En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

05.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 8 heures 34 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 9 heures 9 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 10 heures 59 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 12 heures 8 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 13 heures 18 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 17 heures 15 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 17 heures 34 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 17 heures 59 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 12 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 8 heures 40 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 9 heures 48 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 11 heures 32 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 12 heures 53 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 13 heures
© REUTERS/Enrique De La Osa
En l'espace de quelques années, l'Allemagne est devenue l'une des principales terres d'accueil d'immigrés dans le monde
© REUTERS/Enrique De La Osa
En l'espace de quelques années, l'Allemagne est devenue l'une des principales terres d'accueil d'immigrés dans le monde
Nouvel eldorado

Les secrets de la stratégie allemande de l’immigration (très, très, très) choisie

Publié le 02 août 2014
En l'espace de quelques années, l'Allemagne est devenue l'une des principales terres d'accueil d'immigrés dans le monde. Mais pas n'importe lesquels. En favorisant l'arrivée d'immigrés qualifiés, le pays cherche à combler un important déficit de main d’œuvre, principalement dans les métiers de l'informatique et des technologies.
Dominik Grillmayer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominik Grillmayer est un politologue allemand, il travaille à la DFI (un institut franco-allemand).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En l'espace de quelques années, l'Allemagne est devenue l'une des principales terres d'accueil d'immigrés dans le monde. Mais pas n'importe lesquels. En favorisant l'arrivée d'immigrés qualifiés, le pays cherche à combler un important déficit de main d’œuvre, principalement dans les métiers de l'informatique et des technologies.

Atlantico : L'Allemagne est le 2e pays d'accueil, après les États-Unis, des immigrés. Quelle attraction exerce l'Allemagne sur les candidats à l'immigration ? Que viennent-ils y chercher, sachant qu'ils font l'objet d'une sélection par les autorités ?

Dominik Grillmayer : C'est sans doute dû à sa force économique et aux opportunités offertes par le marché du travail allemand. Comme vous le savez, l'Allemagne a traversé la crise sans perdre beaucoup d'emplois, notamment dans l'industrie, grâce à un marché du travail rendu plus flexible par des réformes, et grâce aussi à un dialogue social qui fonctionne bien, ainsi qu' à des dispositifs comme le chômage partiel. Étant donné les taux de chômage élevés dans certains pays européens, c'est évidemment un environnement économique qui peut inciter à l'immigration, pas forcément définitive, mais temporaire, le temps de surmonter les effets de la crise dans le pays d'origine.

Que peut vraiment leur offrir l'Allemagne en termes de qualité de vie et d'emploi, notamment en comparaison avec certains pays européens, dont la France ?

Cela dépend clairement du secteur et du niveau d'éducation du candidat. Les emplois dans l'industrie allemande sont souvent bien rémunérés, la couverture conventionnelle est élevée. Ce n'est plus le cas pour les services, où les bas salaires sont aujourd'hui très répandus. Par conséquent, sans les qualifications nécessaires, la décision de s'installer en Allemagne peut entraîner la déception.

Procédures facilitées, financement de cours de langue, ouverture de centres d'accueil, etc. l'Allemagne multiplie depuis quelques années les initiatives visant à favoriser l'immigration. Qu'est-ce qui motive une telle politique de la part de l'Allemagne ? Que recherche-t-elle ?

Sa motivation, c'est avant tout le développement démographique. Tandis que le vieillissement de la population est un phénomène que connaissent tous les pays développés – heureusement, l'espérance de vie y a fortement augmenté grâce au progrès médical – l'Allemagne fait face à un très faible taux de fécondité. La pénurie de la main d’œuvre qui en résulte, se fait déjà sentir dans quelques branches aujourd'hui, mais elle va encore beaucoup s'aggraver quand les baby-boomers partiront à la retraite à partir de 2020. Ce sont surtout les métiers MINT (mathématiques, informatique, sciences naturelles et technologie) et les métiers de soins (pour personnes âgées) où ce manque de salariés se manifeste déjà maintenant. Donc, encore une fois, ce sont avant tout les personnes bien formées dont l'Allemagne a fortement besoin. Et c'est pourquoi la politique cherche à faciliter l'accueil des immigrés qualifiés.

Y a-t-il des parties du territoire allemand plus propices et accueillantes que d'autres ? Pour quelles raisons ?

Bien évidemment, ce sont d'abord les plus grandes villes allemandes qui semblent les plus propices et les plus accueillantes, avec avant tout la capitale, Berlin et sa population très internationale. Mais qu'on ne se trompe pas : ce n'est pas un territoire où on trouve facilement un emploi ! En fait, ce sont plutôt les centres économiques et industriels du Sud de l'Allemagne, comme le Bade-Wurtemberg, la Bavière, etc. où il y a un fort besoin de salariés qualifiés, et qui semblent donc plus prometteurs pour l'immigration. Bien sûr, il peut aussi être intéressant de rejoindre un des grands groupes comme par exemple Siemens à Munich, mais il ne faut pas oublier que l'Allemagne est un État fédéral et décentralisé. Les fameux leaders mondiaux inconnus, dont on parle parfois pour expliquer les excellents chiffres du commerce extérieur allemand, ce sont souvent des PME installées hors des grandes villes. Ces entreprises ont parfois beaucoup du mal à pourvoir leurs postes. Et on peut s'imaginer qu'un immigré ne rêve pas forcément de s'installer dans une petite ville allemande excentrée, où il sera éventuellement plus difficile de s'intégrer.

Les agressions à caractère xénophobe auraient augmenté de 20% entre 2012 et 2013 selon les données officielles. Dans quelle mesure cette immigration favorise-t-elle le sentiment xénophobe en Allemagne ?

Je ne constate pas un renforcement de la xénophobie par l'immigration des travailleurs. Mais évidemment, il faut faire attention à ce que la société offre des chances à chacun, afin de limiter les risques que la xénophobie ne prenne de l'ampleur. De toute façon, quand on parle de la pénurie de la main d’œuvre, l'immigration ne peut pas être la seule solution. Parallèlement, il s'agit d'augmenter le taux d'emploi des femmes (entre autres en renforçant les offres de prise en charge des enfants en bas âge) et d'investir dans l'éducation, afin d'offrir la meilleure formation possible aux jeunes. Dans ce contexte, il est surtout important de lutter contre l'échec scolaire. Si on voit que beaucoup de jeunes ne trouvent pas de place d'apprentissage, alors que plus de 100 000 postes ne sont pas pourvus dans le système de formation en alternance, il faut donc se rendre compte que le "matching" ne fonctionne pas assez bien.

En ce qui concerne l'immigration économique, surtout en provenance de l'Europe du sud-est, et l'éventuel "abus social", il ne faut pas nier que ce phénomène provoque parfois des polémiques, notamment dans les municipalités qui ont accueilli un certain nombre d'immigrés. Mais les chiffres montrent que, par rapport au chiffre total, l'importance de cette sorte d'immigration est relativement faible, et que les problèmes peuvent être maîtrisés.

Quels sont les différents problèmes que peuvent poser cette immigration d'une manière générale ?

Je pense qu'il convient de souligner que l'immigration n'est pas seulement un défi pour le pays d'accueil. Elle peut aussi poser problème aux pays d'origine des immigrés, notamment si ceux-ci sont bien formés. Le "brain drain" (la fuite des cerveaux) peut éventuellement freiner le développement économique dans les autres pays.

Et encore un autre aspect : l'Allemagne ne peut pas se limiter à accueillir seulement des immigrés qualifiés. Les multiples conflits aux confins du continent européen et le grand nombre de réfugiés qui risquent leur vie pour arriver en Europe, nécessitent une forte réaction de l'Union européenne, et l'Allemagne doit assumer sa responsabilité en tant que puissance économique.

L'intégration de la communauté turque à la société allemande a été considérée par plusieurs personnalités politiques allemandes comme un "problème national". Cela n'illustre-t-il pas les limites de cette politique d'immigration allemande, dont l'intégration constitue un volet important ?

Il est vrai que cette intégration n'a pas toujours été réussie. Ce qui distingue la première vague d'immigration dans les années 1960 et 1970 (jusqu'à l'arrêt du recrutement des salariés étrangers en 1973) de l'immigration actuelle, c'est le niveau d'éducation des immigrés. A l'époque, l'Allemagne a eu recours aux travailleurs turques peu ou pas qualifiés, qui ont occupé des postes dans l'industrie manufacturière. Qui plus est, on a parlé de "travailleurs invités", ce qui implique qu'ils rentrent dans leurs pays d'origine quand on n'a plus besoin d'eux. C'était hypocrite, et la réalité a montré que beaucoup d'immigrés sont restés en Allemagne. Mais leur faible niveau d'éducation, lié avec l'absence de toute culture d'accueil, n'a certainement pas facilité l'intégration, qui passe avant tout par l'acquisition de la langue.

Aujourd'hui, nous nous trouvons dans une situation différente. La grande majorité des immigrés sont bien formés, et l'attitude des responsables du pays d'accueil a beaucoup changé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
quesako
- 02/08/2014 - 21:10
Bizarre mon commentaire a disparu !
J'aimerais bien savoir pourquoi !
assougoudrel
- 02/08/2014 - 19:40
Quand la France filtrera
l'immigration comme aux USA, l'Australie, le Canada et autres pays où les dirigeants ont du bon sens, le pays ira mieux, mais je crains qu'il ne soit trop tard. Aux USA et Canada par exemple, pour rentrer dans le pays, il faut un travail, un logement et une provision de dix milles dollars. Nous, depuis plus de 30 ans, on a fait rentrer tous les clochards et indésirables, des mange-merde et autres. Même leurs vieux qui n'ont jamais travaillé, ni cotisé, touchent une retraîte supérieure à celle de beaucoup de français. Nos débiles de dirigeants, pour un soit-disant électorat, ont ruiné la France, avec la complicité d'une catégorie de compatriotes qui ont voté pour eux. 2000 mds d'euros de dettes, une délinquance occasionnée par les enfants de ces indésirables et maintenant le pays est en danger à cause des barbus infiltrés. Comme dit Anguerrand, arrêtons de prendre pour cible et responsable l'allemagne. C'est trop facile. Il faut montrer du doigt, nos responsables politiques de tous bords. Chaque fois qu'une usine ferme en France, les ouvriers chialent, mais ils oublient qu'ils ont parié sur le mauvais cheval et celui qu'on a actuellement est une rosse bien boîteuse.
tubixray
- 02/08/2014 - 17:30
si on parlait aussi de nos émigrés
Diplomés bac + 5 partant travailler à l'étranger la plupart pour de nombreuses années faute de trouver responsabilités + salaires sans piston dans notre beau pays. En échange, réfugiés politiques ayant réussi un concours de circonstances, immigrés clandestins (le terme "sans papiers" est une invention de la gauche) qui s'établissent avec travail illégal à la clef, européens de l'est qui profitent de l'aubaine.
Quelle brave fille notre France.