En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Les nouveaux cons
L'élève en école de commerce : cette tête à claques...
Publié le 13 septembre 2011
"Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît", disait Audiard. Étudier les cons est tout aussi passionnant que déprimant. Etienne Liebig leur consacre un livre : "Les nouveaux cons". Aujourd'hui il s'attaque aux élèves en école de commerce... Extraits.
Éducateur spécialisé en Seine-Saint-Denis, Etienne Liebig est romancier, essayiste, anthropologue et chroniqueur aux Grandes Gueules sur RMC. Il est l'auteur des livres suivant : "Les ados sont insupportables mais ce sont nos enfants" (2009) ; "Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Étienne Liebig
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éducateur spécialisé en Seine-Saint-Denis, Etienne Liebig est romancier, essayiste, anthropologue et chroniqueur aux Grandes Gueules sur RMC. Il est l'auteur des livres suivant : "Les ados sont insupportables mais ce sont nos enfants" (2009) ; "Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît", disait Audiard. Étudier les cons est tout aussi passionnant que déprimant. Etienne Liebig leur consacre un livre : "Les nouveaux cons". Aujourd'hui il s'attaque aux élèves en école de commerce... Extraits.

Voilà un drôle de loustic, qui croit aller à l’école pour apprendre quelque chose, et dépense une fortune à faire vivre de pseudo-professeurs incompétents. Il joue au professionnel de la profession alors qu’il se prépare surtout à vendre des savonnettes ou quelque chose d’approchant, s’il n’a pas un père, un oncle ou un frère qui possède son entreprise. Ce n’est certes pas la seule formation qui fait miroiter à ses élèves des places en or et des salaires mirifiques pourvu qu’ils alignent la monnaie et se payent des cours indigents à des tarifs prohibitifs, mais c’est la plus caricaturale. Ces petits cons sont absolument persuadés qu’ils passent d’année en année grâce à leur valeur et au travail fourni alors qu’en fait, ils récoltent les fruits de leurs paiements. Je paye donc j’obtiens le diplôme. Diplôme qui dépend de l’école elle-même et attire une soi-disant reconnaissance nationale, comme l’indiquent chaque année des dizaines de canards à la mords-moi-le-nœud sous le titre « Le classement des meilleures écoles de commerce ». C’est un jeu national où chacun fait semblant de croire que le diplôme délivre une quelconque compétence dans le domaine du commerce.

Dans les faits, le seul intérêt de ces boîtes est d’envoyer des élèves en stage durant lesquels ces petits exploités se font des relations et des amis s’ils sont sympathiques et tiennent l’alcool. Chacun sait maintenant que tout le monde peut accéder à ces écoles de commerce, pourvu qu’il paye et qu’une toute petite minorité trouvera un boulot à la hauteur de ses espérances en fin de cycle. Certes, le savoir dispensé dans ces « schools » n’est pas plus bidon qu’en fac de lettres, de psycho ou de socio, mais au moins les élèves de fac ne se la pètent pas et sont conscients que s’ils perdent leur temps, du moins ne perdent-ils pas leur argent.

En fait, on a l’impression que ces braves cons jouent une pièce de théâtre dans laquelle ils prennent toutes les apparences du « commercial qui vend des puits de pétrole à des émirs » : le bon costard, les bonnes chaussures vernies, le bon attaché-case, le bon ordinateur, la bonne coupe de cheveux, le bon sourire de carnassier. Ils ne marchent pas, ils courent, bouffent dans des restos, font des fêtes, s’alcoolisent, s’en mettent plein le nez et niquent les jolies filles de leur promo qui leur ressemblent, mais en blondes à cheveux lisses.

Ils vivent la vie des commerciaux de grosses boîtes, boivent comme eux, se sapent comme eux, baisent comme eux et lisent le Financial comme eux, mais pour rien. Juste pour le fun. Une sorte de foi du charbonnier : Fais semblant d’y croire et bientôt tu y seras. Quelle blague, car sortis de ce rêve, ils se retrouvent à faire du quasi « porte-à-porte » ou du démarchage téléphonique pour gagner un Smic et se faire insulter par un petit adjudant sous-titré qui n’a fait aucune école de commerce, mais connaît la loi des chiffres et du rendement maximum avant délocalisation. Dix ans après la fin de leurs études, ils portent encore le même costume et les mêmes pompes et sont trop déconnectés de toutes les réalités économiques pour pouvoir décrocher un éventuel boulot à la hauteur de leur putain de diplôme qu’ils ont encadré et accroché au mur au-dessus de la photo de leur stage en Inde, quand ils croyaient tenir le monde entre leurs mains.

_______________________

Extraits de Les nouveaux cons, MICHALON (avril 2011)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
04.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite
Commentaires (138)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
tartuffe
- 02/09/2011 - 00:47
marrant!
je viens de voir que son bouquin est publié par une maison dénommée Michalon... les vieux cons familiers des Lautner se rappelleront que c'est le nom d'un personnage qui n'arrête pas de faire 'le con'...
Brashen Trell
- 02/09/2011 - 00:26
L’alcool, la fête, etc… Ce ne
L’alcool, la fête, etc… Ce ne sont pas des « problèmes » de gens d’école de commerce, mais d’étudiant en général. Le problème de fond de cet article est la rancœur éprouvée par des gens sans diplôme et sans argent envers ceux qui s’en sortent. Plutôt que de cracher sur les personnes qui ont de l’argent, essayez donc de les imiter.
fms
- 02/09/2011 - 00:26
c'est gras, c'est con et c'est à hurler de rire... merci
merci pour ce petit moment de lecture et de caricature, d'autant que les commentaires sont aussi à la hauteur !
un diplôme, un réseau et une sacrée confiance en soi sont les acquis des écoles de commerce française.
Après, il y a des cons moins doués que d'autres et des cons qui passent sur orbite.
Maintenant, d'autres catégories d'étudiants méritent les mêmes éloges... sans démériter.