif annoncé par Anat Admati et Martin Hellwig dans leur livre "The Banker's New Clothes : What's Wrong With Banking and What to Do About It", une oeuvre qui divise l'Amérique.
Jézabel Couppey-Soubeyran
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jézabel Couppey-Soubeyran, est économiste, maître de conférences à l'université de Paris-I-Sorbonne, membre associé à l'École d'économie de Paris et conseillère scientifique auprès du Conseil d’analyse économique. Elle est l'auteure de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Faire en sorte que les banques aient plus de fonds propres, seul moyen d'absorber les pertes éventuelles, tel est l'objectif annoncé par Anat Admati et Martin Hellwig dans leur livre "The Banker's New Clothes : What's Wrong With Banking and What to Do About It", une oeuvre qui divise l'Amérique.

Atlantico : Dans leur dernier livre ("The Banker's New Clothes: What's Wrong With Banking and What to Do About It"), Anat Admati et Martin Hellwig plaident pour que soit drastiquement élevé le ratio de fonds propres que doivent détenir les banques. Une proposition qui aurait pu se fondre dans la masse si elle n'avait retenu l'attention de Barack Obama qui a invité les deux économistes à lui exposer leur théorie. De quoi mettre Wall Street en émoi. Avec environ 90% de dettes en moyenne à leur bilan, les banques détiennent au mieux 10% de fonds propres (en pourcentage de leurs actifs) – et souvent 5%, voire moins. En quoi cela pose-t-il concrètement problème ? En quoi cela encourage-t-il des comportements trop risqués ?

Jezabel Couppey-Soubeyran : Dans leur ouvrage aussi passionnant qu’accessible, Anat Admati et Martin Hellwig montrent à quel point il est important que les banques détiennent assez de fonds propres. C’est la seule ressource non remboursable à leur bilan et c’est donc ce qui leur permet d’absorber des pertes éventuelles. Quand une banque a 15% de fonds propres, concrètement cela signifie qu’elle peut faire face jusqu’à 15% de pertes. Avec 5% de fonds propres, le bilan ne peut absorber que 5% de pertes ; au-delà ce sont les actionnaires, les créanciers … ou l’Etat, c’est-à-dire les contribuables qui sont mis à contribution. Le point crucial, me semble-t-il, dans la démonstration des deux économistes est que plus le coussin de fonds propres est fin (trop peu épais) et plus il est difficile de le reconstituer quand une perte vient le réduire.

En cas de perte, en effet, la banque, pour reconstituer ses fonds propres, doit se désendetter en vendant des actifs et il lui faudra en vendre d’autant plus qu’elle avait peu de fonds propres initialement. Et si le choc touche plusieurs banques à la fois, alors c’est un cercle vicieux amplifiant le désastre qui peut s’enclencher : les ventes d’actifs font baisser le prix des actifs, ces baisses de prix réduisent la valeur des actifs que les banques détiennent et les pertes s’accumulent à leur bilan ; il leur faut alors liquider davantage d’actifs, ce qui amplifie la baisse des prix d’actifs, etc. Or comme le soulignent Anat Admati et Martin Hellwig, la part des fonds propres au bilan des banques a dangereusement diminué tout au long du XXème siècle : au début du XXème siècle, les banques avaient à leur bilan entre 30% et 40% de fonds propres. Aujourd’hui, elles ont entre 5 et 10% de fonds propres. Ce qui signifie que 90 à 95% de leur activité est financé par de la dette.

Comment élever le ratio de détention de fonds propres permettrait-il de résoudre ces problèmes ?

Contraindre les banques à détenir plus de fonds propres, c’est accroître leur capacité à faire face en cas de perte. C’est rendre les bilans bancaires plus solides. Les accords de Bâle 3 ont renforcé les exigences de fonds propres. En qualité car les banques devront d’ici 2019 détenir au moins 7% de vrais fonds propres (actions + bénéfices mis en réserves). En quantité aussi car à l’exigence globale de 8% de fonds propres viennent s’ajouter un coussin supplémentaire de 2,5% et un éventuel coussin contracyclique (compris entre 0 et 2,5%) qui sera exigé lorsque le crédit s’emballera. Cela va dans la bonne direction mais cela reste insuffisant.

Le problème est que l’exigence reste calculée en proportion des actifs pondérés par les risques. Evidemment tous les actifs n’ont pas le même risque et cela semble frappé au coin du bon sens que de pondérer par le risque les fonds propres requis. Sauf que les pondérations sont en partie calculées par les banques elles-mêmes ! Il serait bien irrationnel de leur part de ne pas chercher à les réduire autant que possible pour optimiser la contrainte réglementaire et maximiser leur rentabilité. Résultat, les actifs pondérés par les risques ont très peu augmenté au cours des années 2000, alors même que les actifs bancaires explosaient ! De manière générale, nous préviennent Anat Admati et Martin Hellwig, quand une banque européenne déclare avoir 10% de fonds propres durs (en proportion de leurs actifs pondérés par les risques), on peut parier que ses fonds propres représentent moins de 5% de son actif total, voire seulement 2 à 3%. C’est pourquoi, ils préconisent une exigence simple et stricte de 20% de fonds propres en proportion du total des actifs.

Les deux auteurs estiment que le modèle économique des banques doit davantage se rapprocher de celui des entreprises. Cela a-t-il du sens ?

Une banque n’est certes pas une entreprise comme les autres. Son métier consiste à emprunter de l’argent auprès de ses clients (notamment à ses déposants) pour le prêter sous forme de crédits ou l’investir sur les marchés de titre. Donc, par nature, une banque est plus endettée que n’importe quelle autre entreprise. Mais précisément parce que son activité l’expose au risque de défaut de ses emprunteurs, à des risques de moins values sur les marchés, il lui faut une structure financière suffisamment solide. Une banque, aussi spéciale que soit son activité, ne devrait pas pouvoir financer ses activités à 97% par de la dette ! Or c’est ce que permet encore le régulateur. Se rapprocher du modèle économique des entreprises signifie pour A. Admati et M. Hellwig moins de dette et plus de fonds propres au bilan des banques. C’est la sécurité du secteur bancaire qui est en jeu ici.

Les uns, dont un journaliste du New York Times, clament que ces idées sont mauvaises pour l'économie, d'autres, Stanley Fisher, gouverneur de la banque d’Israël et ancien premier directeur adjoint du FMI, saluent ces idées louables, possibles en théorie mais inapplicables en pratique. Pourquoi la suggestion d'Admati et Hellwig émeut-elle autant ?

On a là deux exemples intéressants des arguments typiques mobilisés par ceux qui s’opposent aux réformes financières et les empêchent de progresser en bloquant le débat. Dans le premier cas, c’est l’argument de mise en péril de l’économie : renforcer la sécurité financière se paierait en termes de croissance. C’est ignorer que la finance a tellement débordé qu’elle n’est plus un moteur de la croissance. Au contraire, cette finance hypertrophiée plombe l’économie réelle. Le problème de financement des entreprises ne vient pas du renforcement de la réglementation mais de la crise financière qui a sapé le potentiel de croissance de l’économie et des banques qui se sont détournées depuis un bon nombre d’années du financement des entreprises pour réaliser des activités plus rentables sur les marchés d’actifs et les marchés dérivés. Quant à l’argument de Stanley Fisher, plus mesuré en apparence, il est en fait très pernicieux : c’est l’argument d’inanité qui enracine le statu quo : "c’est faisable en théorie, mais impossible en pratique, bref cela ne sert à rien !". Or, en pratique justement, un ratio de levier à 20% a existé jusqu’au début du XXème siècle, donc c’est faisable et cela serait très utile pour restaurer la stabilité financière !

Les banques expliquent leur mécontentement en disant qu'une réglementation plus stricte qui augmenterait la quantité de fonds propres disponibles les obligeront à accorder moins de prêts, les rendront moins compétitives sur la scène internationale et freineront la croissance économique du pays. Sur quoi se basent-elles pour exprimer ces réserves ? Ces arguments sont-ils crédibles ?

Après avoir lu le livre d’A. Admati et M. Hellwig, chacun(e) saura évaluer le poids de ces arguments. Ces arguments ne pèsent pas lourd. Les banques ou leurs représentants aiment bien laisser penser que les fonds propres sont des sommes immobilisées et que si on les oblige à en détenir davantage, elles devront réduire leur activité. Or 1°/ les fonds propres ne sont pas des sommes immobilisées mais des ressources que les banques peuvent investir comme bon leur semble 2°/ les banques peuvent émettre de nouvelles actions ou mettre en réserve une plus grande part de leurs bénéfices pour accroître leurs fonds propres 3°/ si elles ne veulent pas émettre de nouvelles actions et préfèrent verser des dividendes à leurs actionnaires plutôt que constituer des réserves, il leur appartient de décider quel pan d’activité réduire : pourquoi le crédit plutôt que les activités de marché ?

Quelles sont les limites au raisonnement des deux économistes ?

La proposition d’A. Admati et M. Hellwig d’exiger des banques qu’elles financent leurs activités avec 20% de fonds propres (en pourcentage du total de leur bilan) a beau sembler radicale, elle l’est moins que la crise qu’on est en train de subir ! Elle n’est ni irréaliste, ni impraticable. C’est une mesure nécessaire. Mais non suffisante ! La forte capitalisation des banques ne les a pas empêchées de tomber les unes après les autres aux Etats-Unis au début des années 1930. Car il y a deux risques majeurs au bilan d’une banque : le risque d’insolvabilité qu’un bon niveau de fonds propres permet de réduire et le risque d’illiquidité qui peut se produire envers et contre tout lorsque la confiance s’évanouit. Pour parer à ce risque d’illiquidité, il faut des ressources stables et suffisamment d’actifs liquides. Les deux ratios de liquidité recommandés dans le cadre des accords de Bâle 3 vont dans ce sens. Les banques n’ont eu de cesse de s’y opposer. Elles ont déjà obtenu un assouplissement de l’un des deux (ratio LCR) et feront tout pour faire raboter le second (ratio NSFR). Il faut donc rester vigilant et ne plus se laisser impressionner par les faux arguments des lobbies bancaires qui sont du même acabit que les habits neufs de l’empereur !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 19/08/2014 - 06:33
À cloette
C'est bien pour ça que les banques doivent renforcer leurs fonds propres. Ce sont des commerçant comme les autres, les banques achetent de l'argent et le prête en intégrant le risque inhérent à leur activité ( non remboursements) comme dans le cas du tunnel sous la manche ou on leur a demandé de renoncer à une bonne partie de leurs créances. Mais ne croyez pas que quand vous achetez un produit au supermarché, le produit est déjà payé, il sera payé longtemps après votre achat au fournisseur. C'est comme ça que beaucoup d'entreprises ont une trésorerie et qu'elle sont en difficultés en cas de retard de paiement ou de faillite d'un fournisseur. Pour les déposants il est préférable que nos banques aient un maximum de fonds propres, les banques mutualistes ne sont pas plus vertueuses que les banques privés, beaucoup se sont retrouvées en difficultés après avoir acheté les fameux produits pourris à l'origine de la crise de 2008.
jmpbea
- 18/08/2014 - 16:28
Les banques n'ont aucune morale sociale.r
Ayez pour une raison ou une autre un découvert bancaire, vous êtes assassiné, volé, spolié par votre banque à coups d'avions, de frais divers, de charges de tenue de compte énormes....une vieille dame de ma connaissance, abusée par des ventes par correspondance promettant des sommes rondelettes pour des achats répètes, s'est trouvée dans la spirale, après 3000 euros en 8 mois de commandes à ces sociétés, avec 1700 euros de frais bancaires et une interdiction banque de France....c'est pire que toutes les horreurs qu'on peut voir à la télévision, une vieille tombe et la banque la piétiné,la vole et la tue...il faut garder les yeux ouverts ....notre société à besoin de changements..ou sont les députés où sont les sénateurs?
cloette
- 18/08/2014 - 13:53
le scandale
c'est que la banque prète avec de l'argent qu'elle n'a pas !