En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 23 min 24 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 38 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 4 heures 53 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 8 heures 23 sec
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 2 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 30 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 2 heures 53 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 22 heures 12 min
© REUTERS/Philippe Wojazer
A en croire Mark Bittman, reporter au New York Times, la cuisine française ne se résumerait presque plus qu'à du surgelé et du réchauffé.Il a tout faux !
© REUTERS/Philippe Wojazer
A en croire Mark Bittman, reporter au New York Times, la cuisine française ne se résumerait presque plus qu'à du surgelé et du réchauffé.Il a tout faux !
Enterrement reporté

Le New York Times voit la cuisine française finie : merci monsieur c’est bien aimable mais non, et voilà pourquoi

Publié le 27 juillet 2014
A en croire Mark Bittman, reporter au New York Times, la cuisine française ne se résumerait presque plus qu'à du surgelé et du réchauffé. Que nenni ! La plupart des grands chefs du monde entier ont fait un passage par nos cuisines. Quant aux bistrots, ils servent peut-être du surgelé, mais du surgelé de qualité française.
Vincent Delmas est un critique gastronomique qui vit à Paris. Après des études de commerce et de philosophie, il a été journaliste plusieurs années pour une radio privée parisienne. Il anime le site critique-gastronomique.com depuis cinq ans et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Delmas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Delmas est un critique gastronomique qui vit à Paris. Après des études de commerce et de philosophie, il a été journaliste plusieurs années pour une radio privée parisienne. Il anime le site critique-gastronomique.com depuis cinq ans et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A en croire Mark Bittman, reporter au New York Times, la cuisine française ne se résumerait presque plus qu'à du surgelé et du réchauffé. Que nenni ! La plupart des grands chefs du monde entier ont fait un passage par nos cuisines. Quant aux bistrots, ils servent peut-être du surgelé, mais du surgelé de qualité française.

Atlantico : Comme de nombreux auteurs et journalistes américains ces derniers temps, Mark Bittman, reporter au New York Times, vient de publier un article (voir ici) dans lequel il déplore le déclin de la cuisine française. Sommes-nous vraiment en train de perdre notre 213ème patrimoine immatériel protégé par l'UNESCO, à savoir notre gastronomie et notre cuisine ?

Vincent Delmas : Certainement pas, on en est même loin. La cuisine française garde un pouvoir d’attraction toujours aussi fort dans le monde. Il suffit de visiter les cuisines de n’importe quel restaurant parisien. Les apprentis viennent du monde entier pour découvrir nos techniques, notre savoir-faire, qui sont tout à fait uniques et irremplaçables. De retour dans leur pays, ils diffuseront ce qu’ils ont appris chez nous, et c’est tant mieux. À l’étranger, rares sont les grands chefs qui n’ont pas fait au moins une partie de leur apprentissage chez nous. Nos chefs sont présents aux quatre coins du globe et leur expertise est reconnue et valorisée. Notre sphère d’influence est donc extrêmement importante. Au plan national, la scène gastronomique française est extrêmement dynamique, avec des ouvertures régulières de nouvelles enseignes par de jeunes chefs, français ou étrangers. Ils ont voyagé et ont découvert d’autres traditions (c’est presque un passage obligé de nos jours d’ailleurs), mais c’est en France qu’ils choisissent de s’installer.

Pourtant, Mark Bittman dénonce l'usage de surgelés et de réchauffés dans les bistrots et restaurants français. Doit-on s'alarmer de cette pratique ? Qui faut-il mettre en cause ?

L’usage des surgelés n’est pas mauvais en soi, il n’est d’ailleurs pas spécifiquement français. Et je comprend mal pourquoi nous nous priverions de cette pratique. Ce qui est important, c’est de ne pas tromper le consommateur. Les restaurateurs utilisent les surgelés pour diverses raisons. Certains parce qu’ils ne peuvent plus concilier les prix bas demandés par leur clientèle et le coût du personnel nécessaire pour tout faire en interne. D’autres par paresse ou manque d’idées, ce qui est plus contestable. Le gouvernement actuel a pris la mesure de ce problème avec le décret “fait maison”, et il faut rappeler qu’il est le premier à avoir le courage de tenir tête à l’industrie agro-alimentaire, dont le lobbying sur ce sujet est intense. On pourra critiquer la politique du “un pas en avant, deux pas en arrière” d’un texte certes timoré, mais il a le mérite d’exister et il évoluera sans doute dans le temps. Le consommateur doit savoir ce qu’il mange, c’est aussi simple que cela. Et je suis persuadé que de nombreux restaurateurs changeront leur pratiques comme cela s’est vu en Italie lorsqu’une loi similaire a été promulguée il y a quelques années.

Selon une étude menée par Gira Conseil, les Français passeraient en moyenne 60 minutes de moins à table par rapport à 1975, passant ainsi de 80 minutes à 22 minutes. Par ailleurs, 54 % du chiffre d'affaires des restaurants français tout confondu seraient issus des chaînes de fast food. Les Français ont-ils perdu le goût de la cuisine ?

Il faut être réaliste, la réalité socio-culturelle de notre pays en 2014 n’a plus rien à voir avec celle des années 70 décrite par exemple dans les films de Claude Sautet ! Sans même parler de moyens, les Français, toutes classe confondues, n’ont plus forcément le temps de cuisiner et de faire un dîner traditionnel chaque jour à table. On peut le regretter mais c’est comme ça. Cela ne signifie pas d’ailleurs qu’ils ne s’intéressent pas au fait gastronomique en tant que tel, le succès des émissions sur ce sujet à la télévision et la popularité de certains chefs en atteste. Concernant les fast-food, il ne faut sans doute pas être complètement sectaire. Pourquoi pas un dîner trois-étoiles un soir et un burgercheese le lendemain ? Le monde d’aujourd’hui, et c’est ce qui fait son charme, se constitue par des juxtapositions parfois improbables d’expériences les plus diverses. La gastronomie n’y fait pas exception. C’est son côté post-moderne en quelque sorte. Enfin, les fast-food ne constituent en eux-même pas une réalité homogène. À côté d’enseignes historiques qui peinent souvent à se renouveler, de nouveaux entrants font preuve d’une grande créativité dans le développement de nouveaux concepts, originaux et variés. Je vais peut-être vous surprendre, mais je trouve que l’on peut parfois bien y manger !

Comment expliquer alors la déception des Américains, et probablement d'autres cultures/nations, à l'égard de la cuisine française ?

Mais de quelle déception parle t-on? Au mieux de celle du journaliste d’un grand quotidien américain certes de référence, mais dont la représentativité peut après tout être discutée. En réalité, on peut faire deux lectures de cet article. La plus superficielle consiste à le prendre pour un énième symptôme de la relation si particulière et parfaitement ambivalente qu’entretient une certaine élite nord-américaine avec notre pays, faite de fascination pour notre culture (je constate en passant qu’il n’y a jamais eu autant de touristes américains dans nos restaurants, étoilés ou non) et de rejet viscéral pour ce qu’ils considèrent, à tord ou à raison, comme l’emprise de l’appareil d’Etat sur notre économie. Plus subtilement, cet article participe sans doute d’une sourde lutte d’influence qui se déroule sous nos yeux visant à retirer à notre gastronomie sa place, qui reste centrale aujourd’hui comme je l’évoquais plus haut, mais qui fait des envieux. Surtout, d’autres ont compris son intérêt économique, en termes touristiques par exemple.

Dans cette lutte autour de ce soft power dans lequel nous excellons, les Etats-Unis n’avancent pas seuls. Les pays nordiques ont su mettre en avant (pour ne pas dire créer de toute pièce) la marque “new nordic kitchen” dont bénéficie largement un pays comme le Danemark par exemple. De façon plus frontale, les Anglais ont lancé le W50, classement des supposés 50 meilleurs restaurants du monde. Son organisation opaque est sans doute contestable, mais force est de constater qu’il structure désormais la perception que se font de nombreux gastronomes des forces en présence. Ces luttes sont donc complexes, avec de gros enjeux, notamment financiers, à la clé. À nos politiques d’en prendre la mesure et d’agir en conséquence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lepaysan
- 27/07/2014 - 10:47
Quelle belle société
Quelle belle société francaise ou l'on a plus le temps de cuisiner , ni les moyens financiers et on se délecte des délices de l'industrie agroalmentaire.
Et vous nous dites que tout est normal. Hallucinant !!!