En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 8 heures 20 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 10 heures 21 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 53 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 13 heures 17 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 50 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 39 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 18 heures 23 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 59 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 11 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 41 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 39 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 17 heures 22 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 27 min
© https://www.flickr.com/photos/alainbachellier/
Les bourses au mérite n'iront plus dans la poche des meilleurs bacheliers
© https://www.flickr.com/photos/alainbachellier/
Les bourses au mérite n'iront plus dans la poche des meilleurs bacheliers
Non tu ne progresseras pas !

Suppression des bourses au mérite : le mépris social, maladie congénitale du hollandisme

Publié le 01 août 2014
C'en est fini des 1 800 euros par an versés aux 8 500 bacheliers qui chaque année obtiennent le "Graal" de la mention "Très bien". Une preuve, s'il en fallait une autre, de l’hypocrisie d'une gauche qui vente l'assistance aux milieux modestes et s'emploie en même temps à ruiner toute idée de progression au mérite.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'en est fini des 1 800 euros par an versés aux 8 500 bacheliers qui chaque année obtiennent le "Graal" de la mention "Très bien". Une preuve, s'il en fallait une autre, de l’hypocrisie d'une gauche qui vente l'assistance aux milieux modestes et s'emploie en même temps à ruiner toute idée de progression au mérite.

L’affaire de la suppression des bourses au mérite dans l’enseignement supérieur illustre avec beaucoup d’à propos la terrible maladie dont le hollandisme est porteur : le mépris des élites technocratiques pour les milieux modestes.

Reprenons d’abord le dossier : Valérie Pécresse avait instauré, en 2009, une bonification des bourses d’études pour les élèves qui obtenaient une mention "très bien" au baccalauréat. Ce dispositif, conforme à la tradition du mérite républicain, apportait un appréciable coup de pouce aux jeunes défavorisés ou modestes qui entrent en classes préparatoires et n’ont donc pas la disponibilité pour travailler en plus de leurs études.

La successeuse de Valérie Pécresse vient de supprimer ce dispositif, en laissant son cabinet apporter des arguments effarants pour expliquer la mesure : comme le nombre global de boursiers a augmenté, la bonification de bourse pour les meilleurs bacheliers ne se justifie plus. On retrouve ici le raisonnement opéré en son temps par Jean-Pierre Chevénement sur 80% d’une classe d’âge au baccalauréat : massification oui, démocratisation non !

Car on voit bien les sous-entendus du raisonnement qui pousse une ministre à supprimer les bourses au mérite au nom d’une massification des aides sociales. On est de gauche, donc, on défend la justice sociale et on augmente les aides aux pauvres, histoire de se donner bonne conscience. En revanche, il est hors de question d’aider à la constitution d’une élite ouvrière ou de permettre aux petites gens de sortir de leur condition. On aime les pauvres, à condition qu’ils ne concurrencent pas nos enfants sur le marché du travail et qu’ils demeurent dans la case de départ qui leur est affectée.

Ce réflexe social propre à la gauche bobo, amatrice de bons sentiments mais allergique au trouble créé par l’ascenseur social, est typique du hollandisme, et en rupture profonde avec la tradition jacobine. Jusqu’ici (c’est-à-dire jusqu’en 1981), la gauche s’ordonnait autour de l’idée que les ouvriers devaient s’émanciper par l’accès au savoir, et qu’il convenait de fabriquer en leur sein une élite qui montrerait la voie. C’est d’ailleurs pourquoi la Troisième République avait inventé les classes de primaires supérieures, disparues avec la réforme Haby.

La gauche technocratique ou énarchique qui structure le Parti socialiste depuis les années 80 est en rupture complète avec cette tradition. Elle n’est plus porteuse de l’idée émancipatrice qui guidait la gauche marxiste et elle préfère se raccrocher à un schéma socialement beaucoup plus stable : on redistribue de l’argent public aux détenteurs de revenus modestes, pour rendre leur condition acceptable et favoriser en eux une résignation face à l’ordre établi.

Par exemple, on augmente le nombre de bourses, mais on coupe les ailes à ceux qui voudraient échapper aux universités dépotoires en ayant le mauvais goût d’avoir d’excellents résultats.

L’origine de ce réflexe est évidente pour tous ceux qui fréquentent les petits ou grands bourgeois de la Hollandie. La gauche qu’incarne François Hollande est essentiellement faite de gens bien nés, ou en tout cas nés suffisamment à l’abri du besoin pour n’avoir qu’une connaissance livresque de la pauvreté, et même de la "modestie". Dans la gauche hollandaise, le pauvre, c’est l’altérité, celui dont on parle, auquel on se réfère, mais qu’on évite soigneusement de fréquenter, d’inviter dans les anniversaires des enfants, et même de croiser à l’école.

A certains égards, le mauvais conte qui défraye la chronique Pour en finir avec Eddie Bellegueule constitue un assez bon résumé de cette gauche hautaine qui nous dirige, qui colonise les salons parisiens, fait et défait l’opinion du microcosme. Haineuse vis-à-vis de la pauvreté, de la misère, elle ne se complaît que dans l’éloge abstrait des minorités en tous genres : ethniques, religieuses, sexuelles. Tout, sauf les minorités sociales bien sûr. C’est si vulgaire d’être pauvre…

La gauche hollandaise, où les technocrates fils à papa sont surreprésentés, ne comprend rien à l’égalité des chances, qu’elle méprise d’ailleurs, et regarde d’un œil narquois, et, ce faisant, achève notre laïcité agonisante. On oublie trop souvent que la laïcité ne se contentait pas de faire de la religion une affaire privée. Elle ajoutait que l’école publique était le lieu de l’ascenseur social.

Qu’on ne s’étonne pas de voir fleurir les voiles et autres signes religieux, quand l’école laïque devient le symbole, chaque jour plus transparent, de la sélection sociale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 01/08/2014 - 14:19
La France pays qui magnifie la Feignasse
Le cas social, l’intermittent profiteur, le malade imaginaire, le haut fonctionnaire aux 35 h à 3500 €/mois, tous les délégataires syndicaux payés aux frais du contribuable... etc, etc, est un héros.
Le petit patron travaillant 70h/semaine, caution sur ses biens personnels, soucieux des ses salariés n'est qu’un salopard qui rêve de dividendes. Ce constat est malheureusement vrai, la régression du pays est en marche !
Hugues001001
- 01/08/2014 - 00:36
En même temps
Ça ne dérange pas ces gauchistes de sucer les thunes des contribuables pour financer des syndicats de mafieux aux méthodes de voyous.
jmpbea
- 31/07/2014 - 17:50
Une pierre de plus dans le mur des conneries
De notre Bouffi national.....si on ignorait encore quels fonds racle le filet socialiste, on sait maintenant qu'il n'y a plus rien a espérer''...cette décision devrait faire la une des journaux...pauvre France..